Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Une mosquée radicale fermée à Sète : encore 110 salafistes, 147 tablighis et 200 UOIF à fermer.

Nous apprenons dans Le Figaro du 6 avril 2017 :

La mosquée Es-Sunna de Sète (Hérault), fermée hier par arrêté préfectoral, était « un lieu de rencontre régulier » pour des fidèles radicalisés, a décrit aujourd’hui le ministère de l’Intérieur.

« Le responsable de cette mosquée prônait une idéologie radicale appelant à la discrimination, à la haine ainsi qu’à l’animosité à l’égard des autres », ajoute le ministère dans un communiqué. « 

La mosquée, située dans le centre de Sète, « constituait également un lieu de rencontre régulier pour des fidèles connus pour leur radicalisation et leur proximité avec des personnes prônant le djihad armé sur le territoire national et cherchant à rejoindre la zone irako-syrienne », ajoute-t-il.

« Certains d’entre eux », poursuit encore le ministère, « ont ainsi été récemment mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ». La mosquée avait fait l’objet d’une perquisition il y a une semaine. Lire la suite dans Le Figaro

Commentaire de l’Observatoire de l’islamisation :

Un coup de menton à deux semaines des élections ? C’est notre sentiment, car le Service Central du Renseignement Intérieur (SCRT) recensait à l’été dernier 120 mosquées salafistes-wahhabittes, dont seules une dizaine ont été fermées ces 8 derniers mois. Il faut ajouter 147 mosquées de la mouvance tablighi, pourvoyeuse de nombreux djihadistes depuis 20 ans (pointage du Renseignement en 2016), et les presque 200 mosquées de l’UOIF, ainsi que celles du Milli Gorus turc. Ces trois derniers courants extrémistes (Tabligh, UOIF, Milli Gorus) sont intégrés au Conseil Français du Culte Musulman, démontrant l’irresponsabilité gouvernementale sur le sujet. Pour plus d’informations, lire la seule enquête existante : Mosquées Radicales : ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 300 pages, 2016).

Articles les plus lus