Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

La Grande Mosquée de Strasbourg invite le ministre des Affaires islamiques d’Arabie Saoudite

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l'Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti.

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l’Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti qui ordonne de détruire les églises.

(Archive du 26 novembre 2015)

Alors que tous les dignitaires religieux officiels de l’Arabie Saoudite contemporains comme Ibn Baz, Fâwzan, Uteymine, Jazairi, prescrivent outre le jihâd offensif, la peine de mort à l’encontre des apostats, homosexuels, innovateurs, hérétiques, c’est ce wahhabisme officiel qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg gérée par des marocains.  Le Grand mufti d’Arabie Saoudite, également membre de la famille al Sheikh descendant en ligne directe de al-Wahhab (1703-1792),  a déclaré en 2013 qu’il convient de « détruire toutes les églises » de la Péninsule Arabique, s’appuyant sur les propos de Mahomet sur son lit de mort réclamant de chasser les chrétiens de la région.

C’est son cousin, ministre des Affaires islamiques, Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, avec qui il travaille de concert, qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg.

La Croix rapportait dans un article du 29 septembre 2013 :

« S’exprimant devant une délégation venue du Koweït, le cheikh Abdul Aziz ibn Abdullah al Sheikh, grand mufti d’Arabie saoudite, a déclaré qu’il « est nécessaire de détruire toutes les églises de la région », rapporte l’agence Fides. Selon lui, l’élimination des églises serait en accord avec la règle séculaire selon laquelle l’islam est la seule religion praticable dans la péninsule arabique.

Le grand mufti d’Arabie saoudite est l’un des plus hauts responsables religieux de ce royaume musulman sunnite. Appartenant au courant rigoriste hanbalite, il est également le chef du Conseil suprême des oulémas (c’est-à-dire des savants musulmans) et du Comité permanent pour la recherche islamique et la fatwa«  source

RTL le 25 octobre 2012 précisa la pensée de Al Sheikh :

« Le mufti d’Arabie saoudite a appelé jeudi à se conformer à la charia (loi coranique), critiquant vivement les partisans d’un Etat civil, prôné face à la montée islamiste dans la foulée du Printemps arabe, à l’occasion du pèlerinage musulman de La Mecque.

« La charia doit être pour la nation islamique la source de législation (…). Elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps« , a lancé cheikh Abdul Aziz Al-Sheikh dans un prêche devant les 2,5 millions de pèlerins réunis sur le Mont Arafat, près de La Mecque, moment fort du hajj.

Il a dénoncé « ceux qui prônent un Etat civil, une minorité qui cherche à asséner un coup à la religion (musulmane) sous des prétextes fallacieux et des slogans erronés ». « Au nom de la liberté, ils prétendent que la religion n’est pas valable, s’opposent à la peine de mort et aux autres peines car elles sont contraires aux droits de l’Homme (…) et prétendent que la nation islamique, si elle applique la charia, se coupe des nations évoluées ». « Ces prétentions désespérées font partie des campagnes menées par les ennemis de l’islam pour transformer la nation islamique, l’éloigner de sa religion et effacer son identité« , a-t-il encore affirmé. »

Rappelons  que c’est Manuel Valls qui inaugura la mosquée en 2012.

Rappelons aussi que la Grande Mosquée de Strasbourg a été financée par des subventions publiques généreuses votées par les élus UMP et PS:

  • 510 000 euros du Conseil général du Bas-Rhin (UMP-LR)
  • 420 000 euros votés par le Conseil régional d’Alsace (UMP-LR) dans un premier temps.
  • 179 951 euros votés dans un deuxième temps par le même conseil régional au printemps 2009 par la majorité UMP.
  • 610 000 euros votés par l’ancien maire UMP de Strasbourg Fabienne Keller.

    détail donné par la grande Mosquée de Strasbourg

    Détail donné par la Grande Mosquée de Strasbourg

Nous avions consacré un chapitre entier sur « La grand mosquée de Strasbourg, ou l’islamisme subventionné » dans notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Voici le scan de l’invitation reçue par les cadres de l’islam en Alsace :

Castaner parle islam de France…au milieu des livres djihadistes de l’IMA

Le « congrès des musulmans de France » piloté par les associations islamistes (Milli Gorus, Tabligh, UOIF, RMF) s’est tenu dimanche dernier à l’Institut du monde arabe, à Paris ; un congrès conclu par le ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Christophe Castaner dont le gouvernement est en pleine réflexion pour faire évoluer la loi de 1905 relative à la laïcité. Retour sur les temps forts de ce rassemblement durant lequel quelques contours de la réforme du CFCM ont été dessinés.

