Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Immigration

Les chiffres officiels de l’immigration 2017 analysés par Gourévitch

Le samedi 10 mars 2018, Jean-Paul Gourévitch, spécialiste des migrations et auteur de nombreux ouvrages d’analyses, donnait une conférence à l’occasion de l’université d’hiver de La Droite Libre. 

33 000 nuitées d’hôtel pour les clandestins en Ile-de-France informe le ministre Mezard

Bretagne : le préfet se réjouit d’offrir la nationalité française à des femmes arabes voilées

Le nombre de visas de « tourisme » pour les algériens et marocains a encore augmenté en 2017

C’est la grande technique migratoire : rentrer légalement avec un visa touristique de trois mois, et rester illégalement après le délai dépassé. On ne les voit jamais sur nos sites touristiques. Châteaux de la Loire, cathédrales, Mont-Saint-Michel, musées… mais où se cachent les 414 000 algériens ayant obtenu un visa touristique en 2017, contre 332 000 en 2014, et les 323 000 marocains (contre 214 000 en 2014) ? (AFP et Obs-i pour les chiffres 2014). Combien repartent effectivement dans une Algérie en crise ? Alors que seuls 5% des clandestins arrêtés sont expulsés de France, ils ont tout à gagner à rester, d’autant que les soins hospitaliers sont gratuits avec l’AME. 

Le droit du sol permet aux femmes enceintes d’obtenir la nationalité française automatique pour leurs enfants, et elles deviennent inexpusables.

« Circulaire Valls » : les régularisations de clandestins bondissent (Sénat)

Lu dans Projet de loi de finances pour 2018 : Asile, immigration, intégration et nationalité, Sénat.

« Difficile, tout d’abord, de cerner la stratégie du Gouvernement en matière d’immigration régulière et d’intégration des étrangers à la société française. Derrière la fermeté de son discours, il n’envisage pas d’abroger la « circulaire Valls » du 28 novembre 2012, qui a pourtant contribué à l’augmentation des régularisations d’étrangers en situation irrégulière de plus de 30 % en cinq ans. (…) une hausse substantielle des régularisations d’étrangers en situation irrégulière : elles sont passées de 23 294 en 2012 à 30 632 en 2016 (+ 31,5 %), notamment sous l’effet de la « circulaire Valls » du 28 novembre 2012.
Au total, 2,83 millions d’étrangers disposent d’un titre de séjour français, 70 % d’entre eux bénéficiant d’une carte de résident valable dix ans et renouvelable de plein droit sauf menace pour l’ordre public. » Source Sénat.

Explosion du coût de l’accueil des clandestins : le budget 2018 révélé par le Sénat

Source: Sénat

L’hébergement seul des demandeurs d’asile (et des déboutés!) se ventile ainsi :

  • 6000 places (ADOMA) dans 80 centres = 32 millions d’euros/an.
  • 18 500 places (HUDA-départements) réparties dans 150 centres  = 108 millions d’euros/an.
  • 5351 places construites par l’Office français de l’immigration et intégration (programme PRAHDA) =28 millions d’euros/an.
  • 10 700 places en Centres d’accueil et d’orientations. 105 millions d’euros/an.
  • 2207 places en Centres provisoires d’hébergement pour 35 millions d’euros. (3000 nouvelles places en 2018)

Soit un total de 308 millions d’euros pour les frais d’hébergement seuls, auxquels il faut ajouter les revenus mensuels des 94300 personnes ayant déposé une demande d’asile en 2017, appelée Allocation Demandeurs d’Asile (ADA) :

– Au 31 juillet 2017, 80 043 ménages bénéficiaient de cette aide financière (ADA), 318 millions d’euros budgétisés pour 2018.

-Il faut ajouter les frais de fonctionnement de la Cour nationale du droit d’asile, 28 millions d’euros.

-Il faut ajouter les cours de langue française et d' »intégration » : Entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017, 101 448 contrats d’intégration républicaine (CIR) ont été conclus (avec une formation linguistique prescrite dans 55,6 % des cas) pour un coût de 56,4 millions d’euros.

Soit un total de = 710 millions d’euros.

Auxquels il faut ajouter les frais médicaux, avec cinquante mille visites médicales par an et des dizaines de médecins affectés aux demandeurs d’asile. L’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins élèvera à 910 millions d’euros en 2018 contre 815 en 2017.

Le rapport du Sénat nous apprend également que sur les nombreux hôtels achetés par la Société Nationale Immobilière (SNI) , pour un total de 10000 places, la moitié est affectée aux demandeurs d’asile, et l’autre moitié aux sans-abris.

Commissaire UE : « Aucun coin de l’Union européenne n’échappera à l’immigration de masse »

Lu sur Breitbart, traduction Fdesouche

Bruxelles a déclaré que les Européens doivent accepter l’immigration massive en provenance du tiers monde comme la « nouvelle norme », avertissant que ni les murs ni les politiques ne permettront à un morceau de l’UE de rester « homogène et sans immigration ».

