Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

Une femme sans hijab « ne doit pas s’étonner que des hommes abusent d’elle » (imâm de Brest-CFCM)

«Le hijab, c’est la pudeur de la femme. Et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les gens, que les frères, que les personnes qui font partie même des hommes, que ça soit des musulmans ou des non musulmans, abusent de cette femme-là.»

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui  » propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. « . La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Lire l’article du Télégramme de Brest sur la construction de l’école salafiste approuvée par la mairie socialiste.

Observatoire de l’islamisation.

L’imâm de la mosquée Taqwa de la Plaine-Saint-Denis entendu concernant une filière de djihadistes en Syrie

Vidéo: projet d’agrandissement en cours de la mosquée.

Capture d’écran 2016-02-18 à 11.12.02

Lu dans Le Parisien du 18 février 2016 :

« Il va devoir s’expliquer sur ses connaissances troubles. Selon nos informations, l’imam d’une mosquée de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été placé tôt ce mercredi matin en garde à vue dans le cadre d’une enquêtepréliminaire pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste.

Le suspect prêche à la mosquée Taqwa, rue Bailly, dans le quartier de La Plaine. Le nom de cet homme, considéré comme salafiste par les services de renseignement, est apparu récemment dans le cadre d’investigations visant un djihadiste français parti en Syrie. Sa garde à vue, décidée par le parquet antiterroriste de Paris, peut durer jusqu’à 96 heures. »

Sur son site officiel, la mosquée Taqwa cite en référence les cheikhs wahhabites Bin Baz et Albani. Dans le prêche du 5 octobre 2015, l’imâm précise les moyens d’atteindre « une belle fin en islam ». La retranscription du prêche précise :

« 11/ Mourir dans la mobilisation (pour le djihad).

Car Mouslim (1913) a rapporté d’après Salman al-Farissi  que le Messager d’Allah  a dit

« Se mobiliser pendant un jour et une nuit (pour le djihad) est meilleur que de jeûner et de prier pendant tout un mois. Celui qui meurt (mobilisé) bénéficiera du mérite de son action et on lui maintiendra la subsistance dont il jouissait et le protégera contre les épreuves ».

Est précisé à une autre page que  » En fait, l’Islam consiste à faire preuve de soumission à la Charia et à mettre en pratique ce que le Prophète  a transmis de son Seigneur ». Et plus loin, sur « les signes de la fin des temps » est commenté ce que Djibril rapporte des prévisions du « Prophète » : « C’est comme si le Prophète  indiquait qu’à la fin des temps, les musulmans conquerront les pays du monde et que les esclaves se multiplieront, de sorte que l’esclave donnera naissance à des enfants de son maître. Ce sera alors un signe précurseur de l’Heure. »

Encore une mosquée salafiste qui est tolérée par le ministère de l’Intérieur, qui n’a fermé presque aucune mosquée sur les 140 identifiées radicales par la DGSI que compte la France.

Une troisième mosquée à Blois, gérée par les islamistes turcs du Milli Gorus

Capture d’écran 2016-02-08 à 18.19.26

Alors qu’une autre mosquée turque, dépendante de l’état turc est déjà en activité, le mouvement islamiste Milli Gorus (« Vision Nationale ») fondé par l’ancien ministre Necmetin Erbakan est entrain de construire la sienne. Lire notre dossier sur ce mouvement qui ne devrait pas être toléré en France.

Une Grande mosquée existe déjà à Blois.

Un tribunal islamique à Avignon + des cours de coran dans une salle municipale (Paris Match)

860xNx860_x870x489_pm2.jpg,Mic.iebazg-p1.jpg.pagespeed.ic.DkTTbKpQPN

France bleu revient sur le reportage de Paris Match qui consacre  quatre pages sur le quartier de la Reine-Jeanne à Avignon, intitulé « la cité des salafistes ». Sur France Bleu Vaucluse, l’auteur de l’article Djaffer Ait Aoudia explique sa démarche. Et la mairie s’offusque. 

