Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Une candidate En Marche photographiée voilée dans une mosquée pro UOIF à l’imâm frériste

Latifa Chay, conseillère municipale PS, est investie par « La République En Marche » (mouvement de Macron) dans la 4ème circonscription de la Drôme.  Elle est connue pour réclamer la reconnaissance de l’état palestinien et l’autorisation du voile durant les sorties scolaires. Elle dit « Bravo » à l’imâm frériste Abdallah Dliouah, qui l’a accueilli dans sa mosquée en mai dernier. Elle s’y est rendue voilée :

Latifa Chay est à droite

Ici en octobre 2016 avec la député turco-belge Mahinur Ozdemir connue en Belgique pour être une négationniste du génocide arménien. (Wikipedia et RTBF)


Mahinur Ozdemir accueillie à Romans par la candidate En Marche (photo ci-dessus) est officiellement soutenue par le parti islamiste AKP d’Erdogan comme le rappelle le quotidien Le Soir. En 2010, Mahinur Ozdemir avait épousé en Turquie un attaché parlementaire de l’AKP, le parti islamique au pouvoir en Turquie. Latifa Chay ne peut ignorer son identité. D’autant que les élus de gauche de Romans et de Bourg-de-Péage avec la députée-maire péagoise Nathalie Niaison avaient réagi. Dans un communiqué commun ils avaient déclaré « Cette députée a été exclue de son parti centriste belge, le CDH, pour avoir tenu des propos assimilés à une négation du génocide arménien. Quelques jours après le vote des parlementaires français de tous bords de la pénalisation de la négation des génocides, il ne nous semble pas opportun de promouvoir l’action de cette députée ».
Les élus de gauche s’étaient désolidarisées de leur élue (PS) en affirmant « qu’il s’agit d’une démarche personnelle de Latifa Chay ». (source)

Latifa Chay est « amie » sur Facebook avec Mme Ozdemir.

Lire l’article de la RTBF sur cette affaire Ozdemir.

L’imâm Abdallah Dliouah de la mosquée Al Forqan (inaugurée en 1994 par le maire PS Rodolphe Pesce) organise des bus à destination du congrès de l’UOIF, et invite souvent des prédicateurs de cette fédération inspirée par les Frères Musulmans. Il intervient également en tant que conférencier au Rassemblement annuel de l’ UOIF (RAMF). On reconnait sur l’image à gauche de Tariq Ramadan, Omar Abdelkafi, pour qui l’attaque du Bataclan est « une pièce de théâtre mise en scène » et qui annonce le « châtiment de la tombe » pour les femmes non voilées  :

(L’IESH est l’école d’imâms de l’UOIF)


L’imâm défend l’ex président égyptien membre des Frères Musulmans, Mohammed Morsi, élu frauduleusement en 2011, jugé pour avoir incité ses partisans à réprimer dans le sang les manifestations populaires de l’été 2013. Morsi avait osé demandé la libération de Omar Abdel Raman, cerveau des attentats de 1993 à New-York !

Sur sa page Facebook, le prédicateur Abdallah Dliouah soutient Mohamed Morsi, l’ex-président égyptien déchu des Frères Musulmans, celui pour qui » le Coran est une constitution et le Califat islamique le but ultime du pouvoir »


Le Grand Mufti de Jérusalem Al-Husseini (1895-1974) était l’allié d’Hitler : les dernières recherches historiques confirment qu’il était favorable à l’extermination des juifs, lire cet article de Slate pour en savoir plus.

Rencontre avec Hitler en 1941

Le mufti « à tenté de persuader les Allemands d’annuler un échange de prisonniers en 1943 qui aurait envoyé 4.000 enfants juifs en Palestine, » a déclaré le Dr. Rafael Medoff, directeur de l’Institut David S. Wyman pour l’étude de l’Holocauste à Washington.« À la suite de l’intervention du mufti, les enfants ont été envoyés à Auschwitz. Il est amplement prouvé qu’il savait qu’ils seraient assassinés « , a dit Medoff.

Le Mufti Al Husseini est également responsable du massacre d’Hebron de 1929, auquel il est également fait référence en tant que pogrom d’Hebron, le 24 août 1929. Des arabes y massacrèrent 67 juifs, dont 24 étudiants, en blessèrent 53, pillèrent des maisons juives et des synagogues. En savoir plus.


