Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Barcelone: « Le Jihâd implique la guerre » nous disait mon frère (Driss Oukabir).

Extrait du livre de jurisprudence islamique « La réalisation du but » du juriste Ibn Hajar enseigné dans les grandes mosquées françaises.

D’après un article d’El Mundo du 2 septembre

Le témoignage de Driss Oukabir, frère de Moussa mort dans l’attaque de Cambrils, face au juge, montre que la radicalisation de son petit frère était connue de son entourage. Le juge d’instruction Fernando Andreu relève que cette mise en pratique de l’islam se concrétisait dans l’habillement de Moussa. Driss a reconnu que ce dernier ne participait pas à la prière du matin car il la croyait surveillée par la police, et se voyait reprocher par lui de ne pas fréquenter des musulmans exclusivement. Il communiquait avec lui son projet de mener la guerre islamique car « les musulmans doivent faire le jihâd qui implique la guerre« .

Driss, qui a loué la fourgonnette pour son frère et ses amis djihadistes, est maintenu en détention, étant donné son degré de proximité avec le groupe, et de sa complicité présumée: Driss raconte que Moussa lui avait parlé d’un déménagement, mais sans connaitre le lieu en question, et trouvant bizarre qu’ils partent à 100 kilomètres de Ripoll. Aussi, Driss devra faire face avec les contradictions de son premier témoignage, lorsqu’il faisait croire que son petit frère avait subtilisé ses papiers à son insu pour la location de la camionnette. 

Driss Oukabir est maintenu en détention provisoire avec trois autres individus de la même cellule:

Articles les plus lus