Le journaliste de Paris Match se met en scène pour critiquer le quartier et ses habitants : »Quand j’avance entre les immeubles lépreux » (c’est ainsi que Djaffer Ait Aoudia décrit la Reine-Jeanne, NdlR), je suis sidéré. C’est la cour des miracles islamistes. On est revenu quatorze siècles en arrière. »

Le journaliste affirme aussi l’existence d’un tribunal islamique à Avignon. 

Le reporter compare le quartier avec ce qu’il était dix ans auparavant : le cabinet médical et le kiosque à journaux ont fermé, les salafistes se sont installés dans un garage-mosquée pour lancer leurs tentacules vers le quartier Saint-Jean voisin. Djaffer Ait Aoudia affirme entendre des religieux dire qu’ils n’ont rien à voir avec les rites de l’Occident, mais leur ton change pour parler aux politiques ou à la police :

« Il n’y a pas de sensationnel, il suffit de sortir des remparts pour voir la réalité des quartiers, avec un islamisme. La majorité des quartiers populaires, difficiles, sont aujourd’hui pour la plupart gagnés par les salafistes. En partant de Monclar jusqu’à Montfavet, nous comptons dix mosquées avec sept mosquées dites salafistes. » […]

Le maire adjoint délégué aux quartiers nord Amine El Kathmi est sidéré par cet article. Il a relevé beaucoup d’erreurs et assure que depuis deux ans, la ville investit massivement pour rénover le quartier. […]

Djaffer Ait Aoudia assure qu’il peut prouver la présence de salafistes à Avignon avec d’autres vidéos, notamment celle de cours coraniques dans la salle municipale du château de Saint-Chamand.

« J’en fais la démonstration en images dans la mesure où j’ai filmé des élèves qui disent « nous apprenons le Coran ». Et tout cela se passe à l’intérieur d’une salle municipale. » 

Pour ceux qui découvrent cette situation, lire notre enquête de 320 pages sur la collaboration entre les mairies LR-PS et les islamistes, intitulée Ces Maires qui courtisent l’islamisme :

« L’étape du djihad n’est pas encore arrivée au Canada (…) retenez vos chevaux » (imâm)

Cheikh Abdi Hersy, imâm canadien, annonce le programme :

Source: « ISIS,Terrorism and Jihad against Canada and the West – Sh. Abdi Hersy », https://www.youtube.com/watch?v=lpcT6… 

«Le jihad n’est pas le résultat final de l’Islam. Ce n’est pas l’intention de l’Islam. C’est l’un des outils pour la Dawha (prédication, diffusion de l’islam). Si quelque part, des gens décident d’interdire la Dawah et disent: «Cessez la Dawah! Vous ne pouvez plus parler à quiconque de l’Islam. Vous ne pouvez plus diffuser le message.» Alors, vous combattez ces gens-là, et ça s’appelle le jihad.

Je peux répandre la Dawah au Canada. Le Canada n’est pas un pays musulman.

Durant 14 ou 15 ans, le Prophète n’a pas combattu quiconque. Focalisez sur le Dawah, nous n’en sommes qu’à cette étape. Nous devons propager la Dawah.

Et si Allah le veut, lorsque viendra l’étape du jihad, que nous constatons l’opportunité réelle d’un véritable jihad légitime, alors nous nous y joindrons tous, incluant moi-même. Mais pour le moment, retenez vos chevaux, allez-y doucement.»

« Le Coran est notre hymne, notre identité (…) notre constitution. » Imâm de Montpellier

Capture d’écran 2016-01-14 à 19.20.59

Nous révélions en exclusivité en décembre dernier que l’Intérieur avait levé l’assignation à résidence de l’imâm maroco-canadien Khattabi de Montpellier (proche du maire socialiste) alors même que son pays le Canada ne le tolère plus ! Il peut continuer à soutenir les moudjahidines (combattants d’Allah) dans ses prêches. Dans son dernier sermon du 1er janvier, en arabe, il a insisté sur la prévalence du Coran sur notre constitution. Cliquer ici pour la vidéo.

