Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

Bethoncourt (Doubs) : la mosquée diffuse par mégaphone l’appel à la prière

La mosquée Zaid de Bethoncourt, sise dans le quartier sensible des Champvallons, est pourtant dirigée par un notable de l’islam « de France », Mohamed Gmih, marocain, membre du conseil d’administration du Conseil français du culte musulman et président de sa structure régionale, le CRCM de Franche-Comté. La mosquée enseignant l’arabe et le coran à une soixantaine d’enfants (mercredi et samedi), est fréquentée par plus de cent personnes le vendredi. 

Depuis un an, janvier 2017 précisément, l’appel à la prière du matin et du début d’après midi se réalise par mégaphone afin de toucher tout le quartier a constaté la police. Comment cela peut-il être toléré ? Et après des quartiers entiers, des villes seront ainsi sonorisées à l’avenir ?

Cette mosquée, de la mouvance tablighi, a été fréquentée par la famille Akoucham, dont Mohamed et Soukaina ont rejoint en Syrie les rangs de l’Etat Islamique, en 2014 et 2015.  Illustration du problème des naturalisations en France, le vice-président de la mosquée ainsi que le trésorier, nés au Maroc, ont obtenu la nationalité française.

Rappelons que les tablighis contrôlent 147 mosquées en France selon un pointage de l’Intérieur à l’été 2016.

Observatoire de l’islamisation, janvier 2018.

Une salle de prière mise à disposition par le maire PS de Muret pour les musulmans.

André Mandement, maire de Muret.

Lu dans La Dépêche du 22 décembre (extrait):

« La Ville doit-elle faire payer leurs locaux à ceux qui pratiquent telle ou telle religion ? Le débat a accouché d’une nouvelle convention, présentée en conseil municipal.

C’est une histoire qui remonte à 2014 quand la conseillère d’opposition Myriam Crédot découvre que la ville met à disposition gratuitement un local, boulevard de Lamasquère, à l’Association musulmane muretaine. Mme Crédot s’oppose à cette gratuité au nom de la laïcité et de la loi de 1905 qui précise que les communes n’ont pas à financer un lieu de culte. Ce à quoi le maire André Mandement lui opposait régulièrement que le local servait également aux activités associatives, et que cette situation prévaudrait jusqu’à ce que l’association ait terminé la construction de sa mosquée (…) Lire la suite

Arrivé en 1992 en tant qu’étudiant, l’imâm radical de Torcy va être expulsé

La mosquée de Torcy est épinglée dans l’enquête Mosquées Radicales parue en 2016.

Lu dans Le Parisien du 20 décembre 2017 (extrait):

Mohammed Tlaghi, l’imam suppléant de la mosquée Rahma de Torcy, est visé par une procédure d’expulsion. Considérée comme « un lieu de référence influent de la mouvance salafiste », la mosquée est fermée depuis le 10 avril dernier par le ministère de l’Intérieur.Lire la suite

Le Préfet des Bouches-du-Rhône annonce la fermeture de la mosquée Sunna à Marseille.

Deux mois après notre article listant les douze mosquées salafistes dirigées par des étrangers présentes à Marseille, le préfet des Bouches-du-Rhône prend la sage décision de fermer la mosquée phare du salafisme en PACA, AS-Sunna, dirigée par un islamiste algérien ancien du FIS, El Hali Doudi, scandaleusement accueilli en France il y a vingt-ans :

Le préfet Olivier de Mazières. précise : « En dépit d’une condamnation des attentats survenus en France », les prêches tenus au sein de cette mosquée et parfois diffusés sur internet « légitiment le djihad armé et la mise à mort des auteurs d’adultère et des apostats« .

Reste à savoir si l’Intérieur osera expulser El Hadi Doudi, né en Algérie, ancien du FIS, et son acolyte Adel.M, né en 1975 en Algérie, fiché comme « appartenant à la mouvance djihadiste ». Car si on les laisse diffuser leur salafisme chez nous, rien ne sert de fermer leur mosquée.

