Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Les discriminations systémiques des marocains chrétiens

Très intéressante contribution de Jawad El Hamidi, président de l’Association marocaine des droits et libertés religieuses (AMDLR) sur la situation déplorable des chrétiens au Maroc. En voici un extrait tiré de l’entretien du président de l’AMDLR accordé à Aide à l’Église en détresse (AED). On peut lire ici l’intégralité de cette contribution.

« Le Code pénal stipule que tous les Marocains sont musulmans, de sorte que ceux qui se convertissent au christianisme voient non seulement leur sécurité menacée, mais sont en plus confrontés à des problèmes juridiques », affirme Jawad El Hamidi. « Les chrétiens marocains pratiquent secrètement leur foi dans des églises domestiques pour éviter les sanctions de la part des autorités ou d’être harcelés par la société. » Ils ne pratiquent pas leur foi en public, car ils risqueraient d’être accusés de prosélytisme, ce qui est illégal au Maroc.

Il existe deux communautés chrétiennes au Maroc : les étrangers qui vivent et travaillent dans le pays, et les Marocains qui se sont convertis de l’islam au christianisme. Les chrétiens marocains vivent une situation difficile, car seuls les chrétiens étrangers jouissent de la liberté de culte, en n’ayant néanmoins pas le droit d’exprimer leur foi face à quiconque. Environ 30 000 résidents étrangers sont catholiques, tandis que 10 000 personnes appartiennent au culte protestant. Le nombre de chrétiens marocains est estimé aux alentours de 8 000 personnes. Certaines sources avancent même qu’il pourrait s’agir plutôt de 25 000 personnes. Le Maroc compte 34,6 millions d’habitants.

Source : AED, 15 juillet 2020.

Concernant le Maroc, lire aussi nos archives :

Islam totalitaire au Maroc : un Chrétien encore arrêté par la police pour possession d’une Bible

Encore un marocain chrétien condamné à 2 ans de prison pour avoir affirmé sa foi : silence en France

Le Maroc « modéré » condamne à 30 mois de prison un homme pour conversion au christianisme

Les Oulémas marocains décident la peine de mort pour les musulmans qui changent de religion (Akhbar Al Youm)

Maroc: 14 heures de garde à vue pour des bébés Chrétiens

Seules trente églises surnagent au Maroc, nombre en constante baisse

Maroc : Le ministère de l’Education supprime Sourate Al Fath incitant au jihad des manuels scolaires

Ramadan : au Maroc, ne pas jeûner est un crime

Jean-François Copé, maire Républicain, met son stade municipal pour la prière musulmane de l’Aid

Lire l’article du Parisien du 30 juillet :

Ce vendredi matin, des milliers de musulmans ont convergé vers le stade Alberto-Corazza afin de prier tous ensemble. Les règles de distanciation physique ont été plus ou moins respectées. lire l’article

« 2.000 musulmans ont investi deux terrains du centre de formation du Tours FC »

Lu dans La Nouvelle République du 31 juillet 2020 :

Le coronavirus a poussé la communauté islamique de Touraine à s’adapter : ce vendredi 31 juillet, la prière de l’Aïd a été dite sur la pelouse d’un stade de football, à La Vallée du Cher. Près de 2.000 musulmans ont investi deux terrains du centre de formation du Tours FC pour le premier moment de partage de ces trois jours de fête.

Un rituel honoré à 8 h 30 dans le strict respect des mesures sanitaires. L’occasion, aussi, saisie par Salah Merabti, président de la communauté d’Indre-et-Loire, de rappeler que « si les travaux de la mosquée avaient été terminés comme prévu, nous aurions pu fêter l’Aïd dans nos murs et pas sur un terrain de football ».

