Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

État Islamique

Après l’EI, l’espérance contagieuse de l’archevêque de Kirkouk en Irak

Conférence de Monseigneur Yousif Thomas Mirkis du 16 novembre 2017 à Paris. Ce dominicain maitrisant parfaitement le français évoque ses projets mobilisateurs pour les irakiens de toutes confessions, dont l’institut universitaire créé de toute pièce qui se hisse déjà à la première place dans cette grande ville pétrolifère du nord de l’Irak. Les élèves yézidis et musulmans lui sont reconnaissants, et des élèves chrétiens ne veulent pas suivre leurs parents ayant pourtant obtenus le statut de réfugié en Europe ! Un formidable message d’espoir, relayé par l’association Fraternité en Irak qui réhabilite actuellement deux-cent logements , et peut être bientôt plus grâce à votre aide ! Mobilisons nous sur http://fraternite-en-irak.org

Un rennais de l’EI en pleine taqîya lors d’une interview avec France 2


Il assure ne pas avoir pris les armes pour l’organisation Etat islamique. Une équipe de France 2 a rencontré un jihadiste français, originaire de Rennes (Ille-et-Vilaine), détenu par les forces kurdes en Syrie. Soupçonné d’avoir combattu pour le groupe terroriste, l’homme de 38 ans a été arrêté au nord de Raqqa en juillet dernier. Lui nie, dans un reportage diffusé jeudi 26 octobre. « Je n’ai commis aucune exaction, aucun combat, aucun entraînement », affirme-t-il. Source: France 2

Mentir aux infidèles pour sauver les intérêts de la communauté est permis. Outre la dissimulation légale (taqîya), d’autres outils sont possibles :

  • Le principe de tawriya, qui peut être défini comme l’ « inventivité dans l’art du mensonge », stipule qu’il est licite de rompre l’intention d’un serment alors que n’est pas rompue la lettre du serment[1].
  • La notion de kitman: un croyant peut ne dire qu’une partie de la vérité, ce qui revient à tromper en déformant licitement le réel.
  • La notion de muruna, ou le fait de « faire usage de flexibilité » pour se fondre dans le camp ennemi et dans son entourage afin de l’infiltrer et de le tromper.

[1] CF. Naqib al-Misri, Ahmad Ibn, The Reliance of the Traveler: A Classic Manual of Islamic Sacred Law, trans. Nuh Ha Mim Keller (Beltsville, MD: Amana, 1997), sec. 8.2, p. 1232. Ce manuel de jurisprudence Sunnite recommandé par Al-Azhar dans son edition anglaise comporte une partie destinée aux ruses et tromperies en contexte guerrier.

Un quart des djihadistes français touchaient encore des allocations alors que l’état les savait en Syrie

Georges Brenier (Service Police TF1) : «Salim Benghalem, qui est l’un des bourreaux de DAESHet qui est aussi l’un des cerveaux présumés des attentats de l’Hypercasher et de Charlie Hebdo, a touché des mois entiers, après son départ en Syrie, des allocations familiales pour 12 485€/an. Ismaël Mostefaï, l’un des tueurs du Bataclan, recevait 290€/mois pendant qu’il décapitait des otages devant une caméra. Dernier exemple sidérant, Jean-Michel Clain touchait 11 095€/an d’aides sociales quand il est arrivé en Syrie pour y commanditer les attentats du 13 novembre. On estime qu’environ un quart des Djihadistes français ont ainsi bénéficié des largesses de l’Etat. Il a fallu chaque fois que les services anti-terroristes alertent l’administration pour que le robinet des allocations soit définitivement coupé une bonne fois pour toutes.»
– TF1, 26 octobre 2017, 20h00

Syrie : « Des villages chrétiens entiers ont été rayés de la carte » (Docu FR24)

Syrie : le cauchemar des chrétiens de la vallée du Khabour. Une émission de France 24 diffusée en septembre.

Le magazine de l’EI pousse à réaliser des enlèvements en Europe

Après les mystérieux enlèvements de Maëlys et de Laurent Gross, capitaine de l’armée (toujours bien évalué et équilibré psychiquement) et disparu depuis le 1er août, on ne peut écarter l’hypothèse d’enlèvements à caractère islamiste. La dernière livraison de l’été (n° 11) de Rumiya, magazine de propagande de l’État Islamique (EI) qui appelle à la guérilla urbaine dans tout l’Occident. En voici des extraits: Lire la suite

Un franco-tunisien pour remplacer le calife Al-Baghdadi ?

Abou Bakr Al-Baghdadi prêchant en 2014 dans une mosquée de Mossoul.

Article de Joachim Véliocas pour Boulevard Voltaire du 19 juillet :

Un mois de juillet chargé pour ceux qui s’intéressent à l’actualité du Proche-Orient : les dernières poches du groupe État Islamique dans Mossoul viennent de tomber, et le « calife » autoproclamé Abou Bakr Al-Baghdadi est probablement mort. Les services de renseignement tentent actuellement de prouver que les informations de l’OSDH et de la chaine irakienne Al-Sumaria sont justes.

