Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Sept nouvelles mosquées en projet à Milan: le dossier sur la table de Matteo Salvini

C’est une polémique récurrente à Milan: la mairie dirigée par le démocrate Guiseppe Sala a toujours fait preuve de mansuétude à l’égard des islamistes pour l’édification de mosquées, tandis que l’opposition municipale et la Région dirigée par la Ligue tentent de freiner ces projets menés par les Frères Musulmans et le Milli Görüs, entre autres. La nouvelle norme régionale prévoit une série de restrictions qui pourrait faire barrage à certains projets.

Parmi les demandes acceptées par la mairie dans le cadre du Plan d’urbanisation,  il y a quatre propriétés musulmanes:  celle de Via Padova / Gobba (Association Al-Waqf Al-Islami en Italie, les Frères Musulmans de l’UCOII), via Maderna (Communauté culturelle islamique Milli Görüs), Via Gonin (Association culturelle Der El Hadith) et via Quaranta (Fajr de la Communauté Islamique). 

Mais la nouvelle norme de la Région attache comme une condition incontournable pour l’ouverture de nouveaux lieux de prière  une série d’exigences strictes : la présence de routes de liaison, des distances minimales, un parking public. Les prêts bancaires et financements étrangers sont aussi passés à la loupe.  Cette Norme appelé « anti-mosquée », avait déjà bloqué l’attribution par la municipalité de trois nouveaux lieux de culte dans la ville, y compris deux mosquées en fait, suscitant une vive controverse. 

Le vicaire de l’archevêché , Monseigneur Luca Bressan, responsable de la culture interrogé par le Corriere della Sera plaide pour une  liberté totale des musulmans : « L’émergence de la communauté de foi aidera à contrecarrer le déclin de la prière dans la société italienne, sans parler de l’erreur d’associer l’islam aux migrants  : il y a maintenant beaucoup de citoyens italiens qui professent la religion musulmane et il est juste qu’ils aient des lieux où ils peuvent exprimer leur vie de foi « .

L’Archevêché de Milan est toujours très en verve dans ces débats, et a par le passé par la voix du cardinal Tettamanzi, défendu les projets des Frères Musulmans rue Padova et rue Jenner. Nous aborderons ces questions du soutien de l’Eglise aux mosquées radicales de nombreuses villes italiennes (Ravenne, Brescia, Florence, Pinerolo, Bologne…) dans un livre à paraitre fin août 2018 « L’Eglise face à l’islam » (éditions de Paris).

Observatoire de l’islamisation, 4 juin 2018.