Commentaire de l’Observatoire :

Salah Meratbi, est connu pour avoir mis une salle de prière à disposition de salafistes arrêtés en 2006 dans le cadre d’un coup de filet anti terroriste selon  Le Monde. , extrait de l’article :

« Entre le 20 novembre et le 5 décembre 2006, la police égyptienne a successivement arrêté onze, puis neuf islamistes français impliqués dans une filière terroriste. Ces coups de filet médiatiques ont occulté la neutralisation, le 20 octobre dernier, en Syrie, de trois djihadistes tourangeaux. Leur cas a retenu toute l’attention des Renseignements généraux et de la DST, car ils présentaient la spécificité de ne dépendre d’aucune filière terroriste et d’être arrivés à la frontière irakienne par leurs propres moyens.
Tout commence à Tours, en Indre et Loire. Moustapha El Sanharrawi, élève en classe “prépa” au lycée Descartes achève un parcours scolaire parfait. A la rentrée 2006, cet élève “discret et gentil” est admis à l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA), dépendant du… ministère de la Défense.
La famille El Sanharawi habite Tours depuis vingt ans. Le père est cardiologue au CHU de Blois. La mère, toute voilée de blanc, donne gratuitement des cours d’arabe aux défavorisés. Leur aîné est interne des hôpitaux en Ile-de-France. Leur deuxième garçon et leur fille sont également en médecine, à Tours. Le petit dernier est au collège.
Même s’il juge les imams trop modérés, Moustapha fréquente les mosquées officielles. Cependant, avec Nasr Eddine Berradja, un copain de collège devenu 
plombier, ils fréquentent aussi un groupe salafiste. Ils y rencontrent des radicaux, dont le chef du groupe, Abdelhamid Sakhi, 31 ans, d’origine algérienne, résidant également à Tours. Marié, père de trois enfants, il alterne périodes de chômage et petits boulots. Salah Merabti, président de la communauté islamique de Touraine, connaît Sakhi et met une salle à la disposition des salafistes.
 »source.

Nous avions évoqué la mosquée de Tours pour ses livres promouvant le djihâd disponibles en téléchargement..

La gauche finance le projet de mosquée sur argent public :

Lu dans Valeurs Actuelles du 15 mai 2014, page 35: 

« Fin 2013, malgré le fort endettement, le maire PS Jean Germain (suicidé depuis) a annoncé une subvention de 2,5 millions d’euros,en coopération avec la région, censée alimenter les activités culturelles et non cultuelles de la mosquée. L’arrivée d’un maire UMP, Serge Barbary, n’indique aucun revirement. Selon Chérifa Zazoua-Khames, adjointe au nouveau maire UMP en charge de la politique de la ville : « la subvention a été décidée en accord avec Philippe Briand, président UMP de la communauté d’agglomération et sera sans doute maintenue »

En revanche, trois bâtiments chrétiens (deux églises et une chapelle) menacés de destruction ou fermés pour « décrépitude » ne pourront pas, eux, compter sur le soutien des pouvoirs publics, qui en ont pourtant la charge ».

Nice : « Je vais te crever, Allah akbar, sale traître! » Jamila B. N. condamnée pour avoir agressé une policière maghrébine

Prison ferme pour la jeune femme qui avait sauvagement agressé une policière municipale à Nice

[…] Une femme de 19 ans a été condamnée en correctionnelle pour avoir frappé au sol la tête de l’agent lors d’un contrôle à Nice. Elle reste en détention. Son ami en sort, sanctionné lui aussi.

[…] S’il se laisse interpeller sans trop de difficultés, le conducteur gratifie les agents d’insultes et de crachats. Sa passagère donne une fausse identité, puis refuse son interpellation. Et se déchaîne. Elle frappe les agents, gifle une policière, la fait tomber au sol. Puis elle saisit ses cheveux et lui frappe la tête par terre à plusieurs reprises, en s’écriant  « Je vais te crever, Allah akbar, sale traître! »

« Elle s’est vue mourir. Elle aurait pu rejoindre Mélanie et Axelle », plaide Me Valérie Bothy, en référence aux récents décès de la gendarme Mélanie Lemée et de l’aide-soignante Axelle Dorier.

