Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...
1000542 Le Modele Economique Suisse Peut Il Inspirer La France 87131 1

La Haute Cour de Justice Suisse refuse de voir du racisme dans la dénonciation de l’expansion musulmane

Cette dernière « ligue de vertue »  avait publié un rapport dans la catégorie « racisme verbal » au sujet d’un discours du président JSVP en 2009 sur la mise en œuvre de l’interdiction des minarets lors d’une réunion publique à Frauenfeld. L’allégation mentionnée doit maintenant être supprimé, puisque le tribunal fédéral suisse avait refusé la plainte déposée par la fondation affirma l’arrêt de la haute cour cantonale de Thurgovie.

Benjamin Kasper, entre autres,  déclara qu’il est temps d’arrêter la propagation de l’Islam. L’identité culturelle suisse qui est basée sur le christianisme ne devrait pas être bousculée par d’autres cultures. L’Interdiction des minarets protège sa propre identité culturelle. Selon le jugement à l’unanimité par le 2e Département de droit civil, ces déclarations n’expriment pas un « mépris global des membres de l’islam, ni un mépris général pour les musulmans pour le récepteur moyen » raison pour laquelle il ne peut être perçu comme du racisme verbal.

Montrer une différence entre les deux groupes n’est pas du racisme selon la Haute Cour. Ce n’est le cas que « si la différence est conçue comme un mépris de la victime et par des différences en accentuant comme un moyen de montrer les victimes d’une manière négative et le mépris Leur dignité« . Parce que la Cour a décidé que l’article sur le site Web de la Fondation contre le fascisme et l’antisémitisme met à mal la réputation de l’UDC et  diffame le JSVP-président d’une manière qui n’est pas justifiable.

Articles les plus lus