Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mosquées existantes

L’imâm de Torcy expulsé au Maroc, mais sa mosquée salafiste reste ouverte

La mosquée salafiste de Torcy a été épinglée dans l’enquête « Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit« parue en novembre 2016, pour avoir organisé des conférences marquées d’une hostilité envers l’occident. On apprend qu’un de ses imâms est expulsé aujourd’hui, mais malheureusement, cet endroit restera ouvert alors qu’il convient de fermer les mosquées radicales. 

Le Parisien du 28 mars 2018 :

« Mohammed Tlaghi, l’ancien imam suppléant de la mosquée Rahma de Torcy (Seine-et-Marne), a été interpellé ce mercredi matin vers 6 h 30 dans son appartement de Torcy. Selon son avocat Me Gilles Devers, il serait déjà dans l’avion pour Rabat, escorté par les policiers.

Ce ressortissant marocain de 50 ans, père d’un enfant français, est visé par une procédure d’expulsion depuis le 28 décembre dernier. La commission d’expulsion des étrangers avait rendu un avis favorable après l’audience du 20 décembre 2017.

La décision retenait « des prêches tenus en 2016 et 2017 » au cours desquels « les deux imams de la mosquée [avaient] explicitement légitimé le djihad armé en appelant les fidèles à prier pour les djihadistes du monde entier afin de détruire les ennemis de l’Islam en France et dans le monde ». »

La mosquée, installée dans des locaux provisoires avenue Lingenfeld, avait été fermée le 10 avril dernier par le ministère de l’Intérieur car soupçonnée d’être « un lieu de référence influent de la mouvance salafiste ».

Le 19 janvier dernier, elle a été reprise par la Grande mosquée de Paris et un nouvel imam ainsi qu’une nouvelle association ont été installés par le recteur Dalil Boubakeur. 

La grande mosquée de Caen est terminée : des salles de classes pour les enfants

Lire la suite

Une quinzaine de mosquées sous influence du salafiste Doudi dans les Bouches-du-Rhône

La seule enquête sur le sujet disponible ici

Lu dans La Provence du 13 mars 2018 (extrait) :

« Le 8 mars dernier, une commission de magistrats réunie à Marseille s’est déclarée favorable à l’expulsion du très influent imam salafiste algérien El Hadi Doudi, après les multiples appels à la haine de ce dernier dans la mosquée As-Sounna, quartier de la Belle-de-Mai, dont il est président. Une décision extrêmement rare à l’encontre de ce sexagénaire, motivée par « des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre les chrétiens, les Juifs, les chiites, et les personnes adultères ». Ce père de sept enfants appelait aussi fréquemment ses fidèles « à la destruction des mécréants«  et à « prononcer la formule Allah akbar dans les lieux publics pour effrayer les mécréants ». L’impact des prêches haineux de celui qui est arrivé sur le sol français en 1981 et qui vit officiellement du RSA dépasse très largement Marseille intra-muros et son site internet sur lequel il était très suivi.

Dans le dossier qui a servi de « base » aux autorités pour étayer leur décision, une note blanche du renseignement intérieur dresse son cheminement, ses accointances, et son influence sur de nombreuses mosquées. Plus d’une quinzaine se trouvent dans les Bouches-du-Rhône, et Vitrolles figure sur cette liste, avec plusieurs lignes sur les activités de la mosquée salafiste Al-Albani, au Liourat et sa proximité avec Doudi. Le lieu de culte situé dans une arrière-cour a été géré de 2014 à fin 2016 par l’imam autoproclamé Thierry Soeun alias Tair Abou Sany, un de ses jeunes disciples. Cet ancien rappeur du groupe Azyatik reproduisait au Liourat le même schéma que son mentor : prêches « borderline », volonté d’expansion immobilière (stoppé in extremis par la municipalité par un acte de préemption, ce qui n’a pas empêché l’ouverture d’une boutique salafiste au Liourat), et utilisation douteuse des fonds de l’association Al-Albani. Ce qui avait en partie provoqué sa démission fin 2016, tout comme la perquisition à 5h30 du matin survenue le 10 décembre 2015, avec saisie de plusieurs documents.