Le bilan (six jours d’ITT) pourrait s’alourdir. Les violences et menaces subies par cette trentenaire (le « sale traître » la renvoyant à ses origines maghrébines) l’ont laissée terrorisée.

[…]L’article dans son intégralité sur Nice Matin

Heshmat Khalifa, président du Secours islamique UK « Islamic Relief », démissionne après que la presse britannique a déterré ses posts Facebook qualifiant les juifs de « petits-enfants de singes et de porcs »

Lu dans The Guardian de juillet 2020, traduction Fdesouche

Le chef de la plus grande organisation caritative musulmane de Grande-Bretagne a déclaré qu’il lancerait plusieurs examens internes après que l’un des administrateurs du groupe humanitaire ait fait des commentaires antisémites sur les réseaux sociaux.

Dans des messages Facebook publiés en 2014 et 2015, Heshmat Khalifa, a qualifié le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de «fils souteneur des juifs» et a qualifié les autorités israéliennes de «petits-enfants de singes et de porcs».

Khalifa a démissionné de Islamic Relief Worldwide (IRW) mercredi après que l’organisme de bienfaisance ait été approché par le Times, qui a publié les articles dans leur intégralité vendredi .

[…]

Agressions sexuelles : pour 42% des musulmans en France, si des tétons se voient à travers le vêtement, il devrait y avoir circonstance atténuante

Lu sur Boursorama citant l’IFOP :

Deux mois après l’amorce du déconfinement, le pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop publie une vaste enquête permettant d’observer l’ampleur prise par la pratique du « No Bra » (absence de soutien-gorge) qui a été, au même titre que d’autres « tendances beauté » comme le « No Make-up » (absence de maquillage) ou le « No Poo » (absence de shampoing), boostée par l’isolement imposé par le confinement. (…)

Chez les jeunes de moins 25 ans, les freins au « No Bra » sont les même que ceux pour le topless sur les plages, à savoir la gêne d’exposer leurs tétons (69%) et « la crainte d’être l’objet d’agression physique ou sexuelle » (57%). En cela, les jeunes filles, qui sont aussi les plus exposées au harcèlement de rue, semblent avoir intériorisé les risques qu’elles ont de ne pas couvrir leurs poitrines – et notamment leurs tétons – en public.
[…]
Mais un autre indice révèle l’ancrage de la « culture du viol » et des injonctions à la « pudeur » pesant sur les poitrines féminines : l’idée selon laquelle « le fait qu’une femme laisse apparaître ses tétons sous un haut devrait être, pour son agresseur, une circonstance atténuante en cas d’agression sexuelle ». Malgré la radicalité de cette affirmation (déjà testée dans de précédentes enquêtes), le fait qu’elle soit partagée par un Français sur cinq (20 %) s’avère indéniablement inquiétant, sachant que c’est dans les catégories de la population les plus populaires (28 % des ouvriers la partagent, contre 11 % des cadres), les moins diplômées (34 % des noms titulaire d’un bac) et les plus imprégnées par la morale religieuse (42% des musulmans) qu’elle est la plus répandue.
[…] Lire l’article intégral

En complément sur le même sujet :

Deux ans après #MeToo, où en sont les hommes ? C’est la question que s’est posée le magazine ELLE.

FDesouche propose une synthèse des chiffres issus du sondage Ifop auprès de 1008 hommes français hétéro-sexuels ou bisexuels en se penchant sur le critère religieux.

