Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mouvements islamistes

« 2.000 musulmans ont investi deux terrains du centre de formation du Tours FC »

Lu dans La Nouvelle République du 31 juillet 2020 :

Le coronavirus a poussé la communauté islamique de Touraine à s’adapter : ce vendredi 31 juillet, la prière de l’Aïd a été dite sur la pelouse d’un stade de football, à La Vallée du Cher. Près de 2.000 musulmans ont investi deux terrains du centre de formation du Tours FC pour le premier moment de partage de ces trois jours de fête.

Un rituel honoré à 8 h 30 dans le strict respect des mesures sanitaires. L’occasion, aussi, saisie par Salah Merabti, président de la communauté d’Indre-et-Loire, de rappeler que « si les travaux de la mosquée avaient été terminés comme prévu, nous aurions pu fêter l’Aïd dans nos murs et pas sur un terrain de football ».

Commentaire de l’Observatoire :

Salah Meratbi, est connu pour avoir mis une salle de prière à disposition de salafistes arrêtés en 2006 dans le cadre d’un coup de filet anti terroriste selon  Le Monde. , extrait de l’article :

« Entre le 20 novembre et le 5 décembre 2006, la police égyptienne a successivement arrêté onze, puis neuf islamistes français impliqués dans une filière terroriste. Ces coups de filet médiatiques ont occulté la neutralisation, le 20 octobre dernier, en Syrie, de trois djihadistes tourangeaux. Leur cas a retenu toute l’attention des Renseignements généraux et de la DST, car ils présentaient la spécificité de ne dépendre d’aucune filière terroriste et d’être arrivés à la frontière irakienne par leurs propres moyens.
Tout commence à Tours, en Indre et Loire. Moustapha El Sanharrawi, élève en classe “prépa” au lycée Descartes achève un parcours scolaire parfait. A la rentrée 2006, cet élève “discret et gentil” est admis à l’Ecole nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA), dépendant du… ministère de la Défense.
La famille El Sanharawi habite Tours depuis vingt ans. Le père est cardiologue au CHU de Blois. La mère, toute voilée de blanc, donne gratuitement des cours d’arabe aux défavorisés. Leur aîné est interne des hôpitaux en Ile-de-France. Leur deuxième garçon et leur fille sont également en médecine, à Tours. Le petit dernier est au collège.
Même s’il juge les imams trop modérés, Moustapha fréquente les mosquées officielles. Cependant, avec Nasr Eddine Berradja, un copain de collège devenu 
plombier, ils fréquentent aussi un groupe salafiste. Ils y rencontrent des radicaux, dont le chef du groupe, Abdelhamid Sakhi, 31 ans, d’origine algérienne, résidant également à Tours. Marié, père de trois enfants, il alterne périodes de chômage et petits boulots. Salah Merabti, président de la communauté islamique de Touraine, connaît Sakhi et met une salle à la disposition des salafistes.
 »source.

Nous avions évoqué la mosquée de Tours pour ses livres promouvant le djihâd disponibles en téléchargement..

La gauche finance le projet de mosquée sur argent public :

Lu dans Valeurs Actuelles du 15 mai 2014, page 35: 

« Fin 2013, malgré le fort endettement, le maire PS Jean Germain (suicidé depuis) a annoncé une subvention de 2,5 millions d’euros,en coopération avec la région, censée alimenter les activités culturelles et non cultuelles de la mosquée. L’arrivée d’un maire UMP, Serge Barbary, n’indique aucun revirement. Selon Chérifa Zazoua-Khames, adjointe au nouveau maire UMP en charge de la politique de la ville : « la subvention a été décidée en accord avec Philippe Briand, président UMP de la communauté d’agglomération et sera sans doute maintenue »

En revanche, trois bâtiments chrétiens (deux églises et une chapelle) menacés de destruction ou fermés pour « décrépitude » ne pourront pas, eux, compter sur le soutien des pouvoirs publics, qui en ont pourtant la charge ».

