Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Valls dénonce l’ « islamogauchisme », lui qui veut financer les mosquées par l’argent public

6 juillet 2012, Manuel Valls, alors  ministre de l’Intérieur, inaugure la Grande mosquée de Cergy acquise aux Frères Musulmans (preuves dans l’enquête Mosquées Radicales, éditions DMM, 2016)

Alors que Manuel Valls se targue d’être une sentinelle de la laïcité et intransigeant avec les islamistes, pour mieux dénoncer La France Insoumise, ce document présente l’enquête Ces maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, réédition 2015) où il est rappelé que l’ancien Premier ministre a inauguré la mosquée de Cergy dirigée par des imâms bienveillants avec Frères Musulmans. De plus, dans son livre d’entretien « la laïcité en Face » paru en 2005, il plaidait pour un financement public des mosquées :

Le 2 décembre 2003, Libération titrait « Valls (PS) pour un financement public des mosquées [1]», en commentant la tribune de celui qui n’était encore que maire d’Evry, publiée par l’hebdomadaire Marianne dans lequel il estimait qu’il faut «faire évoluer la loi de 1905 afin de permettre la construction des lieux de culte à travers un financement transparent, et par conséquent public». Une telle évolution permettrait d’empêcher «les financements et les moyens de contrôle de l’étranger».

Lors de la sortie de son livre « les Habits neufs de la gauche » (Robert Laffont, 2009) Manuel Valls donnait une interview au Nouvel Observateur, réalisée par Jean-Gabriel Fredet. En voici un extrait :

« Nouvel  Observateur. – Comme outil d’égalité, vous proposez un pacte d’intégration…


M. Valls. – L’intégration est un terme désuet (…) Le modèle républicain n’a pas réussi à donner une représentativité aux communautés qui font notre diversité. En revanche, il a résisté aux tenants du voile, qui refusaient l’égalité devant la loi et le principe de laïcité. Je souhaite une évolution de la loi de séparation de 1905 pour qu’un peu d’argent public aille à la construction de mosquées. » 

Déjà, dans son livre d’entretiens avec Virginie Malabard, « La laïcité en face » (Desclée de Brouwer, 2005), l’actuel Premier ministre demandait une révision de la loi de 1905 pour permettre de financer les mosquées, il y revient de manière réfléchie sur plusieurs pages :

« On ne peut vouloir un islam en France et permettre l’influence de pays étrangers dont les flux financiers relativement importants convergent vers l’Europe. Dans le contexte d’aujourd’hui, nous aurions plutôt intérêt à favoriser un financement public, géré dans la plus grande transparence, qui contribuerait à cet islam de France diffusé par des imams Français » (p.120)

Pour Valls, il s’agit d’un « rattrapage » car l’islam aurait trop de retard par rapport à l’implantation du christianisme en France. Un relativisme à la mode destiné à ménager l’électorat musulman, qui ne laisserait aucune légitimité supérieure à 1500 ans d’identité chrétienne :

« -Virginie Malabard : Financer les cultes, n’est-ce pas cependant conforter ceux qui revendiquent un statut d’exception au motif que l’islam est davantage qu’un culte ? 

– Manuel Valls : On peut tout faire dire à un financement public des cultes ! Il est évident que, dans mon esprit, il faut réparer une inégalité de traitement par rapport à une situation nouvelle que représente l’implantation de l’islam. Inscrire ce financement dans une volonté de rattrapage, pourquoi pas sous la forme d’un moratoire (…) il faut remédier à une situation de crise car on ne peut pas ignorer l’émergence des religions des populations issues de l’immigration extra-européenne. » p.121

Le manque de mosquées en France est donc une « situation de crise ». Nos impôts doivent y remédier. Inquiétant raisonnement.

Manuel Valls rappelle que c’est son prédécesseur, le ministre de l’Intérieur socialiste Philippe Marchand (juillet 1990 – janvier 1991) qui lança l’idée de financer les mosquées :

« Déjà le rapport Marchand, en 1990, préconisait un financement public des cultes. Je pense qu’il peut asseoir cet islam de France. J’assume donc pleinement cette idée d’une participation de l’Etat dans l’organisation de l’islam en France et je souhaite qu’il aille jusqu’au bout » p.124

[1] http://www.liberation.fr/politiques/2003/12/02/valls-ps-pour-un-financement-public-des-mosquees_453880

Articles les plus lus