Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

L’esclave de l’Islam devenue sainte : Bakhita

Joséphine Bakhita, née en 1869 au Soudan, province du Darfour, à Olgossa, à l’ouest de Nyala, près du Mont Agilerei, dans la tribu nubienne des Dadjo et morte le 8 février 1947 à Schio en Italie, est une ancienne esclave devenue religieuse canossienne et canonisée en l’an 2000 par le pape Jean-Paul II. Suite sur Wikipedia. Sur l’esclavage toujours actuel au Soudan voir :

L’activiste musulmane Feïza Ben Mohamed embauchée par Radio France Maghreb

Les radios arabes en France prennent de plus en plus une coloration islamique militante. On se souvient de Tariq Ramadan « grande signature du ramadan » sur Beur FM qui louait ses services de prédicateur il y a quelques années. Radio France Maghreb vient elle d’embaucher Feïza Ben Mohamed, militante de la plateforme frero-salafiste L.E.S Musulmans et du CCIF dont elle relaie chaque semaine les activités sur son compte Twitter, en plus de « retweeter » les comptes salafistes Islam et Infos ou Al Kanz. Celle qui serait journaliste dans l’agence turque Anadolu a pour cible favorite Zineb El Rhazoui dont elle vient de se moquer de l’attaque de son stand au salon du livre de Bruxelles. En décembre dernier elle a pris la défense de lécole primaire irrégulière salafiste fermée à Marseille par le ministère de l’Education Nationale. Il est urgent que le CSA revoit sa politique d’attribution de fréquence à cette radio.

L’islamophile Alain Juppé nommé au Conseil Constitutionnel

L’ancien premier ministre, nommé par le président de l’Assemblée Richard Ferrand, confirmera son départ de la mairie de Bordeaux lors d’une conférence de presse jeudi matin. «C’est une très bonne nouvelle pour la République», fait valoir le premier ministre Édouard Philippe, saluant la «densité» et la «hauteur de vue» de celui qui a été son «mentor» en politique. Le Figaro

Une promotion inquiétante à ce poste clé de la République, il est clair qu’il ne manquera pas de protéger le regroupement familial, le droit du sol, les prestations sociales aux étrangers, et jugera forcément anticonstitutionnelle la préférence nationale à l’emploi ou au logement. Juppé, qui a remis la Légion d’honneur au Frère Musulman revendiqué Tareq Oubrou (voir vidéo), qui s’est engagé pour trouver un terrain public pour la future grande mosquée, est un pilier de la collaboration étatique en faveur de l’islamisation.

Le Drian au Qatar signe un accord pour renforcer le partenariat stratégique avec les islamistes

L’accord, signé lundi 11 février à Doha par les ministres qatari et français des Affaires étrangères, devrait conduire à un rapprochement accru entre le Qatar et la France. Après la parenthèse socialiste de la lune de miel avec les sarkozystes, la France veut renouer avec l’émirat bailleur de fond des Frères Musulmans. Pourtant, la France n’est pas dépendante du gaz qatari et sa production de pétrole est ridicule.  Il faut dire que le Fond souverain du Qatar a pris des positions importantes dans l’hexagone, et que le débouché pour les ventes d’armes n’est pas négligeable.

Il s’agit du premier accord de ce type signé entre le Qatar et un pays européen, ont déclaré des responsables du Qatar, qui cherche à renvoyer l’image d’un pays non isolé depuis la rupture avec l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte en 2017.  

« Ce dialogue stratégique va fournir une plate-forme (…) de coopération dans différents domaines entre les deux pays, y compris la sécurité régionale, la défense,  l’énergie, l’économie et la culture« , a déclaré le chef de la diplomatie qatari, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani. Le marché conclu constitue une « nouvelle phase » dans les relations entre les deux pays, a-t-il ajouté. 

 De son côté, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé que l’accord obligeait les responsables des deux pays à se rencontrer régulièrement.  Il a également confirmé le soutien de son pays à l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 par le Qatar, ajoutant que le football était l’un des meilleurs atouts pour rapprocher les citoyens du Qatar et de la France.
«Avec le Qatar, il n’y a que des hauts», a-t-il assuré, en réponse à une question de l’AFP sur la nature des liens entre Paris et Doha en comparaison avec ceux, actuellement tourmentés, entre la France et l’Italie.

Il y a quelques jours, le Qatar a reçu le premier avion de combat Rafale parmi les 36 commandés à la France. Commande passée en 2015 pour un montant de 9 Milliards d’euros. Notons que la version qatari est dotée du viseur de casque israélien TARGO-II (ElbitSystem) et de la nacelle américaine Sniper, qui remplace le pod de désignation français Damocles. Ainsi, on voit bien se dessiner les alliés stratégiques de l’émirat. 

Aussi, une centaine de missiles air-air MICA et air-sol AASM, ainsi que des missiles SCALP équiperont les avions. Enfin, l’émirat islamiste a commandé 60 missiles air-mer Exocet, de quoi lui assurer une sécurité en cas d’attaque saoudienne. 

L’alliance avec les Etats-Unis et Turquie fortifie le Qatar  

En effet, au-delà de la présence du CentCom (pour «Commandement central des États-Unis», couvrant les opérations militaires aux Moyen-Orient, Asie centrale et Asie du Sud) et de 10.000 soldats américains, qui provoque l’hostilité de Washington à toute opération armée saoudienne sur le sol qatari, Doha a signé en 2014 un accord de défense avec Ankara.