Des conversations des plus glaçantes au lendemain des attentats de Paris

Cette fameuse note blanche fait également état d’une conversation glaçante entre un responsable d’Al-Albani et un fidèle vitrollais dénommé Othman, natif de Tunisie, le 14 novembre 2015. Soit le lendemain des attentats de Paris. « Dieu les a tué ! », « On leur a brisé le dos, mon frère« , échangent-ils alors. L’influence a minima spirituelle de l’imam Doudi sur le lieu de culte vitrollais ne date pas d’hier. Selon un fidèle du Liourat, « il y prêchait déjà il y a dix ans, de manière moins musclée », avant de partir sous d’autres cieux. Toujours selon les éléments de cette note blanche, rien n’indique que l’impact de Doudi ait disparu en même temps que la démission du zélé Tair Soeun. Un autre proche de ce ponte du courant salafi y aurait prêché occasionnellement. Lire la suite dans La Provence

Les sorties à la mer pas bien vues à la mosquée de Raismes

Lu dans La Voix du Nord (extrait)

L’association AJIR, vieille de vingt-quatre ans, n’est plus abritée dans les locaux de la mosquée de la rue Sabatier depuis cet été. Sa présidente dénonce une cabale, le responsable de la mosquée dit qu’elle a fait l’unanimité contre elle.(…)

On m’a refusé des ateliers de soins esthétiques. Je voulais organiser un séjour à la mer, on m’a dit que cela ne se faisait pas. Pourtant, les jeunes filles qui venaient à l’association, le samedi, soufflaient. Elles respiraient. J’abordais la religion autrement avec elles. Le Coran, l’école, la mosquée, c’est bien, Lire la suite

Appels au djihâd et à « abattre les idolâtres » à la mosquée Omar de Paris ! Collomb tolère.

C’est un document exceptionnel de AG Production en partenariat avec Le Week qu’a diffusé une chaine israélienne. L’infiltration de journalistes au sein des mosquées françaises afin d’enregistrer leurs discours tenus en interne. Diffusé au Proche-Orient, le retentissement de ce documentaire est déjà commenté par la chaine arabe Al Jazeera.

L’équipe de Riposte-Laique a réalisé un travail colossal pour le traduire en français.

L’équipe du Week, média partenaire du documentaire informe : « Précisons que le reporter Tsvika Yehezkeli est un habitué des scoops et des infiltrations : il fut membre des services secrets israéliens et a bénéficié d’un entrainement particulier psychologiquement poussé pour cette infiltration qui a durée de longs mois. Ce sont ses anciens collègues du Mossad et du Shabak (la DGSI israélienne) qui l’ont (re)formé pour l’occasion. »

Le moment choc du reportage repose sur l’enregistrement d’un prêche du vendredi de la mosquée Omar Ibn Al Khattab (2 rue Morand, 75011),  la plus fréquentée de Paris, à la quarantième minute du documentaire visionnable intégralement ici 

« Dieu renforce l’Islam et les musulmans. Donne à qui soutient la religion, la victoire ! Et abats les idolâtres ! Et extermine les ennemis de la religion ! Continues à soutenir tous nos frères Moudjahidines [les soldats du djihad] . Allah hisse l’étendard du djihâd ! » extrait vidéo ici.

Pour en savoir plus sur les nombreuses mosquées radicales tolérées par le gouvernement, lire l’enquête ‘Mosquées radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit’, 300 pages, éditions DMM.

Un neuvième minaret en Normandie à Argentan, et trois autres à venir.


Après la mosquée de Rouen, celle d’Hérouville-Saint-Clair à côté de Caen, Argentan a maintenant sa grande mosquée avec minaret. L’association Annour informe de l’avancée du chantier sur sa page Facebook.

