Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Un franco-tunisien pour remplacer le calife Al-Baghdadi ?

Abou Bakr Al-Baghdadi prêchant en 2014 dans une mosquée de Mossoul.

Article de Joachim Véliocas pour Boulevard Voltaire du 19 juillet :

Un mois de juillet chargé pour ceux qui s’intéressent à l’actualité du Proche-Orient : les dernières poches du groupe État Islamique dans Mossoul viennent de tomber, et le « calife » autoproclamé Abou Bakr Al-Baghdadi est probablement mort. Les services de renseignement tentent actuellement de prouver que les informations de l’OSDH et de la chaine irakienne Al-Sumaria sont justes.

Si tel est le cas, ce serait un revers stratégique pour l’organisation, réduite à peau de chagrin (moins de 5000 hommes contre 30.000 il y a trois ans) et ne contrôlant plus que quelques bourgades mineures hormis encore la moitié de Rakka. L’attraction d’Al-Baghdadi réside dans le fait qu’il soit diplômé d’un doctorat en sciences islamiques, ce qui en impose aux jeunes musulmans qui, surtout en Europe, ne peuvent matériellement se lancer dans ce types d’études longues et couteuses, car non prises en charge par les sociétés européennes. Le fait d’être irakien et, dit-on, descendant de la même tribu Quraychite de Mahomet, achève de poser l’homme devant les médiocres arabisants salafistes en France, compensant leurs lacunes en « sciences islamiques » par une panoplie vestimentaire. Lire la suite sur Boulevard Voltaire.

Articles les plus lus