Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

La République en Marche au service des constructions de mosquées

Le parti d’Emmanuel Macron, à sa création, a consacré ses efforts d’élaboration d’un programme politique sur les questions économiques et sociétales, délaissant en général les questions d’identité et de religion. Il est vrai que prendre des positions tranchées sur ces questions est un risque de voir fuir des segments d’électorats qui peuvent s’accorder sur un programme fiscal et de droit du travail, mais pouvant s’opposer sur les questions migratoires ou du traitement sécuritaire du salafisme.

Alors qu’il était encore en campagne, Emmanuel Macron a refusé de condamner les Frères Musulmans de l’UOIF ou les salafistes, les premiers appelant ouvertement à voter pour lui sans que cela ne le fasse réagir. Une fois président, il déclare lors de son interview avec Jean-Pierre Pernaut en avril dernier, qu’il n’existe pas de base légale pour interdire ces deux courants de l’islamisme, et dit s’en remettre à la justice pour traiter les dérapages des prêcheurs extrémistes.  Une façon de botter en touche.Lire la suite

Attaque de Trèbes : six personnes arrêtées ce matin dans l’Aude et à Toulouse

Lu dans L’Express du 16 octobre 2018 :

Sept mois après l’attaque terroriste de Trèbes et Carcassonne, une opération de police a eu lieu ce mardi matin.

L’opération anti-terroriste a eu lieu à très tôt ce mardi matin dans l’Aude, dans le contexte compliqué d’un département meurtri par les inondations. Sept mois après l’attentat de Trèbes et Carcassonne, plusieurs personnes ont été interpellées dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en mars, selon les informations de L’Express. Six individus ont été placés ce jour en garde à vue sur commission rogatoire des juges d’instruction, nous confirme une source judiciaire.  

Les opérations notamment menées par les policiers de la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) ont eu lieu à plusieurs endroits dont Trèbes, ville où le 23 mars dernier, Radouane Lakdim, 25 ans, a tué le boucher et un client du supermarché Super U avant d’abattre le lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame. Peu avant, à Carcassonne, Lakdim avait abattu un automobiliste avant de lui voler sa voiture au début de son équipée meurtrière.  

 Par ailleurs, ce mardi matin, à une centaine de kilomètres, à Toulouse, des perquisitions et auditions libres ont également été réalisées, précise une source policière. 

Marc Fresnau : nouveau ministre immigrationniste sur la ligne d’Aurélien Taché

Marc Fesneau (Modem) a été nommé ministre auprès du premier ministre, en charge des relations avec le Parlement, en remplacement de Christophe Castaner. Il est un proche de François Bayrou.

Lors d’une séance parlementaire du 22 avril 2018 consultable ici, il félicite les mesures du député LREM Aurélien Taché pour l’accueil des étrangers non francophones :

« En parlementaire libre et responsable, je veux également citer les avancées importantes que nous voulons sincèrement saluer. Je songe aux différentes mesures destinées à favoriser l’intégration des demandeurs d’asile. Je tiens à souligner à ce propos le travail d’Aurélien Taché » 

Parmi les  72 mesures de Taché (qui a inauguré une mosquée radicale)  il y a :

  •  La fin de la préférence nationale dans la fonction publique afin d’embaucher les étrangers, demandeurs d’asile inclus, dans les administrations.
  • 600 millions d’euros pour des cours de français pour les nouveaux immigrés.
  • Favoriser l’emploi des étrangers  avec la « simplification des procédures administratives d’octroi d’autorisations de travail aux étrangers ainsi que la suppression de la taxe versée par les employeurs pour l’embauche de réfugiés ». Car l’élu se plaint que, selon l’OCDE, seul un tiers des étrangers travaillent après cinq ans de présence en France. 

Lors de la même séance du 22 avril, Marc Fesneau demande la fin du délit d’aide aux immigrés clandestins : « Quant au délit de solidarité, le groupe MODEM veut saluer une véritable avancée, celle qui nous fait peut-être enfin passer du délit de solidarité au droit à la solidarité« . 

Un ministre qui plaide pour aider les clandestins entrés sans autorisation sur notre territoire, une première historique.

Lire en complément sur le MODEM : Financement public des mosquées : les responsables du Modem (Bayrou) interrogés par Joachim Véliocas.

La PJ du 93 victime de l’islamisation : cent enquêteurs divisés entre musulmans et non musulmans

Interview complète, où on entend Gérard Davet du Monde affirmer : « Bien sûr, nous ne faisons aucun lien entre djihadisme et islamisme hein« 

La mosquée de Gisors, non déclarée, contrainte de fermer.

France3 du 12 octobre :

L’arrêté municipal a été pris le 5 octobre dernier.
La mosquée de Gisors, installée dans un pavillon situé rue des Templiers est trop dangereuse pour accueillir du public.

