Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Val-de-Marne : un « fiché S » arrêté, des détonateurs et bâtons de dynamite trouvés à son domicile

5930121025_Des-batons-de-dynamite1Un homme de 23 ans a été interpellé et placé en garde à vue dans la nuit de dimanche à lundi 18 juillet. Après avoir commis une infraction routière sur la commune de Sucy-en-Brie, dans le Val-de-Marne, l’homme est contrôlé par les policiers. Il déclare être chauffeur de VTC. 

Dans son véhicule, un permis de conduire et un passeport volés lors d’un cambriolage le 14 juillet sont découverts. Les forces de l’ordre procèdent à des vérifications, l’homme de 23 ans est fiché S. Une perquisition est alors menée à son domicile à Boissy-Saint-Léger: deux détonateurs et quatre bâtons de dynamite sont retrouvés.

La complicité d’Estrosi avec les Frères Musulmans démontrée dans une enquête de 320 pages

Capture d’écran 2016-07-17 à 17.19.32

Le président de la région PACA Christian Estrosi ose une posture de fermeté après l’attentat du 14 juillet dans la ville où il reste adjoint au maire, alors qu’il a toujours soutenu les projets de mosquées des islamistes de l’UOIF.

CnaGfe2WAAA7Xj2.jpg-large

Voici un extrait de notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, page 238) :

Lire aussi  en complément : Estrosi souhaite que se construise « au plus vite » une mosquée UOIF à Nice sur un terrain de la ville.

Se procurer Ces Maires qui courtisent l’islamisme

Les colons turcs en France manifestent leur soutien au président islamiste (Strasbourg)

Turquie: l’UOIF (250 mosquées en France) soutient l’islamiste autocrate Erdogan

Capture d’écran 2016-07-16 à 00.30.02

Tayyip Recep Erdogan étant très proche des Frères Musulmans égyptiens, ce positionnement n’a rien d’étonnant.

Le tueur au camion est le fils d’un membre des Frères Musulmans tunisiens

9851836-15932680
Lu sur Tunisie-Secret toujours bien informé:

« Il s’appellait Mohamed Lahouaiej Bouhlel et il est originaire de la ville sahélienne de Mseken (Gouvernorat de Sousse) où il est né le 3 janvier 1985. Selon nos sources policières en Tunisie, sa mère s’appelle Cherifa et son père est membre du parti islamiste Ennahda et il est connu à Mseken comme étant un extrémiste violent que la police de Ben Ali surveillait de près et qui est devenu après janvier 2011 l’un des leaders locaux d’Ennahda à Mseken. Le criminel de Nice ne s’est donc pas improvisé terroriste, mais il né et a baigné dans un milieu familiale favorable à la violence et au radicalisme. Il en va de même de sa belle famille.  « Lire sur Tunisie-Secret

Attaque à Nice : 84 morts écrasés, une centaine de blessés

Attaque à Nice : 73 morts écrasés, une centaine de blessésSelon les premiers éléments recueillis par la police judiciaire, le terroriste était un franco-tunisien âgé de 31 ans, sous contrôle judiciaire depuis le 27 janvier pour « violence », après une bagarre. L’homme habitait dans un quartier de l’est niçois. Des perquisitions sont en cours à son domicile.

Enquête de 320 pages, 20 euros Acheter sur Amazon

L’avocat général cour de justice de l’UE veut imposer les femmes voilées aux entreprises récalcitrantes

Lu dans Libération du 14 juillet 2016:

« L’avocate générale de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé mercredi que le fait d’imposer à une salariée musulmane de retirer son foulard lors de contacts avec les clients était de la discrimination directe illicite. La CJUE avait été saisie par la Cour de cassation française sur l’affaire Asma Bougnaoui, une ingénieure d’études licenciée en juin 2009. Après une rencontre avec des clients de son entreprise, Micropole, un client avait assuré que le voile de cette salariée avait «gêné» ses collaborateurs et demandé qu’elle ne le porte plus à l’avenir.

