Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Les mosquées « rigoristes » de Strasbourg toujours ouvertes, même les plus radicales

Mosquée Eyyûb Sultan actuellement en construction, dirigée par les islamistes du Millî Görüs tolérée par le laxisme gouvernemental.

Voici une liste de mosquées strasbourgeoises dont l’orientation se rattache à un courant orthodoxe dur de l’islam sunnite :

      • La mosquée de l’association An Nour, rue des Petites-fermes, centre départemental des tablighis de l’association Foi et Pratique siégeant au CFCM.
      • Mosquée dite de « La Gare » de l’Association Islamique de l’Est de la France. Membre de l’UOIF, la branche française informelle des Frères Musulmans. Un de ses prédicateurs réguliers est l’égyptien Ahmed Sami, ancien professeur à la Mosquée du Prophète à Médine (Arabie Saoudite), dont on ne sait si la situation a été régularisée en France.
      • Institut Al Fourqane, dirigé par Ahmed Sami cité plus haut. Sa page Facebook montre des liens avec le Milli Gorus local et des personnalités de l’UOIF. A noter que « Al Fourqane » est le nom de la vingt-cinquième sourate coranique très dure envers les « mecréants » et les « égarés » (chrétiens), ainsi le verset 13 : « Et quand on les y aura jetés, dans un étroit réduit, les mains liées derrière le cou, ils souhaiteront alors leur destruction complète ». Verset 19 : « quiconque des vôtres est injuste, Nous lui ferons goûter un grand châtiment ». Verset 52 : « N’obéis donc pas aux infidèles; et avec ceci (le Coran), lutte contre eux vigoureusement ». Le simple fait d’intituler ainsi un institut musulman, de plus dirigé par un étranger, devrait conduire le préfet à le fermer. Mais malgré de nombreuses alertes, l’institut est ouvert.
      • Mosquée Al Imane de l’Association des Musulmans de Strasbourg. Dirigée par le tunisien Mohsen Ayachi, ancien de l’UOIF.
      • Mosquée du quartier du Port du Rhin, gérée par l’association« Future génération Ihssane » dont un des fondateurs, Abobacar a été formé à l’institut de l’UOIF. Dirigée aujourd’hui par Kamal Barkat, ancien d’une mosquée de Chelles. Lors de son passage à Chelles dans l’Association Islamique Culturelle et Cultuelle Aboubaker Essaddik, il fut signalé par les dirigeants comme étant radicalisé. Ses frères sont connus comme étant des salafistes. Pourquoi donc la préfecture l’autorise à diriger dorénavant une mosquée à Strasbourg ? D’autant que, comme on le voit sur la publication suivante, la mosquée diffuse les livres de Al Qaradawi qui prescrit le meurtre des apostats et des homosexuels (cf: Le Licite et l’illicite en islam) et le traité de charia « Boulough al Maram » d’Ibn Hajar dont un chapitre est dédié au jihâd offensif (lire son contenu ici) :

    • Mosquée Al Wahda de l’ association Al Andalous à Schiltgheim. Son recteur est Messaoud Boumaza qui a une fonction de direction à l’Institut de formation d’imâms de l’UOIF (IESH basé dans la Nièvre).
    • Mosquée de Hautepierre  Ar-Rahma, membre de l’UOIF.
    • Mosquée Eyyûb Sultan du quartier de la Meinau. Actuellement en chantier. Dirigée par le Milli Gorus turc. Première pierre posée en octobre 2017 par le maire de Strasbourg et le préfet. Lire notre dossier complet sur cette organisation radicale :  La France, nouvel eldorado du Millî Görüs (Vision Nationale)