Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Yvelines : il frappe un policier en criant « Allah Akbar » > hospitalisé en psychiatrie

Lu dans Le Parisien du 29 août :

L’homme était visiblement perturbé. Ce mardi matin, vers 8 heures, les pompiers ont demandé l’assistance des forces de l’ordre après avoir été appelés pour secourir un homme, âgé de 24 ans, qui se trouvait en sous-vêtements sur la voie publique, au niveau de l’avenue Joseph Kessel, à Guyancourt.

Une fois sur place, les forces de l’ordre ont été confrontées à un individu virulent qui criait «Allahou akbar». Alors que les forces de l’ordre tentaient de le prendre en charge, ce dernier a donné un coup de poing au visage d’un des policiers, le blessant à la mâchoire. Une fois interpellé, il a été placé en garde à vue puis a été conduit à l’hôpital pour des examens psychiatriques, où il a été hospitalisé d’office.

Acheter le livre « L’islam fabrique de déséquilibrés » par la psychologue syrienne Wafa Sultan

Le tribunal administratif autorise la réouverture de l’école salafiste de Toulouse contre l’avis du rectorat

Le directeur du groupe scolaire Al Badr de Toulouse, le salafiste marocain Abdelfattah Rahhaoui, vient d’annoncer via sa page Facebook sa victoire judiciaire face à l’inspection académique et le rectorat de Toulouse.

Communiqué de presse : 

Les Louanges sont à notre Seigneur Soubhanahou.

Très chers frères, très chères soeurs,

On vient vers vous afin de vous annoncer l’excellente nouvelle de la victoire contre l’inspection académique et le rectorat de Toulouse suite à leur opposition contre l’ouverture de l’école primaire et secondaire, le tribunal administratif a annulé ces deux décisions injustes en condamnant le directeur académique au paiement des frais de justice, et en cette même occasion, on a le plaisir de vous annoncer aussi l’existence officielle du collège/lycée AL–BADR. Rappelez-vous, Il y a un an environ, il y a eu la déclaration d’ouverture du collège-lycée mais on s’est heurté à une opposition de la part du rectorat sans motif valable, et bien sûr en faisant “fi” de toutes les règles juridiques en vigueur, mais en voulant les imposer aux citoyens on perd toute crédibilité. Mais la justice aura toujours raison de l’injustice, l’honnêteté de la malhonnêteté, la véracité du mensonge et tôt ou tard, les justes auront le dessus en face des injustes dans ce monde et dans l’autre. Lire la suite

copie d’écran d’une vidéo de promotion de l’école

L’homme s’était illustré en 2011 en s’indignant que la police ait arrêté un de ses professeurs vêtu d’un niqab, et ses proches avaient manifesté leur colère en priant devant le poste de police :

Le Tribunal Administratif, en désavouant l’inspection académique et le Rectorat, collabore à l’avancée de l’islam radical en France. Aussi, il n’est pas normal que les salafistes marocains soient autorisés à séjourner en France. Le groupe scolaire Al Badr a participé au congrès de l’UIOF en 2016. Pas étonnant lorsque l’on constate que Abdelfattah Rahhaoui est ami sur FB avec les principaux leaders d’opinion de cette tendance en France comme M’hammed Henniche de l’UAM93, Nourredine Aoussat, Samy Debah, ou encore Makhlouf Mamèche et Mohamed Minta de l’UOIF.

Le maire de Chalon-sur-Saône fait appel sur les menus de substitution exigés par les musulmans

Saisi d’une plainte d’une association musulmane, un tribunal administratif a contraint Gilles Platret, maire Les Républicains de Châlon-Sur-Saône, à rétablir les plats de substitution au porc à la cantine. Il se justifie et annonce qu’il fait appel. – RMC, 29 août 2017, 8h11

Le nouveau porte-parole de Macron évoque un futur président musulman comme une « perspective formidable »

« Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohammed, ou Ahmed, ou Norredine. C’est une perspective formidable, parce qu’au regard de l’histoire, et contrairement à ce que raconte la fable zemmourienne, ce sera authentiquement français. »

