Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

Quand la mosquée d’Aubervilliers s’indignait de la restauration du clocher classé monument historique

Non contents d’avoir obtenu un bail emphytéotique leur mettant à disposition un terrain municipal pour leur grande mosquée, non contents d’avoir à disposition le gymnase municipal pour leur fête de l’Aid El-Adha, les responsables de la mosquée frériste d’Aubervilliers s’indignent qu’un clocher du XVème siècle, monument historique, soit entretenu par la France. Pour plus d’informations sur l’église Notre-Dame des Vertus lire ici. Il n’y a aucune raison de mettre à égalité les islamistes d’Aubervilliers qui invitent Hani Ramadan et notre patrimoine historique d’une valeur artistique inestimable.

Capture d’écran 2016-04-21 à 14.51.58

Cliquer pour agrandir.

Hollande a menti: la mosquée salafiste de Brest n’est pas fermée, elle est soutenue par la mairie PS !

dialoguesSur le plateau de Dialogues Citoyens, l’émission politique de France 2 diffusée jeudi 14 avril, François Hollande a réagi à la diffusion d’une vidéo de l’imam salafiste controversé Rachid Abou Houdeyfa, dans laquelle ce dernier compare notamment les amateurs de musique à « des porcs ». Le chef de l’État a alors affirmé que la mosquée Sunna de Brest, où l’imam prêche, a été « fermée ». Il s’avère pourtant que ce n’est pas le cas.

En 2012, le prédicateur a affirmé tranquillement que ne pas porter le voile, c’était s’exposer au viol :  « Comment une femme peut dire qu’elle a beaucoup de pudeur, alors qu’elle sort de chez elle sans son hijab  ? Le hijab, c’est l’honneur de la femme. Et si elle sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là. »

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui ” propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. “. La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires qui courtisent l’islamisme(éditions Tatamis, 2015).

Lire l’article du Télégramme de Brest sur la construction de l’école salafiste approuvée par la mairie socialiste.

Six mois de sursis pour fraudes à la CAF requis contre l’imâm marocain de Montpellier. Il restera en France.

Epilogue dans le procès de l’imâm marocain Mohamed Khattabi, qui concentre à lui seul tous les symptômes du laxisme dans la gestion des imâms radicaux étrangers.

Condamné en première instance à six mois de prison avec sursis le 13 avril 2016 pour recel de fraudes aux allocations et « travail dissimulé », son assignation à résidence avait été levée en décembre comme nous le révélions en exclusivité. Une de ses femmes a été également condamnée pour se prétendre « parent isolé » , technique bien connue dans les familles polygames pour toucher l’allocation liée. L’imâm de la mosquée Aicha est aussi accusé par le juge de travail dissimulé. Un inventaire à la Prévert que l’on peut lire dans la dépêche du Figaro.

Il est incroyable que malgré ses prises de positions en faveur des moudjahidines et de moult dérapages, il soit encore toléré sur le sol français. Même le Canada -dont il a aussi la nationalité- n’en veut plus. Son titre de séjour en France a été renouvelé vingt fois, il s’en vante, mais sur quels critères?  Manuel Valls qui a surtout le ministère de la parole, ne compte pas l’expulser de notre territoire, ce qui démontre son double discours à l’endroit des imâms radicaux, fussent-ils étrangers.

Rappel de nos précédents articles sur Khattabi:

Trois mosquées de Béziers refusent de signer la charte de la mairie leur demandant de se désolidariser des islamistes

Capture d’écran 2016-04-02 à 15.05.31

La Charte proposée de bonne conduite signée par deux mosquées de Béziers, a été refusée par trois, dont la plus grande, c’est inquiétant. Les imams et les représentants des mosquées de Béziers doivent à ses yeux s’engager :