Après expertise, il a été constaté que la bâtisse ne respectait pas les règles de sécurité en vigueur. Les normes d’électricité, de gaz et les issues de secours sont non-conformes dans ce lieu qui accueille chaque vendredi près de 60 fidèles.
Une décision prise par le maire de la ville, Alexandre Rassaërt (LR) qui précise que la mosquée n’est pas déclarée auprès de la municipalité ni de la préfecture de l’Eure.
 

La viande halal et casher remise dans le circuit conventionnel toujours sans étiquetage

Lu sur L’Express/MSN :

Pour des raisons économiques, certains morceaux de viande issus d’un abattage rituel, halal ou casher sans, se retrouvent dans le circuit conventionnel. Les demandes d’étiquetage sur les conditions d’abattage des animaux n’ont jamais abouti.

[…] Dans le milieu des abattoirs, la dérive est connue : une partie des animaux abattus selon la tradition casher ou halal, c’est-à-dire égorgés vivants sans étourdissement préalable, partent ensuite dans le circuit conventionnel. Aucun problème de santé publique, ni d’altération du goût de la viande. Impossible de savoir également les quantités en jeu. « Il s’agit d’informer le consommateur sur les conditions d’abattage des animaux, dans le sillage des discussions sur le bien-être animal« , explique Pierre Pauchet de l’AFAAD (Association en faveur de l’abattage des animaux dans la dignité). […] Lire la suite

Préface du Père Henri Boulad pour l’essai « L’Eglise face à l’islam » de Joachim Véliocas

Avec l’aimable autorisation des Éditions de Paris, voici en exclusivité la Préface du jésuite père Henri Boulad (révisée par François Sweydan). L’ouvrage de Joachim Véliocas, L’Eglise face à l’islam, entre naïveté et lucidité, Éditions de Paris, 2018, est à commander sur Amazon ou n’importe quelle libraire.

***

Voici de Joachim Véliocas un ouvrage clair, sans concessions, qui se veut vrai et objectif. Un ouvrage solidement documenté, étayé par des faits concrets, s’appuyant sur des textes clairs et citant des références musulmanes indiscutables. Un ouvrage qui rappelle en toute objectivité un certain nombre de vérités qui crèvent les yeux. Un ouvrage qui dissipe bien des malentendus et dénonce bien des ambiguïtés. Un ouvrage qui ne se perd pas en considérations théoriques, mais se fonde sur des réalités historiques et factuelles. L’auteur sait de quoi il parle. D’où la force et la pertinence de ses propos. En d’autres termes, «ce n’est pas du n’importe quoi». Tout cela est le fruit d’un travail acharné d’information, de documentation et de réflexion.

Le but de ce livre est de faire la lumière sur ce qui se dit aujourd’hui en France sur l’islam et de dénoncer l’aplatissement généralisé et la dhimmitude d’un Occident majoritairement inconscient et amnésique. Les Européens feignent-ils d’ignorer le projet hégémonique clairement proclamé des musulmans, qui avance systématiquement sous nos yeux ?

Le cheikh Youssef al-Qaradawi, chef spirituel des Frères musulmans et président de l’Union internationale des savants musulmans, membre du Conseil européen de la Fatwa – entre autres éminents dignitaires religieux musulmans s’exprimant en termes similaires – n’avait-il pas parlé de «conquête pacifique de l’Europe» par la da’wa, la «prédication» – le prosélytisme religieux actif pour la diffusion de l’islam ? Son propos est clair : «L’islam retournera en Europe… Il y est entré deux fois… et deux fois il l’a quittée… La prochaine conquête, avec la volonté d’Allah, se fera par la prédication et l’idéologie. Toute terre n’est pas obligatoirement conquise par l’épée… La conquête de la Mecque ne s’est pas faite par l’épée ou la guerre, mais par un traité [d’Houdaybiya [1]] et par des moyens pacifiques… Nous voulons qu’une armée de prédicateurs et d’enseignants présente l’islam dans toutes les langues et tous les dialectes…»

Ne sommes-nous pas clairement prévenus de ce projet structuré, méthodiquement mis à exécution depuis plus d’une cinquantaine d’années, notamment par les Frères musulmans en Europe [2] ?

L’autre objectif de cet ouvrage est d’inviter l’Église à prendre acte de l’échec du dialogue avec l’islam, initié il y a plus de 50 ans. Il est clair aujourd’hui que ce dialogue a échoué faute d’avoir pris au sérieux ce que l’islam a toujours été, ce qu’il est et s’est toujours voulu, ce qu’il dit de lui-même et qu’il démontre par ses dramatiques actions dans tout l’Orient et dans le monde.