« Il est temps d’affronter la vérité. Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrêter l’immigration », écrit Dimitris Avramopoulos, commissaire européen chargé de l’immigration, dans un article pour POLITICO publié lundi et intitulé « Les migrants européens sont là pour rester ».

L’Eurocrate y dit que « la mobilité humaine définira de plus en plus le XXIe siècle », et que l’immigration de masse est une question dans laquelle Bruxelles a engagé l’Europe « pour le long terme« , en déclarant: « L’immigration est profondément liée à nos politiques en matière d’économie, de commerce, d’éducation et d’emploi – pour n’en citer que quelques-unes. »Lire la suite

Etude : la population musulmane doublera en Europe dans 40 ans (PEW)

Lu sur RTBF du 30 novembre 2017 :

Les musulmans pourraient représenter entre 7,4% et 14% de la population européenne à l’horizon 2050, contre 4,9% en 2016, selon une étude du Pew Research Center publiée jeudi et réalisée à partir de trois scénarios d’immigration, zéro, moyenne ou forte.La population musulmane devrait plus que doubler en Europe d’ici à 2050
[..]

La France, première communauté musulmane d’Europe
Les musulmans de France, évalués par Pew à 5,7 millions en 2016 (8,8% de la population), continueraient de former la première communauté musulmane d’Europe dans l’hypothèse d’une « immigration zéro » (8,6 millions, 12,7%). Ils seraient 12,6 millions (17,4%) avec le scénario médian, et 13,2 millions (18%) dans l’hypothèse d’une forte immigration.

Seule cette dernière trajectoire permettrait à la population des 30 pays (520,8 millions d’habitants en 2016) de ne pas décroître, estime Pew. Dans ce cas, elle serait portée à 538,6 millions d’habitants, contre 516,9 millions dans l’hypothèse de flux moyens et 481,7 millions en cas d’ »immigration zéro ».

Les migrants logés dans le Formule 1 de Quimper se révoltent

Lu dans Ouest France du 4 octobre  :

Depuis le 26 juillet, un hôtel Formule 1 de Quimper (Finistère) accueille des demandeurs d’asile. Ils se plaignent de ne pas avoir de cuisine dans leur chambre d’hôtel. Mardi, il a eu un coup de sang et cassé du matériel quand le directeur de l’hôtel a demandé à la cinquantaine de demandeurs d’asile actuellement accueillis dans cet établissement, de signer un « règlement de fonctionnement » leur demandant une caution de 15 € par mois et par personne » 

62 hôtels Formule 1 ont été achetés par la Société National Immobilière , filiale de la Caisse des Dépôts, pour le logement d’urgence géré par le Samu social.

La Cour européenne des droits de l’homme « a rayé le délit de séjour irrégulier »

Lu dans Le Figaro :

« Cet impardonnable manquement est l’occasion de répéter que la gestion des étrangers sans papiers relève en France de la plus grande hypocrisie. Depuis 2012, sur injonction de la Cour européenne des droits de l’homme, le délit de séjour irrégulier a été rayé de notre arsenal judiciaire.

La mission a donc été confiée à l’administration, impuissante face aux mille excuses – jugées recevables – brandies par les intéressés et leurs défenseurs. À cela s’ajoute la très mauvaise volonté des pays d’origine. En 2016, seuls six Maliens ont été acceptés par Bamako. Au total, sur 150.000 procédures d’éloignement examinées l’an dernier – hors Schengen -, seules 4 000 ont abouti. »

Lu sur Europe 1:

« Selon le code de l’entrée et du séjour des étrangers, qui a été maintes fois modifié, un clandestin peut, c’est vrai, être expulsé du territoire sur décision du préfet, et si certaines conditions sont remplies. Par exemple, la Cour européenne des Droits de l’homme a imposé, des 1998, la notion d’étranger protégés, notion qui s’est élargie dans le temps. Les parents d’enfants née en france, les malades ou ceux qui résident depuis 10 ans sur le territoire sont inexpulsables, sauf menace impérieuse à la sûreté de l’État. Il est possible que le terroriste de Marseille, présent depuis 2005 sur le territoire, ait été dans ce cas.

Ensuite, il faut que l’identité de l’étranger soit connue, et que son pays d’origine accepte de le recevoir. On sait qu’en l’occurrence, il a au fil du temps donné plusieurs identités. Dans ce cas, les autorités doivent vérifier. Or depuis 2013, les infractions à la législation sur les étrangers ne sont plus un délit. Impossible d’emprisonner quelqu’un pour ce seul motif ou de le mettre en garde à vue. Restent les centres de rétention administratifs, où l’on peut garder quelqu’un jusqu’à 45 jours. »

Page 1 sur 1212345»10...Dernière »