L’imâm d Abdallah Dliouah rend hommage à l’islamiste bosniaque Alija Izetbegovic (1925-2003) qui avait écrit dans son Manifeste Islamique paru en 1970 :

« Le mouvement islamique peut, ou plutôt doit commencer par la prise du pouvoir dès lors qu’il possède une grande part de puissance morale et numérique qui lui permet, non seulement de renverser le pouvoir non islamique, mais encore d’établir le nouveau pouvoir islamique. »

« Il ne peut y avoir de paix ou de coexistence entre la foi islamique et les sociétés et les institutions politiques non-islamiques. ..L’Islam exclut clairement le droit et la possibilité d’activité sur son propre terrain de quelque idéologie étrangère à l’Islam que ce soit… et l’Etat doit être une expression de la religion. »

« L’islam ne peut en aucun cas coexister avec d’autres religions dans le même Etat, sauf comme un expédient à court terme. Sur le long terme, par contre, après être devenue plus fort, dans un pays quel qu’il soit, les Musulmans ont le devoir de s’emparer du pouvoir et de créer un Etat authentiquement islamique ».  Lire plus d’extraits du Manifeste Islamique d’Alija Izetbegovic ici.

Dliouah soutient le président islamiste Turc Recep Erdogan.

Abdallah Dliouah : « L’université du Qatar honore Erdogan. Les photos parlent d’elles mêmes. Fier du Qatar et fier de la Turquie. »

Une conférence avec l’islamiste Hassan Iquioussen organisée dans la mosquée Forqane, connu pour nier le génocide arménien et militer pour le retour d’un califat dominé par les Frères Musulmans. Lire les retranscriptions de ses prêches dans l’enquête Mosquées Radicales (éditions DMM, 2016).


Sur son site personnel, l’imâm Abdallah Dliouah défend les terroristes du Hamas, publie des hadith recommandant de tuer les apostats (hadith n°14), de « combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allâh, et que Mohammed est Son Envoyé » (hadith n°8), et rappelle les propos belliqueux du « prophète » : «La partie principale de la religion, c’est la soumission à Dieu, sa colonne, c’est la prière, rituelle, et l’extrémité de son sommet, la guerre sainte» (hadith n°29) :

Copie d’écran du blog de l’imâm de Valence.


Toujours sur son site, Abdallah Dliouah relaie les fatwa du cheikh Youssef-Al Qaradawi (qui ordonne de tuer les homosexuels et les apostats , lire) et fait de la pub pour un ouvrage de Hani Ramadan dont la pensée se résume à ce prêche qu’il a lui même fait éditer :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

L’imâm de Valence conseille de lire un ouvrage du Frère Musulman Mohamed Al Ghazali (ici) connu pour avoir justifié le meurtre du penseur libéral égyptien Farag Foda en 1992.

En octobre 2014, il loue un des financiers du Hamas, Raed Salah, dans un article élogieux. Salah veut établir un califat mondial ayant pour capitale Jérusalem (lire), et accuse les Juifs de faire du pain avec le sang des enfants européens (Wikipedia).

Enfin, il réclame la possibilité de prier dans la rue dans un article.

Nous attendrions d’une élue d’un parti « républicain » une totale distanciation avec le totalitarisme islamique, qui ne saurait se prévaloir d’une opération de communication type « Portes ouvertes » pour jouir d’un brevet de respectabilité. Se rendre voilée dans une mosquée extrémiste, c’est conférer à ce lieu une dimension sacrée, banaliser son statut de « lieu de culte ».  Nous préférerions que Latifa Chay demande l’interdiction des imâms fréristes et la fermeture de leurs mosquées faisant la promotion d’ idéologues du crime bien identifiés. Ajoutée à l’accueil chaleureux d’une islamiste très proche de l’AKP en tant que conseillère municipale de Romans-sur-Isère (pourtant mise en garde par ses homologues du PS), parler de complaisance avec l’islamisme n’est pas diffamatoire. 

Lire en complément cet excellent dossier de Mohamed Louizi sur les membres philo musulmans du parti d’Emmanuel Macron, ainsi que cet article sur Edouard Philippe proche de Macron.

Observatoire de l’islamisation – 12 mai 2017.