L’Intérieur donne son accord aux islamistes pro charia pour la réouverture de la mosquée de Stains

Le ministère de l’Intérieur vient de négocier avec des islamistes biens identifiés sa réouverture. Ils peuvent diffamer la police (site officiel de l’UAM93!) traitée de « raciste«  , et parler de « guerre sans merci entre les forces républicaines et celles des musulmans« , tout en appelant à désobéir à la loi anti-niqab, et être reçus puis obtenir ce qu’ils veulent ! La soumission de Beauvau est actée. 

Le Figaro du 5 décembre nous apprend que l’Intérieur accepte la réouverture de la mosquée de Stains (extrait) :

« Fermée depuis novembre 2016 car repérée comme un lieu influent de la mouvance salafiste, celle-ci a de nouveau ouvert ses portes aux fidèles, en faisant d’ailleurs une légère entorse aux règles. Après le feu vert de l’État en mai dernier, puis celui de la commission d’hygiène et de sécurité, il y a une semaine, elle devait, pour de nouveau fonctionner, attendre l’arrêté municipal de la ville dont la publication n’est plus qu’une affaire de jours…

Pour ce lieu pouvant accueillir 1 400 personnes, il s’agit d’un redémarrage sous condition. Les responsables musulmans du département ont dû proposer un dispositif inédit de contrôle pour convaincre Beauvau d’accorder cette réouverture. » article intégral.

Or, l’interlocuteur qui a obtenu cette faveur « en première ligne des négociations avec Beauvau«  ajoute Le Figaro  est le secrétaire général de l’UAM93 qui fédère les principales mosquées du département, M’Hammed Henniche.

Dans notre enquête Mosquées Radicales (DMM,2016), nous avons exposé les prises de positions ultra-radicales de cette association, qui, sur son site Internet officiel, défend le port du niqab et élève la Charia au dessus des lois de la république, le tout avec une tonalité très agressive :Lire la suite

Des musulmans occupent illégalement la mosquée fermée de Lagny (77)

Lu sur Europe1

« La mairie de Lagny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, a bloqué jeudi l’accès à la mosquée de la ville, fermée dans le cadre de l’état d’urgence en raison de sa « radicalité » et réinvestie depuis lundi par une vingtaine de musulmans, a-t-on appris auprès du directeur de cabinet.

La mairie fait installer des grilles. « Nous avons constaté que des gens s’y réunissaient de nouveau. La mairie a pris un arrêté d’interdiction de pénétrer pour des raisons de sécurité et fait installer des grilles ce matin« , a expliqué à l’AFP Pierre Tebaldini. La mosquée de Lagny, présentée par le gouvernement comme un « foyer d’idéologie radicale », avait été la première fermée en France après les attentats de novembre 2015. » Source.

La mosquée de Sartrouville à nouveau fermée par le préfet

Lu sur France Bleu du 20 novembre :

La mosquée du quartier des Indes à Sartrouville (Yvelines) venait de rouvrir après la fin de l’état d’urgence. Elle a de nouveau été fermée samedi par les autorités pour propagation d’idéologie radicale, a annoncé lundi la préfecture des Yvelines. La durée de la fermeture est de six mois.Lire sur France Bleu

Le maire LR de Clichy résiste aux prières de rue mais collabore aux mosquées municipales

Rémi Muzeau, maire LR de Clichy-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine, est à l’origine de la manifestation, très médiatisée, d’élus en écharpe tricolore, le 10 novembre dernier, contre des prières de rue. Il a été interrogé par Minute. Extrait :

2847_page_01« J’ai rendez-vous jeudi prochain avec le préfet et avec cette fameuse association qui organise les prières de rue.

Qu’attendez-vous de ce rendez-vous ?

J’attends de ce rendez-vous que le préfet comprenne que les revendications de cette association ne sont pas plausibles. On ne peut pas donner un nouveau lieu de culte à chaque croyant qui le demande ! A Clichy, il y a deux églises, deux mosquées et une synagogue. Il y a tout ce qu’il faut pour répondre aux besoins des croyants de la ville.

