Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Suisse : l’imâm appelle au meurtre, sa mosquée perquisitionnée

b_1_q_0_p_0

Mosquée An’Nur de Winterthour (ZH) hier lors de la perquisition

Mercredi 02 novembre 2016 – ATS/Le Courrier

La mosquée An’Nur a été perquisitionnée par la police mercredi matin. Quatre personnes sont visées par des procédures.

La police cantonale zurichoise a perquisitionné mercredi dans la mosquée An’Nur de Winterthour (ZH). Le Ministère public a lancé des procédures pénales contre quatre personnes, dont un imam éthiopien qui avait appelé au meurtre des musulmans non pratiquants.

Dans le cadre de son prêche du 21 octobre dernier, l’imam éthiopien a appelé au meurtre des musulmans qui ne participent pas à la prière commune dans la mosquée. «Les fidèles présents ont également été encouragés à dénoncer ceux qui manquent d’assiduité», a indiqué mercredi matin sur place Corinne Bouvard, porte-parole du Ministère public zurichois.

Il est accusé de provocation au crime et à la violence. Trois autres hommes sont également poursuivis pour le même chef d’accusation. Leur rôle n’est pour l’heure pas clair et fait l’objet d’une enquête, a précisé Mme Bouvard. La procureure en charge du dossier décidera jeudi si elle demande la mise en détention préventive des quatre hommes.

Hébergés à la mosquée

La descente de police a eu lieu tôt mercredi matin. Elle a été menée par la police cantonale zurichoise, assistée de la police municipale de Winterthour et des services du procureur de Winterthur/Unterland.

Les domiciles des trois hommes appréhendés en même temps que l’imam ont également été perquisitionnés. Ces fouilles ont permis de sécuriser différents objets. La porte-parole n’a pas donné davantage de précisions.

Par ailleurs, la police a contrôlé dans la mosquée quatre hommes suspectés d’infraction à la loi sur les étrangers. Agés de 23 à 35 ans, il s’agit de trois ressortissants algériens ou tunisiens. Le quatrième n’a pas révélé son origine. Lire la suite