Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Issy-Les-Moulineaux : André Santini (UDI) prépare une grande mosquée

Lu sur Boulevard Voltaire :

La majorité municipale de la mairie d’Issy-les-Moulineaux, dirigée par l’inoxydable André Santini, n’en fait jamais assez… Cette fois-ci, c’est le projet de méga-centre culturel accompagné d’une mosquée de plus de 1.000 places à horizon 2020 qui attend les Isséens.

C’est lors d’une réunion publique, le 16 octobre dernier, que les habitants, venus nombreux, ont découvert ce projet décidé de longue date et en catimini. Le projet initial de 2015 avait, pour le coup, totalement échappé aux riverains car porté en partie par la communauté d’agglomération SPL Seine Ouest Aménagement, qui a piloté l’affaire, à l’écart de toute consultation citoyenne…Lire la suite sur Boulevard Voltaire

Le MuslimPost (principal site musulman) relaie complaisamment le comité Adama

L’actualité des Gilets Jaunes est vaste, mais le Muslim Post choisit de traiter l’actualité en relayant l’appel du petit collectif Adama, du nom d’un jeune mort lors d’une interpellation à cause d’une déficience cardiaque, extrait :Lire la suite

Tariq Ramadan: « Il y a eu des fautes. Je ne nie rien »

Lâché progressivement par le Qatar :

« Pour Tariq Ramadan, les ennuis ne se limitent pas à la Suisse. Un autre coup est venu du Qatar, le principal bailleur de fonds du théologien qui finance sa chaire à l’université d’Oxford et qui lui verse aussi de très généreux émoluments pour diriger le CILE, centre de recherches sur l’éthique islamique rattaché à l’université de Doha. Mohamed el-Moctar el-Shinqiti, analyste politique et intervenant très écouté sur la chaîne Al Jazeera, a publié mercredi sur son blog un texte appelant les musulmans à ne plus soutenir Tariq Ramadan, «accro au sexe avec un mépris des personnes abusées et usant de tromperie envers les musulmans». Lire dans Libération

Les islamistes attaquent Alep au gaz dans l’indifférence des médias français

Une femme syrienne soignée dans un hôpital à Alep, le 24 novembre 2018.

Lu sur RT :

La diplomatie syrienne, qui accuse des groupes rebelles et djihadistes d’avoir utilisé du gaz dans une attaque de roquettes contre Alep survenue le 24 novembre, a pointé du doigt le rôle des Etats étrangers dans l’obtention d’armes chimiques par des organisations terroristes. (…) La veille, en fin de soirée, citant des sources médicales, l’agence de presse syrienne Sana avait fait savoir que l’attaque ayant visé Alep avait provoqué au moins 100 cas de suffocation parmi les civils. De son côté, le directeur des services de santé d’Alep, Ziad Hajj Taha, avait évoqué une probable attaque au gaz de chlore toxique, sur la base des symptômes présentés par les blessés.

Des experts russes ont utilisé des «analyseurs de gaz» pour confirmer la contamination chimique des zones touchées, selon un porte-parole des troupes de protection radio, chimique et biologique des Forces armées russes (NBC). Des échantillons de terre, ainsi que des fragments de bâtiments et de munitions, ont été récupérés afin d’établir la composition de la substance toxique utilisée par les combattants lors de l’attaque. 

Riposte russe :

Le ministère russe de la Défense a annoncé ce 25 novembre que l’armée russe avait mené des frappes aériennes en Syrie contre plusieurs positions de «groupes rebelles et djihadistes». Moscou accuse ces groupes d’avoir utilisé des armes chimiques lors de l‘attaque du 24 novembre dans le nord-ouest d’Alep, zone contrôlée par les forces gouvernementales.

«Toutes les cibles ont été détruites», a précisé le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, qui a indiqué que l’armée russe avait visé des «groupes terroristes» se trouvant dans la zone tampon d’Idleb, contrôlée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Sham. Ces derniers ont tiré sur un quartier d’Alep à l’aide de lance-grenades des «explosifs contenant apparemment du chlore», a poursuivi Igor Konachenkov, citant une source militaire russe sur place.

La réforme de la loi de 1905 : des pistes intéressantes ?

L’Opinion du 5 novembre a révélé l’avant-projet de la réforme de la loi sur les cultes de 1905, amendée au fil des ans, les nouvelles dispositions seraient nombreuses.

Étudions leur pertinence point par point :Lire la suite

Coups de fouet et chocs électriques pour les féministes saoudiennes emprisonnées

Selon des informations du « Monde », neuf militantes arrêtées par Riyad en milieu d’année ont été torturées. C’est la première fois que des détenues sont soumises à de tels traitements dans le royaume. A lire dans Le Monde

Le policier saoudien coupable d’agression sexuelle à Saint-Malo ne prend que 3 mois avec sursis

Surtout ne pas froisser l’Arabie Saoudite. Ici MBS en visite en France.

Nous en parlions la semaine dernière, cette affaire révélant la coopération franco-saoudienne dans le domaine de la « sécurité », étant entendu qu’en Arabie Saoudite il s’agit d’une police appliquant la charia.