150 détenus en lien avec le terrorisme sortiront en 2022 : la sénatrice Goulet face à Dupond-Moretti

La séance des questions au gouvernement du mercredi 8 juillet n’a pas été une partie de plaisir pour les nouveaux ministres. A cet égard, le nouveau garde des sceaux Eric Dupond-Moretti est attendu au tournant sur la question des détenus « radicalisés ». La sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet, très au fait de ces questions, a formulé de graves interrogations quant au devenir de ce vivier terroriste dans nos prisons :

« Au Sénat nous avons toujours été très attentifs au sort des prisonniers notamment détenus pour cause de terrorisme et aussi des détenus radicalisés. Si nos décomptes sont exacts, plus de 150 d’entre eux sortiront de détention en 2022, auxquels s’ajoutent les 300 qui sont sortis jusqu’à maintenant. Ils sont d’ailleurs nombreux à avoir prêté allégeance à l’Etat Islamique, cette organisation qui recommande l’application de latakkyapar ses membres, c’est à dire de la dissimulation et de la fausse repentance. Statistiquement, un certain nombre d’entre eux tout juste sortis de prison, ont la détermination, à nouveau, de frapper notre pays et nos concitoyens. Madame Belloubet a toujours apporté sur ces questions des réponses rassurantes sur le suivi des détenus radicalisés. Des propos qui malheureusement sont restés un peu flou et qui ont manqué de moyens. Alors j’ai bien entendu que Monsieur le Premier ministre annonçait des moyens pour la justice ce matin, mais il va falloir faire avec ces moyens et vous avez vu le nombre de questions qui vous sont posés sur l’organisation de la justice. Donc avec la détermination qui vous caractérise quelles mesures comptez-vous prendre, notamment sur le suivi des détenus radicalisés, à la fois en prison et au moment de leur sortie »

Ce à quoi a répondu Eric Dupond-Moretti :

« Dans quelques jours vous savez que j’aurai l’occasion de revenir vers vous pour vous faire connaître la position du gouvernement sur la proposition de loi relative aux mesures de sûreté des sortants de prison radicalisés. » Donc il faudra patienter encore pour connaître le nouveau dispositif. Toutefois, le nouveau ministre de la Justice est revenu sur les chiffres : « Voici ceux qui m’ont été communiqués : 508 détenus condamnés pour terrorisme et 550 de droit commun suivi au titre de la radicalisation. 74 d’entre eux ont bénéficié des récentes mesures de libérations anticipées, il leur restait deux mois de prison à faire. »

Puis de rassurer : « Ces mesures post pénales sont au cœur de mes préoccupations. Nous aurons une discussion dans la contradiction et l’écoute mutuelle réciproque. Mais sachez que mon ministère est très proche de ces questions-là. »

Madame Goulet eut encore l’occasion de répondre : « je vous remercie monsieur le ministre. C’est vrai que dans quelques jours nous aurons le texte mais voyez-vous si ce texte a été déposé c’est que précisément il y avait des trous dans le dispositif depuis que les gens sortent et ne sont pas suivis. Douze ans sans jamais d’application du mécanisme de rétention de sûreté, et de surveillance de sécurité. Le suivi judiciaire à peine appliqué ! Nous avons besoin de ces mesures fortes. »

Les prochaines semaines seront donc à suivre pour enfin avoir des réponses claires quant aux mesures judiciaires qui seront adoptées pour contrer le fléau de la récidive chez les terroristes islamistes.

Clermont-Ferrand : armé d’un couteau, il menace et agresse des passants en hurlant « Allah Akbar »

Actu 17 du 7 juillet 2020 :

Un homme armé d’un couteau menaçait et agressait les passants dans les rues de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) lorsqu’il a été interpellé par la police.

INFO ACTU17. Le comportement de cet homme a semé la terreur dans les rues de Clermont-Ferrand ce lundi matin. Les policiers ont été alertés vers 11h10 par plusieurs appels qui évoquaient la présence d’un homme armé d’un couteau. Ce dernier menaçait les passants tout en hurlant« Allah Akbar ». Il se trouvait alors dans la rue du Port, au centre-ville.

(…) L’agresseur venait de mettre son couteau sous la gorge d’une femme, avant de la relâcher décrit une source policière. Pétrifiée, la victime qui n’a heureusement pas été blessée s’est vite réfugiée dans un restaurant.

