Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Seulement 6 mois fermes requis contre Malek Chekatt (frère du terroriste) pour « menaces de mort en récidive ».

Lu sur BFM du 4 mars 2019 :

Pull gris, cheveux noirs ondulés, visage glabre, Malek Chekatt était jugé ce lundi, en comparution immédiate, pour avoir posté sur son compte Facebook, plusieurs messages jugés « menaçants » par les autorités. Le tribunal correctionnel l’a condamné à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, pour « menaces de mort en récidive ». A cause de ses publications sur le réseaux social, l’homme de 38 ans avait déclenché, vendredi, un vent d’inquiétude dans la capitale alsacienne. 

« Ce soir, je fais la une de BFM, à 18h30 précise (sic) », avait-il notamment écrit, paraphrasant les menaces proférées par son frère Chérif avant son équipée meurtrière contre le marché de Noël, le 11 décembre. Ces messages étaient accompagnés d’une photo montrant cinq armes, deux fusils d’assaut, un fusil et deux pistolets, ainsi qu’un gilet pare-balles. Lire la suite sur BFMTV

Le Parlement européen élit une femme voilée « jeune européenne de l’année 2019 »

Limoges : un islamiste Tchétchène devait pointer au commissariat, mais se déplace à Strasbourg

Lu dans Le Populaire du Centre du 1er mars:

« Un homme de 35 ans, assigné à résidence et visé par une obligation de quitter le territoire (OQTF), n’est pas venu pointer, comme tous les jours, à 10 heures au commissariat de Limoges. Il n’était pas non plus sur son lieu d’assignation, où il devait rester entre 11 heures et 21 heures.

Une situation d’autant plus inquiétante que l’homme en question faisait l’objet d’une fiche « S » depuis 2016, en raison de son engagement militaire avec les forces tchétchènes par le passé, de son appartenance à la mouvance islamiste et des fréquentations suspectes en Belgique. Après avoir obtenu le droit d’asile en Pologne, l’homme s’était réfugié en France après de nouvelles menaces russes. » Lire la suite

Macron ignore que les entreprises peuvent interdire le voile dans leur règlement intérieur et propage une Fake News

 « Il n’y a aucune loi qui prévoit que dans une entreprise on a pas le droit d’être embauché parce qu’on a un signe religieux [ndlr: oui mais un règlement intérieur peut l’interdire]et dans ce cas là c’est sanctionné par la loi . Il y a même des politiques de testing que nous sommes  entrain de mettre en place à l’embauche (…). Et donc vous pouvez être victime de discrimination et dans ce cas là un foulard comme vous le portez n’est absolument pas interdit pour travailler dans une entreprise privée, et si parce que vous portez un foulard ou que vous portez tel ou tel prénom et que vous n’êtes pas embauchée ceci est une discrimination à l’embauche et c’est sanctionné par la loi nous avons renforcé les contrôles [ndlr: de testing] « 

A Pessac le 29 février, Emmanuel Macron veut rassurer une femme voilée en disant qu’il va lutter contre les chefs d’entreprises qui refuseraient de les recruter, sauf que…

La loi El Khomri de 2016 a prévu qu’il était possible d’introduire une clause de neutralité (religieuse, philosophique, politique) en entreprise. 

La Cour de cassation dans sa décision du 22 novembre 2017, a précisé le cadre de cette fameuse clause (elle avait saisi il y a quatre ans la Cour de justice de l’Union européenne, d’une question préjudicielle sur le sujet). 

Il ressort de cette décision que l’entreprise peut licencier un salarié pour le port du voile, mais il faut réunir plusieurs conditions que vient préciser la Cour de cassation. Lire la suite sur Travail prévention santé

Lire aussi l’organe de presse informel de LREM, Challenges, qui fait le point sur cette question.

18,5% des bébés portent un prénom arabo-musulman, dans le 95 et 69 entre 35 et 40%

Un des enseignements de l’essai de Jérôme Fourquet (IFOP) L’Archipel français (Seuil,2019) sur le remplacement de population en France. 

Un parti musulman aux européennes : l’UDMF de Nagib Azergui décrypté

La liste de l’UDMF aux élections européennes est baptisée « Une Europe au service des peuples » est composée de 79 colistiersUne série de meetings sont prévus. Le premier, à Vaulx-en-Velin, samedi 2 mars. Suivra Marseille, le 29 mars, Joué-Lès-Tours le 6 avril, Lille le 13 avril ou encore Paris le 4 mai.

L’Union des démocrates musulmans français (UDMF) est un parti politique français fondé en novembre 2012 par Nagib Azergui et Emir Megherbi, qui prépare les prochaines échéances électorales. Lors des élections régionales de 2015, l’UDMF avait présenté une liste en Île-de-France, menée par Nizarr Bourchada (tête de liste et chef de fil du Val de Marne). Le parti obtint 12 528 voix, avec notamment 5,9 % dans la commune de Mantes-la-Jolie. Sont déjà annoncées pour les municipales de 2020 des listes à Joué-Les-Tours et Vaulx-en-Velin, deux villes où la pratique de l’islam se « salafise » ainsi que l’avait établi le livre-enquête « Mosquées Radicales » (éditions DMM, 2016).

