Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

Appels au djihâd et à « abattre les idolâtres » à la mosquée Omar de Paris ! Collomb tolère.

C’est un document exceptionnel de AG Production en partenariat avec Le Week qu’a diffusé une chaine israélienne. L’infiltration de journalistes au sein des mosquées françaises afin d’enregistrer leurs discours tenus en interne. Diffusé au Proche-Orient, le retentissement de ce documentaire est déjà commenté par la chaine arabe Al Jazeera.

L’équipe de Riposte-Laique a réalisé un travail colossal pour le traduire en français.

L’équipe du Week, média partenaire du documentaire informe : « Précisons que le reporter Tsvika Yehezkeli est un habitué des scoops et des infiltrations : il fut membre des services secrets israéliens et a bénéficié d’un entrainement particulier psychologiquement poussé pour cette infiltration qui a durée de longs mois. Ce sont ses anciens collègues du Mossad et du Shabak (la DGSI israélienne) qui l’ont (re)formé pour l’occasion. »

Le moment choc du reportage repose sur l’enregistrement d’un prêche du vendredi de la mosquée Omar Ibn Al Khattab (2 rue Morand, 75011),  la plus fréquentée de Paris, à la quarantième minute du documentaire visionnable intégralement ici 

« Dieu renforce l’Islam et les musulmans. Donne à qui soutient la religion, la victoire ! Et abats les idolâtres ! Et extermine les ennemis de la religion ! Continues à soutenir tous nos frères Moudjahidines [les soldats du djihad] . Allah hisse l’étendard du djihâd ! » extrait vidéo ici.

Pour en savoir plus sur les nombreuses mosquées radicales tolérées par le gouvernement, lire l’enquête ‘Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit’, 300 pages, éditions DMM.

Un neuvième minaret en Normandie à Argentan, et trois autres à venir.


Après la mosquée de Rouen, celle d’Hérouville-Saint-Clair à côté de Caen, Argentan a maintenant sa grande mosquée avec minaret. L’association Annour informe de l’avancée du chantier sur sa page Facebook.

St-Valérien (89) : le maire écrit au préfet pour dénoncer l’islamisation de son village

Plus largement à l’échelle de la région Bourgogne, le FN réagit à la multiplication des mosquées radicales, formant 20% des lieux de culte musulmans de la région. Voir Infos-Dijon reprenant la liste détaillée. et France-Bleu.

Villefranche-de-Rouergue : le chantier de la mosquée débute sur un terrain offert par Les Républicains

Crédit photos : T-Tris Architecture

Lu dans La Dépêche du 19 février 2018 (extrait)

« À La Borie-des-Places (quartier de Villefranche-de-Rouergue), en mitoyenneté de l’agrandissement du cimetière, le chantier de la future mosquée a débuté. Après des travaux de terrassement et de préparation du terrain, menés à la fin de l’année dernière par la Sotrameca et dont nous avions rendu compte, l’entreprise de maçonnerie Cammisar a monté une grue et a coulé les fondations du bâtiment.

Rappelons que la commune a vendu le terrain (au prix de 14 €) à l’Association cultuelle et culturelle maghrébine (ACCM), qui porte le projet. Elle se retrouvait beaucoup trop à l’étroit dans la maison de la rue Valadier, transformée en mosquée depuis de nombreuses années. » Lire la suite

Lu dans La Dépêche du 3 mars 2016

« Le 29 septembre 2011, le précédent conseil municipal avait cédé à l’association cultuelle et musulmane maghrébine (ACCM) de la ville, un terrain d’environ 2 000 m² à la Borie des Places pour la construction d’une mosquée. Il était prévu que cette construction débute dans un délai de trois ans après la signature de l’acte de vente. »

Le maire de Villefranche-de-Rouergue depuis 2001 est le Républicain Serge Roques (Wikipedia)

D’après nos informations, les responsables de la mosquée sont marocains.

