Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

2011 : l’évêque de Carcassonne s’insurgeait contre la « haine anti islamiste » après le caillassage d’une église par des arabes

Publié le 8 novembre 2011 sur le blog de Bernard Antony

« Pour une fois, une attaque perpétrée contre une église catholique a été relayée lors du JT de TF1. La première chaine a en effet ouvert son journal de 20H00 vendredi 5 novembre pour dénoncer l’attaque par deux adolescents d’origine nord-africaine de l’église Saint-Jacques du quartier du Viguier de Carcassonne, lors de la cérémonie du jour des morts . Ces derniers ont, rappelons-le, caillassé les fidèles et cassé la statue de la Vierge Marie située à l’entrée de l’édifice.

Alors que les fidèles ont témoigné de la violence de l’attaque et que le curé, l’abbé Garouste a estimé, à juste titre, qu’il s’agissait « d’une véritable profanation« , l’évèque, Mgr Planet, a déclaré : « Les déchaînements de haine anti-islamiste qui ont suivi les événements de Carcassonne sont beaucoup plus offensants pour le Christianisme et le Christ lui-même que la sottise de quelques enfants mal intentionnés. L’évêque de Carcassonne et Narbonne ne peut pas cautionner un appel à la haine et au communautarisme tel qu’il se développe actuellement sur les réseaux Internet. »

Si Mgr Planet voulait bien enlever ses lunettes de béni-oui-oui, il saurait que cette profanation n’est pas anecdotique et que, comme le disent les habitants du quartier du Viguier, il y a des années que cette église n’est plus respectée par les musulmans du quartier à tel point que nombre de paroisiens de saint-Jacques se sont réfugiés dans une autre paroisse, moins exposée, l’église Saint-Michel.

S’il faisait son travail d’évêque, il essaierait de comprendre la nature de cet islam qui a fait irruption dans l’espace public et religieux français. Il s’apercevrait alors qu’au delà de la religiosité, l’islam est aussi un système social qui ne fait que tolérer les chrétiens les réduisant à un statut d’infériorité.

S’il faisait son travail d’évêque, il serait aux côtés des chrétiens d’Orient qui eux savent déjà dans leur chair ce que veut dire être chrétien dans un pays à majorité musulmane.

Pour ne pas finir comme nos frères d’Orient, il est donc plus que temps que les chrétiens de France fassent savoir tout cela à certains évêques incultes et dévirilisés et que dès à présent, ils ne tolèrent aucune exactions anti-catholiques, fussent-elles le fait de jeunes « mal intentionnés ».

Bernard Antony, directeur de Chrétienté-Solidarité