Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
Mosquées radicales : ce qu'on y dit, ce qu'on y lit (Dominique Martin Morin éditeur, novembre 2016), en vente chez Amazon, Fnac, Decitre...

Rétro 2019 : quand la mouvance frériste a pris la tête de la « marche contre l’islamophobie »

Abdelmonaim Boussenna et Marwan Muhammad le 10 novembre à Paris

Deux mois après la marche contre l’islamophobie organisée le 10 novembre par les initiateurs de l’appel à manifester dans le journal Libération, soit l’association frériste L.E.S Musulmans, le CCIF et le collectif Adama du nom d’une famille de délinquants[1] soutenue par l’extrême gauche, revenons sur ceux qui étaient sur scène pour prononcer les discours.

Abdelmonaïm Boussenna imâm de la mosquée Arrahma de Roubaix était l’une des vedettes très applaudi par la foule, en tant que prédicateur comptabilisant 427 000 abonnés sur Youtube ! Formé dans l’école de charia des Frères Musulmans en France, l’IESH, il a longtemps fréquenté la mosquée Al Imane de Lille dirigée par le président de l’UOIF Amar Lasfar, où il avait des responsabilités, avant d’être recruté comme imâm à Roubaix en 2016. Il est à noter qu’il est diplômé d’une université islamique d’Arabie Saoudite. Dans ses prédications diffusées sur Youtube, il prend la défense de Tariq Ramadan injustement calmonié selon lui[2], et s’entretient amicalement avec l’imâm salafiste de Brest Rachid El Jay (aussi signataire de l’appel à manifester) pour qui les femmes non voilées sont logiquement violées : « si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme là[3] ». Boussenna critique le libéralisme de Tareq Oubrou, et rappelle que « le voile est une obligation religieuse[4] ». Naturellement proche d’Ahmed Miktar, imâm de Villeneuve d’Ascq assumant son appartenance aux Frères Musulmans[5], de par sa proximité géographique, il s’entretient souvent avec lui. Dans un dialogue avec Miktar, ils présentent le « cheikh » Abu Bakr Djaber Al Jazairi (+2018) comme « un des exégètes que nous étudions[6] » alors qu’il est l’un des doctrinaires les plus extrémistes de la violence religieuse. Son livre d’exégèse auxquels les imâms font référence est La Voie du Musulman, qui préconise de se « préparer à l’art militaire offensif » car « Le jihad a pour finalité de prohiber toute autre adoration que celle de Dieu, l’Unique », d’interdire les édifications ou même les restaurations d’églises ! Le « jihâd est obligatoire au moins une fois par an » selon Jazairi, dont les ouvrages sont disponibles dans les grandes mosquées de l’UOIF.  Autre citation préparant les esprits au terrorisme : « Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l’obéissance aux parent ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s’il n’accepte pas, il est passible de la peine capitale[7]  ». Ce « savant » de référence pour les Frères Musulmans souhaite agonir l’Europe, dans son autre ouvrage La Doctrine du croyant, (éditions AlAzhar, 2016 ) il écrit :

« L’Europe connaitra un jour le pire malheur, et endurera la pire agonie pour ses crimes contre l’Islam, la religion d’Allah qui est aussi la sienne, car elle ne peut en avoir d’autres. Pour ce qui lui arrivera elle ne devra s’en prendre qu’à elle-même car Allah n’est pas injuste »

Ce dernier ouvrage est disponible à la grande mosquée de Créteil où nous l’avons acheté.  Il est dommage que ses ouvrages et zélateurs se diffusent impunément en France.

