Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

La mosquée clandestine Abou Bakr de Toulouse doit rendre son local au bailleur

Lu dans La Dépêche du 7 mars :

« Le collectif des musulmans de la Reynerie n’est pas content. La semaine dernière, un courrier du bailleur social Habitat Toulouse lui a signifié que l’une des salles dont il disposait comme lieu de prière était officiellement fermée, sine die, dès le 2 mars. Ce qui a provoqué stupeur et incompréhension. «La mosquée Abou Bakr existe dans le quartier depuis plus de 30 ans, explique Abdelkrim Hammaoui. Elle permet aux habitants, ainsi qu’à ceux des quartiers voisins de faire leurs prières quotidiennes.

Elle comporte deux salles de prière, une salle principale et une salle annexe d’environ 30 m2. C’est celle-là, qui a été condamnée, alors que nous manquons de place».

Franck Biasotto, le président d’habitat Toulouse et élu de la majorité municipale, confirme la décision et la justifie. «Cette pièce est à l’origine un simple local technique qui a été progressivement colonisé, qui n’est pas appropriée à un lieu de culte et qui, en outre, n’était pas inclus dans le bail de la mosquée, souligne-t-il Lire la suite dans La Dépêche

Houdeyfa, l’imâm de Brest, boit de l’urine de chameau pour faire comme le « prophète »

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui ” propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. “. La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme(éditions Tatamis, 2015).

Comme le rapporte une tradition authentique (hadith sahîh) de Boukhari et Mouslim :

« Le prophète صلى الله عليه وسلم leur ordonna de suivre ses chameaux et de boire leur lait et leur urine. C’est ce qu’ils firent jusqu’au recouvrement de leur santé. » Hadith rapporté par Al-Boukhari 7 : 590

Autre source de la charia, on lit que d’après ‘Anas ibn Malîk (compagnon du prophète), des gens de `Urayna vinrent à Médine trouver l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم et comme ils eurent très mal au ventre, l’Envoyé d’Allah صلى الله عليه وسلم leur dit:  « Si cela vous convient, allez boire du lait et de l’urine des chamelles de l’aumône ». (source)

Les musulmans de Fréjus sont tous habillés en salafistes (vidéo)

Capture d’écran 2016-02-26 à 16.38.28

C’est ce qu’on peut voir à la Grande mosquée de Fréjus, construite au mépris de la loi par l’ex maire UMP Elie Brun (Le Figaro). Surtout ne pas ressembler aux Français : la djellaba est de rigueur, comme l’ordonnent les cheikhs salafistes. En dix ans, la mode salafi est devenue incontournable dans les zones musulmanes. Ce n’est plus l’assimilation, mais l’intégration même des musulmans qui pose désormais question.

Quels sont les fondements jurisprudentiels de cette pratique ?

Le hadith « Celui qui imite un peuple en fait partie » (abu Dawuud/4031) est commenté comme suit par le « Cheikh de l’islam » Ibn Taymiyya : « Ce hadith indique au minimum l’interdiction de l’imitation des mécréants, bien qu’en apparence il implique la mécréance de qui les imite. »

Selon les avis juridiques du fameux site IslamWeb, rapportant les hadith (deuxième source du droit après le Coran) :

Le Compagnon Abdallah Ibn Amr Ibn Al Aâs a rapporté que le Prophète, , lui a dit en apercevant sur lui deux habits pourpres:   « Ce sont les habits des mécréants, alors ne les revêts pas. » (Muslim)

L’imam Ahmed a rapporté que le Prophète  a dit: “ Celui qui imite des gens est considéré comme étant l’un d’eux. ”

L’imam At-Tirmidhi a rapporté que le Prophète  a dit : “Il n’est pas des nôtres celui qui imite des gens différents de nous, n’imitez ni les juifs, ni les chrétiens.” 

Cette imitation concerne la religion, les coutumes et les aspects extérieur et intérieur des mécréants. » source

Une femme sans hijab « ne doit pas s’étonner que des hommes abusent d’elle » (imâm de Brest-CFCM)

«Le hijab, c’est la pudeur de la femme. Et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les gens, que les frères, que les personnes qui font partie même des hommes, que ça soit des musulmans ou des non musulmans, abusent de cette femme-là.»