« à ne prêcher qu’en français et en toutes circonstances » ;
« à ne faire aucun appel public à la prière, notamment dans la rue, sous quelque forme que ce soit » ;
« à ne pas poursuivre d’activités et à entretenir des liens avec des associations ou des mosquées, en France ou à l’étranger, appartenant aux courants les plus extrêmistes salafiste et Frères musulmans » ;
« à ne pas diffuser les discours ou faire la promotion des cheikhs ou «savants» saoudiens wahhabites, des cheikhs des Frères musulmans de tous les pays » ;
« à ne pas promouvoir les textes et livres qui prescrivent le jihad ou la peine de mort pour, entre autres, les apostats, les athées ou les homosexuels » ;
« à ne recevoir aucun financement d’un Etat étranger, d’une collectivité d’un Etat étranger ou d’une association étrangère ».Lire la suite

Un imâm UOIF fait tribune commune avec le salafiste Houdeyfa à la mosquée de Roubaix

154585371_B978251169Z.1_20160330064758_000_GAG6G9HHK.1-0Lu dans La Voix du Nord

« L’affiche a beaucoup circulé la semaine dernière sur le Web, suscitant à Roubaix l’enthousiasme pour certains, la colère pour d’autres. Le prédicateur star de YouTube, Rachid Abou Houdeyfa, était en effet annoncé à la mosquée du quartier des Trois-Ponts !

L’imam salafiste de la mosquée de Brest a ses détracteurs : Rachid Abou Houdeyfa a plusieurs fois dérapé ces dernières années. En 2012, le prédicateur a affirmé tranquillement que ne pas porter le voile, c’était s’exposer au viol : « Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là. » (…)

Ce qui peut paraître plus étonnant, c’est de le voir partager la tribune avec Ahmed Miktar, le recteur de la mosquée de Villeneuve-d’Ascq, réputé modéré. Membre de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Ahmed Miktar a remplacé au pied levé le président de cette association proche des Frères musulmans, le recteur de la mosquée de Lille-Sud Amar Lasfar. L’UOIF avait déjà fait polémique en février, en invitant à Lille trois prédicateurs sulfureux, qui ont fini par être déprogrammés sous la pression médiatico-politique…

Que penser de cette tribune commune ? « C’est la démonstration d’un rapprochement entre l’UOIF, c’est-à-dire les frères musulmans, et les salafistes », estime Mohamed Louizi, qui accuse Amar Lasfar de double discours dans son récent ouvrage Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans. Lire la suite dans La Voix du Nord

L’imam de Cenon (UOIF) décoré par l’armée de l’air !

Lu sur Infos-Bordeaux du 11 mars 2016

Selon le site du ministère de la défense, « les réservistes citoyens sont des collaborateurs bénévoles du service public, des ambassadeurs de la Défense et de la gendarmerie ». Ces derniers doivent « contribuer à la diffusion de l’esprit de défense et au renforcement du lien entre la Nation et son armée ».

Mercredi 09 mars, le colonel Christophe Michel de la Base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac a choisi un curieux « collaborateur du service public ». Ce dernier est l’imam de Cenon, membre de la sulfureuse UOIF (‘Union des organisations islamiques de France) : Mahmoud Doua.

Ce dernier n’est pas un inconnu de nos lecteurs. En mars 2011, Mahmoud Doua était l’invité de l’émission de France 2 « Face aux Français », au côté de Tariq Ramadan. Interrogé par une spectatrice au sujet des persécutions concernant les chrétiens en pays musulmans, l’imam de Cenon a curieusement réagi. Il a demandé la parole à l’animateur Guillaume Durand et déclaré : « Je ne peux laisser passer ça. La persécution des chrétiens d’Orient est de la désinformation… Rien ne prouve de tels faits » ! (vidéo ci-dessous)


C’est cet homme à qui le colonel Christophe Michel a donné la médaille de réserve citoyenne de l’armée de l’air avec le grade de Commandant !

La mosquée clandestine Abou Bakr de Toulouse doit rendre son local au bailleur

Lu dans La Dépêche du 7 mars :

« Le collectif des musulmans de la Reynerie n’est pas content. La semaine dernière, un courrier du bailleur social Habitat Toulouse lui a signifié que l’une des salles dont il disposait comme lieu de prière était officiellement fermée, sine die, dès le 2 mars. Ce qui a provoqué stupeur et incompréhension. «La mosquée Abou Bakr existe dans le quartier depuis plus de 30 ans, explique Abdelkrim Hammaoui. Elle permet aux habitants, ainsi qu’à ceux des quartiers voisins de faire leurs prières quotidiennes.

