Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...
Bernard Guetta (France Inter)

Bernard Guetta (France Inter) donne un brevet de légitimité démocratique aux Frères Musulmans…malgré les preuves de fraudes électorales

Le 29 avril 2014 le consultant de France Inter et ancien du Monde Bernard Guetta, fait une chronique sur « La bestialité des contre-révolutions arabes »

Il affirme :

« Prenons maintenant l’Égypte. Après la chute d’Hosni Moubarak, les Frères musulmans y avaient remporté toutes les élections, législatives et présidentielle. On peut le déplorer. Il y avait des raisons de s’inquiéter car les Frères égyptiens n’étaient qu’à moitié convertis à la démocratie mais ils étaient la légitimité et n’étaient pas en voie d’instaurer une dictature religieuse. Ils étaient même en net recul et très vivement contestés par la population quand l’armée a décidé de reprendre les rênes par un coup d’État. »

Pourtant des documents internes des Frères Musulmans appelaient à « entraver l’accès aux bureaux de vote » , même à « changer le vote« . Leur majorité obtenue de justesse est donc à remettre largement en cause. Dans un article intitulé « intentions cachées du Mouvement islamique » (autre nom des Frères) apparaissant dans le média Watani, l’auteur Youssef Sidhom expose un document « qui porte les logos de deux des Frères musulmans et de son bras politique, le Parti de la liberté et la justice. » Écrit par l’adjoint du Guide suprême, Khairat el-Shater (financier et chef réel des Frères) et adressée « à toutes les branches des Frères dans les gouvernorats » la note appelait les musulmans à tricher et à bloquer votes :

« Le docteur Hassan al-Brince est en charge de disqualifier les votes dans des bureaux de vote précis. Cela doit être fait avec la plus grande fermeté. En marquant le nom d’un candidat supplémentaire, un islamiste, sur le billet de vote, ou entravant l’accès des électeurs dans les bureaux de vote, ou en recourant à toute méthode qui peut changer le vote. Les superviseurs des bureaux de vote doivent être contactés par tout les moyens, et doivent être persuadés de changer le vote en faveur de l’islam« . Ce sujet est suivi personnellement par Essam Al-Erian [membre du Bureau de la confrérie] vous devez comprendre, frères, que notre intérêt réside là où il y a la charia d’Allah, et cela ne peut être, en préservant l'[MB] groupe et la préservation de l’Islam

L’adjoint au Guide suprême, ingénieur Khairat al-Chater

De plus la réforme constitutionnelle mise en place par les Frères exigeait que toutes les lois obtiennent l’approbation d’un collège d’oulémas, et que la charia ne soit plus simplement une source du droit mais la « source principale de la législation« , afin d’obtenir l’approbation du parti salafiste Al-Nour. « Pas une dictature religieuse » ? Bernard Guetta est très mal informé. En même temps si France Inter , radio d’extrême gauche militante informait correctement, ça se saurait.

Observatoire de l’islamisation- avril 2014

Articles les plus lus