Le parti de Laurent Wauquiez est coutumier de ces aides locales aux mosquées, voir notre documentaire :

La mairie PCF de Nanterre valide l’agrandissement de la mosquée-école de Nanterre

La soeur de Mennel Ibtissem abonnée à la mosquée UOIF de Besançon

Le compte Twitter de la soeur de Mennel, « ma principale source d’inspiration » selon la chanteuse, est abonné au Centre culturel islamique de Franche-Comté (CCIFC), affiliée à l’UOIF, connue sous le nom de mosquée de Fontaine Ecu. Les prédicateurs fréristes de l’UOIF assurent les conférences dans cette mosquée, à l’instar de Hassan Iquioussen, pro califat (ses prêches ultras sont retranscrits ici) dont les conférences sont justement relayées compulsivement sur les comptes sociaux de Mennel. On retrouve aussi Larabi Cherbi , « professeur de charia » à l’école d’imâms de l’UOIF, l’IESH. « Diplômé en shari’a de l’université de Médine », Cherbi est, indique la mosquée, membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche et de l’Union Internationale des Savants Musulmans, deux institutions présidées par Youssef Al-Qaradawi qui prescrit de tuer les apostats, tuer les homosexuels et qui voit la Shoa comme un « châtiment divin » (biographie). Est également venu en conférence dans cette mosquée Moncel Zenati, autre pilier de l’UOIF. Pour Zenati, la charia est supérieure qualitativement aux lois humaines (droit positif) « La Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l’ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines. […] Le droit positif reflète l’imperfection de l’être humain et sa faiblesse » (Conférence « Qu’est-ce que la charia ? » du 12 avril 2014 à Paris). Il s’opposa vigoureusement  au « Forum mondial pour une réforme islamique » lancé par les musulmans réformistes Ghalib Bencheikh et le converti Félix Marquardt.

Le président du Centre Culturel Islamique de Franche-Comté, Khalid Jarmouni, a fomenté des manifestations contre l’interdiction du voile à l’école et a fait pression pour l’obtention de menus sans porc dans les cantines. Par ailleurs, il a réussi à créer des liens avec une petite association de femmes qui a le projet d’ouvrir la première école confessionnelle musulmane de Besançon, avec le soutien de l’UOIF.Lire la suite

50 djihadistes tunisiens de l’EI récemment arrivés en Italie par la mer ? (Interpol)

LCI du 31 janvier 2018:

L’information a de quoi susciter l’inquiétude. The Guardian rapporte ce mercredi qu’Interpol se préoccupe de la possible présence de 50 personnes suspectées d’être des combattants de Daech, toutes de nationalité tunisienne. Elles seraient arrivées récemment en Italie par la mer. Le vénérable quotidien britannique affirme avoir eu accès à une liste établie par Interpol, l’organisation internationale de la police criminelle, et transmise dès le 29 novembre 2017 aux autorités transalpines puis aux autres pays européens. 

« Le document montre leurs prénoms, noms et dates de naissance », précise le Guardian, selon qui quatre des suspects listés seraient déjà connus des agences de renseignement du Vieux continent. L’un d’entre eux « a peut-être déjà traversé la frontière italo-française, pour atteindre le Gard », fait d’ailleurs savoir Interpol. Selon une source de l’antiterrorisme européen citée par le journal, ces Tunisiens auraient débarqué en Sicile entre juillet et octobre 2017 à bord de bateaux de pêche ou d’embarcations abandonnées. 

Fermée sous l’état d’urgence, la mosquée salafiste de Torcy a rouvert

Lu dans Paris-Match du 19 janvier 2018 (extrait) :

Fermée dans le cadre de l’état d’urgence en raison des prêches radicaux de ses imams, la mosquée de Torcy (Seine-et-Marne) a rouvert vendredi avec à sa tête une nouvelle association et un nouvel imam, a-t-on appris auprès de la préfecture. (…) Fin décembre, une commission composée de magistrats a par ailleurs donné son feu vert à l’expulsion de l’imam adjoint, un Marocain de 50 ans, accusé d’avoir « légitimé le jihad » dans ses prêches.