Après, si l’Etat veut vendre des terrains pour construire une nouvelle mosquée… L’Etat possède trois hectares à Clichy – les anciens locaux de l’Inalco (l’Institut national des langues et civilisations orientales, Ndlr) –, il peut vendre, il n’y a pas de problème, je ne m’y opposerai pas.

Vous ne seriez donc pas opposé à une troisième mosquée à Clichy ?

Je ne me suis jamais opposé à une troisième mosquée. Et je ne m’opposerai ni à une quatrième, ni à une cinquième, ni à une sixième mosquée ! Pourquoi voulez-vous que je m’y oppose ?Tant qu’elle respecte les règles de réception du public… Vous savez, à Clichy, nous avons des orthodoxes qui se réunissent dans une salle ; des témoins de Jéhovah qui respectent les règles ; il n’y a aucun problème.

D’ailleurs, nous avons à Clichy un centre culturel et cultuel [musulman] de 1 500 m2 sur trois niveaux. C’est un bâtiment municipal pour lequel nous avons signé un bail emphytéotique de 99 ans. D’ailleurs, Hamid Kazed (président de l’Union des associations musulmanes de Clichy et organisateur des prières de rue, Ndlr) était présent à l’inauguration. […] »

Pour avoir une vision d’ensemble de la collaboration des maires de « droite » et de gauche avec les musulmans pour faciliter l’irruption de mosquées, souvent radicales, lire Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015) plus que jamais d’actualité.

Ces mosquées liées au djihâd réouvertes après l’état d’urgence (novembre 2017)

Le point avec Joachim Véliocas de l’Observatoire de l’islamisation sur les mosquées fermées ces derniers mois pour de bonnes raisons par les préfets, puis de nouveau ouvertes après la fin de l’état d’urgence en novembre 2017 (Sartrouville, Fontenay, prochainement Villiers-sur-Marne).
Radio Libertés, mardi 27 novembre 2017.

Seul Le Front National a réagit publiquement par la voix de son secrétaire général et ancien conseiller municipal de Sartrouville, Nicolas Bay.

 

La mosquée des djihadistes de Sartrouville a réouvert hier suite à la fin de l’état d’urgence

La mosquée salafiste de la cité des Indes à Sartrouville (78), fermée le 3 octobre 2017 par la Préfecture, a pu rouvrir hier, grâce à la fin de l’état d’urgence. Sa fermeture avait suscité des réactions violentes avec de nombreuses nuits d’émeutes rapportées par Le Parisien.

France 3 donnait les raisons de cette brève fermeture :

« Les termes de l’arrêté qualifiant et justifiant la fermeture sont sans équivoque et très sévères :   » la mosquée salle des Indes constitue un lieu de référence influent de la mouvance salafiste, représentant, par les propos qui y sont tenus, par sa fréquentation et par son influence au sein de la communauté musulmane locale, une menace grave pour la sécurité et l’ordre publics« .

Un soutien aux grandes figures du jihadisme

L’ensemble de l’arrêté est de même teneur. Les griefs qui y sont faits à l’égard de la mosquée sont nombreux et graves. La mosquée, dit le texte, est un « foyer ancien de l’islam radical au sein duquel s’est développé un soutien pérenne aux grandes figures du jihadisme comme Oussama Ben Laden. » La préfecture ajoute que « certains fidèles y ont été signalés en 2013 en partance vers la Syrie et que d’autres, y exerçant un prosélytisme exacerbé, ont été mis en examen et incarcérés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes« .

« Actuellement« , poursuit encore l’arrêté, « la salle de prière demeure le théâtre d’un prosélytisme intense » par « la diffusion par son imam ou par des imams extérieurs, de prêches radicaux, marquant » notamment « leur hostilité aux principes républicains« . Source France 3

Gérard Collomb a confirmé sur RTL le 31 octobre la réouverture progressive de toutes les mosquées fermées ces derniers mois. Les mosquées ne sont fermées que temporairement, le temps de nettoyer les bureaux des associations les gérant de membres trop radicaux. Elles rouvrent dès qu’un nouveau bureau a été présenté au préfet, mais sans évidemment que la tendance salafiste n’en soit remise en cause. Les fidèles sont bien les mêmes.

Page 1 sur 1612345»10...Dernière »