Bruno Roger-Petit – L’Obs, 18 décembre 2014

Sur le même sujet lire l’article : Macron veut accélérer l’immigration algérienne et accueillir les clandestins baptisés « migrants »

Déséquilibre à Pôle-Emploi: « Si vous me radiez, je fais comme Mohamed Merah, je tire dans le tas »

Lu dans L’Indépendant du 22 août 2017 :

Perpignan- 

C’était jeudi dernier, peu après 11 heures. Un homme d’une trentaine d’années répond à la convocation de Pôle emploi. Il doit justifier de ses recherches en vue d’intégrer le monde du travail. Manifestement, il n’a pas fait de gros efforts pour retrouver un statut de salarié. Le conseiller qui lui fait face lui explique très clairement que s’il ne peut présenter de preuves de sa bonne volonté, il risque la radiation. Alors l’homme explose de colère.

Il se serait mis à crier des menaces interprétées comme suit : « Si vous me radiez, je fais comme Mohamed Merah, je tire dans le tas. »

L’homme est très vite interpellé. Hier dimanche, il était déféré devant les autorités et passera probablement dès mercredi devant le tribunal en procédure de comparution immédiate.

Lyon (69) : le fidèle étrangle une femme qui fumait devant la mosquée

Lu dans Lyon Mag :

Un homme âgé de 72 ans a été présenté au parquet dimanche. Remis en liberté, il sera prochainement jugé devant le tribunal correctionnel de Lyon pour des faits de violences avec arme remontant à dimanche matin.

 Rue Baraban dans le 3e arrondissement, le septuagénaire avait croisé le chemin de sa victime, une femme âgée de 37 ans. Selon le Progrès, cette dernière s’était abritée sous le hall d’une mosquée pour allumer sa cigarette à l’abri du vent. Une décision réprimandée par le vieil homme, qui poursuit sa route une première fois après les excuses de la femme. Avant de finalement revenir pour étrangler la fumeuse à l’aide des lanières de son sac à main. (…)

Paris : il tente de percuter une voiture de police et hurle « Allah Akbar » en écoutant des sourates du coran

Dimanche soir vers 22 h 15, entre le boulevard Ney et l’avenue de la porte de Clignancourt, dans le 18e arrondissement, la police a mis en place un barrage. La raison : une voiture circulant en plein phare et à vive allure fonçait en direction d’une patrouille de police. Le véhicule a été détourné de sa route par un automobiliste qui sortait de sa place de stationnement. Le mis en cause a alors percuté un autre véhicule arrêté à un feu rouge.

L’individu sortant de sa voiture s’est alors dirigé en courant vers les occupants du véhicule accidenté en criant « Allahou Akbar ». Devant l’état d’énervement de l’individu et du fait des récents événements terroristes, l’homme de 51 ans, connu pour violences, a été immédiatement interpellé.

Il a notamment été constaté que, à l’intérieur du véhicule, l’autoradio passait en boucle des sourates du Coran.

(…) Le Point

Une mosquée sur trois est salafiste en Catalogne (info police)

Les attaques d’hier n’ont pas surpris nos lecteurs. Un long article d’El Pais en juin 2016 décrivait la progression fulgurante du salafisme en Catalogne, courant auxquels adhèrent 5% des 490 000 musulmans de la communauté autonome. Un rapport de la police (Mossos d’Esquadra) était révélé par le quotidien espagnol pointant 79 mosquées salafistes sur 256 mosquées, contre 36 en 2006. Entre 2012 et 2015, 25 congrès salafistes se tinrent où se réunissent des centaines de fidèles pour écouter les prédicateurs vedettes de la mouvance.

