Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

La France abat Djamel Okacha membre dirigeant d’Al Qaida au Mali

Djamal Okacha était un des chefs du  Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (en abrégé GSIM ; en arabe جماعة نصرة الإسلام والمسلمين, Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn, JNIM) organisation militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste, formée le pendant la guerre du Mali. Il naît de la fusion d’Ansar Dine, des forces d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans le Sahel, de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune.

Extrait de la biographie Wikipedia de Okacha:

En 2005, en Mauritanie, il participe à l’attaque de la caserne de Lemgheity7. Puis en juin 2009, il assassine avec ses hommes un humanitaire américain, Christopher Leggett7. En août 2009, il dirige l’attaque contre l’ambassade de France3,7, puis mène l’enlèvement d’un couple en décembre 20106. Okacha finalise personnellement certaines négociations de rançons lors des prises d’otages5.

En 2009, il est à la tête de sa propre katiba « Al Fourghan » avec laquelle il assassine à Tombouctou le colonel Lamana Ould Bou, chef de la DGSE malienne au Nord-Mali, ce qui le fait se brouiller avec Mokhtar Belmokhtar8. (…)

En janvier 2016, Djamel Okacha donne une interview au site d’information mauritanien Al-Akhbar : il salue notamment les attentats de Paris du 13 novembre 2015 et se félicite du retour de Belmokhtar au sein d’AQMI, il déplore l’allégeance d’Adnane Abou Walid Al-Sahraoui à l’État islamique, mais affirme que « les contacts ne sont pas rompus »17,18,19.

Le 2 mars 2017, Djamel Okacha apparaît aux côtés de Iyad Ag Ghali, d’Amadou Koufa, de Abou Hassan al-Ansari et de Abou Abderrahman El Senhadji, dans une vidéo qui marque l’unification de plusieurs groupes djihadistes du Sahel et la formation du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans20,21. Djamel Okacha est alors considéré comme le numéro deux de cette nouvelle formation, dirigée par Iyad Ag Ghali22.

Djamel Okacha est tué le 21 février 2019 lors du combat d’Elakla au nord de Tombouctou, lorsqu’un groupe de véhicules djihadistes est intercepté par la force Barkhane. Lire sa biographie complète sur Wikipédia.