Ce livre dit en toute objectivité un certain nombre de vérités qui dérangeront les censeurs, partisans de la pensée unique. A la traîne de la gauche ‟libérale”, ceux-ci crieront à l’amalgame et à l’imposture de l’‟islamophobie”, pour réduire au mutisme tous ceux qui, comme l’auteur, voient clair.Lire la suite

Cameroun : une tranchée à la frontière contre les incursions de Boko Haram

Lu sur La Référence du 10 octobre  (média spécialisé dans l’étude de l’islamisme) :

(…) Dans l’extrême-nord du pays, c’est la secte islamiste Boko Haram qui perpétue des attaques terroristes de temps en temps à la frontière avec le Nigeria. Ce qui a poussé l’armée camerounaise à creuser une tranchée de plusieurs mètres de profondeur et des centaines de mètres  de longueur afin d’empêcher aux combattants de Boko Haram de franchir la frontière, comme l’a affirmé le Colonel Douray, des Forces de la lutte antiterroriste qui assimile la tranchée à la Grande muraille de Chine.

Mais malgré cela, les attaques de la secte terroriste n’ont pas, pour autant totalement cessé et, c’est pour plusieurs raisons comme le souligne un des chefs traditionnels de la région du sud-ouest dans son entretien avec ‘’La Référence’’ : « les efforts déployés jusque-là ne sont pas suffisants. L’armée est divisée entre la lutte contre les éléments de Boko Horam au nord et les combattants sécessionnistes dans les régions anglophones. Ce qui affecte son efficacité.» a-t-il déclaré  avant d’ajouter « la crise économique que traverse le pays met en colère les populations  et l’augmentation de la pauvreté favorise la pénétration et l’expansion de Boko Harm dans le pays.» Lire l’article intégral.

Une note des Renseignements sur la banalisation de l’islamisme à l’école

Lu sur Europe 1 du 9 octobre 2018 (extrait) :

La note mélange différents types de cas, plus ou moins préoccupants. Selon elle, certains enfants refusent de dessiner des représentations humaines (un interdit religieux formel pour de nombreux musulmans). D’autres se bouchent les oreilles quand on passe de la musique en classe, et de jeunes garçons refusent de donner la main à une petite fille. Par ailleurs, les enfants pratiquent le ramadan de plus en plus jeunes, et cela peut poser des problèmes dans l’organisation des cours. À Troyes, des élèves de 6ème ont refusé d’aller à la piscine avec leur classe de peur de « boire la tasse et de casser leur jeûne ». 

De nombreux incidents sont d’ailleurs liés à la question des repas. Dans les Bouches-du-Rhône, certains élèves refusent de déjeuner à côté de ceux qui mangent du porc. Dans un collège de Saint-Denis, lors d’un voyage scolaire où on s’apprêtait à servir du poulet et des frites au repas, un incident est survenu. « Sur une cinquantaine d’élèves, 35 d’entre eux ont refusé de manger la cuisse de poulet (…) Plus préoccupant, en Seine-et-Marne, des élèves musulmans sont aussi stigmatisés par d’autres élèves parce qu’ils mangent de la nourriture ordinaire (non halal) à la cantine. De même, dans le Nord des élèves musulmans sont insultés par d’autres élèves musulmans quand ils mangent des produits qui ne sont pas halal. Bien d’autres exemples à lire sur Europe1

Turquie : de fausses illustrations forgées pour vanter l’apport islamique dans les sciences

Lu sur Aeon.co (traduction Fdesouche)

Par Nir Shafir , spécialiste de l’histoire ottomane à l’Université de Californie à San Diego. Directeur de la rédaction du Ottoman History Podcast.

De fausses enluminures représentant la science islamique ont trouvé leur place dans les bibliothèques et les livres d’histoire les plus réputés. Comment ?

Alors que je me préparais à enseigner à ma classe « Science et Islam » au printemps dernier, j’ai remarqué quelque chose de particulier dans le livre que j’étais sur le point de remettre à mes élèves. Ce n’était pas le texte – une merveilleuse traduction d’une encyclopédie arabe médiévale – mais la couverture. Son illustration montrait des érudits en turbans et en costumes médiévaux du Moyen Orient, examinant le ciel étoilé à l’aide de télescopes. L’enluminure était censée venir du Moyen-Orient prémoderne, mais quelque chose n’allait pas.

En plus des couleurs un peu trop vives et des coups de pinceau un peu trop propres, ce qui me dérangeait, ce sont les télescopes. Le télescope était connu au Moyen-Orient après que Galilée l’eut mis au point au XVIIe siècle, mais presque aucune illustration ou enluminure n’a jamais représenté un tel objet. (…) La contradiction la plus frappante, cependant, était la plume d’oie dans la main du quatrième personnage. Les érudits du Moyen-Orient avaient toujours utilisé des roseaux pour écrire. Il n’y avait plus aucun doute : l’illustration de la couverture était un faux des temps modernes, se faisant passer pour une illustration médiévale.Lire la suite

Page 1 sur 8012345»102030...Dernière »