Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

« L’Islam, c’est l’Islam. Il n’y a pas d’Islam de France » (président CRCM Bretagne)

Lu dans Ouest France du 6 septembre 2018 :

La préfecture d’Ille-et-Vilaine a réuni mardi soir une vingtaine de représentants des lieux de culte musulman du département. Une réunion de travail, organisée à la demande du ministère de l’Intérieur, pour noter les attentes sur la gestion du culte musulman en France.

Quatre questions à…Mohamed-Iqbal Zaidouni, président du conseil régional du culte musulman (CRCM) de Bretagne.

Qu’attendez-vous ? « Les musulmans sont capables de s’organiser. Mais l’Islam, c’est l’Islam. Il n’y a pas d’Islam de France ou d’autre pays. Est-ce que l’on parle du catholicisme de France ?

Il faut que le conseil français du culte musulman (CFCM) soit maintenue et renforcée » Lire la suite sur Ouest France

Commentaire de l’Observatoire de l’islamisation :

Rappelons que le CFCM est dirigé en région par des fondamentalistes étrangers, comme le turc Eyüp Sahin du Millî Görus, président du CRCM Alsace, ou le marocain Amine Nejdi, président du CRCM Lorraine pour qui il faut tuer les couples adultérins et tuer les prisonniers de guerre (vidéo preuve). Le CFCM n’a donc rien de français malgré son intitulé, tout comme l’islam.

Maroc : des élus locaux islamistes se servent de leur visa pour rester illégalement en Europe

Militants du Parti Justice et Développement lors d’un meeting à Rabat, 25.09.2016.

Bladi– 6 septembre 2018 :

« En à peine quelques mois plusieurs élus du sud du Maroc se sont installés définitivement et surtout clandestinement en Europe après avoir profité de leur visa Schengen.

Tous ont été élus sous la bannière du Parti de la justice et de développement (PJD, islamiste) et originaires la région du Souss-Massa, rapporte le journal Aujourd’hui le Maroc, qui fait part d’une inquiétude croissante de la part du parti islamiste.

Tout a commencé en mars dernier lorsqu’une conseillère communale âgée de 26 ans a décidé de rester en France malgré l’expiration de son visa d’entrée. Entre temps, elle s’est désengagée de toutes ses responsabilités locales.

Quelques semaines plus tard, un autre élu du PJD de la commune d’Aït Melloul s’est installé illégalement en France et ne veut plus revenir au Maroc.

Le mois dernier, un autre cas a été enregistré, toujours dans la…Lire la suite sur Bladi, principal webmédia du Maroc

Les musulmans priant dans la rue à Clichy (92) condamnés en première instance

Lu dans Le Parisien du 5 septembre 2018 (extrait) :

L’Union des associations musulmanes de Clichy et son président sont condamnés à verser un total de 27 000 € pour manifeation sans autorisation après 34 prières de rue.

A raison de 500 € la prière de rue illégale, l’Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC) et son président, Mohand Kazed, sont condamnés à 5 000 € d’amende chacun et, ensemble, à 17 000 € de dommages et intérêts à verser à la ville de Clichy. Au terme de débats juridiques un brin complexes, le tribunal correctionnel de Nanterre a rendu cette décision ce mardi. Ainsi, les juges ont tranché : les trente-quatre prières de rue organisées chaque vendredi, entre le 24 mars et le 10 novembre 2017, sans déclaration à la préfecture, ne sont pas conformes à la loi. Lire la suite

Tunisie : les professeurs de l’Université de la Zitouna totalement contre l’égalité dans l’héritage.

FACEBOOK/ – UNIVERSITE ZAYTOUNA

Lu dans le Huffpost (extrait) :

Les professeurs de l’Université de la Zitouna ont, dans un communiqué publié mardi, refusé l’initiative de l’égalité dans l’héritage proposée par le président de la République Béji Caid Essebsi le 13 août dernier.

Selon eux, le président de la République a fait un “déni du caractère religieux de l’État tunisien”.

