Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Mohamed Lahouaiej Bouhlel était islamiste au moins depuis janvier 2015, et bien entouré.

La conférence de presse du procureur François Molins est très instructive. 

Le tueur semble avoir envisagé son passage à l’acte « plusieurs mois avant » a aussi souligné le procureur de la République de Paris. « La poursuite des exploitations téléphoniques et informatiques a permis de découvrir sur un téléphone du terroriste plusieurs clichés révélateurs », a-t-il détaillé.

Ont notamment été retrouvés « un cliché du 25 mai 2015, qui est photographie d’un article ‘Captagon, potion magique des combattants' »‘. Ou « une photographie, en date du 14 juillet 2015, du feu d’artifice de Nice. Puis le 17 juillet 2015, d’un concert sur la promenade des Anglais avec divers zooms sur la foule ». Et « une photo, le 15 août 2015, du feu d’artifice, toujours avec un focus sur la foule ».

Ont aussi été découvertes une « photographie du 1er janvier 2016 d’un article journal Nice Matin du même jour, intitulé ‘Il fonce volontairement sur la terrasse d’un restaurant' », « une photographie du 9 juillet 2016 d’un article internet relatif au fait commis à Paris contre le commissariat du 18e arrondissement, intitulé ‘L’homme tué devant le commissariat de Barbès est un Tunisien »’, et enfin « une photographie du 24 janvier 2016 d’une intervention télévisée d’un professeur de médecine relative aux attentats de Paris ».

Egalement mis en examen et détenu de manière préventive, Mohamed Oualid G., 40 ans, a échangé pas moins de 1.278 appels avec le tueur depuis juillet 2015. Dans son téléphone portable, les enquêteurs ont retrouvé des images du 15 juillet de la promenade des Anglais, alors encore investie par les secours. Des clichés de Mohamed Oualid G. dans l’habitacle du camion les 11 et 13 juillet ont été retrouvées dans le portable du chauffeur. Il a aussi envoyé le 10 janvier 2015 un SMS à Mohamed Bouhlel : « Je ne suis pas Charlie… Je suis content, ils ont ramené les soldats d’Allah pour finir le travail ».

Articles les plus lus