Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Un vol dérouté vers Nice en raison d’un passager tunisien violent qui crie « Allah Akbar »

INFO FRANCE BLEU AZUR. Un Boeing 737-800 de la compagnie Transavia qui devait effectuer la liaison Paris-Tunis jeudi après-midi a été dérouté vers Nice où il s’est posé à 18h30. Un homme s’est montré violent avec le chef de cabine. Selon des témoins, il aurait tenté de faire une prière. Il a crié « Allah Akbar » lors de son interpellation comme le montre cette vidéo d’un passager

« Les Musulmans » : une plateforme de consultation lancée par la mouvance fréro-salafiste

Fondée en 2018 à l’initiative de Marwan Muhammad, ex dirigeant du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), l’organisation Les Musulmans a pour vocation de faire émerger une parole représentative des musulmans en France, par le biais d’une grande consultation, via un questionnaire diffusé dans de nombreuses mosquées et sur Internet. Une tournée des mosquées a été réalisée au premier semestre 2018, et 27 000 fidèles ont répondu à un questionnaire aux questions multiples, sur ce qu’ils pensent du CFCM, de la Fondation pour l’islam, s’ils souhaitent que l’Etat s’immisce dans leur organisation interne, sur la réforme de la certification halal, etc.

Pour se donner une crédibilité, l’organisation se dote d’un conseil scientifique, où figure le sociologue Saïd Bouamama, auteur sur le site du « Parti des Indigènes de la république », parti connu pour son soutien au Hamas. On ne s’étonne donc pas que Bouamama demande la libération du terroriste libanais Georges Ibrahim Abdallah emprisonné en France pour complicité d’assassinat fomenté par son groupe Fraction armée révolutionnaire libanaise. Bouamama s’est illustré en co-écrivant les paroles de la chanson « Nique la France- devoir d’insolence », tout un programme. Autre sociologue membre du conseil scientifique, Fatiha Ajbli, promotrice du « Muslim Women’s Day », pour qui la rétention de sûreté des terroristes à l’issue de leur peine est un « risque totalitaire ». La déchéance de la nationalité pour les islamo terroristes est aussi une menace pour les libertés individuelles selon cette « intellectuelle » dans la même tribune[1].Lire la suite

L’Observatoire de la laïcité décrié par les vigies de la République

« L’Observatoire de la laïcité assiste le gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. Il réunit les données, produit et fait produire les analyses, études et recherches permettant d’éclairer les pouvoirs publics sur la laïcité », lit-on sur son site hébergé chez le Premier ministre. Il est dirigé par l’ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco (photo). 

Parmi ses vingt-et-un membres, des hauts fonctionnaires, quatre parlementaires et dix profils de la société civile apportant leur expertise, comme le courageux philosophe Abdennour Bidar mais aussi Dounia Bouzar qui dirigeait un centre de déradicalisation dont le bilan fut un fiasco. L’embauche de l’islamiste Farid Benyettou dans le centre de cette dernière, sorti de prison après sa condamnation pour son appartenance à la filière des Buttes-Chaumont, a fini de décrédibiliser cette « spécialiste ».Lire la suite

Montpellier : un Marocain armé crie « Allah Akbar » dans un restaurant, la serveuse le désarme

Lu dans E-Metropolitain du 20 janvier :

Un Marocain âgé de 43 ans a été neutralisé par les clients du restaurant L’Escale, dans la rue Aristide Olivier, entre les places de la Comédie et Carnot, samedi soir, après qu’il a récité une prière, braqué la serveuse avec une arme à feu et annoncé qu’il allait tuer un client, avant de crier « Allah Akbar », à la vue des premiers policiers. […]

La serveuse désarme le suspect

[…] Elle a tenté de le calmer et a profité d’une nouvelle prière qu’il s’est mis à réciter en levant la tête pour le désarmer, en s’emparant du pistolet qu’il tenait dans une main dans son dos (…) Selon une source proche de l’enquête, il a hurlé « Allah Akbar » et a récité « la chahada », la profession de foi de l’Islam, quand la patrouille de la BST est arrivée sur place.

Un homme crie « Allah Akbar ! » dans un TER Orléans-Paris, intervention des gendarmes et des démineurs

Un homme de 28 ans est placé en garde à vue depuis ce samedi 19 janvier midi après avoir crié « Allah Akbar » dans un train qui reliait Orléans et Paris. L’incident s’est déroulé tandis que le train roulait. L’homme était agité et agressif dans le train avant de se mettre à crier. Après l’avoir entendu, un contrôleur a demandé l’arrêt du train TER à la gare d’Artenay vers 13h30, en application du plan vigipirate. L’homme a été arrêté sans faire aucun blessé mais selon le procureur il était rebelle avec les gendarmes durant l’interpellation. […] France Bleu

Grand Débat : le maire de Montauban s’inquiète de l’invasion arabo-islamique (Vidéo)

« Grand débat » : la Ligue de l’enseignement proche de la mouvance Tariq Ramadan nommée « garante » !

Lu dans Le Figaro :

« Le gouvernement et les présidents des assemblées ont désigné jeudi les cinq «garants» du grand débat lancé cette semaine pour deux mois par Emmanuel Macron afin de répondre à la crise des «gilets jaunes».