Autre orateur de la manifestation Marwan Muhammad. Ami de Boussenna qu’il embrassa chaleureusement ce 10 novembre[8], il fut longtemps le porte-parole du Collectif contre l’islamophobie qui co organise l’événement. Conférencier dans les mosquées des Frères de l’UOIF des salafistes, il prend souvent la défense des islamistes ayant eu maille à partir avec la justice française. Exemple avec l’association Ana Muslim dont les comptes furent gelés en 2014 alors qu’un de ses principaux prédicateurs depuis 2013, Adrien Guihal fut condamné pour avoir tenté de commettre un attentat au siège des Renseignements Généraux en 2008 et administré le forum djihadiste Ansar Al Haqq dès 2007. Pourtant, en juin 2014, Marwan Muhammad adresse son soutien aux membres de Ana Muslim perquisitionnés par la police : « Il faut leur apporter soutien et assistance et dénoncer, sans ménagement, le traitement dont ils sont lacible[9] » tout en se démarquant de leur vision de l’islam mais en « respectant leur opinion ». L’année suivante, Adrien Guihal qui apparaît dans les vidéos de Ana Musim sous le nom de « Abou Oussama » seul devant un pupitre pour prêcher, s’envole rejoindre l’Etat Islamique en Syrie où il prêtera sa voix pour les revendications francophones des attaques de 2015 2016 sur le sol Français.  Guilhal est également soupçonné d’avoir joué le rôle donneur d’ordres de Sid Ahmed Ghlam, l’auteur de l’attentat raté de Villejuif en 2015. Marwan Muhammad dirige maintenant l’association L.E.S Musulmans[10]composée d’imâms-prédicateurs salafistes comme Nader Abou Anas, ou fréristes comme Nourredine Aoussat et Mohamed Minta.

Autre personnalité ayant pris le micro sur scène, le sociologue algérien Saïd Bouamama également membre de L.E.S Musulmans, et rédacteur sur le site des Indigènes de la République, association soutenant ouvertement le Hamas palestinien. Bouamama a défrayé la chronique pour avoir co écrit le livre-CD Nique la France – Devoir d’insolence. De nationalité algérienne, il osa affirmer le 1à novembre « nous sommes la nation, nous sommes la République » afin de tenter d’amadouer les médias français.

Dans la mouvance dite « décoloniale », il y a aussi le conseiller municipal (France Insoumise) de Saint-Denis Madjid Messaoudene qui fut un artisan de la marche du 10 novembre. Il se sert de sa position pour organiser des réunions[11]dans sa ville avec la mouvance du parti des « Indigènes de la République ».  Le 11 décembre 2015, un mois après les attentats de Paris, Madjid Messaoudene faisait venir Tariq Ramadan en invité vedette pour une réunion « contre l’islamophobie[12] ».

On repéra aussi dans le cortège de la manifestation Amar Lasfar président de l’UOIF, qui ne prit pas la parole pour tenter de camoufler la coloration frériste de l’événement. Aussi, les imâms Nader Abou Anas et Rachid Eljey, ont été priés de se faire discret, et le premier a même retiré sa signature de l’appel à manifester pour ne pas nuire à l’ensemble après l’exhumation de ses propos passés sur les femmes.

[1]https://www.valeursactuelles.com/faits-divers/deux-freres-dadama-traore-ecroues-pour-trafic-de-drogue-91681

[2]https://www.youtube.com/watch?v=KBxQ-FlPTNs

[3]Citation issue d’une conférence intitulée « 30 Minutes Pour te convaincre de mettre le Hijab » mise en ligne sur Dailymotion en juin 2012

[4]https://www.youtube.com/watch?v=vDH4kWUVG1E&t=605s

[5]« J’aimerais que (…) la renaissance islamique souhaitée par ma chère Confrérie des Frères Musulmans se réalise avec mon aide. » http://ahmedmiktar.eklablog.com

[6]https://youtu.be/Lp0YYmveekA?t=362

[7]Abou Bakr El Jazairi, La Voie du Musulman, Albouraq, 2014

[8]https://youtu.be/3Pi5vi98vis?t=145

[9]http://islamisation.fr/2018/06/02/marwan-muhammad-a-defendu-les-salafistes-de-ana-muslim-dont-un-animateur-etait-adrien-guihal-la-voix-de-letat-islamique/

[10]http://islamisation.fr/2019/01/23/les-musulmans-une-plateforme-de-consultation-lancee-par-la-mouvance-frero-salafiste/#more-15913

[11]https://www.saintdenismaville.com/les-habitantes-de-st-denis-meritent-mieux-que-madjid-messaoudene-pour-delegue/

[12]https://www.saintdenismaville.com/les-habitantes-de-st-denis-meritent-mieux-que-madjid-messaoudene-pour-delegue/