Des chiffres que le magazine féminin Elle a décidé de ne pas exploiter dans son article de 4 pages

Quelques chiffres différencient nettement les Français musulmans de l’ensemble des hommes français  :

  • 73% estiment qu’un « vrai homme » est un homme autoritaire (+23 points / ensemble)
  • 33% sont d’accord sur le fait que les femmes ont acquis trop de pouvoir (+ 14 points / ensemble)
  • 38% sont d’accord sur le fait que le travail d’une femme est de s’occuper de la maison et de la famille (+22 points / ensemble)
  • 31% craignent de se retrouver seuls dans une pièce avec une collègue femme (+15 points / ensemble)
  • Enfin, les Français musulmans admettent 2 à 3 fois plus souvent que le reste de la population masculine française avoir eu des rapports non consentis avec des femmes (du baiser jusqu’à l’acte sexuel) Voir l’article source avec les tableaux et le détail 

France, 719 : la cathédrale de Maguelone convertie en mosquée par les musulmans

Alors que Sainte-Sophie à Constantinople est définitivement reconvertie en mosquée (avec ses mosaïques représentant Marie et l’Ange Gabriel camouflées pour l’occasion) en ce vendredi 24 juillet, jour de prière en islam, n’oublions pas que ces violations de lieux sacrés chrétiens ont eu lieu en Europe aussi.

Les islamistes en France s’activent sur les réseaux sociaux pour tenter de faire croire qu’à Cordoue, les chrétiens auraient fait pareil avec la mosquée, en ne sachant pas que la dite-mosquée fut elle même construite sur la basilique wisigothique Saint-Vincent Martyr (VIème siècle) dont on observe de nombreux restes quand on visite la ‘mosquée-cathédrale’. En 785, les envahisseurs musulmans transformèrent la basilique en mosquée. En 1239, lors de la libération de la ville, le lieu reprit évidemment sa fonction initiale sous la forme de la cathédrale Sainte-Marie de Cordoue. N’en déplaisent aux Frères Musulmans qui veulent reconquérir l’Andalousie selon le voeu de Hassan Al Banna dans sa Lettre aux jeunes de 1936. 

Une histoire plus méconnue est la conversion en mosquée d’une cathédrale oubliée en France, celle de Maguelone (photo) dont l’évêché a été supprimé en 1536 et transféré à Montpellier. Ce qui l’en reste est actuellement devenu un espace d’évènement culturel, comme souvent.

Les lecteurs de Jean Raspail  (+2020) ont croisé cette cathédrale qui fut un temps acquise aux papes d’Avignon jusqu’à Benoit XIII, Pedro de Luna, dans son roman L’anneau du pêcheur paru en 1995.

Extrait de Wikipédia :

Au viiie siècle, tandis que le pouvoir wisigoth s’affaiblit et que finalement le royaume de Tolède s’effondre, les musulmans du califat des Omeyyades de Damas, nommés Sarrasins, multiplient les raids en terre chrétienne. Après avoir conquis l’Espagne, ils franchissent les Pyrénées en 715. La Septimanie passe sous leur totale domination en 719.

Maguelone, en raison de sa position clef, devient Port Sarrasin, sans doute une place fortifiée. Délaissant les aménagements naturels, des quais sont établis permettant aux navires d’accoster et de décharger leurs marchandises en toute sécurité. Aujourd’hui encore le lieu-dit la Sarrazine correspond au canal (grau) où transitaient ces bâtiments. Dès lors, la cathédrale est transformée en mosquée et les habitants sont contraints de se convertir ou d’endosser le statut de dhimmis. Le chapitre de la cathédrale doit alors fuir à Substantion sur le territoire actuel de Castelnau-le-Lez.

En réaction, les Francs, venus du Nord, entament la reconquête : après Poitiers en 732, Charles Martel poursuit les Sarrasins qui abandonnent peu à peu le sud de la France. C’est après l’échec de sa conquête de la Septimanie qu’il fait détruire la première cathédrale transformée en mosquée, en 737. L’architecture de ce premier édifice nous reste inconnue.

Dès lors le site reste quasiment abandonné durant trois siècles, même si une vie précaire semble avoir perduré malgré la crainte des pirates. L’évêque s’installe à quelques kilomètres sur l’oppidum antique de Substantion, dont le site se trouve aujourd’hui sur la commune de Castelnau-le-Lez.