Une sorte d’«assurance vie» pour le Qatar la Turquie avait en effet renforcé ses effectifs au début de la crise dans l’émirat. Suite à un nouvel accord signé entre Ankara et Doha en août 2017, les capacités d’accueil de la base de Tariq Bin Ziyad (située au sud de Doha) ont été portées à 5.000 hommes.
Une présence dont fut reconnaissante l’Émir du Qatar qui, en retour, prêta à Erdogan son soutien financier lorsqu’à la mi-août la monnaie turque dévissa après l’annonce par Donald Trump d’une hausse des taxes sur les importations d’aluminium. Une annonce sur fond de crise politique entre Ankara et Washington. (Lu sur SputnikNews).

Saint-Denis : un radicalisé qui venait de sortir de prison interpellé pour détention d’armes

Lu dans France Soir du 11 février :

Un homme qui venait de sortir de prison été était connu pour sa radicalisation a été interpellé dimanche 10 en Seine-Saint-Denis. En perquisitionnant son domicile, les policiers avaient découvert plusieurs armes et des munitions.

L’homme n’était sorti de prison que récemment, et était toujours sous surveillance en raison notamment de sa radicalisation. Il a été interpellé une nouvelle fois dimanche matin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) après la découverte de plusieurs armes chez lui.

Rapatriement des djihadistes : avantages et inconvénients

L’annonce par la voix du ministre de l’Intérieur mardi 29 janvier que la France s’apprête à rapatrier 130 djihadistes, enfants compris, depuis la Syrie où leur présence en prison deviendra incertaine après le retrait américain, fait beaucoup réagir. L’effet immédiat d’une telle annonce avant toute réflexion sur les raisons provoquent l’indignation de nombreux français à la suite de l’opposition de droite. Il faut donc comprendre ce qui pousse le gouvernement français à agir ainsi, de manière dépassionnée.Lire la suite

L’intérieur autorise le séjour d’une marocaine islamiste soeur de terroristes pour le congrès des musulmans du Nord

Encore un énième exemple de laxisme de la politique de visas du ministère de l’Intérieur :

Lu dans La Voix du Nord du 7 février 2019 :

La campagne d’affichage s’est intensifiée récemment. Ce dimanche, à Lille Grand Palais, doit se tenir le rassemblement des musulmans du Nord, placé sous le thème : « Musulmans de France : un destin à construire, enjeux et défis ». Mais l’événement n’a pas débuté qu’il fait déjà causer, au regard du plateau des invités appelés à s’exprimer derrière le pupitre.

Ancien membre des Frères Musulmans, Mohamed Louizi a quitté la confrérie en 2006 pour devenir depuis un farouche opposant de l’islam politique : sur son blog, ces derniers jours, le Roubaisien a ciblé principalement la venue de Naïma Benyaïch : « Ils comptent inviter l’influente islamiste marocaine Naïma Benyaïch, sœur de jihadistes internationaux impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington, du 16 mai 2003 à Casablanca et du 11 mars 2004 à Madrid », écrit-il, précisant plus loin que « sous le voile de Naïma Benyaïch se dissimule bel et bien une idéologue frériste pur sang de rang mondial ».

Comme elle le fait chaque année, la ville de Lille, qui loue la salle via une société d’économie mixte présidée par Jacques Richir, adjoint centriste de la mairie, a étudié le plateau des intervenants, auscultant notamment les discours de Benyaïch, puisque c’est principalement cela qui doit être soupesé. Elle n’a rien trouvé de nature à s’indigner publiquement, mais au regard du profil de Naïma Benyaïch, de ses liens familiaux avec des jihadistes tristement connus (Abdelaziz, Salah Eddine et Abdellah, tué en Afghanistan), la ville a officiellement signalé sa présence à la préfecture. Lire la suite dans La Voix du Nord et surtout le dossier complet par Mohamed Louizi

La député LREM Sonia Krimi veut intégrer les Frères Musulmans au jeu politique

Rappel de l’idéologie islamo-terroriste de la confrérie des Frères Musulmans:

Après plusieurs villes européennes, l’appel à la prière arrive à Marseille

Noyautage philo islamiste à l’université de Limoges ? Un professeur écarté pour avoir dénoncé l’invitation de Bouteldja

Lu dans Le Figaro du 1 février 2019 (extrait) :

Exclu fin novembre du Gresco, un laboratoire de recherche en sociologie de l’université de Limoges, Stéphane Dorin a décidé de porter l’affaire devant la justice. Le professeur en sociologie a déposé un recours en référé contre cette décision prise à l’initiative de Choukri Ben Ayed, l’actuel directeur adjoint du groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (Gresco). Recours qui sera étudié lundi par le tribunal administratif de Limoges.

L’affaire pourrait se résumer à un conflit de personnes entre ces deux universitaires. Mais elle intervient dans un contexte délétère provoqué par «l’activisme décolonial» de certains enseignants-chercheurs de la faculté de Lettres et sciences humaines de Limoges. Car ce bras de fer a pris une nouvelle tournure en novembre 2017, lorsque Stéphane Dorin a découvert que son université s’apprêtait à accueillir un «séminaire d’études décoloniales» dans ses murs.

Sur invitation de Philippe Colin, maître de conférences spécialiste des «études décoloniales», Houria Bouteldja était invitée à développer ses thèses dans un amphi de la faculté de Limoges. Cette militante, fondatrice du «Parti des indigènes de la République» (PIR), est connue pour dénoncer le «suprémacisme blanc» ou la «domination sioniste». Elle s’est aussi distinguée en 2015 en apportant une forme de soutien au terroriste Mohamed Merah, au nom d’une «origine commune».Lire la suite

Page 1 sur 8712345»102030...Dernière »