Peu après, le suspect a exhibé son arme blanche devant un enfant de 8 ans qui se trouvait avec ses grands-parents.Lire la suite

Goussainville : Abdelaziz Hamida a oeuvré à la construction de la mosquée des Frères Musulmans

intérieur de la mosquée Essaima de Goussainville

Le franco-marocain Abdelaziz Hamida a été élu maire de Goussainville, commune de trente mille habitants située dans le Val d’Oise non loin de l’aéroport Charles-de-Gaulle.

Le journal L’Opinion en octobre dernier informait que le nouvel édile a beaucoup fait pour la nouvelle grande mosquée de la ville :

« Musulman, Hamida assume de l’être. L’homme de 43 ans fait « son vendredi ​» à la mosquée Essalam (« ​la paix ​»), en centre-ville. Avant 2011, il était au bureau de l’association cultuelle. Il a négocié avec le maire le terrain de la mosquée il y a dix ans, et a contribué à sa construction. « ​J’ai fait sortir les musulmans des caves ​», précise-t-il. »

« C’est la première personne à Goussainville dont l’épouse était entièrement voilée », a affirmé sur Sud Radio le médiatique policier Noam Anouar, lui aussi enfant de Goussainville. « Sa femme a retiré le voile intégral par la suite. »

Cette mosquée est membre de la fédération de mosquées « Musulmans de France » (ex UOIF), fondée par des Frères Musulmans revendiqués. Les prédicateurs invités sont très souvent liés à cette internationale islamiste.

Parmi les plus fameux d’entre eux Hani Ramadan, petit fils du fondateur des Frères Musulmans, qui plaide pour un jihâd en vue d’établir un état islamique :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Autre prédicateur invité par l’association Essalam, Walid Abdel Massoud, passé par l’école de charia des Frères Musulmans, l’IESH de Saint-Léger du Fourgeret dans la Nièvre (invité le 28 février 2016), ou encore Ismail Mounir en 2017, « surveillé par la police » informe le JDD. Egalement ancien élève de l’IESH,  Abdelmonaïm Boussenna fut invité en novembre 2016.

Boussenna a longtemps fréquenté la mosquée Al Imane de Lille dirigée par le président de l’UOIF Amar Lasfar, où il avait des responsabilités, avant d’être recruté comme imâm à Roubaix en 2016. Il est à noter qu’il est diplômé d’une université islamique d’Arabie Saoudite. Dans ses prédications diffusées sur Youtube, il prend la défense de Tariq Ramadan injustement calmonié selon lui[2], et s’entretient amicalement avec l’imâm salafiste de Brest Rachid El Jay (aussi signataire de l’appel à manifester) pour qui les femmes non voilées sont logiquement violées : « si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme là[3] ». Boussenna critique le libéralisme de Tareq Oubrou, et rappelle que « le voile est une obligation religieuse[4] ». Naturellement proche d’Ahmed Miktar, imâm de Villeneuve d’Ascq assumant son appartenance aux Frères Musulmans[5], de par sa proximité géographique, il s’entretient souvent avec lui. Dans un dialogue avec Miktar, ils présentent le « cheikh » Abu Bakr Djaber Al Jazairi (+2018) comme « un des exégètes que nous étudions[6] » alors qu’il est l’un des doctrinaires les plus extrémistes de la violence religieuse. Son livre d’exégèse auxquels les imâms font référence est La Voie du Musulman, qui préconise de se « préparer à l’art militaire offensif » car « Le jihad a pour finalité de prohiber toute autre adoration que celle de Dieu, l’Unique », d’interdire les édifications ou même les restaurations d’églises ! Le « jihâd est obligatoire au moins une fois par an » selon Jazairi, dont les ouvrages sont disponibles dans les grandes mosquées de l’UOIF.  Autre citation préparant les esprits au terrorisme : « Celui qui renie les décrets divins concernant la prière, le jeûne, le pèlerinage, l’obéissance aux parent ou le Jihad est un renégat (…) Peines infligées aux renégats: Durant trois jours, on incite le renégat à renoncer à sa croyance et à demander grâce à Dieu, s’il n’accepte pas, il est passible de la peine capitale[7]  ». Ce « savant » de référence pour les Frères Musulmans souhaite agonir l’Europe, dans son autre ouvrage La Doctrine du croyant, (éditions AlAzhar, 2016 ) Al Jazairi écrit :