« Dans un sermon du vendredi à Montpellier, l’imam Mohamed Khattabi dénonce les critiques à l’égard des musulmans qui ignorent les paroles de La Marseillaise et demande : « Sommes-nous censés préférer les paroles de l’homme à celles transmises par Dieu ?! »
Et d’ajouter : « [Le Coran] est notre hymne, notre identité. On a dit que le Coran est notre constitution. 
» Le sermon a été prononcé le 1er janvier 2016 et mis en ligne sur Internet. 

Des auteurs djihadistes disponibles à la bibliothèque de la mosquée UOIF d’Hérouville-St-Clair (Caen)

capture d'écran du 4 janvier 2016.

Capture d’écran du 4 janvier 2016.

La Grande Mosquée d’Hérouville Saint-Clair, du réseau UOIF, a été inaugurée en 2012 par la député socialiste Laurence Dumont et le maire Modem Rodolphe Thomas (video) de la ville, qui a cédé le terrain. Elle est la plus grande de Normandie. Depuis, les vocations djihadistes se multiplient dans la ville.  

Ouest-France informait le 29 décembre 2015: « Le djihadiste bas-normand proche d’Al-Quaïda tué en Syrie a été identifié : il s’agit de Reda Layachi, qui a grandi à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. »

Dans la seule ville d’Hérouville-Saint-Clair, début décembre, deux jeunes adultes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste. Un mineur a également été condamné pour menace de mort et apologie publique d’un acte de terrorisme sur Twitter.

« Hérouville Saint-Clair, c’est comme Lunel, il y a phénomène de contagion que l’on n’arrive pas à cerner », estime Nathalie Goulet présidente de la commission d’enquête de la lutte contre les réseaux djihadistes.

C’est l’Association Islamique et Culturelle du Calvados qui gère le lieu, et son site internet rend compte de ses nombreuses activités. Une école maternelle est intégrée au projet, ainsi qu’une école islamique pour enfants (fillettes voilées dès 6 ans). Pour les plus grands, une « formation en sciences islamiques » permet à l’issu d’un cursus de 2 ans d’obtenir un « certificat d’étude islamique ».

Tout cela ne relèverait que du communautarisme si en plus, la bibliothèque telle que présentée par l’association sur son site officiel (copie d’écran) ne proposait pas les principaux théoriciens de l’islam politique et djihadiste contemporains comme Abu Bakr al Jazairi dont nous avons retranscrit de large extraits de son livre belliqueux La Voie du Musulman, les livres de Yussuf Al-Qaradawî pour qui la Shoa fut un châtiment divin et qui recommande de tuer les apostats. Aussi, le fondateur du parti islamiste pakistanais Jamaat islamiya, Abu Ala Mawdûdi, décédé en 1979, figure à leurs côtés dans la présentation des livres de la bibliothèque.

 Mawdûdi écrivit : « L’islam souhaite détruire tous les Etats et gouvernements de la surface de la terre qui sont opposés au programme et à l’idéologie de l’Islam ». Sa conception de l’Islam a beaucoup influencé les Frères Musulmans, il l’a couché par écrit dans son livre phare Vers une compréhension du Coran : « La vérité est que l’islam n’est pas pareil qu’une ‘religion’, pas plus que les musulmans sont une nation. En réalité l’islam est une idéologie révolutionnaire et un programme qui cherche à changer l’ordre social du monde entier et le reconstruire en conformité avec ses propres principes et idéaux. ’Musulman’ est le nom d’un parti révolutionnaire international organisé par l’islam pour mener à bien son programme révolutionnaire. Et le ‘Jihâd’ se réfère à la lutte révolutionnaire et à un effort extrême pour amener le Parti islamique à réaliser ses objectifs »

Mawdûdi insiste pour proposer aux peuples du monde entier la soumission à l’ordre islamique ou la guerre :

Lire la suite

François Hollande soutiendrait un imâm de Marseille favorable à la lapidation, la polygamie, et à la punition de l’apostat.