L’État reconnu en partie responsable des tueries de Merah, non surveillé alors qu’il revenait du Pakistan.

mohamed_merahLe tribunal administratif de Nîmes (Gard) a rendu mardi un jugement  jugeant l’État responsable pour un tiers dans la mort d’Abel Chennouf, deuxième victime de Merah. «Le tribunal juge que la responsabilité de l’État est susceptible d’être engagée pour faute simple des services de renseignement dans l’exercice de leur mission de prévention des actions terroristes et de surveillance des individus radicaux», juge cette juridiction.

Saisie par la famille du caporal-chef Abel Chennouf, 25 ans, tué le 15 mars 2012 à Montauban (Tarn-et-Garonne), la justice a estimé que «la décision de supprimer toute mesure de surveillance de Mohamed Merah, prise à la fin de l’année 2011(…) alors notamment que Mohamed Merah avait déjà fait une première victime quatre jours avant l’assassinat d’Abel Chennouf (constitue une faute qui) a compromis les chances d’empêcher l’attentat et fixe à un tiers la part de responsabilité de l’État», justifie le tribunal dans un communiqué.

Lors de l’audience qui s’est tenue à Nîmes voilà quelques semaines, Me Béatrice Dubreuil, avocate de la famille Chennouf, avait notamment rappelé que Mohamed Merah faisait partie d’un réseau radical et que «les services de renseignements ont néanmoins décidé de relâcher sa surveillance après qu’il a effectué un séjour de plusieurs mois au Pakistan, sans que son départ n’ait été signalé, et après avoir conduit avec lui un entretien, dans des conditions non satisfaisantes». Elle avait en outre mis en exergue «un défaut de coordination des services, ainsi que cela a été reconnu publiquement par le ministre de l’Intérieur». Le tribunal administratif de Nîmes a bien considéré que «les fautes commises par les services de renseignements dans la surveillance de Mohamed Merah ont fait perdre une chance d’éviter le décès d’Abel Chennouf».

Cazeneuve méprise l’enquête parlementaire sur les attentats (LCP)

Capture d’écran 2016-07-09 à 12.15.00

Cliquer sur la video pour visionner sur LCP

Le président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de Paris s’indigne de la réponse apportée par le ministre de l’Intérieur aux propositions de sa commission.

Invité vendredi dans Parlement hebdo, le député Les Républicains Georges Fenech s’est ému de l’attitude du ministre de l’Intérieur à l’égard du travail de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats. Cette dernière a rendu mercredi son rapport. Bernard Cazeneuve a en effet rejeté bon nombre de propositions de la commission, qualifiant même de « plum-pudding » l’idée de créer une agence nationale du renseignement, similaire à celles existantes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

« J’ai été véritablement consterné par la réponse du ministre de l’Intérieur (…) c’est inacceptable. Venir nous dire que ce que nous proposons c’est du plum-pudding ! C’est une injure à notre travail, c’est un mépris, c’est une arrogance, c’est une suffisance. Et en tant que président de la commission d’enquête, je ne laisserai pas faire« , assure Georges Fenech. « Je suis vraiment très en colère. Et on ne lâchera pas. On ne peut pas accepter que le ministre qui endosse la plus lourde responsabilité politique sur l’année 2015 puisse venir nous dire tout ce que vous avez fait, ça ne m’intéresse pas. »

Le député Les Républicains annonce également son intention de demander la création d’une mission d’information parlementaire chargée du suivi des propositions émises par la commission d’enquête ainsi que son intention de rentrer en contact « avec les plus hautes autorités de l’Etat« .

BAC 2016 : Des correcteurs invités à signaler les « propos djihadistes » par l’Inspection générale.

ob_007b00_reussite-baccalaureatL’alerte, comme le rapporte « Le Monde » ce mercredi, est venue du SNES-FSU : le 22 juin, le principal syndicat des professeurs du secondaire tweetait ce message : « Consigne de l’inspection générale d’histoire-géographie aux correcteurs : faire remonter les propos antisémites, racistes et djihadistes trouvés dans les copies. » Puis ce commentaire acerbe : « Les enseignants sont des fonctionnaires responsables & compétents qui n’ont pas besoin d’appel à la délation pour accomplir leur travail. » (…) lire dans le Nouvel Obs