En effet, les professeurs de la Zitouna ont appelé à “la nécessité de garder la référence islamique de l’État tunisien qui est spécifiée dans le préambule et les articles de la Constitution” et de ne pas “opposer le caractère civil de l’État à (…) l’identité du peuple tunisien musulman”.

“Les règles de l’héritage sont clairement chariatiques et prévues par le Coran (…) et ne doivent pas dépendre de situations humaines” ont-ils estimés, tout en affirmant que cela pourrait “fissurer l’entité familiale”.(…)

Une proposition qui n’a pas manqué de faire réagir, notamment du côté d’Ennahda (parti des Frères Musulmans). Estimant que ce n’était pas le moment pour une telle initiative , Lire la suite dans le Huffington Post Maghreb

L’incroyable itinéraire du militant fiché S d’En marche ! (Le Point)

Lu dans Le Point 

Un militant de Mounir Mahjoubi est fiché S pour radicalisation.

En janvier dernier, Le Point révélait qu’un militant d’En marche ! fiché S avait pris part à la campagne législative du secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi, candidat dans le 19e arrondissement de Paris. L’élu n’avait pas démenti l’information – il avait été averti par l’Élysée –, mais il avait souligné que le militant de 48 ans ne faisait pas partie de son équipe de campagne stricto sensu. Plus tard, dans Le Journal du dimanche, une source présentée comme un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur avait affirmé que la fiche S de ce militant avait été désactivée avant la campagne électorale.

En réalité, il n’en est rien. Ce militant fiché S fait régulièrement l’objet d’un contrôle minutieux lors de son passage au filtre police des aéroports. Néanmoins, sur le profil Facebook de cet homme, de nombreuses photos sont publiées où il apparaît aux côtés du secrétaire d’État en campagne. (…) Il continuera néanmoins d’être fiché S 10 (00304 ST) par la Direction générale de la sécurité intérieure, car elle le considère comme « susceptible d’être en relation avec la mouvance islamiste radicale ».Lire la suite dans Le Point

Sur les infiltrations islamistes au sein de En Marche regarder notre documentaire réalisé avant cette nouvelle affaire :

Apologie du terrorisme : l’agent des impôts radicalisé renvoyé devant le tribunal

Lu dans Le Point du 23 août :

« Un agent des impôts en poste aux Mureaux (Yvelines) est poursuivi pour apologie du terrorisme pour avoir tenu des propos a la gloire de Daech devant ses collègues. Les collègues d’Amir, 40 ans, l’ont dénoncé pour avoir tenu dans l’open space des propos à la gloire de l’EI.  (…) 

Après l’assassinat du père Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray en juillet 2016, Amir, un agent des impôts alors âgé de 38 ans en poste aux Mureaux, dans les Yvelines, s’était en effet adressé à une poignée de collègues en se réjouissant que le prêtre aille « rejoindre son Dieu ». « C’est une bonne chose», aurait-il dit, précisant que «tout le monde pens[ait] la même chose». «Je n’aurais pitié que pour moi et mes enfants », avait conclu l’agent des impôts, selon des témoignages de personnes présentes rapportés à sa hiérarchie.

Jour après jour, les provocations avaient continué, Amir n’hésitant pas à vanter les charmes de l’État islamique (EI) : « Daech, c’était bien. Lire la suite dans Le Point

Le président de l’Observatoire de l’islamophobie, Abdallah Zekri, reconnait que les coups de fouets sont prévus par la Loi islamique

Abdallah Zekri de la Grande Mosquée de Paris, réputée « modérée », dirigeant de l’Observatoire national de l’islamophobie rattaché au CFCM, était invité face à Majid Oukacha (ex musulman) sur Sud Radio le 9 août 2018. Le militant algérien ne peut qu’admettre que les châtiments corporels sont prévus par le Coran, en l’occurrence les coups de fouets pour les couples non mariés. Collomb gardera évidemment cet homme sur notre territoire :

Agen: un homme connu pour violences menace les clients d’un restaurant en criant «Allahou Akbar»

Agen, Lot-et-Garonne.