C’est autour du projet gouvernemental de modification de cette loi que s’est principalement concentré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors de son discours de clôture du congrès. Nous avions analysé l’avant projet. 

Devant les 300 responsables islamistes réunis à l’IMA, Christophe Castaner a réaffirmé les priorités du gouvernement à l’égard de l’islam de France. Ce dernier a «vocation, comme tous les autres cultes, à être solidement ancré dans la République, dans ses valeurs et dans ses lois, à être en un mot pleinement français.» a-t-il dit devant les responsables islamistes radicaux (liste complète des organisations radicales en bas de la déclaration finale) !

Rappelons que l’Institut du Monde Arabe regorge des traités classiques de droit musulman codifiant le djihad offensif armé. Notre documentaire tourné sur place le prouve :

Toulouse: une islamiste fichée S agresse en pleine rue une automobiliste de 62 ans avec un couteau

Lu dans La Dépêche du 30 novembre 2018 :

Une femme de 27 ans, fichée S pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale, a été interpellée après et placée en garde à vue mercredi soir, 28 novembre, dans les locaux de la police judiciaire toulousaine.

Elle est soupçonnée de violences avec un couteau sur une automobiliste de 62 ans. Les faits se sont déroulés rue des Chalets, à Toulouse. Mercredi soir, l’automobiliste était en train de se garer lorsqu’une femme a jailli avec son couteau en tentant de découper sa ceinture de sécurité tout en essayant de lui porter des coups.

Affolée, la sexagénaire est sortie de son véhicule, mais son agresseuse est parvenue à lui dérober son sac à main avant de prendre la fuite, sous les cris de la victime.

L’assaillante a été rapidement interpellée par des riverains, en pleine rue. Cette femme qui devrait faire l’objet d’une expertise psychiatrique, a été placée en garde à vue dans la soirée de mercredi, au commissariat central. La victime a été légèrement blessée à une main. 

À l’issue de sa garde à vue, cette femme a été présentée au palais de justice hier.

Elle devrait comparaître ce lundi 3 décembre devant le tribunal correctionnel, en audience de comparution immédiate. Choquée à la suite de cette agression, la victime domiciliée à Agen.

Accord de coopération entre l’UE et la République islamique d’Afghanistan (Conseil des ministres)

Conférence de presse gouvernementale du lundi 26 novembre 2018. Benjamin Griveaux annonce une aide au développement pour l’Afghanistan dans le cadre d’un accord entre l’Union Européenne et la République islamique d’Afghanistan.

Le couple à la tête de la mosquée de Raismes condamné pour avoir détourné 3 600€

Lu dans La Voix du Nord du 16 novembre :

Mustapha Aït Mouhou présidait l’association AJIR (Association jeunesse interculturelle de Raismes), ainsi que l’ACMR (association cultuelle des musulmans de Raismes). Début 2017, il a quitté la présidence de la première, pour se consacrer à la seconde. En mai 2017, son épouse, toujours trésorière d’AJIR, a signé un chèque de 3 600 € en faveur de l’ACMR. Tous deux ont expliqué au tribunal qu’il s’agissait d’arriérés de loyers. Sauf qu’il n’existait aucun bail, que son épouse n’a demandé aucune quittance de loyer et qu’aucun document ne vient accréditer qu’AJIR devait payer un loyer à l’ACMR….Lire la suite dans La Voix du Nord

Note : cette mosquée invite des conférenciers de la mouvance Frères Musulmans comme Abdallah Ben Mansour (source: sa page Facebook), et son imâm n’est autre que le fils de Hassan Iquioussen, Othmane. Nous avons consacré un chapitre entier à Hassan dans l’enquête Mosquées Radicales

Les élus En Marche aident les constructions de mosquées : la liste

Version vidéo de notre article publié la semaine dernière sur le même sujet.

La mosquée salafiste d’Ambérieu-en-Bugey inaugurée par le dircab du Préfet et visitée par le député LR Damien Abad

Le 7 octobre dernier, l’inauguration de la mosquée d’Ambérieu-en-Bugey, monumentale, a été l’occasion pour le directeur de cabinet du préfet de l’Ain de couper le ruban vert mettant fin à des années de travaux.

En juin dernier, le député de l’Ain Les Républicains, Damien Abad, en pleine campagne, avait visité la salle de prière dédiée aux hommes :

En quoi la mosquée est-t-elle salafiste ? Elle publie sur sa page Facebook les Fatwas (avis juridiques) des principaux savants contemporains de l’Arabie Séoudite comme Al-Uthaymine et Bin Baz :Lire la suite

La République en Marche au service des constructions de mosquées


Le parti d’Emmanuel Macron, à sa création, a consacré ses efforts d’élaboration d’un programme politique sur les questions économiques et sociétales, délaissant en général les questions d’identité et de religion. Il est vrai que prendre des positions tranchées sur ces questions est un risque de voir fuir des segments d’électorats qui peuvent s’accorder sur un programme fiscal et de droit du travail, mais pouvant s’opposer sur les questions migratoires ou du traitement sécuritaire du salafisme.

