Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Actualités

Scandale de l’abattoir d’Alès : le maire accuse l’abattage musulman devant la commission d’enquête

Copie de autocollants_halal 2_2Lu dans Le Figaro du 28 avril (extrait) :

« Le maire d’Alès dans le Gard, dont l’abattoir municipal a fait scandale, s’est défendu aujourd’hui en soulignant le problème de l’abattage rituel, sans étourdissement, dans la conduite des opérations, devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage en France.

L’abattoir d’Alès avait été fermé en octobre 2015 après la diffusion d’une vidéo de l’association L214 montrant des mauvais traitements infligés aux animaux. Il a rouvert début décembre. L’abattage rituel, pour la viande halal, représente 50% de l’activité de l’abattoir: « Il y a donc une manière de fonctionner spéciale. Il appartient au législateur de décider si on peut abattre ou pas de cette manière-là », a déclaré Max Roustan, maire Les Républicains. Selon lui, la vidéo de L214 montrait uniquement des animaux abattus de manière « rituelle », sans étourdissement. Selon le directeur de l’abattoir Jack Pagès, la personne filmée en train de pratiquer un « cisaillement au lieu de faire des coupes franches » était un « sacrificateur » remplaçant.

Les sacrificateurs sont désignés de manière indépendante des abattoirs par les mosquées »

Sur le sujet lire l’article du docteur vétérinaire Peretti qui a dénoncé ce mode d’abattage à Alès  dès octobre 2015 dans l’indifférence des médias qui avaient peur de faire « un amalgame ».

Monseigneur Dubost fait l’apologie du Jihâd dans son dernier livre.

Mgr-Michel-DUBOST-eveque-Evry_1_730_400

Cela n’étonnera pas ceux qui suivent l’actualité du préposé au dialogue avec l’islam nommé par la Conférence des évêques de France . Habitué des rassemblements de l’UOIF (Frères Musulmans) avec qui il veut faire société, même quand leurs conférenciers sont connus pour appeler au meurtre (voir ici en 2012 et ici en 2016). Lors de l’interdiction de séjour de plusieurs conférenciers invités par l’UOIF par l’Intérieur, il continua a participer à leur rassemblement car « il ne faut pas  qu’ils se sentent ostracisés » (Le Monde).

Pour répondre aux nombreuses critiques qu’il reçoit concernant sa vision très naïve du dialogue islamo-chrétien, il a rédigé un livre intitulé « Catholiques, musulmans, une fraternité critique » (éditions Médiapaul, 2014), où il se surpasse dans ses préjugés et édulcorations à l’égard de l’islam :

Page 84:

« De toute façon, le jihad est une réponse à un appel de Dieu. Le jihad a quelque chose à voir avec l’accueil, dans des coeurs humains limités, de l’absolu de Dieu. Il est manifestation humaine d’une foi qui proclame: il n’y a de Dieu que Dieu. Le jihad est un effort continu pour accueillir le bien et donc lutter contre le mal, en soi et dans le monde. Pour beaucoup, cette lutte est une lutte de soi contre soi-même pour sortir du paganisme et éduquer son coeur à vivre de Dieu. Cette lutte conduit à chercher à bâtir une société fraternelle où, les barrières sociales et raciales étant abolies, tous seront égaux devant Dieu. Le jihad est mené en vue du bonheur de l’univers tout entier. (…) Le jihad se fonde sur l’importance du Coran (et des hadiths) pour refaire l’unité de l’homme, sur la volonté de suivre Mohammad le prophète, sur la croyance à l’existence des anges et sur la certitude de la vie éternelle, dont le martyr est une porte d’entrée certaine: son lieu premier est l’âme du croyant, son but premier est de lutter contre Satan et d’assurer la liberté des musulmans. (…) Si le jihad est fait pour bâtir l’unité du monde, il peut conduire à faire la guerre »

