Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

L’attaque contre un camp militaire malien revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans

Iyad Ag Ghaly

Entendu sur la radio Africa N°1 du 23 mars 2019 :

La principale alliance djihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda a revendiqué l’attaque du 17 mars contre un camp militaire malien à Dioura, qui a fait près de 30 morts, dans un communiqué diffusé vendredi par l’agence mauritanienne Al-Akhbar et le centre américain SITE. Dans ce communiqué, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, dirigé par le chef radical touareg malien Iyad Ag Ghaly, présente l’opération comme des représailles aux crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls. Elle a été conduite par des combattants du Macina, en référence au nom du groupe du prédicateur radical peul Amadou Koufa actif dans cette zone, affirme le groupe, faisant état de trois tombés en martyrs et d’une trentaine de militaires maliens tués. Il affirme par ailleurs que l’attaque a été menée sous le commandement de Koufa, réapparu récemment sur une vidéo après avoir été donné pour mort en novembre lors d’une opération militaire française, et qui a été vu pour la dernière fois sur le lieu de combats en 2012. Le groupe dément par la même occasion qu’elle ait été dirigée par Ba Ag Moussa, dit Bamoussa, un ancien officier déserteur de l’armée malienne, qui lui en a attribué la paternité. L’attaque a fait 26 morts dans les rangs de l’armée malienne, selon un dernier bilan de source militaire.

Articles les plus lus