Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Vous pouvez vous procurer la dernière édition (01/2015) de Ces maires qui courtisent l'islamisme chez Amazon, Fnac, Decitre, Tatamis (éditeur)...

Quand Jacques Chirac organisa l’invasion algérienne avec 180 000 visas par an.

Chirac et le "chef des poseurs de bombes du FLN Yassez Saadi", reportage France 3

Chirac et le « chef des poseurs de bombes du FLN Yacef Saâdi », reportage France 3 couvrant la visite du président en Algérie en 2003.

Voyage officiel de M. Jacques Chirac en Algérie du 2 au 4 mars 2003. Conférence de presse (extrait):

« QUESTION – Monsieur le Président, peut-on revenir s’il vous plaît sur le point 4 de la déclaration d’Alger, qui concerne la circulation des personnes et qui dit que Paris et Alger s’engagent à favoriser la circulation des ressortissants algériens en France et des ressortissants français en Algérie ? C’est un peu vague. Et, plus concrètement, qu’est-ce que ça signifie sur le nombre de visas et qu’est-ce que ça signifie également pour la communauté des Algériens qui, à l’époque de la guerre d’Algérie, avaient fait le choix de la France quant à leurs désirs de revenir en Algérie ?

LE PRESIDENT – Alors, s’agissant des visas, comme vous le savez, pour des raisons liées aux circonstances, nous avions fermé nos consulats, ce qui avait eu pour conséquence de rendre longue et difficile l’attribution des visas. Nous avons déjà depuis un an, un an et demi, beaucoup évolué. Nous sommes en train de remettre en place notre système consulaire en Algérie, comme vous le savez. Nous transférons de Nantes, nous allons transférer de Nantes dans les consulats, ou retourner dans les consulats, les dossiers de demandes de visas, ce qui nous a déjà permis d’augmenter considérablement ce nombre.

L’Algérie est le pays vers lequel la France, dans le monde, donne le plus de visas, déjà. Ce que nous voulons, c’est mettre en place un système qui nous permette d’être plus rapides, d’être, je dirais, plus confortables pour les demandeurs de visas, notamment en ce qui concerne les démarches qu’ils doivent faire, et de donner davantage de satisfaction par là-même aux Algériens qui veulent se rendre en France. »

RFI rapportait en mars 2003 :

« La quatrième orientation de la Déclaration d’Alger concerne la circulation des personnes et c’est sans doute sur ce thème que Jacques Chirac était le plus attendu en Algérie. Parmi les deux cent mille personnes venues l’accueillir, nombreuses étaient en effet celles qui scandaient «visas ! visas !», désireuses de quitter un pays miné par le chômage pour ce qu’elles estiment être encore un eldorado. Sur cette question sensible les deux parties se sont certes engagées «à favoriser la circulation des ressortissants algériens en France et des ressortissants français en Algérie», mais l’attente des Algériens risquent d’être déçue, Paris n’étant visiblement pas prêt à ouvrir ses frontières. Si le nombre de visas délivré par la France en 2002 est en effet de 183 000, soit trois fois plus que pendant les années 90 au plus dur de la guerre civile algérienne, il reste toutefois bien en de ça des 800 000 visas délivrés dans les années 80 par Paris. »

Et aujourd’hui combien de visas par an ? 300 000 !

Dans le livre Paris-Alger: une histoire passionnelle paru chez Stock en 2015 on lit :

« Depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 2012, le gouvernement a considérablement assoupli sa politique de visas vis-à-vis de l’Algérie. En 2014, la France a distribué quelque 300000 visas aux Algériens – 23000 pour les étudiants – dont 40 % sont des visas de circulation, c’est-à-dire de long séjour. Selon une source diplomatique, 75 % des demandes déposées reçoivent une réponse positive. Les mouvements entre les deux rives de la Méditerranée explosent depuis le début de l’année 2014. Le consulat général d’Alger est avec celui de Moscou celui qui délivre le plus de visas français au monde. »

Dans un entretien à l’APS, Bernard Émié, ambassadeur de France en Algérie précise :

“Le nombre de visas a connu une croissance significative avec 210 000 délivrés en 2013. Cette hausse va se poursuivre en 2014 avec probablement plus de 300 000 visas délivrés. 75% des demandes reçoivent une réponse positive dans les trois consulats généraux français en Algérie”, a déclaré, hier, dans un entretien à l’APS, Bernard Émié, ambassadeur de France en Algérie.