Elle comporte deux salles de prière, une salle principale et une salle annexe d’environ 30 m2. C’est celle-là, qui a été condamnée, alors que nous manquons de place».

Franck Biasotto, le président d’habitat Toulouse et élu de la majorité municipale, confirme la décision et la justifie. «Cette pièce est à l’origine un simple local technique qui a été progressivement colonisé, qui n’est pas appropriée à un lieu de culte et qui, en outre, n’était pas inclus dans le bail de la mosquée, souligne-t-il Lire la suite dans La Dépêche

Houdeyfa, l’imâm de Brest, boit de l’urine de chameau pour faire comme le « prophète »

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui ” propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. “. La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme(éditions Tatamis, 2015).

Comme le rapporte une tradition authentique (hadith sahîh) de Boukhari et Mouslim :

« Le prophète صلى الله عليه وسلم leur ordonna de suivre ses chameaux et de boire leur lait et leur urine. C’est ce qu’ils firent jusqu’au recouvrement de leur santé. » Hadith rapporté par Al-Boukhari 7 : 590

Autre source de la charia, on lit que d’après ‘Anas ibn Malîk (compagnon du prophète), des gens de `Urayna vinrent à Médine trouver l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم et comme ils eurent très mal au ventre, l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم leur dit:  « Si cela vous convient, allez boire du lait et de l’urine des chamelles de l’aumône ». (source)

Les musulmans de Fréjus sont tous habillés en salafistes (vidéo)

Capture d’écran 2016-02-26 à 16.38.28

C’est ce qu’on peut voir à la Grande mosquée de Fréjus, construite au mépris de la loi par l’ex maire UMP Elie Brun (Le Figaro). Surtout ne pas ressembler aux Français : la djellaba est de rigueur, comme l’ordonnent les cheikhs salafistes. En dix ans, la mode salafi est devenue incontournable dans les zones musulmanes. Ce n’est plus l’assimilation, mais l’intégration même des musulmans qui pose désormais question.

Quels sont les fondements jurisprudentiels de cette pratique ?

Le hadith « Celui qui imite un peuple en fait partie » (abu Dawuud/4031) est commenté comme suit par le « Cheikh de l’islam » Ibn Taymiyya : « Ce hadith indique au minimum l’interdiction de l’imitation des mécréants, bien qu’en apparence il implique la mécréance de qui les imite. »

Selon les avis juridiques du fameux site IslamWeb, rapportant les hadith (deuxième source du droit après le Coran) :

Le Compagnon Abdallah Ibn Amr Ibn Al Aâs a rapporté que le Prophète, , lui a dit en apercevant sur lui deux habits pourpres:   « Ce sont les habits des mécréants, alors ne les revêts pas. » (Muslim)

L’imam Ahmed a rapporté que le Prophète  a dit: “ Celui qui imite des gens est considéré comme étant l’un d’eux. ”

L’imam At-Tirmidhi a rapporté que le Prophète  a dit : “Il n’est pas des nôtres celui qui imite des gens différents de nous, n’imitez ni les juifs, ni les chrétiens.” 

Cette imitation concerne la religion, les coutumes et les aspects extérieur et intérieur des mécréants. » source

Une femme sans hijab « ne doit pas s’étonner que des hommes abusent d’elle » (imâm de Brest-CFCM)

«Le hijab, c’est la pudeur de la femme. Et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les gens, que les frères, que les personnes qui font partie même des hommes, que ça soit des musulmans ou des non musulmans, abusent de cette femme-là.»

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui  » propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. « . La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Lire l’article du Télégramme de Brest sur la construction de l’école salafiste approuvée par la mairie socialiste.

Observatoire de l’islamisation.

Page 10 sur 14« Première...«89101112»...Dernière »