Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Vitry : droite et gauche pour la mosquée de 3000 places avec minaret

Lu dans Le Parisien du 12 avril 2019 :

Une délibération votée mercredi acte un « protocole d’accord » entre la ville et l’association cultuelle et culturelle des musulmans de Vitry. 

« Il y avait une inégalité à combler, estime le maire PCF de Vitry Jean-Claude Kennedy. C’est ce que nous allons faire ». Ce mercredi soir, le conseil municipal a adopté une délibération portant sur un protocole d’accord entre la ville et l’association cultuelle et culturelle des musulmans de Vitry pour la construction d’une mosquée ces prochaines années. Aucun calendrier précis n’a été établi pour l’instant.

Ce lieu de culte est « attendu depuis 15 ans » comme cela a été dit au conseil. Elle se trouvera dans le quartier des Ardoines, à l’angle de la rue Jean-Pierre-Timbaud et de l’avenue Léon-Geffroy, « sur un terrain qui nous appartient partiellement », a précisé Michel Leprêtre, adjoint au maire (PCF). Situé en face du stade Gabriel-Péri, il abrite aujourd’hui des jardins familiaux.

Deux baux emphytéotiques de longue durée seront signés à terme : un cultuel, l’autre culturel. Le même notaire a été choisi par les deux parties « pour optimiser l’avancée de ce projet », a indiqué l’élu. Sa capacité d’accueil sera de 3 000 personnes, soit dix fois plus que celle qui existe aujourd’hui dans le quartier Balzac.

« On ne va pas chipoter sur la hauteur du minaret »

Au sujet de cette question « tellement sensible », l’élu (LR) Emmanuel Njoh a demandé « d’élargir la base de discussion à d’autres associations » (musulmanes) et « d’associer tous les groupes du conseil municipal à un débat ouvert ». Pour le groupe Rassemblement national, le seul à avoir voté contre cette délibération, François Paradol a dressé une liste d’« impératifs » tels que « l’encadrement strict des prêches » ou le « refus d’une grande mosquée cathédrale pour marquer le territoire ».Lire la suite dans Le Parisien

Articles les plus lus