Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Macron refuse d’interdire les Frères Musulmans en France (UOIF) malgré leur projet totalitaire

Alors que l’organisation islamiste appelle à voter pour Emmanuel Macron, le candidat refuse de la diaboliser à la différence de Marine Le Pen qui demande sa dissolution. Voici quelques éléments pour se faire une idée de la dangerosité de l’organisation qui gère 250 associations de mosquées en France, des collèges et des lycées :

Citations prouvant que l’UOIF est composée de Frères Musulmans :

  • Lhaj Thami Breze (président de l’UOIF de 1992 à 2009, né au Maroc) interrogé par le journal algérien L’Expression du 16 mai 2002

L’Expression : Votre organisation n’est-elle pas proche des Frères Musulmans ?

Lhaj Thami Breze : Nous sommes des Frères Musulmans, mais nous ne sommes pas les Frères Musulmans. Tout le monde à mon avis doit être fier des Frères Musulmans. Les Frères Musulmans représentent le renouveau(… )Les Frères Musulmans, nous les connaissons bien, sont le meilleur des mouvements qui existent. »

Pour celui qui a dirigé l’UOIF pendant 4 mandats : « Les Frères musulmans ont un projet, ils veulent le pouvoir, et ne le cachent pas. Mais nous ne sommes pas assez nombreux ici » interview publiée sur le site de l’UOIF en 2013.

  • Abdallah Ben Mansour (préside l’UOIE-FIOE -structure européenne de l’UOIF- conférencier au congrès de l’UOIF chaque année)  : « notre grille de lecture générale coïncide avec celle des Frères » (entretien avec Sylvain Besson du 27 mars 2005, cité dans La conquête de l’occident, le projet secret des islamistes, Seuil, 2005)
  • Tareq Oubrou : Dans “Le Prêtre et l’imâm”, paru aux éditions Bayard en 2013, Tareq Oubrou affirme page 134 :“Le mouvement des Frères Musulmans prétend moderniser la religion, sans rien toucher à l’essentiel. Ce discours, peu audible, est en perte de vitesse. Je continue d’être membre de ce mouvement”.

Muhammed Mahdi Akef , Guide suprême des Frères Musulmans de 2004 à 2010 >

« Le but des Frères Musulmans est de créer un Etat Islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » (interview de Mahdi Akef dans le documentaire TV « Egypt’s Muslim Brotherood : In their own words »)

Conférenciers extrémistes de l’UOIF :

– Hani Ramadan, intervenait plusieurs fois par an dans les mosquées UOIF, et à son congrès annuel avant son interdiction de séjour. Mais ses livres sont toujours en vente dans les mosquées UOIF :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

– Nabil Ennasri conférencier au RAMF du Bourget 2017. Ancien élève de l’UOIF dans son Institut IESH. Nous avions parlé de lui en 2009 dans un article : « Suite à la relaxe d’un gendarme ayant tué un cambrioleur maghrébin en délit de fuite, le 1er octobre 2009, par la Cour d’assise du Gard, (alors qu’il était encore élève de l’école d’imams de l’UOIF) Nabil Ennasri publiait un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? » Son article se termine par cette phrase :

 « Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

– Hassan Iquioussen. Conférencier au RAMF du Bourget en 2017 (comme tous les ans). Son rêve est le retour du califat :

Dans une conférence[1] sur l’histoire de l’empire Ottoman en janvier 2013, Iquioussen se réjouit des révolutions islamiques ayant porté les Frères Musulmans au pouvoir en Tunisie et en Egypte, et rappelle le devoir pour tous les musulmans de chercher à réinstaurer un système politique islamisé préservé de la laïcité européenne. Les prises de pouvoir par des partis islamistes sont un préalable à leur réunion au sein d’un nouveau califat, idée force de la confrérie : « La cinquième phase, le retour du califat. Le prophète annonce après cette période la plus obscure de l’histoire de l’islam  [il parle précédemment de l’époque coloniale et de l’abolition du califat ottoman par Mustapha Kemal en 1924], et nous sommes dans la transition, vous voyez ce qui se passe dans les pays musulmans, les révolutions, les soulèvements, qui sont le fruit d’une éducation de la part des musulmans nostalgiques de leur passé