« L’Europe connaitra un jour le pire malheur, et endurera la pire agonie pour ses crimes contre l’Islam, la religion d’Allah qui est aussi la sienne, car elle ne peut en avoir d’autres. Pour ce qui lui arrivera elle ne devra s’en prendre qu’à elle-même car Allah n’est pas injuste »

Un obscur prédicateur koweitien, pays connu pour financer les brigades djihadistes salafistes de Syrie, « Cheikh Fayçal », a été invité en juin 2015 :

Nous cherchons à obtenir des informations sur cette personne.

En complément lire L’entourage du maire musulman de Goussainville se positionne sur le génocide arménien, la burka, Erdogan, le rap anti français etc.

[2]https://www.youtube.com/watch?v=KBxQ-FlPTNs

[3]Citation issue d’une conférence intitulée « 30 Minutes Pour te convaincre de mettre le Hijab » mise en ligne sur Dailymotion en juin 2012

[4]https://www.youtube.com/watch?v=vDH4kWUVG1E&t=605s

[5]« J’aimerais que (…) la renaissance islamique souhaitée par ma chère Confrérie des Frères Musulmans se réalise avec mon aide. » http://ahmedmiktar.eklablog.com

[6]https://youtu.be/Lp0YYmveekA?t=362

[7]Abou Bakr El Jazairi, La Voie du Musulman, Albouraq, 2014

Mohammed, policier belge qui a renseigné le coordinateur des attentats de Paris et Bruxelles

Lu dans La Dernière Heure du 19 juin 2020

Il y avait une taupe à la police, une grosse taupe qui informait en direct le frère du principal coordinateur des attentats de Paris et Bruxelles. Dans la période des attentats, ce policier belge a eu 200 contacts avec Yassine Atar, le frère d’Oussama Atar. Il lui a fourni les informations policières qu’il demandait, et même sur ce que la police savait des frères El Bakraoui qui préparaient les attentats de Zaventem et du métro Maelbeek.

Ce policier vient d’éviter le pire : de façon inespérée pour lui, ses conseils Sven Mary et Romain Delcoigne ont pu lui éviter de devoir retourner en prison. Si la cour d’appel de Bruxelles l’a condamné mercredi à 50 mois d’emprisonnement, Mohammed S. a obtenu le sursis pour ce qui excède la détention préventive.

L’ex-inspecteur de la zone de police Bruxelles Nord ne se bornait pas à informer des gens qui préparaient les attentats. Il informait des suspects sur des enquêtes en cours. Quand les collègues arrivaient, tout avait été nettoyé, il n’y avait plus rien à trouver. Comme il travaillait au dispatching en tant qu’opérateur, on l’a même suspecté d’avoir modifié l’angle d’une caméra braquée sur le domicile d’un suspect, pour saboter l’observation. Source

Occupation de la mosquée de Poitiers (dont le nom est dédié aux djihadistes de 732) : le procès reprend à l’avantage des Identitaires

Les émeutes urbaines justifiées par la galaxie frériste en France

Récupérer, canaliser et orienter la colère mal placée de certains jeunes d’origine africaine vers une adhésion aux valeurs islamistes semble être une des stratégies de l’avant-garde des Frères Musulmans en France.

Dans le média d’extrême gauche subventionné Le Bondy Blog,plusieurs associations comme le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qui invitait Tariq Ramadan dans ses galas, les syndicats SUD, CGT et le mouvement ATTAC, ont signé une tribune commune le 24 avril intitulée : « La colère des quartiers populaires est légitime » se référant aux émeutes urbaines en cours (avec attaques de postes de police à Champigny et Strasbourg). 

Extrait : « Les discriminations racistes, déjà insupportables, sont renforcées par l’impunité policière et les violences et humiliations se multiplient dans les quartiers populaires. On peut y ajouter le couvre-feu discriminatoire imposé aux habitant·es de ces quartiers par la ville de Nice. Ces injustices flagrantes sont documentées, nul ne peut les ignorer.

Alors nous le disons très clairement : nous refusons de renvoyer dos-à-dos les révoltes des populations dans les quartiers populaires et les graves et inacceptables violences policières qui les frappent.

