Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Selon un cheikh koweïtien invité par une mosquée du Pontet les infidèles doivent se soumettre ou être tués

Nous avions en début de semaine évoqué la mosquée turque du Pontet dans le Vaucluse, au sujet des personnages troubles composant son bureau associatif. Cette fois-ci il s’agit de la mosquée Assunnah fréquentée par les maghrébins, de tendance salafiste. Un invité de 2015 (nous découvrons seulement aujourd’hui sa venue), le cheikh koweïtien Othman Al Khamis, fut autorisé à prêcher en France par l’Intérieur alors qu’il partage les mêmes idées que l’Etat islamique. C’est l’actuel professeur de la mosquée, Mourad Hamza, en charge de la jeunesse, qui assura la traduction (voir en bas de page pour ses propos sur les mécréants).  L’institut MEMRI a traduit deux de ses prédications passées dont une de cette année.  

Dans sa séance hebdomadaire de fatwas, mise en ligne sur sa chaîne YouTube, le cheikh koweïtien Othman Al-Khamis a décrété que les apostats doivent être mis à mort.

Dans une vidéo mise en ligne le 9 janvier 2019, le cheikh Al-Khamis a déclaré que l’apostasie revient à mépriser l’islam. Dans une vidéo du 14 octobre 2015, il a affirmé que seuls les infidèles peuvent être réduits en esclavage, ajoutant que ceux qui ne vénèrent pas Allah doivent se convertir à l’islam, s’acquitter de la taxe de la jizya, être réduits en esclavage ou être combattus et tués.[1] 

Le 9 janvier 2019 :

Othman Al-Khamis : On ne tue pas un apostat pour en faire [de nouveau] un musulman. Les apostats commettent un crime, comme les auteurs d’adultère. Si le coupable d’adultère est marié, il est lapidé. S’il n’est pas marié, il est flagellé. Si les conditions pour trancher la main d’un voleur sont réunies, on tranche les mains des voleurs. On tue les meurtriers. Ce sont toutes des peines pour les actes commis par ces gens. Il en va de même pour l’apostasie. Un individu qui commet l’apostasie est mis à mort. Pourtant, on le laisse [en vie] s’il se repent. […]

Un tel individu est puni, car l’apostasie équivaut à mépriser l’islam. Il est donc puni comme s’il maudissait le prophète Mohammed ou Allah. C’est pourquoi un apostat est tué. Il ne s’agit pas d’essayer de lui imposer l’islam. L’islam n’a pas besoin et ne veut pas de mercenaires. Nous ne disons pas : « Deviens musulman ou nous te massacrerons. » […] 

Le 14 octobre 2015

Othman Al-Khamis : Seuls les infidèles peuvent être réduits en esclavage. Les musulmans ne peuvent pas être réduits en esclavage. S’il y a des combats entre musulmans à cause de la fitnaou pour toute autre raison… Les musulmans ne doivent pas être réduits en esclavage. Seuls les infidèles peuvent être réduits en esclavage. […]

Je demande aux gens de ne pas avoir honte de leur religion et d’éviter de dire : « Non, cela appartient au passé, l’islam ne l’enjoint pas… » Non ! Soyez fermes dans votre religion, proclamez-la et dites : « Oui, c’est ma religion ! » Ceux qui ne veulent pas vénérer Allah devraient être réduits en esclavage, contraints de payer la taxe de capitation de la jizya, se convertir à l’islam ou être combattus. Ce sont les quatre options, et il n’y a pas de cinquième option. Premièrement, un individu est appelé à se convertir à l’islam : « Vénère Allah ! Allah t’a créé pour que tu puisses Le vénérer. » S’il dit : « Je ne veux pas vénérer Allah », nous lui disons : « Si tu vis sur la terre d’Allah sans Le vénérer, tu dois payer la jizya. » Mais s’il dit : « Je ne paierai pas la jizya ! »… S’il refuse de vénérer Allah ou de payer la jizya, nous lui dirons : « Nous n’avons pas d’autre choix que de te combattre. » Nous le combattons donc pour cette raison. Si nous le tuons, il va en Enfer, et si nous le capturons, il devient un esclave.

Dans un tel cas, il est réduit en esclavage de force. Etant donné qu’il a refusé de devenir volontairement un esclave respecté [d’Allah], il deviendra un esclave méprisable contre sa volonté. Il en va ainsi pour les gens qui ne vénèrent pas Allah. N’ayez pas pitié d’eux. Ce sont des infidèles qui refusent de vénérer Allah. Ils refusent d’obéir à Allah. Ils sont hostiles envers Allah et Le maudissent. On ne doit pas être aveuglé par la miséricorde envers les ennemis d’Allah. Ce sont des agresseurs. Cela équivaut à faire preuve de miséricorde envers un criminel qui tue des gens, leur vole leur argent, viole l’honneur de leurs femmes et leur fait du mal… Puis quelqu’un viendrait et dirait : « Il est vrai qu’il a tué cinq ou six personnes, mais nous devons être indulgents. » Non, on ne doit pas pardonner à une telle personne.

Voir les extraits vidéo sur MEMRI TV

Dans une autre vidéo il parle de la licité de prendre des esclaves parmi les victimes du djihâd :

Mourra Hamza, enseignant actuel à la mosquée Assunnah du Pontet (pour les séminaires des jeunes), traducteur de Al-Khamis selon l’affiche, a aussi des paroles dures contre les « mécréants »La mosquée de la Seyne-sur-Mer met effectivement en ligne ses conférences où on l’entend prononcer   « Ne suit pas et ne prend pas comme guide les mécréants, et surtout les hypocrites, et laisse tomber tout le mal qu’ils te font. Ils vont te faire beaucoup de mal. Ils vont parler, parler, parler, excusez-moi je vais employer un terme fort, ils vont aboyer » ( minute 14).

[1] Clip #6972