Lire la suite

Quand Jean-Marc Ayrault subventionna une mosquée UOIF financée par le Qatar

Jean-Marc-AyraultAlors que Jean-Marc Ayrault vient d’être nommé nouveau ministre des Affaires étrangères, il est permis de s’interroger sur sa bienveillance, au moins locale, avec les Frères Musulmans de Nantes. En 2009, son conseil municipal vota une subvention de 200 000 euros pour le « centre culturel » de la mosquée Assalam de l’UOIF. Ce centre (page officielle) est aujourd’hui l’institut qui enseigne la charia (droit musulman) pour la mosquée. Voir à ce sujet le chapitre de notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme consacré à ce scandale soigneusement camouflé par la presse. Pourtant la subvention fut éventée par le journal local Presse-Océan à l’époque, et nul n’a contesté sa réalité :

« L’AIOF finance la construction, estimée à 4,4 millions d’euros, en quasi-totalité, la Ville apportant 200 000 € pour le centre culturel. La souscription lancée par l’association a permis à ce jour de recueillir près de 1,5 million, juste de quoi payer le gros-oeuvre.« Mais maintenant que le chantier démarre, les dons vont affluer », pense Ahmed Loukili, responsable technique du projet.

Tariq Ramadan fait le plein

L’AIOF est rattachée à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères musulmans, et dont le président, Lhaj Thami Breze, était présent hier à Nantes. »

Source: Presse-Océan du 11 mai 2009

En même temps, le bras prosélyte du Qatar, la Qatar Charity Fundation, finança la grande partie de la mosquée Assalam (voir Libération). Dans leur livre enquête Le Vilain petit Qatar (Fayard, 2013) les journalistes Beau et Bourget évoquent aussi ce même financement par le Qatar aux pages 200-201.Lire la suite

Aux Bernardins, le professeur d’islam enseigne que Mahomet est annoncé dans la Bible et que la science prouve la divinité du Coran.

P1050185

Le Collège des Bernardins, centre intellectuel dirigé par le diocèse de Paris magnifiquement restauré, a lancé il y a peu une « formation continue à distance à la culture éthique et religieuse » , c’est à dire des cours par internet.  Le document officiel présentant la formation propose de « connaître les éléments de base de la ou les religions étudiées, les rites propres à chacune, des dates et des personnages clés, ainsi que l’exégèse des textes« . Gage de sérieux, sont garantis en professeurs les « meilleurs spécialistes de la question« , et, pour ceux qui s’inscriraient à tous les modules, « l’ensemble de la formation est validée par un diplôme de master en culture éthique et religieuse délivrée par l’Université Catholique d’Ukraine (Lviv) en partenariat avec le Pôle recherche des Bernardins. » Le tout placé sous l’égide du Cardinal André-Vingt-Trois. De quoi être rassuré pour les « apprenants », principalement des enseignants et des laïcs engagés dans le dialogue inter religieux.Lire la suite

Dolce & Gabbana, YSL, Valentino et Gucci se convertissent à la mode halal (JDD)

Numériser 10

La haute couture occidentale s’islamise pour se lancer en terre d’islam et s’adapter au changement de peuple. Lu dans Le Journal du Dimanche du 24 janvier 2016 :

Numériser 7

Allemagne: 516 plaintes pour viol à Cologne, 133 plaintes à Hambourg, 41 à Dusseldorf

Capture d’écran 2016-01-06 à 00.57.13

Actualisation au soir du lundi 11  janvier:

Le Soir du dimanche 10 janvier informe :

« La police de Cologne (ouest) a indiqué dimanche que le nombre de plaintes liées aux violences dans la nuit du Nouvel An était désormais de 516, dont environ 40 % pour des faits d’agression sexuelle.

Samedi, le bilan du nombre de plaintes avait déjà été fortement relevé, à 379. Dix-neuf personnes sont pour l’instant considérées comme suspectes, a indiqué la police dans un communiqué sans autre détail. Par ailleurs, la police a procédé samedi soir à l’arrestation d’un Marocain de 19 ans soupçonné de vol de portables le soir de la Saint-Sylvestre sur la place principale de Cologne. Cet homme est déjà connu des services de police. (…) La police de Cologne, dont le chef a été mis à pied vendredi après de nombreuses critiques notamment sur une communication très tardive et limitée, avait affirmé samedi que les personnes sur lesquelles elle enquêtait étaient « originaires en grande partie de pays d’Afrique du Nord » et « en grande partie des demandeurs d’asile et des personnes se trouvant en Allemagne illégalement ». 

