Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

L’assaillant d’Orly était fiché, sous contrôle judiciaire, et déjà perquisitionné dans le cadre de l’état d’urgence

L’islamiste de 39 ans abattu ce samedi par les forces de sécurité à l’aéroport d’Orly-Sud (Val-de-Marne) après avoir attaqué une patrouille militaire, a dit être prêt à tuer et «là pour mourir par Allah», a déclaré le procureur de la République de Paris, François Molins. 

Zyed Ben Belgacem, déjà condamné pour plusieurs vols avec violence, s’est attaqué à cette patrouille en lançant: «Posez vos armes, je suis là pour mourir par Allah. De toutes façons il va y avoir des morts», a rapporté le procureur au cours d’une conférence de presse. Sur lui ont été retrouvés un Coran ainsi que 750 euros en liquide. 

L’homme, né en février 1978 à Paris, «était connu des services de renseignement», avait déclaré dans la journée Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. Il n’était pas fiché S [Sûreté de l’État] par la Direction générale de la sécurité intérieure. Il était néanmoins inscrit au fichier J des personnes recherchées par la police pour des faits de droit commun.Le procureur Molins a confirmé que son casier judiciaire comportait «neuf mentions», dont des vols aggravés et du trafic de stupéfiants. Au moment des faits, il était sous contrôle judiciaire. Il avait été mis en examen par le tribunal de Paris en mars 2016 après divers vols par effraction. Il avait bénéficié d’une libération conditionnelle en septembre 2016. Selon le procureur, il avait été repéré comme radicalisé en prison en 2011/2012.Lire la suite dans Le Figaro

Normalement, le contrôle judiciaire oblige selon le site officiel de l’état à:

Articles les plus lus

Articles en rapport