Les savants de l’islam auront pour rôle de « ramener les musulmans dans le giron de l’islam pour recréer cette entité politique qui a pour objectif de permettre aux musulmans de vivre leur foi dans tous les domaines : économiques, politiques, et tout ce que vous voulez. Donc le califat est entrain de revenir, ça va prendre du temps mais il y a un début à toute chose, regardez : révolutions, on renverse les tyrans despotes, d’accord, qui étaient tous laïcs, islamophobes. » Référence à Mouamar Khadafi, Hosni Moubarak, Bachar el Assad, qualifiés de musulmans superficiels et d’hypocrites par le prédicateur, qui enchaine : « Et le califat est de retour, les pays musulmans vont se libérer de la tyrannie, après ils vont se libérer de la tutelle occidentale [alors même que ce sont les Etats-Unis qui ont soutenu activement les Frères Musulmans en Tunisie et en Egypte! ] car le néo-colonialisme est toujours présent, et ensuite ils vont s’unir pour revenir au système califal, ce dont le prophète Muhammad dit : ‘tout musulman qui décède sans avoir prêté serment à son chef, au calife, le premier responsable, il décède avec de l’hypocrisie dans le cœur’. Ce qui veut-dire, poursuit Iquioussen, que les musulmans doivent tous faire des efforts pour atteindre un objectif qui est de vivre sous l’autorité politique islamique qui va leur permettre de pratiquer leur religion ».

Sous entendu, une pratique complète de l’islam ne peut s’effectuer que sous un califat, de quoi saper toute appétence des musulmans de France pour le modèle de la république laïque.

Toujours Iquioussen « Nous ne sommes ni marocains et algériens, nous sommes des musulmans… c’est ça notre identité, c’est ça notre nationalité, c’est ça notre être, c’est ça le plus important. Tout le reste est secondaire ». (conférence sur le nationalisme du 24 janvier 2013).

Encore Iquioussen sur le Djihad :

Lors d’une conférence du 14 janvier 2013 à la mosquée de Saint-Denis de La Réunion, filmée sur Dailymotion[2], ayant pour thème l’engagement des musulmans dans la société, Iquioussen fait le point sur les différents combats à mener « Le sommet de l’islam c’est quoi ? c’est l’effort pour la religion [Jihâd]  (…) l’imâm Ibn Qayyim explique ce qu’est le djihâd en islam il dit il y a 13 degrés, Il y a 13 niveaux de Jihad (…) le jihâd contre le nafs [soi-même]  le jihâd contre le shirk [paganisme/idolâtrie/association de divinités] . Après, il y a le jihad contre le munkar [mauvaise action ; abominable ; qui provoque l’aversion], le jihad contre les hypocrites[3] (…) et il [Ibn Qayyim]  met au 13eme rang le Jihad armé contre l´ennemi extérieur.(…) la vie du musulman c’est un effort en permanence pour la promotion du bien et de la, pour répandre sur terre la miséricorde et le combat contre l’injustice, le mal […]Le musulman doit être dans l´action pas dans la réaction. Si l’ennemi choisi le champ de bataille tu as perdu la bataille (…) Nous devons contrecarrer la stratégie du diable. »

Iquioussen négationniste du génocide arménien

Dans une conférence (Conférence du 5 octobre 2013 à la mosquée de Dunkerque https://www.youtube.com/watch?v=8ej7cBHQxHw ) dans la Grande mosquée de Dunkerque (qui fut inaugurée par le sénateur-maire PS de la ville en 2013, Michel Delebarre) le prédicateur de l’UOIF aborde le génocide arménien :

« Cinq cent mille arméniens ont fait pression sur l’ex président de la France Sarko pour qu’il vote une loi pour condamner[4] les turcs, pour un péché qu’ils n’ont pas commis. On est bien d’accord, le pseudo génocide arménien. La loi n’est pas passée hein, donc je peux dire que ça existait pas. Si la loi était passé, alors là je ferme ma bouche. Vrai ou faux ? Si la loi était passée je ne pourrais pas dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne. Donc là je peux m’éclater ! Regarde je parle, il n’y a pas eu de génocide, et j’ai les preuves historique qu’il n’y a pas de génocide[5] »

 

– Mohamed Al-Arifi invité congrès UOIF 2013 > défend Ben Laden !