150 détenus en lien avec le terrorisme sortiront en 2022 : la sénatrice Goulet face à Dupond-Moretti

La séance des questions au gouvernement du mercredi 8 juillet n’a pas été une partie de plaisir pour les nouveaux ministres. A cet égard, le nouveau garde des sceaux Eric Dupond-Moretti est attendu au tournant sur la question des détenus « radicalisés ». La sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, très au fait de ces questions, a formulé de graves interrogations quant au devenir de ce vivier terroriste dans nos prisons :

« Au Sénat nous avons toujours été très attentifs au sort des prisonniers notamment détenus pour cause de terrorisme et aussi des détenus radicalisés. Si nos décomptes sont exacts, plus de 150 d’entre eux sortiront de détention en 2022, auxquels s’ajoutent les 300 qui sont sortis jusqu’à maintenant. Ils sont d’ailleurs nombreux à avoir prêté allégeance à l’Etat Islamique, cette organisation qui recommande l’application de latakkyapar ses membres, c’est à dire de la dissimulation et de la fausse repentance. Statistiquement, un certain nombre d’entre eux tout juste sortis de prison, ont la détermination, à nouveau, de frapper notre pays et nos concitoyens. Madame Belloubet a toujours apporté sur ces questions des réponses rassurantes sur le suivi des détenus radicalisés. Des propos qui malheureusement sont restés un peu flou et qui ont manqué de moyens. Alors j’ai bien entendu que Monsieur le Premier ministre annonçait des moyens pour la justice ce matin, mais il va falloir faire avec ces moyens et vous avez vu le nombre de questions qui vous sont posés sur l’organisation de la justice. Donc avec la détermination qui vous caractérise quelles mesures comptez-vous prendre, notamment sur le suivi des détenus radicalisés, à la fois en prison et au moment de leur sortie »

Ce à quoi a répondu Eric Dupond-Moretti :

« Dans quelques jours vous savez que j’aurai l’occasion de revenir vers vous pour vous faire connaître la position du gouvernement sur la proposition de loi relative aux mesures de sûreté des sortants de prison radicalisés. » Donc il faudra patienter encore pour connaître le nouveau dispositif. Toutefois, le nouveau ministre de la Justice est revenu sur les chiffres : « Voici ceux qui m’ont été communiqués : 508 détenus condamnés pour terrorisme et 550 de droit commun suivi au titre de la radicalisation. 74 d’entre eux ont bénéficié des récentes mesures de libérations anticipées, il leur restait deux mois de prison à faire. »

Puis de rassurer : « Ces mesures post pénales sont au cœur de mes préoccupations. Nous aurons une discussion dans la contradiction et l’écoute mutuelle réciproque. Mais sachez que mon ministère est très proche de ces questions-là. »

Madame Goulet eut encore l’occasion de répondre : « je vous remercie monsieur le ministre. C’est vrai que dans quelques jours nous aurons le texte mais voyez-vous si ce texte a été déposé c’est que précisément il y avait des trous dans le dispositif depuis que les gens sortent et ne sont pas suivis. Douze ans sans jamais d’application du mécanisme de rétention de sûreté, et de surveillance de sécurité. Le suivi judiciaire à peine appliqué ! Nous avons besoin de ces mesures fortes. »

Les prochaines semaines seront donc à suivre pour enfin avoir des réponses claires quant aux mesures judiciaires qui seront adoptées pour contrer le fléau de la récidive chez les terroristes islamistes.

Clermont-Ferrand : armé d’un couteau, il menace et agresse des passants en hurlant « Allah Akbar »

Actu 17 du 7 juillet 2020 :

Un homme armé d’un couteau menaçait et agressait les passants dans les rues de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) lorsqu’il a été interpellé par la police.

INFO ACTU17. Le comportement de cet homme a semé la terreur dans les rues de Clermont-Ferrand ce lundi matin. Les policiers ont été alertés vers 11h10 par plusieurs appels qui évoquaient la présence d’un homme armé d’un couteau. Ce dernier menaçait les passants tout en hurlant« Allah Akbar ». Il se trouvait alors dans la rue du Port, au centre-ville.

