Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

La Fondapol de Dominique Reynié (LR) noue un partenariat avec un site islamiste !

Capture d'écran du site de Fondapol du 11 novembre 2015.

Capture d’écran du site de Fondapol du 11 novembre 2015.

La Fondation pour l’innovation politique est un réservoir d’idées créé en 2004 , fonctionnant depuis cette date grâce à des subventions massives de Matignon (2,15 millions d’euros annuels selon le rapport d’activité 2007/08) , dirigé par le médiatique Dominique Reynié. Celui qui est professeur à Science-politique Paris est la tête de liste des Républicains dans la région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénnées.

Dominique Reynié en campagne pour les Régionale avec Nicolas Sarkozy

Dominique Reynié en campagne pour les élections Régionales avec Nicolas Sarkozy

Son  livre intitulé Populisme, la pente fatale, est une charge contre tout ce que défendent les mouvements patriotiques européens (PVV néerlandais, FPO Autrichien, Ligue du Nord italienne, Bloc Identitaire français etc.) « L’identité nationale qui prévaut en Europe n’a pas de fondement ethnique ni religieux. » affirme Reynié. Mais alors interrogé par la Newsletter de Science-po, il parle cette fois-ci d’ « une recomposition ethnoculturelle induite par le vieillissement démographique et l’immigration« . Une recomposition ethnique, mais sans « fondement ethnique » à l’origine donc. Comprendra qui pourra.

Ce grand donneur de leçon eurofédéraliste et  « immigrationiste » (exemple), donne en conclusion de son ouvrage l’antidote miracle : l’accélération de l’immigration pour palier au vieillissement des européens. La proposition, en pleine explosion du chômage dans toute l’Europe, et à l’heure où les marocains d’Espagne font leur baluchon pour rentrer au bled, prête à sourire un an après la sortie du livre…

Tout cela serait resté une énième tentative de culpabilisation des réflèxes identitaires si le même Reynié n’avait pas engagé un « partenariat média » avec le site  Saphirnews, deuxième site d’information musulman francophone après Oumma.com, dont nous scrutons les articles depuis sa création il y a dix ans. Cela amène les « chercheurs » de Fondapol à écrire des articles sur ce site, représentatif de l’opinion des musulmans orthodoxes. Jugez plutôt l’orientation idéologique radicale du site:

– Courant mars 2004, était annoncé un rassemblement en « hommage au martyr » Cheik Yassine , chef du Hamas, feu organisateur des explosions de bus bondés de civils, neutralisé par Israël le 22 mars 2004. Le rassemblement, organisé par un collectif ad hoc « Cheik Yassine » fut annoncé pour le 31 mars 2004.

– Autre signe de radicalité qui ne trompe pas, le soutien à l’imam Abdelkader Bouziane qui avait justifié dans le magazine Lyon Mag la possibilité de frapper la femme désobéissante. Son expulsion, qui sera de courte durée, était qualifiée par le site « d’imbécile ». Un article fut consacré à son cas  titré « L’expulsion imbécile de l’Imam de Vénissieux ». Le 26 février 2004, un arrêté d’expulsion, mentionnait que l’imam Bouziane portait « atteinte à l’ordre public, du fait de son activité doctrinale salafiste». Cet arrêté pris par le ministère de l’Intérieur Nicolas Sarkozy invoquait « l’urgence absolue » et « la nécessité impérieuse pour la sûreté de l’État et la sécurité publique », pour faire usage de cette procédure qui permet de passer outre certaines règles de protection des étrangers, car l’imam, appelait « ouvertement à la violence et à la haine » et apparaissait comme le « principal vecteur de l’idéologie salafiste dans la région lyonnaise », en lien « avec des éléments très déterminés de la mouvance intégriste islamiste (…), en relation avec des organisations prônant des actes terroristes ».

L’auteur de l’article fait un rapprochement avec l’imam brestois Abdelkader Yahia Chérif expulsé le 16 avril 2004 vers l’Algérie pour « prosélytisme en faveur d’un islam radical » et à cause  de ses « relations actives avec la mouvance islamiste nationale ou internationale en relation avec des organisations prônant des actes terroristes », selon le texte de l’arrêté d’expulsion. Saphirnews défend les islamistes incriminés des deux affaires en ayant pour argument « la liberté d’expression menacée »: « Le gouvernement français n’exerce-t-il pas une pression, une censure, une limite à la liberté d’expression des imams en France majoritairement étrangers, sous couvert de respect des valeurs républicaines? ». Donc appeller à frapper sa femme n’est pas un délit, mais relève de la « liberté d’expression » !

Saphirnews a milité contre la loi interdisant le port du voile à l’école, voir un article du 16 février 2004.

– Saphirnews ouvre ses tribunes au conférencier et auteur Farid Abdelkrim, ce qui lui a donné l’occasion de faire la promotion de son ouvrage à charge contre la République, intitulé la France des islams, parodiant Astérix (article du 25 mars 2005) : « Nous sommes en 2005 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les gaulois… Toute ? Non ! Des villages peuplés d’irréductibles musulmans résistent encore et toujours à l’intégration. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de républicains laïcs gaulois des camps retranchés de Marseillorum, Strasbourgum, Villeurbannum, St denisum et Roubaixum. » Abdelkrim est même qualifié de « star«  lors de la couverture d’un meeting de l’UOIF.

Saphirnews fait la promotion (article du 4 août 2003) de l’école d’imâms de l’UOIF, dont Yussef Al-Qaradawi est membre du « conseil scientifique »  et qui enseigne l’idéologie des Frères Musulmans.

– Saphirnews relaie (article du 5/11/2002) avec une grande déférence les avis du Conseil européen de la fatwa et de la recherche, présidé par le cheikh al-Qaradawi qui enseigne la mise à mort des apostats et  des homosexuels, et qui voit en Hitler un instrument du « châtiment divin », espérant que les musulmans réédite la performance. Le site présente les « membres éminents«  du Conseil présidé par Qaradawi soit autant d’islamistes séoudiens, soudanais, ou le chef des Frères Musulmans tunisiens Rached Ghannouchi (lire ses écrits islamistes).

– D’ailleurs, lors de l’interdiction de séjour des conférenciers islamistes de l’UOIF en mars 2012, Saphirnews présentait les prédicateurs invités voulant tuer les juifs comme des « personnalités musulmanes » , des « grands récitateurs du coran« , le courageux Mohamed Sifaoui ayant appuyé la décision de Nicolas Sarkozy est décrit comme un « intellectuel faussaire » afin de défendre l’UOIF.

Joachim Véliocas- Observatoire de l’islamisation.

(article rediffusé d’août 2012, mis à jour le 11.11.2015)