Pur produit de l’école wahhabite, titulaire d’un doctorat en « fondement de l’islam », il occupa longtemps le poste d’imam de la Mosquée de l’académie « Roi Fahd » de la Marine saoudienne. Devenu trop extrémiste, même pour l’Arabie Saoudite, Al-Arifi fut licencié de l’Université du Roi Saoud de Riyad en 2014 où il enseignait. En 2013, il passa plusieurs jours en prison, accusé d’être trop proche de la confrérie des Frères Musulmans, alors que le royaume saoudien avait pris position pour le maréchal Sissi contre la confrérie en Egypte. En février 2013, cheikh Mohamed Al-Arifi lors d’une émission télévisée affirmait que Al-Qaida « ne tolère pas l’effusion de sang » et fit allusion au « cheikh Ben Laden, que Dieu le bénisse et prie pour son âme », conférant au psychopathe neutralisé en 2011 une légitimité islamique, un cheikh étant un docteur de la loi. Les médias arabes avaient largement commenté le dérapage[6].

Mohamed Al Arifi fut invité à diriger la prière du vendredi lors du congrès 2013 de l’UOIF au Bourget, obtenant un visa de séjour, malgré sa mansuétude envers Ben Laden. Exemple parmi tant d’autres du laxisme de l’Intérieur alors dirigé par Manuel Valls. Ses vacances de l’été 2013 à Londres dans un grand hôtel, alors qu’il appelait les musulmans à partir faire le djihad en Syrie, suscitèrent les moqueries de la presse orientale. C’est ainsi que le célèbre quotidien saoudien Okaz affubla Al-Arifi du titre de « cheikh des moudjahidines à Piccadilly », en référence à une grande avenue de Londres. Reconnu et agressé par des islamistes lui reprochant son train de vie lors de son séjour londonien, une photo le montrant alité dans un hôpital fut largement commentée.

« Le commandant des jeunes se trouve dans la capitale du brouillard, allongé sur le lit de l’un des plus luxueux hôtels de Londres, pendant que des centaines de jeunes, partis en Orient, meurent chaque jour, suite à son appel retentissant » écrivit je journal Okaz.

Autre exemple de la singularité d’Al Arifi, il justifia le mariage précoce des jeunes filles au Yémen et en Arabie Saoudite dès 15 ans, âge idéal selon lui, de par le climat chaud « qui favorise une puberté précoce », et rappelle que le prophète Mahomet se maria à Aicha lorsqu’elle eut 9 ans « car c’était l’usage à l’époque[7] ».

En 2015, l’invitation au Maroc d’Al Arifi suscita l’indignation de nombreux marocains, dont les pétitions portèrent leur fruit : il fut contraint d’annuler son voyage. Le média marocain Bladi rapportait : « ce Cheikh très controversé qui avait entre autres soutenu le départ de jeunes en Syrie et publié une fatwa interdisant aux filles de se retrouver seules avec leur père[8]»

Interdit de séjour au Maroc, dans le collimateur de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte, il n’y a qu’en France qu’il peut tranquillement prêcher à cause du laxisme du ministère de l’Intérieur.

– Safwat Hijazi (vidéo ci dessous) , égyptien, invité au congrès UOIF en 2012, conférencier dans plusieurs mosquées UOIF dont Mulhouse ces dernières années. Principal intellectuel des Frères Musulmans dans le Moyen-Orient. Emprisonné par Sissi. A affirmé à la télévision égyptienne en juillet 2012 >

« Si vous lisez la littérature des Frères Musulmans, voilà ce qui ne peut jamais être perdu de vue : le califat islamique et la domination du monde. Oui, nous serons les maitres du monde, l’un de ces jours. »

 

Congrès UOIF du Nord (RAMN) : Ratib Nabulsi invité en 2016 (refusé par l’Intérieur) :

Son nom complet est Mohamad Ratib Al-Nabulsi [5]. C’est un frère musulman[6] syrien né en 1938. « L’éminent » convive invité par l’UOIF différencie dans un article, traitant des annulatifs de l’islam, entre différents types d’apostasie : apostasie dogmatique, apostasie verbale, apostasie en lien avec la pratique du culte, etc. Ainsi, la simple critique des sources islamiques est une forme d’apostasie selon lui. Le blasphème est une autre forme d’apostasie. Il conclut en disant : « L’apostat a droit qu’on lui donne une chance pour se repentir. S’il persiste, il faut le tuer »[9] !