Lire la suite

Angers : un tunisien condamné pour viol, déjà libre, fait l’apologie de l’EI dans la rue

Reportage sur le tourisme urbain à Angers, Maine & Loire. Les bords de Maine et la cale de de la Savate de nuit. © Jean-Sébastien Evrard

Lu dans Ouest-France du 30.12.2015 (extrait)

Emprisonné à la maison d’arrêt d’Angers, cet homme a plusieurs fois proclamé son admiration pour Daech et les attentats du 13 novembre à Paris. Il a été condamné ce mercredi.

Un an de prison pour apologie du terrorisme, c’est la peine à laquelle ont été condamné, ce mercredi 30 décembre, un Tunisien déjà emprisonné à la maison d’arrêt d’Angers après avoir été condamné pour viol par la cour d’assises du Maine-et-Loire. Il a fait appel de cette condamnation. Mais ce mercredi, il a refusé d’être extrait de la prison. Lire l’article

La « patrouille musulmane » de Béziers était bien constituée d’islamistes.

2015-12-27_172301_VI-BEZIERS-MAIRE-Copie-en-conflit-de-Mac-Pro-2015-12-14-Mise au point de Robert Ménard à propos de la « milice musulmane » à Béziers

« Dans la nuit de Noël, un groupe d’individus se présentant comme de « simples musulmans » s’est rendu à l’église du quartier de La Devèze puis à la cathédrale dans le centre-ville. Dès le lendemain, ce groupe a communiqué sur les réseaux sociaux pour promouvoir son action. Sa communication a été aussitôt relayée par les médias et notamment Midi Libre. Une communication en forme de conte de Noël : leur action visait, selon eux, à protéger les fidèles catholiques…

J’ai alors réagi en publiant à mon tour un communiqué. Celui-ci a été immédiatement condamné par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, à qui la lutte contre le terrorisme semble laisser quelques loisirs, puis par SOS Racisme qui annonce vouloir déposer plainte contre moi.
Je le dis ici très clairement : je maintiens mes propos. Des propos que je souhaite maintenant développer et expliquer plus longuement qu’il me paraissait nécessaire dans un simple communiqué de réaction.
Lorsque j’ai écrit la phrase suivante, « depuis quand les pyromanes protègent les incendies », je visais expressément les deux chefs du groupe prétendument « protecteurs » de catholiques. Il est possible que Bernard Cazeneuve ignore leurs noms, mais son représentant dans l’Ouest de l’Hérault, le sous-préfet de Béziers, les connaît très bien puisque j’ai déjà eu l’occasion d’attirer publiquement son attention à leur sujet.
Le premier de ces individus est un converti, Mehdi Roland. Le second est un certain Omar Kathiri. A eux deux, ils dirigent sur Béziers plusieurs associations au développement groupusculaire et auxquelles n’adhère pas la grande majorité des musulmans de la ville. Il serait trop long de donner ici tous les détails sur les fréquentations douteuses, les déclarations anti-républicaines et les actions illégales de ces deux individus. Les services de l’Etat sont parfaitement au courant. Je me bornerai à en donner quelques exemples.
Lorsque voici quelques mois, un individu, converti lui aussi, connu sous le pseudonyme de « Toubib Burger », a été arrêté à Béziers pour apologie de terrorisme, il a été découvert par la suite que le dénommé Mehdi Roland entretenait avec lui des relations sur les réseaux sociaux mais également dans la vie courante puisque « Toubib Burger » filmait les actions de rue de Mehdi Roland.
Ce même Mehdi Roland ornait volontiers jusqu’à peu sa page facebook de photos montrant une Marianne décapitée et la tête remplacée par le Coran. Photo que, depuis notre publication dans le journal de la ville, il a fait disparaître.
Il s’est également signalé par ses liens avec l’imam dit « de Brest » devenu tristement célèbre pour avoir expliqué à des enfants qu’écouter de la musique les transformerait en porcs et dont la mosquée a été perquisitionnée au lendemain des massacres du 13 novembre.
Omar Kathiri s’est distingué, lui, en tentant à deux reprises de perturber le conseil municipal. Son comportement lui valant d’être expulsé par la police. Une plainte est en cours suite à cette affaire.
Son activité principale est l’organisation et la participation, un peu partout en France, à des actions, souvent illégales, contre l’Etat d’Israël.
C’est donc ces individus que je visais par mes propos. Lire la suite 

La « salle de prière » vandalisée à Ajaccio est camouflée en association sportive.