Lu dans L’Express du 21 janvier 2010 :

Repmed00020« Abdelhadi Doudi, 55 ans, est l’imam de la mosquée Es-Sunna, dans le troisième arrondissement de Marseille. Ancien beau-frère et conseiller religieux de Moustapha Bouyali, qui fut le fondateur, en 1982 du Mouvement islamique armé (MIA) -le premier maquis islamiste en Algérie-  il a été l’un des principaux «importateurs» du salafisme en France, à la fin des années 1980. Tenant un discours radical, mais légaliste, le «cheikh» Doudi a accepté de parler en arabe, via deux interprètes, de sa conception de l’islam. Et du voile intégral. (…) Le musulman ne peut pas se détacher de sa religion. C’est comme un poisson que l’on sort de l’eau: il s’étouffe! Celui qui renie l’islam, normalement, les autorités devraient le punir. Bien sûr, en France, ce n’est pas permis, ce n’est pas possible. »

Sur Atlantico du 21 avril 2013 on lit :

« Autre imam salafiste, Abdel-Hâdi Doudi se montre plus réservé en ce qui concerne la lapidation pour cause d’adultère, du moins en France. Quand je l’interroge sur le sujet, il me répond : « Non, c’est au tribunal islamique à en juger. »

Mon imam phocéen distingue habilement le territoire de l’islam du territoire de l’incroyance : il en connaît certaines lois avec lesquelles il a déjà eu maille à partir. Il estime que le territoire de l’incroyance n’est pas encore assez évolué pour admettre pareil châtiment ! (…)

avec un bon rire gras, il me fait l’éloge de la polygamie, encore interdite en France : « Peut-être qu’un jour les États d’Occident auront compris, et feront une loi pour autoriser la polygamie. »

Le spécialiste de l’islamisme Romain Caillet nous informe à propos de Doudi :

Capture d’écran 2015-12-22 à 10.13.16

CWxr1vEWIAE4ZYk.jpg-small

Le maire sarkozyste de Villiers-sur-Marne vote une subvention pour la mosquée fréquentée par l’EI !

12391199_1637633026500050_3415698805643235483_n

Photo du vote d »hier soir au Conseil municipal de Villiers-sur-Marne prise par le conseiller Gilles Parmentier (FN)

1937104_1637633043166715_551802185601158691_n

Jacques-Alain Bénésti, maire LR de Villiers-sur-Marne,  a fait voter hier au conseil municipal une subvention pour la mosquée Al-Islah de sa ville, médiatisée récemment pour avoir été fréquentée par Mickael Dos Santos, star de l’Etat Islamique (photo). Seuls les conseillers municipaux FN ont voté contre. Un faible montant, 200 euros, certes, mais pratique qui n’en contrevient pas moins à la loi de 1905.

Capture d’écran 2015-12-18 à 10.55.52 Libération du 19 novembre 2014 lui avait consacré un portrait et précisait : « Converti à l’islam, il avait rejoint la Syrie en août 2012, deux mois avant que son nom n’apparaisse dans l’information judiciaire sur le groupe de la mosquée de Villiers-sur-Marne« . BFMTV confirmait : « De l’aveu de plusieurs fidèles de la mosquée Al Islah de Villiers-sur-Marne, le lieu de culte de la ville voisine que Mickaël Dos Santos fréquentait régulièrement, le jeune homme s’est cependant toujours montré « très discret » au sein du lieu sacré. » source

Session de formation sur l’islam à Paris samedi

L’abbé Guy Pagès  animateur du site Islam et Vérité et Alain Wagner fondateur de l’ International Civil Liberties Alliance (ICLA), donneront une formation sur l’islam à Paris le samedi 19 décembre.

Matin : Qu’est ce que l’islam ? Ses fondamentaux ; La nature politique de l’islam ; Chevalerie et esprit de résistance. Après midi : Se garder des mariages islamo-chrétiens ; Évangéliser les musulmans ; Investir le champ politique : le cas concret des constructions de mosquées. (6 interventions de 30/40 mn suivies de questions). Si vous êtes intéressé, merci de vous inscrire ici. Repas tiré du sac pour le déjeuner. Inscription obligatoire. Le lieu de la formation dans Paris intramuros sera communiqué aux inscrits en temps utile.

Page 10 sur 13« Première...«89101112»...Dernière »