Lu dans 20 Minutes du 10 août 2018 :

Grosse frayeur, ce mercredi soir, à Agen dans le Lot-et-Garonne. Vers 23 heures, un homme s’est présenté à la terrasse d’un restaurant avec un couteau à la main et en criant « Allahou Akbar » devant les clients, rapporte Sud Ouest.

Une personne de l’établissement a rapidement repoussé l’individu qui a alors pris la fuite poursuivi, non sans être poursuivi par un client. Finalement, c’est la brigade anticriminalité qui arrêtera l’homme de 50 ans quelques minutes plus tard.

Placé en garde à vue, l’individu, qui a déjà été poursuivi pour des violences par le passé, va faire l’objet d’une expertise psychiatrique dans les prochains jours.

Algérie : Des prières de rue contre la tenue de concerts se multiplient dans le pays

Lu sur Algérie Focus du 2 août :

La fièvre des manifestations contre les concerts se propage de jour en jour.
Hier, quelques dizaines de citoyens ont marché hier, à Sidi Bel Abbes, pour réclamer l’annulation du festival du rai.
Arrivés au niveau de la maison de la culture, les « protestataires » ont accomplis en groupe la prière d’El Maghreb, face à une forte présence policière. Les manifestants ont été par la suite dispersés mais certains d’entre eux ont tenté de revenir quelques quarts d’heure plus tard pour accomplir la prière d’El Icha.
Il est clair aujourd’hui que ces manifestations contre la chanson sont l’œuvre du courant islamiste. Il y a une semaine également, des habitants d’Ouargla ont forcés les autorités à annuler un gala que devait animer le chanteur rai Kader Japonais. Ceux-là aussi ont accompli une prière devant la salle qui allait abriter l’événement.
C’est la première fois depuis le début des années quatre-vingt-dix que des galas sont annulés suite à la pression de la rue.
Si en apparence les « contestataires » expriment souvent des revendications socio-économiques, estimant que les budgets alloués à ces événements peuvent être utilisés à d’autres fins, au fil du temps il y a de plus en plus d’indices qui plaident pour une manipulation islamiste. Et dans beaucoup de cas, les autorités locales abdiquent…

Lire aussi :  414 000 visas « touristiques » pour les algériens en 2017 octroyée par la France

Paroles de djihadistes incarcérés : un livre d’entretiens avec les soldats d’Allah

Présentation vocale de ce livre très intéressant par Joachim Véliocas.

Présentation de l’éditeur (achat) :

Ni fous, ni ignares, les « soldats de Dieu » n’en sont que plus dangereux. Cet ouvrage présente les cadres cognitifs (idéologies, doctrines, visions du monde, valeurs) développés par des acteurs islamistes djihadistes. Ceux qui opèrent en France au nom d’Al-Qaida ou de l’« État » islamique. Alors que beaucoup a été dit sur les trajectoires de ces militants islamistes, sur leurs fêlures ou leurs réseaux, on sait finalement peu de choses des discours qui les animent, des haines qui les habitent et de leur rapport à la France, à la démocratie, à la politique, au monde qui les entoure, mais aussi à la violence qu’ils défendent et justifient, ou à la religion qu’ils disent adorer. Sans aucune complaisance, mais en prenant au sérieux les propos et les références qui légitiment leurs actes les plus violents, ce livre donne à voir l’état d’esprit d’un islamiste. Xavier Crettiez est professeur de sciences politiques, directeur adjoint de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye et chercheur au Cesdip (CNRS). Bilel Ainine est docteur en sciences politiques, chercheur au Cesdip (CNRS) et chargé de mission à la MIVILUDES. Ils sont tous deux membres de l’Observa­toire des radicalités politiques (ORAP) de la Fondation Jean-Jaurès. Acheter le livre sur Amazon