L’imâm Rachid Abou Houdeyfa est imâm de la mosquée Sunna de Brest et dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) ! Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.

Il dirige aussi l’école Al Amâna qui  » propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés. « . La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école (voir Le Télégramme), le ministère de l’Intérieur n’y voit rien à redire. Fustiger l’islamisme dans les médias, et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, stratégie cynique du PS est décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Lire l’article du Télégramme de Brest sur la construction de l’école salafiste approuvée par la mairie socialiste.

Observatoire de l’islamisation.

L’imâm de la mosquée Taqwa de la Plaine-Saint-Denis entendu concernant une filière de djihadistes en Syrie

Vidéo: projet d’agrandissement en cours de la mosquée.

Capture d’écran 2016-02-18 à 11.12.02

Lu dans Le Parisien du 18 février 2016 :

« Il va devoir s’expliquer sur ses connaissances troubles. Selon nos informations, l’imam d’une mosquée de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été placé tôt ce mercredi matin en garde à vue dans le cadre d’une enquêtepréliminaire pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste.

Le suspect prêche à la mosquée Taqwa, rue Bailly, dans le quartier de La Plaine. Le nom de cet homme, considéré comme salafiste par les services de renseignement, est apparu récemment dans le cadre d’investigations visant un djihadiste français parti en Syrie. Sa garde à vue, décidée par le parquet antiterroriste de Paris, peut durer jusqu’à 96 heures. »

Sur son site officiel, la mosquée Taqwa cite en référence les cheikhs wahhabites Bin Baz et Albani. Dans le prêche du 5 octobre 2015, l’imâm précise les moyens d’atteindre « une belle fin en islam ». La retranscription du prêche précise :

« 11/ Mourir dans la mobilisation (pour le djihad).

Car Mouslim (1913) a rapporté d’après Salman al-Farissi  que le Messager d’Allah  a dit

« Se mobiliser pendant un jour et une nuit (pour le djihad) est meilleur que de jeûner et de prier pendant tout un mois. Celui qui meurt (mobilisé) bénéficiera du mérite de son action et on lui maintiendra la subsistance dont il jouissait et le protégera contre les épreuves ».

Est précisé à une autre page que  » En fait, l’Islam consiste à faire preuve de soumission à la Charia et à mettre en pratique ce que le Prophète  a transmis de son Seigneur ». Et plus loin, sur « les signes de la fin des temps » est commenté ce que Djibril rapporte des prévisions du « Prophète » : « C’est comme si le Prophète  indiquait qu’à la fin des temps, les musulmans conquerront les pays du monde et que les esclaves se multiplieront, de sorte que l’esclave donnera naissance à des enfants de son maître. Ce sera alors un signe précurseur de l’Heure. »

Encore une mosquée salafiste qui est tolérée par le ministère de l’Intérieur, qui n’a fermé presque aucune mosquée sur les 140 identifiées radicales par la DGSI que compte la France.

Une troisième mosquée à Blois, gérée par les islamistes turcs du Milli Gorus

Capture d’écran 2016-02-08 à 18.19.26

Alors qu’une autre mosquée turque, dépendante de l’état turc est déjà en activité, le mouvement islamiste Milli Gorus (« Vision Nationale ») fondé par l’ancien ministre Necmetin Erbakan est entrain de construire la sienne. Lire notre dossier sur ce mouvement qui ne devrait pas être toléré en France.

Une Grande mosquée existe déjà à Blois.

Un tribunal islamique à Avignon + des cours de coran dans une salle municipale (Paris Match)

860xNx860_x870x489_pm2.jpg,Mic.iebazg-p1.jpg.pagespeed.ic.DkTTbKpQPN

France bleu revient sur le reportage de Paris Match qui consacre  quatre pages sur le quartier de la Reine-Jeanne à Avignon, intitulé « la cité des salafistes ». Sur France Bleu Vaucluse, l’auteur de l’article Djaffer Ait Aoudia explique sa démarche. Et la mairie s’offusque. 