Nous n’inversons pas les responsabilités et nous le disons tout aussi clairement : ces révoltes sont l’expression d’une colère légitime car les violences policières ne cessent pas. »

Le CCIF fut fondé par Samy Debah, qui fut piégé par un journaliste d’investigation se faisant passer pour un mécène du Qatar voulant financer les Frères Musulmans, ce qui séduisit le fondateur affirmant avoir déjà reçu de l’argent de cet émirat. Le Canard enchaîné affirme dans un article publié le 17 août 2016 que le CCIF a défendu des imâms expulsés pour radicalisme. 

Faire passer le message que les émeutiers ont une colère légitimée par les discriminations, voire persécutions qu’ils subiraient, est le mot d’ordre commun à plusieurs officines et personnalités de la galaxie frériste en France. La militante Feiza Ben Mohamed, pigiste à l’agence turque Anadolu, écrit le 22 avril : « Les quartiers populaires s’embrasent. Le confinement met clairement en lumière les constantes discriminations et violences subies et la colère qu’elles génèrent, depuis des décennies #VilleneuveLaGarenne . »

Cette dernière référence à cette ville des Hauts-de-Seine est révélatrice, car les émeutes ont démarré suite au délit de fuite d’un multirécidiviste déjà condamné 14 fois, notamment pour infractions à la législation sur les stupéfiants, refus d’obtempérer, violences aggravées, extorsion. L’homme qui s’est cassé la jambe sur la portière d’une voiture de police,est également sous contrôle judiciaire depuis le 16 mars pour menaces de mort avec un hachoir et a déjà été verbalisé trois fois pour non-respect des règles du confinement. 

Le média Islam et Infos écrit de son côté sur Twitter« Les révoltes des jeunes de quartiers de minorités musulmanes ou visibles continuent partout en France. Elles font suite à la multiplication des exactions policières contre des innocents de ces territoires stigmatisés et non à la dernière affaire. #VilleneuveLaGarenne #Revolte »

Le média IslamMag.fr relaie aussi les messages s’offusquant des « violences policières ».

C’est donc en compréhension pour les « discriminations » supposées envers cette « victime » et ses semblables que les islamistes légitiment les insurrections locales de jeunes magrébins réagissant à l’accident du motard délinquant qui roulait trop vite et ne voulait pas s’arrêter à la demande de la police.

Ce positionnement consistant à mettre de l’huile sur le feu pour fomenter une véritable guerre contre les forces de sécurité française n’est pas nouvelle. En 2009, déjà, un des leaders intellectuels de la mouvance frériste, Nabil Ennasri, avait publié un texte enflammé suite à la relaxe d’un policier ayant tué un cambrioleur arabe en délit de fuite. Son article paru sur Oumma.com intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? » se terminait par cette phrase :

 « Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

Issu de l’école de charia des Frères Musulmans en France, l’IESH, Nabil Ennasri a obtenu un doctorat avec une thèse intitulée« Yûsuf al-Qaradhâwî et la politique étrangère du Qatar : une diplomatie religieuse ? ». Après avoir fait du lobbying pro Qatar durant des années, il a fondé un institut de formation à l’islamisme nommé Centre Shatibi qui organise des « week-end spirituels à l’IESH ».

Les mosquées turques en France multiplient les appels amplifiés à la prière

Adhan à Strasbourg dans la mosquée du Milli Gorus le 3 avril dernier.

Depuis deux semaines, les provocations sonores se multiplient dans les mosquées gérées par la diaspora turque pour leur majorité. Suite au précédent de la Grande Mosquée de Lyon de tendance frériste qui la première a lancé un adhan par le muezzin au prétexte d’une solidarité avec les soignants, les turcs se sont empressés de leur emboiter le pas après avoir observé le laissez-faire des pouvoirs publics. 

Ainsi, en Alscace, à Bischwiller, commune surnommée « la ville des turcs » par les alsaciens, la mosquée Yunus Emre a émise un appel sonore à la prière entendu des centaines de mètres à la ronde, comme l’atteste une vidéo d’un riverain étonné.