Le  saoudien en formation à l’école de police de Saint-Malo  de 40 ans était jugé à huis clos le 8 novembre  devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo pour une agression sexuelle commise sur une employée d’hôtel. Les faits se sont déroulés fin septembre dans un hôtel renommé de la cité corsaire.

Son nom pas inscrit au fichier des délinquants sexuels

Venant d’arriver à Saint-Malo pour suivre une formation, le policier aurait procédé à des attouchements sur la victime. Après avoir tenté de l’embrasser dans un ascenseur, il l’aurait poussée dans une chambre avant de la projeter sur le lit. L’employée avait réussi à prendre la fuite, paniquée. Alerté, son mari s’était rendu sur place et avait frappé le policier.

Dans l’attente de son procès, le policier avait interdiction de quitter le territoire. Selon le site Actu.fr, le tribunal l’a condamné à trois mois de prison avec sursis. Il devra également verser 5.850 euros à la victime au titre des dommages et intérêts. Son nom n’a par contre pas été inscrit au fichier des délinquants sexuels. La jeune femme, âgée d’une trentaine d’années, a été très traumatisée par cette agression. Elle n’a pas pu reprendre son travail.

Un verdict très clément, où l’on peut voir les effets d’une pression diplomatique de Riyad sur Paris, la France étant un des principaux vendeurs d’armes du royaume islamiste.

Bruxelles : attaque islamiste en pleine visite d’Emmanuel Macron, un policier victime d’une tentative d’égorgement au cri de « Allahu akbar »


Lu dans La dernière heure

Un policier appartenant à la police de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a été victime d’une attaque au couteau, ce mardi matin.

Selon nos sources, l’auteur a crié « Allahu akbar » (« Dieu est grand ») au moment d’agresser le policier, accréditant la thèse d’une attaque à caractère terroriste.

L’attaque s’est déroulée devant le commissariat principal de « PolBru », rue du Charbon, à deux pas de la Grand-place de Bruxelles. Un policier est blessé. Il a été touché au niveau du cou mais semble hors de danger. L’auteur des faits, qui est connu de la justice pour trafic d’armes mais pas pour terrorisme, a été blessé par balles au torse et est actuellement hospitalisé. Ses jours ne sont pas en danger.

La zone de police de Bruxelles Capitale-Ixelles a confirmé les faits.

Jan Jambon: « La police est une nouvelle fois victime d’une attaque lâche »
« La police est une nouvelle fois victime d’une attaque lâche », a réagi mardi matin le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, après qu’un agent bruxellois a été blessé dans une attaque au couteau.

« Le parquet enquête sur l’affaire », a précisé M. Jambon, qui indique suivre la situation de près.

Quatre islamistes voulaient frapper le 17 novembre: interpellés

Lu dans Le Parisien du 20 novembre :

Quatre hommes ont été mis en examen et placés en détention provisoire, soupçonnés d’avoir voulu passer à l’action le jour du mouvement des Gilets Jaunes.

« Ca va saigner le 17 novembre ». C’est un SMS adressé par un des terroristes présumés à sa fiancée qui a poussé les enquêteurs de la Sous-Direction antiterroriste (SDAT) à intervenir le 13 novembre dernier à Saint-Etienne (Loire). Selon nos informations, les quatre hommes qui ont été mis en examen et placés en détention provisoire samedi dernier pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » avaient l’intention de commettre une attaque terroriste, le 17 novembre, alors que les forces de l’ordre étaient mobilisées sur les rassemblements des Gilets jaunes.

Mardi dernier, trois de ces hommes avaient été interpellés par la Sous-Direction antiterroriste à Saint-Etienne (Loire). Deux frères âgés de 23 et 35 ans connus pour radicalisation, et une troisième personne âgée de 52 ans. Deux autres hommes avaient été extraits de prison pour être placés en garde à vue. Parmi eux, le mentor du groupe âgé de 25 ans, déjà mis en examen, il y a un an et demi, dans une autre affaire de terrorisme. Originaire de la région lyonnaise, cet homme décrit comme très radicalisé, communiquait avec les autres à partir d’un téléphone portable depuis la prison.

Paris: un sexagénaire traité de « mécréant » en pleines courses de Noël

Un sexagénaire a été violemment pris à partie ce mercredi en fin d’après-midi, alors qu’il sortait du métro Alésia à Paris (XIVe arrondissement). Comme le précise Le Parisien, ce dernier se dirigeait vers l’avenue du Maine les bras encombrés de paquets de Noël lorsqu’il a été approché par un inconnu.

Ce dernier l’aurait alors bousculé, faisant tomber ses lunettes, avant de lui asséner une gifle. Avant de quitter les lieux, l’agresseur lui aurait lancé un « Voilà ce qu’on fait aux mécréants. »

Choqué par les événements, la victime a porté plainte auprès du commissariat du XVIe arrondissement. Toujours selon le quotidien francilien, une enquête pour « violences volontaires commises en raison de la religion » a été ouverte.