Pis encore, dans une vidéo arabe, sous-titrée en anglais, le frère musulman Nabulsi dit : « L’homosexualité implique un endroit sale et ne génère pas de progéniture. L’homosexualité conduit à la destruction de l’homosexuel. C’est pour cette raison, mes chers frères, le châtiment de l’homosexualité est la peine de mort »[26][27] !

Sa demande de visa fut refusée. La page Facebook du RAMN avait fini par publier une nouvelle affiche, mise à jour, sans la photo de Ratib Nabulsi, avec ce message : «Voici l’affiche finale de la RAMN 9. Vous remarquerez dans cette version l’absence de l’éminent Dr. Ratib Nabulsi. Après plusieurs échanges, Dr. Nabulsi nous a confirmé son accord à être parmi nous le 7 février 2016. Malheureusement, lors de sa demande de visa, celle-ci lui a été refusée ainsi que d’autres savants. Lire la suite sur > https://blogs.mediapart.fr/mohamed-louizi/blog/250116/7-fevrier-un-doigt-d-honneur-de-l-uoif-la-republique

 

Lycées UOIF :

Makhlouf Mameche, directeur adjoint du Lycée Averroès (financé par l’état), vice-président de l’Union des organisations islamiques de France en charge de l’enseignement privé, donne souvent des conférences à la mosquée de Lille. Extraits :

« Voilà comment le Prophète a planifié, dans un secret total, son plan d’action, son projet, son programme. On doit travailler secrètement, jusqu’à ce qu’on mette en place le projet entier.

Quand on est en état de faiblesse, il faut attendre un peu. Il faut acquérir la force pour pouvoir réagir. En tant que communauté musulmane de France, nous devrons travailler en douceur, sans crier au loup. Nous devons multiplier nos actions sans faire trop de bruit. » source vidéo

Lire aussi >

[1] L’empire Ottoman-partie 1, chaine Youtube officielle de Hassan Iquioussen, mise en ligne le 2 janvier 2013. https://www.youtube.com/watch?v=EAyGG1b5b3U

[2] Conférence de Hassan Iquioussen sur l’engagement en islam, à Saint-Louis de La Réunion le 14 janvier 2013. Mis en ligne sur Dailymotion le 18 janvier 2013.

[3] L’hypocrisie (munafiqines) en islam qualifient selon le juriste Ibn Taymiyya dans son livre As-Sârim Al Masloûl, ceux qui se présentent comme musulmans mais qui ne sont pas observant des lois islamiques : « leur hypocrisie peut être connu à travers une parole qu’un homme croyant les entend prononcer, et le rapporte alors au prophète. Ils jurent alors qu’ils n’ont jamais dit ça ou alors des fois ils ne jurent pas. Et des fois cela apparaît lorsqu’ils retardent la prière ou le Jihâd, ou lorsque la Zakât est pénible pour eux, ou lorsqu’ils manifestent de la répulsion envers beaucoup de lois d’Allah. »

[4] En réalité, le projet de loi portait sur la reconnaissance du génocide arménien et la condamnation des négateurs, non sur la condamnation de la Turquie.

[5] https://www.youtube.com/watch?v=8ej7cBHQxHw

[6] Controversial Saudi scholar claims Osama Bin Laden was hard done by, Albawaba, 8 février 2013.

Major Saudi cleric defends Bin Laden on Al- Jazeera, Al Arabiya News, 8 février 2013.

[7] Why did Aisha get married so young ? Shaikh Muhammad Al Arifi, chaine Iqra, mis en ligne sur youtube le 10 juillet 2012.

[8] Le controversé Cheikh Mohamed Al-Arifi ne viendra pas au Maroc, Bladi, 12 octobre 2015

Articles les plus lus