Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Mantes-la-Jolie : il menace d’« égorger » les fidèles à la messe

Lu dans Le Parisien du 29 décembre 2017 :

« Le maire de Mantes-la-Jolie, Raphaël Cognet (LR) et le curé de l’église du Val-Fourré ont porté plainte après les propos tenus par un individu, dimanche dernier à la fin de la messe.

Alors que l’office religieux était en train de se terminer, un inconnu est entré dans l’église et a tenu des propos inquiétants, menaçant d’égorger les fidèles. Parmi les personnes présentes figuraient le maire de Mantes-la-Jolie et le curé. Ils n’auraient toutefois pas été précisément visés.

L’homme, âgé d’une trentaine d’années, n’a toujours pas été retrouvé. »

Etat des lieux de l’islamisme en France avec Joachim Véliocas

Joachim Véliocas était l’invité de Radio Courtoisie le 22 décembre 2017. Il présente sa dernière enquête Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit, éditions DMM, 2016, 320 pages.

Le maire musulman de Nazareth annule les festivités de Noël prévues sous un faux prétexte

Nazareth.

Dreuz a traduit l’article du New York Daily News . Information censurée en France pour ne pas attiser l’islamophobie.

Le maire Ali Salam dit que la ville a annulé les festivités prévues, telles que le marché de Noël, a rapporté le New York Daily News.

« Notre identité et notre foi ne peuvent pas faire l’objet de négociations. La décision a estompé l’esprit de fête, et nous annulons donc les festivités cette année « , a déclaré Salam.

Nazareth, lieu probable de naissance de Jésus de Nazareth, en tous cas lieu où il a vécu (une controverse existe entre Bethléem, ville de son père et Nazareth, ville de sa mère) qui ne célèbrera pas le Christ, voilà une spécialité bien musulmane.

La ville, située dans le nord d’Israël, est principalement peuplée de citoyens musulmans et chrétiens. Les événements de Noël dans la ville, qui est un centre de pèlerinage chrétien, sont en outre la source de revenus pour l’économie de la ville.

La décision d’annuler les événements prend pour prétexte la décision de Trump d’appliquer la loi américaine votée en 1995 sur Jérusalem, laquelle impose au gouvernement d’y transférer son ambassade.

Face aux protestations venant du monde entier, la municipalité a publié un communiqué rapporté par le site Al-Arab, précisant que « l’annulation ne s’applique qu’aux spectacles artistiques sur scène » et que les stands extérieurs demeureraient, que l’éclairage du sapin de Noël aura lieu le dimanche comme prévu, que les programmes dans la vieille ville se poursuivront et qu’un défilé aura lieu le 23 décembre.

70 condamnés pour terrorisme sortiront de prison dans les deux ans

Lu dans le JDD du 24 décembre 2017:

« Le chiffre inquiète : 70 à 80 condamnés pour terrorisme sortiront de prison dans les deux ans. La Chancellerie se dit prête à y faire face.

L’alerte est donnée. La justice risque de se trouver, dans les mois qui viennent, confrontée à un casse-tête : comment traiter le cas des dizaines de personnes condamnées depuis 2010 pour des faits de terrorisme et qui vont être libérées à l’issue de leur peine ? Pour Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme (CAT), la menace se profile à un horizon de plus en plus proche. Car le degré de dangerosité des détenus libérables reste une inconnue.

Son think tank spécialisé suit la totalité des audiences jugeant les infractions liées au terrorisme. La plupart d’entre elles concernent actuellement les « returnees », ces djihadistes volontaires de retour de la zone irako-syrienne où l’État islamique ne cesse d’enregistrer des revers militaires. Filières dites de Strasbourg, d’Albertville, de Nîmes, du Val-de-Marne, du Sud-Ouest et dernièrement d’Orléans se sont ainsi succédées au fil des mois.

Selon la statistique du CAT, 126 de ces « revenants » ont déjà été jugés. Une peine moyenne de six ans de prison a été prononcée par le tribunal, le maximum possible étant de dix ans. « Est-ce vraiment dissuasif pour des gens qui ont combattu sur zone? », s’interroge Jean-Charles Brisard.

Mais d’après lui, le sujet principal d’inquiétude réside dans l’imprévision de l’après-détention. « Surtout, cela veut dire que d’ici 2020, 60 % de ces condamnés seront libérables. Pour le seul mois de novembre, sur 13 individus jugés, sept sont théoriquement libérables d’ici deux ans. » La diversité des profils pose également problème. Comment discerner les ex-détenus qui ont tourné la page de leur engagement de ceux qui restent des partisans convaincus du djihad ?