Pour cerner le positionnement idéologique de ce parti, il suffit d’écouter les interventions télévisées de son président, Nabib Azergui, ainsi que ses publications sur les réseaux sociaux.

Azergui est souvent invité à s’exprimer sur la chaine saoudienne IQRAA. Il y a pris position contre la loi de 2004 interdisant le port du voile à l’école publique : « La loi de 2004 sur l’interdiction du voile à l’école est clairement liberticide[1] ». Il ne voit aucun rapport entre l’islamisme et le port du hijab et le fait savoir lors d’un autre passage sur la chaine : « Dire que derrière ces femmes qui portent le hijab se cache l’islamisme rampant (…) est un amalgame dangereux, réprimable. On ne doit pas garder le silence sur ce genre d’affront. »Lire la suite

Décathlon va proposer des tenues de sport charia compatibles

Lu dans Le Figaro du 26 février (extrait)

L‘équipementier français va suivre l’exemple de Nike en proposant à la vente un hijab destiné aux femmes musulmanes. L’initiative fait polémique, certains accusant Decathlon d’être «complice» de «l’enfermement» des femmes. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a déploré l’initiative ce mardi matin.

Le groupe Decathlon va emboîter le pas à d’autres enseignes, dont H&M, Uniqlo et son grand concurrent, l’équipementier sportif Nike, en s’engouffrant dans la «mode islamique». Confrontée à une baisse de son chiffre d’affaires en France, la marque a mis en ligne sur son site français un hijab destiné aux femmes qui souhaitent pratiquer la course à pied tout en gardant leurs cheveux et leur nuque cachés. Lire la suite dans Le Figaro

Dans sa débâcle l’Etat islamique décapite 50 esclaves sexuelles yézidis de plus

Lu dans Le DailyMail du 23 février, traduction par Fdesouche.com :

Les troupes d’élite du SAS ont trouvé les têtes coupées de 50 esclaves sexuelles assassinées sans pitié par des combattants de l’État islamique alors qu’elles menaient l’assaut contre le dernier bastion du groupe terroriste

Les djihadistes ont décapité des dizaines de femmes yézidis et ont jeté les têtes dans des poubelles.

Les forces spéciales britanniques ont fait cette horrible découverte lorsqu’elles sont entrées dans Baghouz, la ville assiégée sur les rives de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie.

Cette découverte fait suite à une bataille acharnée au début du mois, au cours de laquelle les soldats du SAS ont tiré 600 obus de mortier, forçant l’ennemi à s’engager dans un réseau de tunnels sous la ville en ruines.

Plus de 100 djihadistes ont été tués pendant la bataille. Deux soldats britanniques ont été blessés, mais ni l’un ni l’autre n’ont subi de blessures mortelles.

Une source a déclaré au Mail on Sunday : « À l’heure de la défaite, la cruauté des djihadistes n’a pas de limites. Ils ont lâchement massacré ces femmes désespérées comme dernier acte de perversité et ont laissé leurs têtes coupées derrière eux pour que nous les trouvions. La motivation d’un tel acte écœurant dépasse l’entendement pour tout être humain normal. »

[…]

Algérien terroriste assigné à résidence à Aurillac : le maire exprime son mécontentement au ministre de l’Intérieur


Lu dans La Montagne du 22 février :

Kamel Daoudi (biographie Wikipédia), condamné pour un projet d’attentat terroriste, est assigné à résidence à Aurillac depuis le 15 février. Sa venue a été imposée par le ministère de l’Intérieur au maire. Pierre Mathonier réclame des comptes à Christophe Castaner dans un courrier.

Kamel Daoudi, condamné pour terrorisme et déchu de la nationalité française, doit pointer deux fois par jour au commissariat d’Aurillac. « Face à une décision d’une telle importance et sur un sujet aussi sensible que le terrorisme, il me semble que le maire de la commune aurait pu être consulté. Devant le fait accompli et sans aucune information préalable, je dois gérer une anxiété compréhensible de la population aurillacoise. Cette situation, où je ne peux apporter aucun élément aux Aurillacois sur le contexte et les décisions qui ont prévalu à cette arrivée, est inacceptable et très inconfortable », exprime Pierre Mathonier dans un courrier adressé le 19 février au ministre de l’Intérieur.

« Cette décision d’imposer l’accueil de Kamel Daoudi sans concertation avec les élus locaux est de nature à susciter des amalgames malsains, que des groupes extrémistes se complaisent à alimenter, remettant en cause le travail fait pour obtenir l’assentiment de la population à l’accueil de réfugiés »

L’arrivée de l’ex-djihadiste a suscité de l’angoisse à Aurillac. Un sentiment d’inquiétude qui revient jour après jour aux oreilles du maire. Pierre Mathonier s’estime méprisé par la façon d’opérer du ministre de l’Intérieur. 

La France abat Djamel Okacha membre dirigeant d’Al Qaida au Mali

Djamal Okacha était un des chefs du  Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (en abrégé GSIM ; en arabe جماعة نصرة الإسلام والمسلمين, Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn, JNIM) organisation militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste, formée le pendant la guerre du Mali. Il naît de la fusion d’Ansar Dine, des forces d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans le Sahel, de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune.

Extrait de la biographie Wikipedia de Okacha:Lire la suite