Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

2500 filles britanniques victimes d’un gang de violeurs islamistes implanté nationalement

Selon  le directeur du Conseil Islamique de Oxford, Taj Hargey, interrogé par le Daily Mail du 15 mai dernier, ces crimes sont promus par des imams qui encouragent les fidèles à croire que les femmes blanches méritent d’être « punies ». Il écrit que « les musulmans en Grande-Bretagne ont été nourris au goutte à goutte pendant des années avec une doctrine qui dénigre toutes les femmes, et traite les blanches avec un mépris particulier. Dans l’orthodoxie erronée qui prévaut dans de nombreuses mosquées, dont plusieures à Oxford, on enseigne aux hommes que les femmes sont des citoyennes de seconde classe, qui doivent être traitées comme des biens meubles ou leur propriété sur lesquelles ils ont autorité absolue « .

Hargey auditionné dans le procès a révélé qu’un des violeurs, Mohammed Karrar marque l’une des filles avec un «M», comme si elle était une vache. Il écrit: «Maintenant, si vous avez des relations sexuelles avec quelqu’un d’autre, il saura que vous appartenez à moi, dit ce criminel, mettant en évidence une attitude où les femmes sont considérées comme rien de plus que des biens personnels. L’avis de certains prédicateurs islamiques envers les femmes blanches peuvent être épouvantable, encourageant les fidèles à croire que ces femmes sont des dépravées-. Tels péchés sont d’autant aggravée par la renommée qu’elles sont koufars  ou non-croyants,  que leurs codes vestimentaires, des minis-jupes et des hauts sans manches, refléterait leur impurete et immoralite. Selon cette mentalité, ces femmes blanches méritent d’être punies pour leur comportement en étant exploité et dégradé « .

Selon le ministre de l’enfance britannique, Tim Loughton, «Nous voyons seulement la pointe de l’iceberg maintenant. Pendant trop longtemps, c’était un sujet tabou dans ce pays, peu évoqué, peu apprécié, peu reconnu ou traité. » Il a dit aussi que ces cas de viols ont soulevé des questions très troublantes « sur l’attitude des auteurs, tous sauf l’un d’entre eux étaient d’origine pakistanaise, envers des filles exclusivement blanches. On ne gagne rien à se dérober à décrire cela. »

Lors d’une  récente audition  sur « L’exploitation sexuelle des enfants et la réponse aux gangs de violeurs » , le Commissaire à l’adjoint des enfants pour l’Angleterre, Sue Berelowitz, a déclaré:. « Ce que je veux mettre à jour est que l’exploitation sexuelle des enfants se passe partout dans le pays, un officier de police qui a mené une très grande enquête dans une région rurale du pays m’a dit: «Il n’y a pas une ville, un village ou un hameau dans lequel les enfants ne soient pas exploités sexuellement. La preuve qui a pris de l’importance Au cours de mon enquête, c’est que ce, malheureusement, semble être le cas « .

La police et les services sociaux ont longtemps fermé les yeux pour ne pas être accusés de « racisme »

Le procès a révélé les carences de la police de Oxford et des services sociaux. Le tribunal a appris que les filles furent victimes de violences entre 2004 et 2012 et avaient informé la police au sujet des crimes dès 2006, ces deux institutions furent contactés au moins six fois par les victimes, mais ces dernières n’ont pas agit.

La mère d’une victime « A » a déclaré que les services de police et sociaux n’avaient pas réussi à protéger les filles et fait d’elle et d’autres membres de la famille se sentent comme s’ils étaient réactions excessives. Elle a dit: «Je me souviens d’innombrables incidents lorsque j’ai été dissuadée et frustrée dans mes démarches par divers organismes sociaux. »

La mère d’un modèle «C» a déclaré au journal britannique The Guardian qu’elle avait supplié le personnel des services sociaux de sauver sa fille d’un viol collectif. Elle a déclaré que les agresseurs de sa fille avait menacé de couper le visage de la jeune fille et a promis de se trancher la gorge des membres de sa famille. Elle  dit qu’ils avaient été forcés de quitter leur maison après que les hommes avaient menacé de décapiter membres de la famille.

Malgré les preuves irréfutables que les filles ont été agressées sexuellement, selon un rapport publié par la Chambre des communes le 5 Juin , police et services sociaux n’ont agit pour recouper tous les cas, par crainte d’être accusés de racisme contre les musulmans. »

Articles les plus lus

Articles en rapport