Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Résistance héroïque des Coptes contre l’armée islamique égyptienne

Honte aux médias Français qui ont employé les termes de « violences interreligieuses » et « violences confessionnelles » pour éviter de parler de pogrom et de massacre anti-Chrétien.


Euronews : Les violences interreligieuses font… par BlogCopte
Addendum mardi 11/10 : le nombre de coptes tués par l’armée et par les forces de l’ordre s’élève au moins à 36 mais il s’agit d’un bilan provisoire. Il y a également plus de 300 blessés, sans compter les centaines actuellement détenus pour avoir «troublé l’ordre public».

C’en était trop. Après que l’armée ait attaqué des monastères en tirant sur les moines en février (info camouflée en France, les journaux se gargarisant sur la beauté de la révolution démocratique), après les nombreuses attaques de villages chrétiens par des foules fanatisées (ici et ici), alors que chaque jour des filles Coptes sont enlevées par des islamistes impunis, après les récentes attaques d’églises à Eldmadmar et Almarinab , après l’acquittement scandaleux des assassins de Nag Hammadi par une justice islamisée, les Coptes ont encore dû subir dimanche de voir leur manifestation réprimée. Des centaines de Coptes avaient déjà manifesté mardi pour protester contre l’incendie de l’église et réclamer le limogeage du gouverneur d’Assouan. « Nous défilions pacifiquement« , a dit à Reuters Talaat Youssef, un chrétien de 23 ans. « Quand nous sommes arrivés devant le siège de la télévision officielle, l’armée a ouvert le feu à balles réelles », a-t-il ajouté, assurant que des véhicules militaires avaient roulé sur la foule et fait cinq morts. « Les manifestants étaient contenus par un important cordon policier, dans le calme, quand des militaires sont brutalement intervenus pour les disperser », raconte Mohammed, employé d’une chaîne de télévision privée dont les bureaux surplombent la scène. « Des coups de feu ont éclaté. Je ne sais pas qui tirait sur qui, mais les tirs se sont intensifiés et des véhicules blindés de l’armée ont foncé dans la foule. Ça a été une boucherie. On a ramassé des corps jusque dans la cage d’escalier de notre immeuble. » Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), dirigé par l’ancien ministre de la Défense de Hosni Moubarak, a accusé les Coptes d’avoir tiré les premiers sur les militaires et tué trois appelés, une information démentie par plusieurs médias égyptiens.Un journaliste de l’Agence France-Presse a vu les dépouilles de 17 manifestants à l’Hôpital copte du Caire. L’un d’entre eux avait le visage écrasé au point d’être méconnaissable. « Un véhicule de l’armée a roulé sur cinq manifestants », a dit le père Daoud, un prêtre copte. « Voici son cerveau », a-t-il ajouté en parlant du manifestant au visage défoncé et en montrant de la matière blanche dans un sac en plastique. Des blessures par balle étaient visibles sur certaines des dépouilles. Voici des images exclusives de ce soulèvement héroïque :



De nombreux blessés et morts côté Copte :

Articles les plus lus