Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Immigration

« L’Ecole française des femmes (immigrées) » donne un aperçu de la proportion de musulmanes dans l’immigration

Lire sur le site des Hauts-de-Seine et voir la photo en grand.

Les clandestins mineurs pourront faire venir leur famille selon la Loi Asile et Immigration

Décryptage de la loi « asile-immigration » du gouvernement Philippe par Jean-Paul Gourévitch sur Radio courtoisie en mai 2019. A leur majorité, les « mineurs isolés » clandestins pourront faire jouir du regroupement familial leur famille restée au pays. Un des points méconnus de cette loi.

5 Milliards d’euros par an pour les clandestins dits « migrants » : le détail des coûts

Gymnase réquisitionné pour loger des hommes clandestins en région parisienne.

Extrait d’une tribune du journaliste Yves Mamou (auteur de Le grand abandon, les élites françaises face à l’islamisme), parue dans Valeurs Actuelles fin avril :

« Les dépenses liées au processus migratoire peuvent se décliner ainsi (pour 2018) :

– Hébergement et allocations : l’exercice du droit d’asile représente 1,35 milliard d’euros en autorisations d’engagement et 1,21 milliard d’euros en crédits de paiement dans le projet de loi de finances pour 2019. Soit une hausse par rapport à 2018 de 36 % en autorisations d’engagement et de 18 % en crédits de paiement.

– A ces principaux postes (allocations et hébergement), il faut ajouter les frais de fonctionnement des 3500 agents des administrations chargées de gérer l’asile : OFPRA, CNDE, OFII et guichets de préfecture. 250 à 300 millions d’euros environ.

– Aide médicale d’Etat (AME) : les clandestins ne sont pas seulement rémunérés et hébergés, ils sont également soignés quand ils apportent la preuve qu’ils résident depuis plus de trois mois en France. L’Aide médicale d’Etat (AME), financée sur le budget de l’Etat, avoisine aujourd’hui le milliard d’euros pour une distribution de soins qui touche 300 000 personnes environ

– Prise en charge des mineurs non accompagnés : depuis 2015, des bandes de « gamins » de 12 à 25 ans, venus généralement du Maroc et d’autres pays d’Afrique du Nord, se multiplient sur le territoire national. Ces bandes subsistent de rapines et sèment la terreur au sein des populations locales. Quarante mille d’entre eux sont pris en charge par les collectivités locales au titre de l’Aide sociale à l’enfance contre 25 000 en 2017 et 13 000 en 2016. Sachant que le coût annuel d’une prise en charge, prévue dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), atteindrait 50 000 euros par an, la facture devrait frôler les 2 milliards d’euros à la fin de l’année. L’aide de l’Etat aux départements n’est que de 17% de la dépense (340 millions) selon les dernières propositions de Jacqueline Gouraud, ministre des Territoires. A ces 340 millions, s’ajoutent 240 millions d’euros de frais d’ « évaluation » payés par l’Etat avant placement dans les services sociaux des collectivités.

La morale de cette affaire est qu’en 2018, l’Etat a su budgéter environ cinq milliards d’euros pour financer l’immigration, mais cherche désespérément une somme équivalente pour financer les retraites que ces mêmes immigrés sont censés contribuer à payer. Et quand ce même Etat affirme vouloir financer la perte d’autonomie des personnes âgées, c’est encore vers les retraités qu’il se tourne.  Il faudrait que l’Etat comprenne qu’il ne peut mener une couteuse  politique migratoire qui semble n’avoir d’autre but que de faire baisser les salaires des autochtones, tout en exigeant toujours plus de taxes de ces mêmes autochtones et toujours plus de réduction des avantages acquis. La révolte des gilets jaunes est née d’une contradiction similaire. »

Le vote musulman en France devrait peser 10% de l’électorat en 2022

(Extrait de « Le grand remplacement réalité ou intox ? » de Jean-Paul Gourévitch, expert en migrations):

[…]
Sachant que 1 % des suffrages représente environ 310 000 voix, les voix musulmanes recueillies par le candidat Macron représentent 6,7 % de l’électorat. Bref, sans les votes musulmans François Hollande aurait été battu en 2012 par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen serait sans doute arrivée en tête au premier tour de 2017. Une simulation sur 2022 laisse entendre que le vote musulman pèsera sans doute pour 10 % des votes. Ce qui veut dire qu’un candidat qui ne bénéficierait pas de ce vote devrait environ obtenir 60 % du vote des non-musulmans pour l’emporter. Une hypothèse qui peut déjà nourrir les stratégies des états-majors politiques bien avant l’échéance.