Selon l’arrêté de fermeture du lieu de culte, les deux imams auraient aussi « apporté leur soutien aux fidèles de la mosquée mis en cause dans le cadre du démantèlement de la cellule terroriste dite de ‘Cannes-Torcy' », dont le procès-fleuve s’est tenu au printemps à Paris. 

Fin 2016, 275 personnes étaient suivies en Seine-et-Marne dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente. Lire la suite

Note: l’association « Renaissance » qui a pris le relais dans la gestion de la mosquée, a été déclarée en préfecture sous la loi de 1901 et non comme une association cultuelle loi 1905. Mais la préfecture est si conciliante qu’ils peuvent à nouveau ouvrir, du moins que pour les hommes. Les classes d’arabe vont continuer. 

« On cache les choses pour ne pas affoler les gens » : pour les gardiens de la prison de Borgo confrontés aux islamistes

Lu dans L’Express :

Le syndicat FO pénitentiaire contredit la version officielle: l’attaque au couteau commise vendredi par un détenu contre deux surveillants revêt un caractère terroriste. L’agresseur aurait crié « Allah Akbar ».

En une semaine, les agressions de détenus contre des surveillants se sont multipliées dans les prisons de France. Sans pour autant que les motivations et les profils des auteurs se ressemblent. A Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), la justice a estimé qu’il s’agissait d’un acte terroriste, commis par un détenu armé et déjà condamné pour terrorisme. A Mont-de-Marsan (Landes) et Tarascon (Bouches-du-Rhône), à l’inverse, les agressions ont été qualifiées d’infractions de droit commun: les auteurs étaient « seulement » suivis pour radicalisation, ils ont agi à mains nus et ils cherchaient à obtenir un transfert vers un autre centre de détention.

L’attaque vendredi à la prison de Borgo (Haute-Corse) fait beaucoup plus débat. Âgé de 28 ans, Morad A. a agressé au couteau deux gardiens, blessant grièvement l’un à la gorge et l’autre plus légèrement. Cet homme signalé pour radicalisation s’est ensuite retranché dans une cellule et a été interpellé en compagnie de trois autres détenus, possiblement des complices. Tous les quatre sont toujours en garde à vue ce samedi. 

« On essaye de cacher les choses pour ne pas affoler les gens » Lire la suite dans L’Express.

Bethoncourt (Doubs) : la mosquée diffuse par mégaphone l’appel à la prière

La mosquée Zaid de Bethoncourt, sise dans le quartier sensible des Champvallons, est pourtant dirigée par un notable de l’islam « de France », Mohamed Gmih, marocain, membre du conseil d’administration du Conseil français du culte musulman et président de sa structure régionale, le CRCM de Franche-Comté. La mosquée enseignant l’arabe et le coran à une soixantaine d’enfants (mercredi et samedi), est fréquentée par plus de cent personnes le vendredi. 

Depuis un an, janvier 2017 précisément, l’appel à la prière du matin et du début d’après midi se réalise par mégaphone afin de toucher tout le quartier a constaté la police. Comment cela peut-il être toléré ? Et après des quartiers entiers, des villes seront ainsi sonorisées à l’avenir ?

Cette mosquée, de la mouvance tablighi, a été fréquentée par la famille Akoucham, dont Mohamed et Soukaina ont rejoint en Syrie les rangs de l’Etat Islamique, en 2014 et 2015.  Illustration du problème des naturalisations en France, le vice-président de la mosquée ainsi que le trésorier, nés au Maroc, ont obtenu la nationalité française.

Rappelons que les tablighis contrôlent 147 mosquées en France selon un pointage de l’Intérieur à l’été 2016.

Observatoire de l’islamisation, janvier 2018.

Page 3 sur 18«12345»10...Dernière »