Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

La France juge modérés les djihadistes de Arhar al Sham et de l’Armée de l’islam

Capture d’écran 2015-12-18 à 16.40.41

Dans le cadre du Groupe de soutien aux rebelles syriens sous l’égide de l’ONU, la Jordanie est chargée de classer les groupes rebelles djihadistes infréquentables. Elle a décidé de blacklister à raison le groupe salafiste Ahrar al-Sham, qui collabore avec Jahbat Al Nosra à la fois dans la région de Damas (dans la coalition Jund al Malahim) et dans la région d’Alep (depuis juillet 2015 dans la coalition Ansar al Charia),  soutenu par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Les Emirats Arabes Unis ont aussi placé Ahrar al Sham sur leur liste des groupes terroristes.

Mais la France, pour complaire à ses alliés du golfe, refuse de voir des extrémistes dans Ahrar al Sham et même Jaich al Islam (L’Armée de islam, salafiste, soutenue par l’Arabie Saoudite), malgré leurs exactions contre les civils chrétiens  :

Georges Malbrunot dans Le Figaro de ce jour rend compte que  « la position de la France, qui considère Ahrar al-Cham et l’Armée de l’islam comme des rebelles «modérés». «Ce qui nous importe, répond un diplomate français de haut rang, c’est que les groupes se rallient à la transition politique qui préconise un État civil et démocratique. Ahrar al-Sham et l’Armée de l’islam l’ont fait la semaine dernière à la conférence de Riyad. Pour nous, la liste des organisations terroristes, c’est celle déjà établie par les Nations unies.»

L’ancien chef de Ahrar al-Sham, Abu Khalid al-Suri, décédé en 2014, était le représentant de Ayman Al-Zawiri (Al Qaida) au Levant. Son chef actuel, Hassan Aboud, a déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé et travaillera avec Al Nosra (Al Qaida) tant qu’ils continuaient la lutte contre Assad. Aboud a également déclaré que Ahrar al-Sham a travaillé avec l’État islamique dans certaines batailles, bien que son programme lui soit désagréable.

Ahrar al-Sham et Jaich al Sham font partie de la même coalition sous protection saoudienne : le Front islamique.

Mohamed Najeeb Bannan, juge du tribunal islamique d’Alep sous contrôle du Front islamique explique dans un reportage que ce qu’il reproche à l’Etat Islamique n’est pas sa vision du contenu de la charia, mais son application trop précoce avant que la Syrie ne soit conquise.

En mars 2015, deux marchands d’alcool de la ville d’Ildib, Nael Elias et son père Elias Naguib, chrétiens, furent exécutés par le groupe Ahrar al Sham (source).

Voir notre liste complète des coalitions djihadistes en Syrie

Articles les plus lus