(…) L’agresseur venait de mettre son couteau sous la gorge d’une femme, avant de la relâcher décrit une source policière. Pétrifiée, la victime qui n’a heureusement pas été blessée s’est vite réfugiée dans un restaurant.

Peu après, le suspect a exhibé son arme blanche devant un enfant de 8 ans qui se trouvait avec ses grands-parents.Lire la suite

Quand Barbara Pompili dénonçait la « stigmatisation » du Qatar par Marine Le Pen en 2013, pays phare des Frères Musulmans

Barbara Pompili, femme politique écologiste longtemps proche de Daniel Cohn-Bendit, vient d’être nommée ministre de l’Ecologie. En 2013 elle prenait la défense du Qatar attaqué par Marine Le Pen. Cette dernière faisait notamment référence au régime fiscal dérogatoire spécifique au Qatar concernant la taxation des plus-values mobilières et immobilières mis en place par Sarkozy, ainsi que l’entrée au capital de l’émirat dans des sociétés stratégiques pour la France (voir plus bas). Aussi, la France a attaqué la Libye en accord avec le Qatar en 2011 afin d’installer un gouvernement islamiste ami. Le Commandement des Opérations Spéciales français a appuyé la « katiba du 17 février », dirigée par le frère du chef des Frères Musulmans libyens, afin de renverser Khadafi, ( par Ismail Salabi frère de Ali Salabi). Le Frère Musulman Abdelakhim Belhadj, fut aussitôt nommé gouverneur militaire de la ville après la victoire franco-qatari. Nicolas Sarkozy , qui représentait la France, fut effectivement le jouet du Qatar. La métaphore sexuelle de Marine Le Pen n’était pas dénuée de sens. 

 

Voici la liste des principaux investissements connus du Qatar en France, qui entrent dans le cadre d’une stratégie européenne de l’émirat :

L’émirat islamiste est le premier actionnaire du groupe de médias Lagardère (avec 13,03% du capital), le deuxième du géant de l’hôtellerie AccorHotels (10,3%) , et possède aussi les grands magasins du Printemps.

Des investisseurs qataris détiennent aussi les hôtels parisiens Raffles (ex-Royal Monceau), Concorde Lafayette, Peninsula et l’hôtel du Louvre, ainsi que le Martinez et le Carlton à Cannes et le Palais de la Méditerranée à Nice.

Le Qatar possède aussi des participations minoritaires dans de nombreuses grandes entreprises françaises, dont Total, Vinci, Veolia Environnement, LVMH et Vivendi. La société qatarie Mannai Corp contrôle 51% du capital de GFI Informatique. A l’étranger, l’émirat dispose notamment de parts dans la banque britannique Barclays et la suisse Crédit Suisse (plus de 5%).

Le Qatar revendique par ailleurs plusieurs milliers de mètres carrés de locaux sur l’avenue des Champs-Élysées et près d’un quart de la Société fermière du casino municipal de Cannes (SFCMC), qui exploite le Majestic Barrière et le Gray d’Albion. Enfin, l’émir du Qatar possède l’hôtel d’Evreux, sur la place Vendôme à Paris, et son frère détient l’hôtel Lambert, sur l’île Saint-Louis.

Sur le plan militaire, le Qatar est un client important de la France, à qui il a notamment commandé 24 avions de combat Rafale en 2015, pour 6,3 milliards d’euros.

L’émirat est également partenaire de la Caisse des dépôts, dans un fonds d’investissement de 300 millions d’euros pour les PME françaises innovantes. Le Qatar souhaitait initialement créer un fonds pour financer des projets dans les banlieues françaises, mais l’idée avait suscité une forte polémique, en pleine campagne électorale pour la présidentielle de 2012…

Page 1 sur 20512345»102030...Dernière »