Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Le garage associatif subventionné du fils Iquioussen (UOIF) au JT de Pujadas

Mohamed Louizi, auteur de Pourquoi j’ai quitté les Frères Musulmans (Michalon, 2016) a été étonné de voir un des fils de l’islamiste (preuve de sa radicalité dans notre livre) Hassan Iquioussen présenté comme un entrepreneur lambda dans la série « Dans ma rue » du journal télévisé de France 2 :

« Le reportage, intitulé « Dans ma rue : les chômeurs au cœur de la campagne »[5], a donné la parole à des Denaisiens, citoyens lambda, jeunes et adultes, qui vivent la précarité et survivent au chômage de longue durée, dans la troisième commune la plus pauvre de France : Denain[6]. Passé des témoignages recueillis, à partir de la minute 7’40’’, qui sont sans appel et qui semblent être tous attirés par un vote FN, la voix-off dit : «  Et pourtant les pouvoirs publics agissent ». Écoutez bien encore une fois : « Et pourtant, les pouvoirs publics agissent » (10’37’’) ! 

En effet, pour bien démontrer que les « pouvoirs publics [socialistes, ndlr] agissent », pour contrer le chômage de masse dans cette commune, France 2 a choisi, encore une fois, l’exemple du « Garage Solidaire du Hainaut », dirigé par l’islamiste Soufiane Iquioussen (UOIF), à qui la chaîne a tendu son microphone — un mardi 7 mars 2017, me semble-t-il — et sur qui elle a braqué l’objectif de sa caméra, en taisant presque volontairement son nom de famille et son prénom. Elle a présenté, à l’approche des élections, « Garage Solidaire » et le visage de Soufiane Iquioussen comme un entrepreneur solidaire qui embauche, qui sauve des citoyens Denaisiens de la précarité : une promotion ? La voix-off dit : « Tout au bout de la rue, dans ce garage solidaire, huit employés, tous anciens chômeurs de longue durée, pas totalement sorties d’affaires […] Des emplois temporaires aidés par l’État». Ce qui est totalement vrai.

Car le « Garage Solidaire » n’est pas une entreprise, à but lucratif, comme les autres. Il n’est pas soumis au droit à la concurrence. C’est une association loi 1901, à but non lucratif, dénommée « Convergences Plurielles », qui a créé un « outil d’insertion par l’activité économique », et qui demeure soutenue majoritairement par les fonds publics, à hauteur de 80% de son budget annuel. Soufiane Iquioussen n’est donc pas un entrepreneur comme les autres, qui aurait réussi là où d’autres auraient échoué. Lire la suite dans le blog de Mohamed Louizi pour comprendre les liens entre le maire PS de Denain avec le clan Iquioussen.