« Parce qu’il ne faisait pas la prière, ce jeune homme a été agressé au lycée »

Lu dans Le Progrès du 23 décembre

Arrivé en 1992 en tant qu’étudiant, l’imâm radical de Torcy va être expulsé

La mosquée de Torcy est épinglée dans l’enquête Mosquées Radicales parue en 2016.

Lu dans Le Parisien du 20 décembre 2017 (extrait):

Mohammed Tlaghi, l’imam suppléant de la mosquée Rahma de Torcy, est visé par une procédure d’expulsion. Considérée comme « un lieu de référence influent de la mouvance salafiste », la mosquée est fermée depuis le 10 avril dernier par le ministère de l’Intérieur.Lire la suite

Comment Edouard Philippe céda un presbytère pour une école salafiste au Havre

Aami Hassen, prédicateur invité par l’école Maurice Bucaille qui y évoqua la mort annoncée des « mécréants » par Allah. Preuve vidéo.

Nous avions déjà évoqué la politique philo islamiste du Premier ministre en tant que maire du Havre (2010- mai 2017), qui inaugura une mosquée frériste édifiée sur un terrain municipal en septembre 2013. L’affaire des 8500 mousses au chocolat destinées aux cantines de la ville jetées car haram (illicite en islam) est aussi connue (Le Parisien).

Nous avons trouvé un autre coup de pouce aux islamistes. Vérifiable par tous les citoyens. Lire la suite

Alsace: Ils font l’apologie du terrorisme en détention, deux hommes interdits de territoire français

Lu dans 20 Minutes du 18 décembre :

L’un, âgé de 41 ans, né à Alger avait crié mi-janvier « vive Daesh, vive Al-Qaida » devant des surveillants pénitentiaires. L’autre, de nationalité italienne, détenu au centre de détention d’Oermingen, avait le lendemain crié « vive Daesh, vive la Syrie, c’est des bons ».

Tous deux comparaissaient vendredi devant la justice à Saverne pour ces faits mais aussi pour insultes et menaces de mort prononcées à l’encontre du personnel pénitentiaire, rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Interdiction du territoire français

A la barre, les deux prévenus ont réfuté toute volonté de faire l’apologie publique du terrorisme, sans donner plus d’explications, précisent nos confrères.

Le premier a écopé de dix mois de prison ferme et l’autre de huit mois, avec une interdiction du territoire français pendant dix ans pour les deux hommes. Ces derniers vont faire appel de la décision.

Un Palestinien attaque au couteau des militaires israéliens : neutralisé (vidéo)

AFP 15 décembre (extrait)

Un Palestinien portant autour de la taille un dispositif ressemblant à une ceinture d’explosifs a attaqué des policiers israéliens vendredi à la sortie de Ramallah, en Cisjordanie occupée, et a été atteint par balles, selon des photographes de l’AFP.

La police israélienne a dit enquêter pour savoir si le Palestinien portait effectivement un tel dispositif et si ce dernier était authentique ou pas. Aucune confirmation indépendante de l’authenticité ou non de cette ceinture n’a pu être obtenue par ailleurs.Lire la suite

Une séance de « médecine » musulmane provoque le coma d’une femme

Lu dans Le Parisien du 11 décembre 2017 (extrait) :

Un homme et une femme ont été placés en garde à vue, ce lundi, pour les mauvais traitements qu’ils auraient infligés à femme de 47 ans, mère de cinq enfants, originaire de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise). Cette dernière est dans le coma depuis plusieurs jours. Elle a été admise à l’hôpital intercommunal du Raincy-Montfermeil après avoir ingurgité une vingtaine de litres d’eau.

« Cela fait partie d’une séance de hijama roqya, décrypte une source proche de l’affaire. C’est une sorte de médecine occulte, pour les gens qui s’estiment possédés. » Apposition de ventouses, actes de scarification, saignées, lavements… seraient quelques-unes des déclinaisons de cette médecine qui se veut prophétique, avec l’appui d’une éminence religieuse. Pas si occulte que cela, tout de même, à en croire l’affichage Internet que s’offrent ces cabinets médicaux de médecine musulmane, dits de médecine douce. Ils promettent de guérir du mauvais œil, lever blocages physiques et psychologiques. Lire la suite.