Le journaliste de Paris Match se met en scène pour critiquer le quartier et ses habitants : »Quand j’avance entre les immeubles lépreux » (c’est ainsi que Djaffer Ait Aoudia décrit la Reine-Jeanne, NdlR), je suis sidéré. C’est la cour des miracles islamistes. On est revenu quatorze siècles en arrière. »

Le journaliste affirme aussi l’existence d’un tribunal islamique à Avignon. 

Le reporter compare le quartier avec ce qu’il était dix ans auparavant : le cabinet médical et le kiosque à journaux ont fermé, les salafistes se sont installés dans un garage-mosquée pour lancer leurs tentacules vers le quartier Saint-Jean voisin. Djaffer Ait Aoudia affirme entendre des religieux dire qu’ils n’ont rien à voir avec les rites de l’Occident, mais leur ton change pour parler aux politiques ou à la police :

« Il n’y a pas de sensationnel, il suffit de sortir des remparts pour voir la réalité des quartiers, avec un islamisme. La majorité des quartiers populaires, difficiles, sont aujourd’hui pour la plupart gagnés par les salafistes. En partant de Monclar jusqu’à Montfavet, nous comptons dix mosquées avec sept mosquées dites salafistes. » […]

Le maire adjoint délégué aux quartiers nord Amine El Kathmi est sidéré par cet article. Il a relevé beaucoup d’erreurs et assure que depuis deux ans, la ville investit massivement pour rénover le quartier. […]

Djaffer Ait Aoudia assure qu’il peut prouver la présence de salafistes à Avignon avec d’autres vidéos, notamment celle de cours coraniques dans la salle municipale du château de Saint-Chamand.

« J’en fais la démonstration en images dans la mesure où j’ai filmé des élèves qui disent « nous apprenons le Coran ». Et tout cela se passe à l’intérieur d’une salle municipale. » 

Pour ceux qui découvrent cette situation, lire notre enquête de 320 pages sur la collaboration entre les mairies LR-PS et les islamistes, intitulée Ces Maires qui courtisent l’islamisme :

« L’étape du djihad n’est pas encore arrivée au Canada (…) retenez vos chevaux » (imâm)

Cheikh Abdi Hersy, imâm canadien, annonce le programme :

Source: « ISIS,Terrorism and Jihad against Canada and the West – Sh. Abdi Hersy », https://www.youtube.com/watch?v=lpcT6… 

«Le jihad n’est pas le résultat final de l’Islam. Ce n’est pas l’intention de l’Islam. C’est l’un des outils pour la Dawha (prédication, diffusion de l’islam). Si quelque part, des gens décident d’interdire la Dawah et disent: «Cessez la Dawah! Vous ne pouvez plus parler à quiconque de l’Islam. Vous ne pouvez plus diffuser le message.» Alors, vous combattez ces gens-là, et ça s’appelle le jihad.

Je peux répandre la Dawah au Canada. Le Canada n’est pas un pays musulman.

Durant 14 ou 15 ans, le Prophète n’a pas combattu quiconque. Focalisez sur le Dawah, nous n’en sommes qu’à cette étape. Nous devons propager la Dawah.

Et si Allah le veut, lorsque viendra l’étape du jihad, que nous constatons l’opportunité réelle d’un véritable jihad légitime, alors nous nous y joindrons tous, incluant moi-même. Mais pour le moment, retenez vos chevaux, allez-y doucement.»

« Le Coran est notre hymne, notre identité (…) notre constitution. » Imâm de Montpellier

Capture d’écran 2016-01-14 à 19.20.59

Nous révélions en exclusivité en décembre dernier que l’Intérieur avait levé l’assignation à résidence de l’imâm maroco-canadien Khattabi de Montpellier (proche du maire socialiste) alors même que son pays le Canada ne le tolère plus ! Il peut continuer à soutenir les moudjahidines (combattants d’Allah) dans ses prêches. Dans son dernier sermon du 1er janvier, en arabe, il a insisté sur la prévalence du Coran sur notre constitution. Cliquer ici pour la vidéo.

