Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Cazeneuve refuse d’expulser un islamiste belgo-tunisien, placé dans un hôtel aux frais de la république

642475860997benabbesLu dans La Dépêche du 1er septembre:

« La justice a refusé la demande de levée d’assignation à résidence de l’islamiste Farouk Ben Abbes ce jeudi soir. L’islamiste belgo-tunisien Farouk Ben Abbes a en effet comparu ce jeudi après-midi devant le Tribunal administratif de Toulouse. Il ademandait la levée de son assignation à résidence. L’audience s’est déroulée à huis-clos et le verdict a été rendu en début de soirée.

Cette figure de la mouvance radicale qui avait été exfiltré de Toulouse le 15 juin sur ordre du ministère de l’Intérieur au prétexte qu’il constituait «une menace particulièrement grave pour l’ordre public» et assigné à résidence pendant près de deux mois à Brienne-le-Château (Aube) [dans un hôtel tous frais payés] , est revenu à Toulouse depuis où il était assigné à résidence, a rejoint son appartement de La Reynerie début août, où il est, là encore, assigné à résidence.

L’homme a refait parler de lui il y a quinze jours, après qu’ont ait appris qu’il a reçu par erreur 15000 de l’Etat français pour une indemnisation qu’il n’aurait pas dû toucher. »

En août dernier le député LR aubois, Nicolas Dhuicq ne voulait pas de cet encombrant « administré » sur sa circonscription. En juillet, il dépose une demande d’expulsion du Belgo-Tunisien et le 22 juillet, Ben Abbes est escorté jusqu’à Roissy où il est installé à bord d’un vol à destination de la Tunisie. L’avion s’apprête à quitter le tarmac quand ordre est donné par le ministère de l’Intérieur de stopper la procédure de décollage et de débarquer Farouk Ben Abbes. Officiellement, la mesure d’expulsion est suspendue au motif de l’interdiction qui est faite au suspect de quitter le territoire.