En avril 2016, le cheikh saoudien Saleh El-Maghamsi vint trois jours visiter les mosquées, et pu s’exprimer devant des auditoires importants, jusqu’à 600 personnes à Cornellà. El-Maghamsi, malgré s’être illustré sur Qatar TV en 2011 en expliquant que « aux yeux d’Allah, Ossama Ben Laden est mort avec les honneurs et la sainteté réservés aux musulmans », a pu obtenir un visa de séjour pour prêcher. La police qui le suivit pour écouter ses prêches considéra qu’il ne prononça aucun propos tombant sous le coup de la loi. Un peu comme si Himmler était accueilli en France en 1938 pour faire la promotion du nazisme, mais sans déraper pour prêcher sans encombre.

La responsabilité des attentats repose donc aussi sur les épaules des autorités laxistes, aveuglées par leur idéologie multiculturelle et relativiste, considérant l’islam comme « une religion comme une autre ». Les catalans se réveilleront-ils ? Il est déjà bien tard.

Pour connaître la situation française lire l’enquête de 320 pages Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016).

Le magma islamiste atteint la cote d’alerte à Reims : 3 mosquées radicales.

La grande mosquée frériste

Reims, ville moyenne de 185000 habitants, héberge une grande mosquée UOIF, dont nous avons précisé le profil inquiétant dans notre enquête Mosquées Radicales (éditions DMM, 2016) fréquentée par 1000 fidèles chaque vendredi. Sa direction est composée de marocains ayant obtenu la nationalité française malgré leur adhésion aux thèses des Frères Musulmans (président, vice-président, secrétaire et imâm), illustrant l’urgence de déchoir de notre nationalité des milliers de musulmans radicaux. Hani Ramadan était venu y prêcher en mai 2015, lui qui devrait être pourtant interdit de séjour chez nous pour avoir osé dire : « Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique » (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Plusieurs étrangers fréquentant cette mosquée (financée par le Koweit, bailleur de fond du djihadisme) sont surveillés par nos services de renseignement. Le maire LR Arnaud Robinet avait approuvé cette mosquée et avait même été photographié visitant amicalement son chantier avant l’inauguration.

La petite mosquée frériste

L’Association de l’Institut Islamique et Culturel Rémois (A.I.I.C.R) gère la salle qui est appelée « la petite mosquée » dans le quartier Croix-rouge, fréquentée par une centaine de fidèles. Son président est un marocain naturalisé français. Son imâm Abdul Hamid A., est de nationalité syrienne, connu pour être Frère Musulman. Pourquoi est-il toléré chez nous ? Il est le responsable local de l’ONG musulmane « Syria Charity » et réalise des collectes en partenariat avec la grande mosquée de l’UOIF. Cette salle de prière -illégale- a été fréquentée par Saïd Kouachi, et encore par deux libyens connus pour leur radicalisation. Des incidents en milieu scolaire et dans les administrations ont été provoqués par ses fidèles, mais le préfet de la Marne ne s’oppose pas à son ouverture. Une école coranique s’y loge tous les samedis de 14h à 16h, une vingtaine d’enfants âgés de 6 à 12 ans y recevant des cours d’arabe et d’islam. La relève est assurée. Plusieurs fidèles fréquentent maintenant la nouvelle mosquée salafiste Al Fajr, attirés par sa radicalité encore plus poussée.

La mosquée salafiste en pleine progression

La salle de prière Al Fajr connaît elle un essor certain depuis deux ans, fréquentée par 350 personnes en temps normal et 500 lors des fêtes islamiques, avec des dizaines de personnes priant à l’extérieur. Une dizaine de femmes sont en niqab, gantées, alors que cette tenue est normalement interdite. L’imâm, Zine Eddine .R, est un algérien dont le certificat de résidence court jusqu’en décembre 2018. Il est probable que son titre de séjour soit renouvelé étant donné le laxisme du gouvernement Philippe. Le président, Djillali B., est aussi algérien, tout comme le vice-président qui a été naturalisé français en 2015. Quant au trésorier, il est sénégalais. Tout ce petit monde est toléré sur notre territoire, alors qu’en novembre 2016 ils ont invité un islamiste takfiriste très surveillé, Abu Imran, de son vrai nom Fouad Belkacem, d’origine belge, considéré comme le leader et le porte-parole d’un groupe extrémiste appelé « Sharia 4 Belgium », dont le but est l’instauration de la charia en Belgique. Belkacem est connu pour sa proximité avec Mohammad Al-Maqdisî (de son vrai nom ‘Isâm Al-Barqâwî), jihadiste salafiste jordano-palestinien et takfirî notoire qui a purgé plusieurs peines de prison en Jordanie pour son idéologie extrémiste.