St-Valérien (89) : le maire écrit au préfet pour dénoncer l’islamisation de son village

Plus largement à l’échelle de la région Bourgogne, le FN réagit à la multiplication des mosquées radicales, formant 20% des lieux de culte musulmans de la région. Voir Infos-Dijon reprenant la liste détaillée. et France-Bleu.

Villefranche-de-Rouergue : le chantier de la mosquée débute sur un terrain offert par Les Républicains

Crédit photos : T-Tris Architecture

Lu dans La Dépêche du 19 février 2018 (extrait)

« À La Borie-des-Places (quartier de Villefranche-de-Rouergue), en mitoyenneté de l’agrandissement du cimetière, le chantier de la future mosquée a débuté. Après des travaux de terrassement et de préparation du terrain, menés à la fin de l’année dernière par la Sotrameca et dont nous avions rendu compte, l’entreprise de maçonnerie Cammisar a monté une grue et a coulé les fondations du bâtiment.

Rappelons que la commune a vendu le terrain (au prix de 14 €) à l’Association cultuelle et culturelle maghrébine (ACCM), qui porte le projet. Elle se retrouvait beaucoup trop à l’étroit dans la maison de la rue Valadier, transformée en mosquée depuis de nombreuses années. » Lire la suite

Lu dans La Dépêche du 3 mars 2016

« Le 29 septembre 2011, le précédent conseil municipal avait cédé à l’association cultuelle et musulmane maghrébine (ACCM) de la ville, un terrain d’environ 2 000 m² à la Borie des Places pour la construction d’une mosquée. Il était prévu que cette construction débute dans un délai de trois ans après la signature de l’acte de vente. »

Le maire de Villefranche-de-Rouergue depuis 2001 est le Républicain Serge Roques (Wikipedia)

D’après nos informations, les responsables de la mosquée sont marocains.

Le parti de Laurent Wauquiez est coutumier de ces aides locales aux mosquées, voir notre documentaire :

La mairie PCF de Nanterre valide l’agrandissement de la mosquée-école de Nanterre

La soeur de Mennel Ibtissem abonnée à la mosquée UOIF de Besançon

Le compte Twitter de la soeur de Mennel, « ma principale source d’inspiration » selon la chanteuse, est abonné au Centre culturel islamique de Franche-Comté (CCIFC), affiliée à l’UOIF, connue sous le nom de mosquée de Fontaine Ecu. Les prédicateurs fréristes de l’UOIF assurent les conférences dans cette mosquée, à l’instar de Hassan Iquioussen, pro califat (ses prêches ultras sont retranscrits ici) dont les conférences sont justement relayées compulsivement sur les comptes sociaux de Mennel. On retrouve aussi Larabi Cherbi , « professeur de charia » à l’école d’imâms de l’UOIF, l’IESH. « Diplômé en shari’a de l’université de Médine », Cherbi est, indique la mosquée, membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche et de l’Union Internationale des Savants Musulmans, deux institutions présidées par Youssef Al-Qaradawi qui prescrit de tuer les apostats, tuer les homosexuels et qui voit la Shoa comme un « châtiment divin » (biographie). Est également venu en conférence dans cette mosquée Moncel Zenati, autre pilier de l’UOIF. Pour Zenati, la charia est supérieure qualitativement aux lois humaines (droit positif) « La Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l’ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines. […] Le droit positif reflète l’imperfection de l’être humain et sa faiblesse » (Conférence « Qu’est-ce que la charia ? » du 12 avril 2014 à Paris). Il s’opposa vigoureusement  au « Forum mondial pour une réforme islamique » lancé par les musulmans réformistes Ghalib Bencheikh et le converti Félix Marquardt.

Le président du Centre Culturel Islamique de Franche-Comté, Khalid Jarmouni, a fomenté des manifestations contre l’interdiction du voile à l’école et a fait pression pour l’obtention de menus sans porc dans les cantines. Par ailleurs, il a réussi à créer des liens avec une petite association de femmes qui a le projet d’ouvrir la première école confessionnelle musulmane de Besançon, avec le soutien de l’UOIF.Lire la suite