Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Sarah Halimi tuée par un islamiste en avril à Paris : fin de l’omerta journalistique

Sarah Alimi, assassinée rue Vaucouleurs dans le 11e arrondissement de Paris le 3 avril dernier. Dans l’indifférence de BFMTV.

Témoignage de la journaliste Naomi Hall : 

« Ce matin, mon téléphone sonne: c’est le frère de Sarah Halimi. Abattu, la voix brisée, mais digne, debout. Il a entre les mains le rapport de police et les détails du meurtre de sa sœur. Il me dit qu’après l’avoir lu, il est tombé malade plusieurs jours, il tient quand même le coup. Dans la nuit du 3 au 4 avril dernier, le voisin, Kada Traoré, entre à 4h du matin chez sa soeur Sarah Halimi par le balcon, il la tabasse, la torture, elle hurle et il récite des sourates du Coran et dit Allah Akbar (un voisin a fait un enregistrement audio de toute la scène, il est aujourd’hui traumatisé et suivi par un psychiatre). L’autopsie révèle plus d’une vingtaine de fractures sur son corps et son visage. Pour finir, le meurtrier l’attrape et la jette par la fenêtre, du troisième étage. La police est dans l’immeuble pendant tout ce temps, ils ne franchissent pas le pas de la porte (eux aussi seront sûrement traînés en procès par les deux avocats de la famille: Me Buchinger et Me Goldnadel). Les dizaines de voisins de ce minuscule immeuble, qui entendent forcément les hurlements de madame Halimi n’ont pas bronché, aujourd’hui seulement six d’entre eux ont accepté de témoigner.

J’essaie de ne pas tomber dans le misérabilisme, de me contenir et de questionner ce silence irresponsable qui entoure ce meurtre. C’est bien pire qu’une petite phrase antisémite prononcée il y a dix ans par les politiciens, genre d’affaires qui fait régulièrement la chronique.
L’avocat de la famille organise très bientôt une conférence de presse. Je demande à la presse nationale d’arrêter quelques minutes de s’intéresser à la coupe de cheveux de Brigitte Macron et de se plonger dans ce scandale. Il est inimaginable que l’assassinat de Sarah Halimi soit passé sous silence. » Source

Me Goldnadel, avocat à la cour de Paris a été désigné par la famille de Sarah Halimi, avec Me Buchinger, pour défendre le dossier devant la justice. Lors de cette interview, celui-ci fait le point sur l’avancée du dossier et confie également sa stupéfaction à propos du silence médiatique qui recouvre l’affaire. « Un journal texan l’a évoqué tandis que la presse hexagonale conserve son mutisme », remarque-t-il. (Actualité Juive)

« Je ne voulais pas me prononcer avant d’avoir vérifié les faits car je me méfie beaucoup des rumeurs. J’attendais des éléments indiscutables. Je peux vous confirmer aujourd’hui plusieurs informations sur ce meurtre abominable : les nombreux et terribles coups sur la victime avant le meurtre sont désormais avérés, le meurtrier a également dit Allah Akbar et récité des sourates du Coran. Cela est maintenant vérifié. Un voisin qui a témoigné, a également enregistré le son de cette terrible attaque. »

A.J.: Avez-vous davantage d’éléments sur le profil de Kada Traoré, le meurtrier ? Peut-on le qualifier d’islamiste ?  

« La famille confirme que c’était un musulman pieux, qui allait à la mosquée, sans qu’elle le présente comme un musulman fanatique. Il a le profil de tous les islamistes radicaux violents : son casier judiciaire est long comme un jour sans pain, avec des condamnations multiples et variées dans des histoires de drogues et de violence. En tout, on recense plus d’une vingtaine de condamnations. Aussi, et il est important de le noter, à notre connaissance, M. Traoré n’avait aucun passé psychiatrique. Pourtant lorsque la police l’a saisi après les faits, elle a considéré qu’il ne fallait pas l’incarcérer mais l’envoyer en psychiatrie. »


Sarah Halimi est morte mardi 4 avril au matin, peu après 5 heures, après avoir été poussée par la fenêtre de son appartement par un voisin. Kada Traoré, âgé de 27 ans, est soupçonné de l’avoir défenestrée après l’avoir rouée de coups. (Voir l’article)

Articles les plus lus

Articles en rapport