Belkacem est inscrit au Fichier de traitement des Signalements pour la Prévention de la Radicalisation à caractère Terroriste (FSPRT). Des cours d’arabe et d’islam sont dispensés aux enfants, les mercredis de 14h00 à 15h30, les samedis de 11h00 à 13h00 et les dimanches de 14h à 15h30, par une femme de nationalité algérienne.

Au moins douze fidèles de cette mosquée sont fichés S, dont un marocain. Un jeune libyen qui fréquente Al Fajr s’illustra en 2012 dans son collège lors de la minute de silence en hommage aux victimes de Mohamed Merah, il avait déclaré : « les Juifs qu’ils crament ».

Il convient de préciser que la mosquée Al Fajr fait partie de la fédération de la Grande Mosquée de Paris, présentée par les médias comme étant l’islam tranquille « du juste milieu », de l’affable Dalil Boubaker.

Deux fidèles tchétchènes d’Al Fajr, de nationalité russe, se sont récemment illustrés par une attitude agressive lors d’une formation financée par Pôle-Emploi en avril 2017. Ibrahim B. et Malik S., non contents d’être tolérés sur notre sol et d’être pris en charge dans une formation en langue française, ont réclamé une salle de prière dans l’établissement public GRETA. Suite aux remarques du personnel rappelant à Ibrahim qu’il ne convenait pas de prier dans les lieux, son compère Malik a traité les membres du personnel de « fils et fille de pute » et les a menacé de « leur casser la tête ». Ces deux islamistes étrangers sont tolérés comme des dizaines d’autres dans la ville de Reims, les pouvoirs publics étant à la fois laxistes et débordés par le phénomène.

Les années à venir annoncent une progression continue de la mouvance islamiste à Reims, dopée par les flux migratoires couplées aux nombreuses naturalisations.

Pour en savoir plus sur la grande mosquée radicale de Reims et des autres grandes villes nationales, lire Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016), 320 pages.

Le terroriste Salah Abdeslam aurait profité de l’aide d’une ONG d’accueil de migrants pour convoyer des djihadistes

Lu sur Russia Today:

Le terroriste présumé des attentats du 13 novembre 2015 aurait bénéficié de l’aide involontaire d’une organisation humanitaire venant en aide aux migrants, alors qu’il se rendait en Hongrie pour ramener des islamistes en France.

Alors que le seul membre en vie du commando djihadiste des attentats de Paris du 13 novembre 2015, incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), refuse toujours de parler aux juges, de nouvelles informations concernant le parcours du terroriste présumé ont été révélées le 14 août par le journal hongrois pro-gouvernemental Magyar Idök.

La publication explique qu’entre l’été 2015 et le printemps 2016, Salah Abdeslam aurait convoyé pas moins de treize terroristes formés par l’Etat islamique (EI) depuis Budapest. Il aurait eu pour tâche de récupérer des complices aux abords de la gare internationale de Budapest. Parmi eux, selon le journal hongrois, trois membres du commando du Bataclan de nationalité française : Omar Ismaël Mostefaï, Mohamed Foued-Aggad et Samy Amimour. Venus des terres irako-syriennes du djihad, ces derniers auraient été récupérés le 17 septembre 2015, après avoir réussi à pénétrer dans l’espace Schengen dissimulés au sein du flot de migrants.

Dans le cadre de cette besogne, Salah Abdeslam aurait été aidé par de nombreux bénévoles venant en aide aux migrants. Il aurait même séjourné à deux reprises dans l’appartement d’un membre d’une organisation humanitaire, selon Magyar Idök.