A Strasbourg, la mosquée Eyyup Sultan des extrémistes du Millî Görüş, pourtant encore en chantier, a dépêché son muezzin pour lancer également un appel sonore dans la mosquée provisoire au centre de la cour.

A Annonay en Ardèche, la mosquée turque n’a pas de minaret mais cela ne l’a pas empêché  d’installer une sonorisation puissante pour que tout le quartier subisse l’adhan. L’association cultuelle des musulmans d’Annonay (ACMA) gère cette mosquée, affiliée aussi au Millî Görüş.

A Valentigney, le compte Facebook de la mosquée turque a relayé l’appel amplifié à la prière venant d’un balcon. Donc on peut en conclure que la mosquée n’a pas voulu « en faire trop » en installant le système amplifié dans son enceinte pour préférer une légère délocalisation dans un appartement difficilement identifiable. La mosquée turque Selmiyye Camii est située 6 rue des Combottes à proximité du quartier sensible des Buis à Valentigney. Elle est affiliée au DITIB ( gouvernement turc) et son imâm est détaché par la Turquie. L’association de l’amicale des amis turcs et français est le nom de l’établissement dirigeant.

A Colmar la mosquée Ennasiha a diffusé également l’appel à la prière, de manière à médiatiser l’événement. Un compte twitter d’un turc a diffusé une vidéo de cet appel amplifié où on voit un caméraman de la mosquée filmer la scène méthodiquement. « La municipalité a autorisé » informe en turc celui qui a diffusé la vidéo. Mais la mosquée est gérée par des maghrébins, et entretient d’excellentes relations avec la candidate La République en Marche Stéphanie Villemin qui s’y est rendue le 1er mars dernier dans le cadre de sa campagne électorale.

Progression constante des islamistes turcs en France : l’ assemblée générale du Millî Görüş fait le point

Le mouvement est autorisé à construire des mosquées ottomanes géantes comme à Strasbourg, Roubaix et Vénnissieux.

Le 21 octobre 2019 se tenait à Paris le congrès du mouvement islamiste turc Millî Görüş. Enregistré intégralement par le média turc MIZANE, son visionnage nous permet de saisir la dynamique de l’organisation à travers la France.

Ce mouvement fut fondé en 1969 par l’ex Premier ministre turc Necmettin Erbakan (mort en 2011) qui voyait l’Europe comme une terre de conquête. « Les Européens sont malades… Nous leur donnerons les médicaments. L’Europe entière deviendra islamique. Nous conquerrons Rome. » avait-il prévenu. Grand ami des Frères Musulmans, Erbakan attira à son enterrement les pontes de la confrérie islamiste dont Rached Ghannouchi qui évoqua la perte d’un «grand frère ». Car le projet est similaire entre les deux mouvements siamois : rétablissement à long terme d’un califat politique basé sur une Loi islamique, qui pourra s’établir par l’épée si nécessaire.

Son secrétaire général en France, Fatih Sarikir, a développé les chiffres clés de l’organisation en termes de fidèles, d’adhérents, de nombre d’associations liées et de mosquées.Lire la suite

« Le Coronavirus est un soldat d’Allah qui a frappé les 50 états américains » Imâm du Hamas – sermon du vendredi

Voir la vidéo ici

Vendredi 20 mars 2020, un jour avant que deux cas d’infection à COVID-19 ne soient confirmés dans la bande de Gaza, l’imam de Gaza, Jamil Al-Mutawa, a déclaré dans un sermon à la Mosquée Blanche à Gaza que le COVID-19 est un « soldat » d’Allah, qui a gravement touché les États-Unis, Israël, l’Iran, l’Italie et la Chine, tout en épargnant les Palestiniens et les Gazaouis. Prétendant qu’il y a une nouvelle victime de COVID-19 toutes les huit minutes en Iran et en Italie, Sheikh Al-Mutawa a prié Allah de continuer à déchaîner le virus contre ces personnes qui soutiennent « l’Accord du siècle » sur la question palestinienne.  Il a dit: « Regardez comment quiconque manigance contre la mosquée Al-Aqsa est brisé en miettes … C’est la grandeur d’Allah! » Le sermon a été diffusé sur la chaîne de télévision Al-Aqsa du Hamas à Gaza.

Page 1 sur 2312345»1020...Dernière »