Le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Patrick Bernasconi, a désigné Nadia Bellaoui pour être sa «garante». Cette femme de 43 ans est la secrétaire générale de la Ligue de l’enseignement. Personnalité du monde associatif, elle a été nommée en 2011 au Haut conseil à la vie associative, avant de devenir la présidente de la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA), groupement d’associations qui représente le secteur auprès des pouvoirs publics. Entrée en 2006 à la Ligue de l’enseignement, elle en devient la première femme au poste de secrétaire générale en 2016. »

La journaliste Caroline Fourest rappelle la perméabilité de la Ligue de l’enseignement avec les islamistes, longtemps conviés à participer à sa « Commission laïcité » , extrait : 

« Le petit-fils du fondateur des Frères musulmans qui joue la vedette (au sein de ladite Commission). La plupart ne viennent plus. Le mufti de Marseille fait savoir pourquoi. Mais les piliers de la Commission n’en tiennent pas compte. Chaque départ de musulman laïque est compensé par l’arrivée d’un émule de Ramadan, notamment issu du milieu lyonnais, montant à Paris aux frais de la Ligue de l’enseignement pour y tenir réunion avec leur maître à penser. Car il faut préciser que, durant trois ans, cette organisation a payé les déplacements (avion + hôtel), non seulement à l’ambassadeur des Frères musulmans mais aussi à ses partisans de l’UJM, du JALB ou de l’UOIF !

Les islamistes pouvaient donc organiser leurs réunions à Paris aux frais de la Ligue, qui est décidément bonne nourricière. » Lire l’article intégral.

Docu en salle le 16 : Malle, imâm et esclavagiste au Mali, travailleur pauvre en France

Le Monde du 16 janvier 2019 présente la sortie du documentaire « Mallé en son exil » de Denis Gheerbrant, extraits :

« Denis Gheerbrant partageait jusqu’à présent avec ses interlocuteurs « un fonds de valeurs communes » comme la liberté, l’égalité femmes-hommes… Ce n’est plus vraiment le cas avec le personnage de son dernier documentaire, Mallé en son exil : le film suit le quotidien de Mallé Doucara, un immigré malien qui vit dans un foyer à Montreuil, dans le « 93 ». Entre Paris et la proche banlieue, l’homme de ménage, la cinquantaine, nettoie des bureaux, sort les poubelles du matin au soir. Le « roi du tri » côtoie la modernité écologique. Mais pas seulement : Mallé est issu des Soninkés, un peuple de l’Afrique de l’Ouest converti à l’islam et doté d’une organisation très hiérarchisée, divisée entre les hommes libres et les « captifs », dits esclaves. D’emblée, Mallé résume sa schizophrénie. Au Mali, il fait partie de la haute société : « Je suis un esclave ici en France, mais j’ai un esclave au Mali. » Il fait également office d’imam. Les Soninkés pratiquent la polygamie et l’excision. La femme et les filles de Mallé, restées au pays, sont excisées. » Lire l’article intégral.

Hausse des demandes d’asile, les clandestins Afghans quasiment tous acceptés

Revue de presse Fdesouche sur les exactions des « migrants » afghans en Europe sur les trois derniers jours.

L’Hexagone continue de faire face aux vagues migratoires successives. Lors de l’année 2018, la France a décompté 122 743 demandes d’asile, un chiffre en hausse de 21,8% par rapport à l’année dernière, relate l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Les principaux pays d’origine des migrants sont ainsi l’Afghanistan, la Guinée et l’Albanie, la Géorgie et la Côte d’Ivoire. Les principaux pays d’origine de la demande d’asile sont l’Afghanistan (10 221), l’Albanie (8 261 demandes), la Géorgie (6 717), la Guinée (6 621) et la Côte d’Ivoire (5 256).

RTL informe au soir du 15 janvier que 10000 Afghans ont vu leur demande d’asile acceptée, et que « quasiment toutes leurs demandes aboutissent« , ce malgré les cas hebdomadaires d’agressions et de viols par des réfugiés Afghans en Europe.

Les Frères Musulmans recrutent les migrants en Scandinavie

Lu dans La Référence du 9 janvier (extrait) :

« Un rapport publié par le site américain Clarion project souligne les activités expansionnistes des Frères musulmans dans les pays européens, notamment la Suède, la Norvège et le Danemark, en recueillant des fonds auprès des communautés musulmanes de ces pays. Le rapport affirme que les membres de la Confrérie cherchent à gagner la sympathie des gouvernements européens.

Le rapport, publié il y a deux jours, indique que les membres des Frères Musulmans tentent de recruter des migrants et des réfugiés arrivés dans ces pays afin d’y renforcer leur présence. De plus, les Frères jouent sur la corde des droits de l’homme.

Le site évoque le rôle de l’union des musulmans qui se trouve en Suède, fondée en 1980 à Stockholm, et regroupant 40 groupes. Il révèle que 132 citoyens suédois ayant adhéré à l’organisation terroriste Daech ont suivi un enseignement au sein de cette union. » Lire l’article intégral