Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Une fille Yézidi réfugiée en Allemagne croise son violeur de l’Etat islamique ayant obtenu l’asile

Lu sur Euronews du 17 août 2018:

Deux mois et demi de supplices sexuels en Irak, puis un peu plus de trois ans d’apaisement et de reconstruction en AllemagneAshwaq Haji, une jeune fille qui appartient à la minorité des Yézidis, pensait être débarrassée définitivement de son prédateur sexuel, un ex-combattant du groupe Etat islamique, mais le mal en personne est revenu la hanter jusque dans son pays européen d’adoption. Un début de vie déjà bouleversé à trois reprises. (…) 

Le 21 février dernier, Ashwaq Haji va faire des courses dans un supermarché de son lieu de résidence allemand. Deux hommes l’attendent dans une voiture blanche, l’un d’entre eux sort et vient à sa rencontre. La jeune Yézidie raconte la suite dans un entretien accordé à Ole Krogsgaard, journaliste d’Euronews :

« Est-ce que je peux vous demander quelque chose ?, me dit l’homme en allemand. Vous êtes Ashwaq, non ? ».

« Je réponds : Non, qui êtes-vous ? ».

« Il dit : Oui, vous êtes Ashwaq, et je suis Abou Houmam. Et là, il m’a parlé en arabe : Ne me mens pas ! Je sais où tu vis, je sais avec qui tu vis, dans quelle rue, je sais à quelle école tu vas. Il savait tout sur ma vie en Allemagne ».

Ashwaq nous a confié qu’il lui avait donné l’adresse exacte où elle était avec sa mère et son frère. Des frissons dans le dos, elle fuit… une fois de plus ! Lire la suite sur Euronews