« Dans un sermon du vendredi à Montpellier, l’imam Mohamed Khattabi dénonce les critiques à l’égard des musulmans qui ignorent les paroles de La Marseillaise et demande : « Sommes-nous censés préférer les paroles de l’homme à celles transmises par Dieu ?! »
Et d’ajouter : « [Le Coran] est notre hymne, notre identité. On a dit que le Coran est notre constitution. 
» Le sermon a été prononcé le 1er janvier 2016 et mis en ligne sur Internet. 

Des auteurs djihadistes disponibles à la bibliothèque de la mosquée UOIF d’Hérouville-St-Clair (Caen)

capture d'écran du 4 janvier 2016.

Capture d’écran du 4 janvier 2016.

La Grande Mosquée d’Hérouville Saint-Clair, du réseau UOIF, a été inaugurée en 2012 par la député socialiste Laurence Dumont et le maire Modem Rodolphe Thomas (video) de la ville, qui a cédé le terrain. Elle est la plus grande de Normandie. Depuis, les vocations djihadistes se multiplient dans la ville.  

Ouest-France informait le 29 décembre 2015: « Le djihadiste bas-normand proche d’Al-Quaïda tué en Syrie a été identifié : il s’agit de Reda Layachi, qui a grandi à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. »

Dans la seule ville d’Hérouville-Saint-Clair, début décembre, deux jeunes adultes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste. Un mineur a également été condamné pour menace de mort et apologie publique d’un acte de terrorisme sur Twitter.

« Hérouville Saint-Clair, c’est comme Lunel, il y a phénomène de contagion que l’on n’arrive pas à cerner », estime Nathalie Goulet présidente de la commission d’enquête de la lutte contre les réseaux djihadistes.

C’est l’Association Islamique et Culturelle du Calvados qui gère le lieu, et son site internet rend compte de ses nombreuses activités. Une école maternelle est intégrée au projet, ainsi qu’une école islamique pour enfants (fillettes voilées dès 6 ans). Pour les plus grands, une « formation en sciences islamiques » permet à l’issu d’un cursus de 2 ans d’obtenir un « certificat d’étude islamique ».

Tout cela ne relèverait que du communautarisme si en plus, la bibliothèque telle que présentée par l’association sur son site officiel (copie d’écran) ne proposait pas les principaux théoriciens de l’islam politique et djihadiste contemporains comme Abu Bakr al Jazairi dont nous avons retranscrit de large extraits de son livre belliqueux La Voie du Musulman, les livres de Yussuf Al-Qaradawî pour qui la Shoa fut un châtiment divin et qui recommande de tuer les apostats. Aussi, le fondateur du parti islamiste pakistanais Jamaat islamiya, Abu Ala Mawdûdi, décédé en 1979, figure à leurs côtés dans la présentation des livres de la bibliothèque.

 Mawdûdi écrivit : « L’islam souhaite détruire tous les Etats et gouvernements de la surface de la terre qui sont opposés au programme et à l’idéologie de l’Islam ». Sa conception de l’Islam a beaucoup influencé les Frères Musulmans, il l’a couché par écrit dans son livre phare Vers une compréhension du Coran : « La vérité est que l’islam n’est pas pareil qu’une ‘religion’, pas plus que les musulmans sont une nation. En réalité l’islam est une idéologie révolutionnaire et un programme qui cherche à changer l’ordre social du monde entier et le reconstruire en conformité avec ses propres principes et idéaux. ’Musulman’ est le nom d’un parti révolutionnaire international organisé par l’islam pour mener à bien son programme révolutionnaire. Et le ‘Jihâd’ se réfère à la lutte révolutionnaire et à un effort extrême pour amener le Parti islamique à réaliser ses objectifs »

Mawdûdi insiste pour proposer aux peuples du monde entier la soumission à l’ordre islamique ou la guerre :

Lire la suite