Capture d’écran 2015-12-26 à 22.53.59

Cliquer pour agrandir

Corse Matin nous indique que cette salle se situe « juste en face du centre financier de la Poste » sis 22 avenue du Colonel Colonna d’Ornano, donc en face du numéro 17, il s’agit bien de l’association décrite ci dessus. La salle de prière qui a été vandalisée est déclarée en « association culturelle et sportive ».

Mgr André Vingt-Trois use de l’argumentaire de l’extrême gauche pour expliquer la radicalité islamique

Voir l’interview

Avant de lire le verbatim de l’interview Mgr André Vingt-Trois ce matin sur BFMTV , il faut savoir que par exemple, Mohamed Merah était tout à fait intégré professionnellement, un garagiste français l’avait embauché. Aussi, rappelle Malika Sorel-Sutter :

« Sur la base des personnes signalées, l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) révèle que 67% des jeunes candidats au djihad sont issus de classes moyennes, 17% sont même issus de catégories socioprofessionnelles supérieures. L’Uclat vient d’éclairer d’une lumière crue la monstruosité des accusations portées contre les Français depuis plus de 30 ans, opération qui n’a de cesse de semer les graines du ressentiment contre la France” Malika Sorel-Sutter, Figaro Magazine du 27 novembre 2015.:

Appolline de Malherbe:  Pour vous qu’est-ce qui fait que des jeunes puissent se radicaliser malgré tout dans la religion jusqu’à commettre des actes terroristes?

Mgr André Vingt-Trois: Je pense simplement qu’on a fait une erreur d’analyse, et qu’on continue à faire une erreur d’analyse qui est de croire que c’est la religion qui est la cause de la radicalisation. […] La cause de la radicalisation c’est le sentiment de ne pas être intégré dans la société, le sentiment d’être marginalisé, le sentiment de ne pas trouver sa place dans la société, et le sentiment d’être dans une société entre-guillemets « frivole ».

A.Malherbe : C’est à dire ?

Mgr Vingt-Trois : C’est à dire on est dans une société de la consommation, du clinquant, devant des jeunes qui n’ont aucun moyen de participer à cela. Et donc rentrent dans une dynamique terroriste entre-guillemet, nihiliste, qui vise à détruire.

A.Malherbe : est-ce que vous justifier en quelque sorte ?

Mgr Vingt-Trois: Non mais je ne justifie pas, je dis simplement que ce n’est pas en disant que c’est dans les mosquées qu’on apprend à être radical. On devient radical par les circonstances de la vie, et par l’incapacité à les assumer. Et, on justifie cette radicalisation en la rattachant à une religion »

A.Malherbe : Alors pourquoi il n’y a pas de jeunes chrétiens ou de jeunes juifs qui se radicalisent ?

(…) Ca ne vient pas de l’extérieur. C’est tous des Français. D’où ils sortent ? Ils sortent de nos écoles françaises. Ils sont nés en France. […] Ils étaient des Français comme tout le monde. (11:55)

Quelle différence avec l’argumentaire de Tariq Ramadan qui avait dit à propos de Mohamed Merah qu’il était « la victime d’un ordre social qu’il l’avait déjà condamné » ? Mgr Vingt-Trois tient ce type de raisonnement depuis des années, ainsi il affirmait dans Le Figaro du 31 mars 2012 que « les musulmans peuvent être fanatiques comme les chrétiens peuvent l’être« . Autant de terroristes chrétiens que de musulmans ?

Observatoire de l’islamisation- 23 décembre 2015.