Alors qu’il était encore en campagne, Emmanuel Macron a refusé de condamner les Frères Musulmans de l’UOIF ou les salafistes, les premiers appelant ouvertement à voter pour lui sans que cela ne le fasse réagir. Une fois président, il déclare lors de son interview avec Jean-Pierre Pernaut en avril dernier, qu’il n’existe pas de base légale pour interdire ces deux courants de l’islamisme, et dit s’en remettre à la justice pour traiter les dérapages des prêcheurs extrémistes.  Une façon de botter en touche.Lire la suite

La mosquée de Gisors, non déclarée, contrainte de fermer.

France3 du 12 octobre :

L’arrêté municipal a été pris le 5 octobre dernier.
La mosquée de Gisors, installée dans un pavillon situé rue des Templiers est trop dangereuse pour accueillir du public.

Après expertise, il a été constaté que la bâtisse ne respectait pas les règles de sécurité en vigueur. Les normes d’électricité, de gaz et les issues de secours sont non-conformes dans ce lieu qui accueille chaque vendredi près de 60 fidèles.
Une décision prise par le maire de la ville, Alexandre Rassaërt (LR) qui précise que la mosquée n’est pas déclarée auprès de la municipalité ni de la préfecture de l’Eure.
 

La mairie LR de Longjumeau vend deux parcelles communales pour une mosquée

Addendum de septembre 2018 : le conseil municipal a voté la vente des deux terrains communaux. Lu dans le magazine de Longjumeau de ce mois :

10 septembre 2018: Tous les candidats de la majorité municipale LR, UDI,MODEM, non inscrits, etc  ont voté pour, même lorsqu’ils y étaient opposés auparavant (pressions de Mme le maire ?). L’opposition de gauche ayant quitté la salle avant la séance, les opposants restant étaient les conseillers municipaux du RN.

Un recours en excès de pouvoir a été adressé au juge administratif de Versailles par 2 associations dans les deux mois suivant le vote. 

Le Parisien du 9 juillet 2018 informe :

« La communauté musulmane de Longjumeau l’attend et l’espère depuis longtemps. Plusieurs décennies de prières pourraient bientôt se voir exaucées. Une mosquée tend en effet à se profiler à l’horizon rue Daniel Mayer. Lors de sa séance de ce mardi soir, le conseil municipal va se prononcer sur la vente de deux parcelles communales au centre socio-culturel islamique de Longjumeau (CSCIL). (…) Pour Sandrine Gelot, la maire (LR) de Longjumeau, ce terrain est le bon. « C’est une zone d’équipements et il n’y a pas d’habitations à proximité », pointe celle pour qui il était depuis longtemps nécessaire de trouver une solution. »

Déjà, NKM, ancienne maire, s’était engagée à faire aboutir le projet en 2009 :

Depuis, la direction de la mosquée a changé en mai 2017, les frères Mounir, dont Ismaïl, préférèrent se consacrer à l’institut Amine, soutenu dans ce projet par le Frère musulman Omar Dourmane membre de l’Union mondiale des savants musulmans (présidé par Al-Qaradawi). Dans cet institut, est proposé l’étude du livre « Les 40 hadith » de l’imâm Nawawi, pour 149 euros. Inquiétant quand on connait son contenu qui prescrit de « verser le sang des apostats » (hadith n°14) , et le hadith n° 8 : «Il m’a été ordonné de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’est d’autre divinité qu’Allah, et que Mohammed est Son Envoyé, qu’ils accomplissent la prière rituelle, qu’ils acquittent la Zekâa ».

C’est un employé municipal médiateur de « l’espace jeune », quelle coïncidence, Sileymani Diakite, qui a repris les rênes de l’association CSCIL qui dirige la mosquée, dont rien indique qu’il incarne une version plus modérée de cet islamisme. Il partage sur sa page Facebook les publications de la page Facebook  » Information culte musulman » gérée par le prédicateur Mohamed François formé à l’IESH (école islamique de l’UOIF), proche de Hani Ramadan. Cette page est pointée dans le rapport sur « La Fabrique de l’islamisme » de l’institut Montaigne car Mohamed François invite régulièrement des prédicateurs salafistes. 

Encore une illustration de la collusion entre Les Républicains et les salafistes afin de les aider localement à ériger de grandes mosquées.