Atlantico

Nous avions interviewé Jean-Paul Gourévitch en 2015, à l’époque les titres de séjours étaient attribués à hauteur de 190 000 par an, aujourd’hui 255 000 pour 2018:

Le préfet du 94 impose cent afghans et somaliens clandestins à Bry-sur-Marne

Ils sont arrivés ce matin depuis la Porte de la Chapelle à Paris, saturée des arrivées quotidiennes de ces clandestins que le gouvernement n’arrive à freiner. Le maire de Bry-sur-Marne (vidéo), prévenu seulement deux jours avant, s’est vu réquisitionner son gymnase municipal. L’accueil va être confié à une association subventionnée, Alteralia. Une première vague de cinquante est arrivée, majoritairement des afghans, qui, aussitôt là, ont demandé aux riverains comment se rendre à la gare RER de la ville pour regagner Paris. Le préfet a précisé au maire la nationalité de ces clandestins : Somaliens et Afghans, soit des ressortissants de pays où l’islam le plus radical est pratiqué.  Les individus, que des hommes entre 20 et 40 ans, ne semblent ni dépenaillés ni démunis vu leur habillement. Quid de leurs vaccinations ? Quid de leur identité réelle ? Que vont-ils faire durant un mois ? Beaucoup de communes sont victimes de ces centres d’hébergement improvisés tournants : Noisiel, Gournay-sur-Marne, les mois derniers. Prochaine destination, Nogent-sur-Marne.

Le gouvernement s’est engagé à augmenter les crédits dévolus au logement des clandestins renommés « migrants » par la novlangue médiatique.

L’hébergement seul des demandeurs d’asile (et des déboutés!) se ventile ainsi :

  • 6000 places (ADOMA) dans 80 centres = 32 millions d’euros/an.
  • 18 500 places (HUDA-départements) réparties dans 150 centres  = 108 millions d’euros/an.
  • 5351 places construites par l’Office français de l’immigration et intégration (programme PRAHDA) =28 millions d’euros/an.
  • 10 700 places en Centres d’accueil et d’orientations. 105 millions d’euros/an.
  • 2207 places en Centres provisoires d’hébergement pour 35 millions d’euros. (3000 nouvelles places en 2018)

Soit un total de 308 millions d’euros pour les frais d’hébergement seuls, auxquels il faut ajouter les revenus mensuels des 94300 personnes ayant déposé une demande d’asile en 2017, appelée Allocation Demandeurs d’Asile (ADA) :

– Au 31 juillet 2017, 80 043 ménages bénéficiaient de cette aide financière (ADA), 318 millions d’euros budgétisés pour 2018.

-Il faut ajouter les frais de fonctionnement de la Cour nationale du droit d’asile, 28 millions d’euros.

-Il faut ajouter les cours de langue française et d’ »intégration » : Entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017, 101 448 contrats d’intégration républicaine (CIR) ont été conclus (avec une formation linguistique prescrite dans 55,6 % des cas) pour un coût de 56,4 millions d’euros.

Soit un total de = 710 millions d’euros.

Auxquels il faut ajouter les frais médicaux, avec cinquante mille visites médicales par an et des dizaines de médecins affectés aux demandeurs d’asile. L’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins élèvera à 910 millions d’euros en 2018 contre 815 en 2017.

Le rapport du Sénat nous apprend également que sur les nombreux hôtels achetés par la Société Nationale Immobilière (SNI) , pour un total de 10000 places, la moitié est affectée aux demandeurs d’asile, et l’autre moitié aux sans-abris.

18,5% des bébés portent un prénom arabo-musulman, dans le 95 et 69 entre 35 et 40%

Un des enseignements de l’essai de Jérôme Fourquet (IFOP) L’Archipel français (Seuil,2019) sur le remplacement de population en France. 

Hausse des demandes d’asile, les clandestins Afghans quasiment tous acceptés

Revue de presse Fdesouche sur les exactions des « migrants » afghans en Europe sur les trois derniers jours.

L’Hexagone continue de faire face aux vagues migratoires successives. Lors de l’année 2018, la France a décompté 122 743 demandes d’asile, un chiffre en hausse de 21,8% par rapport à l’année dernière, relate l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Les principaux pays d’origine des migrants sont ainsi l’Afghanistan, la Guinée et l’Albanie, la Géorgie et la Côte d’Ivoire. Les principaux pays d’origine de la demande d’asile sont l’Afghanistan (10 221), l’Albanie (8 261 demandes), la Géorgie (6 717), la Guinée (6 621) et la Côte d’Ivoire (5 256).

RTL informe au soir du 15 janvier que 10000 Afghans ont vu leur demande d’asile acceptée, et que « quasiment toutes leurs demandes aboutissent« , ce malgré les cas hebdomadaires d’agressions et de viols par des réfugiés Afghans en Europe.

Le Pacte de Marrakech expliqué par Cheikh Dieng qui pointe l’atteinte aux souverainetés nationales

Cheikh Dieng, directeur de la rédaction du Courrier du Soir, présente le Pacte de Marrakech.

Gérard Collomb voulait stopper l’immigration avant que la partition du territoire devienne « irréversible dans cinq ans »

Conversation de Gérard Collomb exhumée par Valeurs Actuelles :

Macron incite les clandestins algériens à se faire régulariser à Marseille

On aurait attendu que, face à des algériens revendiquant leur présence clandestine en France depuis de nombreuses années, le chef de l’état face intervenir les nombreux policiers présents. Mais non, il les incite à rester et à obtenir une régularisation…

Page 1 sur 1312345»10...Dernière »