Si tel est le cas, ce serait un revers stratégique pour l’organisation, réduite à peau de chagrin (moins de 5000 hommes contre 30.000 il y a trois ans) et ne contrôlant plus que quelques bourgades mineures hormis encore la moitié de Rakka. L’attraction d’Al-Baghdadi réside dans le fait qu’il soit diplômé d’un doctorat en sciences islamiques, ce qui en impose aux jeunes musulmans qui, surtout en Europe, ne peuvent matériellement se lancer dans ce types d’études longues et couteuses, car non prises en charge par les sociétés européennes. Le fait d’être irakien et, dit-on, descendant de la même tribu Quraychite de Mahomet, achève de poser l’homme devant les médiocres arabisants salafistes en France, compensant leurs lacunes en « sciences islamiques » par une panoplie vestimentaire. Lire la suite sur Boulevard Voltaire.

Attaques de l’EI: Gilles Képel s’interroge sur les « mauvaises appréciations tragiques » des magistrats

L’islamologue Gilles Képel était interrogé par Alexandre Devecchio dans Le Figaro du 22 avril 2017 (extrait) :

 » A.Devecchio : Est-ce seulement une question de moyens? Les juges ont-ils aussi une part de responsabilité?

G.Képel: Le nombre de places de prison est insuffisant. On ne peut avoir aucune politique pénitentiaire quand les détenus sont trois ou quatre dans des cellules prévues pour deux. Ces nouvelles places doivent être pensées avec l’enjeu particulier de la propagation du djihadisme en prison, qui est l’un des grands défis sécuritaires de notre société. Il faut également travailler sur la formation des magistrats. Je constate qu’il y a chez eux une prise de conscience. Cependant, ils ont besoin d’un important travail de mise à niveau sur ce sujet. Il faut se rappeler que Larossi Abballa, le tueur des policiers de Magnanville le 13 juin, comme Adel Kermiche, le tueur du père Jacques Hamel le 26 juillet, ont commis leurs actes alors qu’ils venaient d’êtres libérés par anticipation pour bonne conduite et réinsertion possible. Il y a eu là de mauvaises appréciations tragiques. » Interview intégrale.

Europol alerte sur la menace terroriste en Europe dans un rapport du 2 décembre

Capture d’écran 2016-12-05 à 17.30.21Lu sur Russia Today du 2 décembre:

« Voitures piégées, armes chimiques et bactériologiques, instrumentalisation des réfugiés syriens, infiltration des pays européens par des militants djihadistes… Europol a produit un document faisant état des menaces majeures engendrées par Daesh. 

Un rapport intitulé Changement dans les modus operandi de l’Etat islamique publié par le Centre européen antiterroriste d’Europol tire la sonnette d’alarme sur les risques majeurs que vont devoir affronter les pays membres de l’UE face à Daesh.

«Selon les estimations de certains services de renseignement, plusieurs dizaines de personnes sous les ordres de Daesh pourraient se trouver actuellement en Europe avec la capacité de commettre des attaques terroristes», a indiqué Europol dans son rapport paru le vendredi 2 décembre.

L’organisme de coordination des polices européennes y souligne que les terroristes de l’Etat islamique pourraient avoir recours à des voitures piégées en Europe. Europol est formel sur la menace : «les modes opératoires utilisés au Moyen-Orient ont tendance à être copiés par les terroristes en Europe… il est tout à fait concevable que Daesh les utilisera à un moment».

Le rapport d’Europol note par ailleurs que l’accès à des armes à feu automatiques, en particulier dans les pays voisins de l’UE comme l’Ukraine ou les pays des Balkans, «pourrait conduire à un nombre important d’armes disponibles via le marché noir et pourrait représenter une menace considérable dans un avenir proche».

Armes chimiques et 5e colonne 

Le rapport de l’organisme de coordination des polices européennes rappelle que «l’Etat islamique est connu pour avoir utilisé du gaz moutarde en Syrie et serait capable de produire ce gaz lui-même».

Selon Europol, Daesh aurait mis la main sur du personnel ayant participé au projet irakien d’armement, ainsi que sur des entrepôts irakiens et libyens d’armes chimiques. Lire la suite sur Russia Today

Lire le rapport

Encore 700 dijhadistes « français » en Syrie et 1452 passeports syriens volés par l’EI (JDD)

b_1_q_0_p_0

Ces deux informations sont parues dans le très prudent Journal du Dimanche du 13 novembre 2016. Sur les 2000 islamistes ayant quitté la France pour aller combattre en Syrie, 700 y seraient encore selon le renseignement français…et pourraient revenir s’ils ne l’ont pas encore fait pour « constituer une cinquième colonne » affirme une source du JDD. Autre information tout aussi inquiétante : la France empêche les djihadistes en herbe de quitter notre territoire pour rejoindre la Syrie. Plus de 200 interdictions de quitter le territoire ont été formulées, et ce ne sont que les cas repérés. Une erreur stratégique car on se souvient, que, faute d’avoir pu rejoindre la Syrie, un canadien islamiste a commis une attaque en octobre 2014 à Ottawa. Le passeport syrien étant le sésame pour être accueilli en tant que demandeur d’asile, il est utilisé par les soldats de l’EI pour venir sur notre sol, ainsi que l’ont fait des assaillants du 13 novembre 2015. Les 1452 passeports vierges sont issus d’un stock saisi par l’EI à Raqqa en 2013.

Ainsi, il faut se préparer psychologiquement à de nouvelles attaques. D’autant que des centaines de mosquées radicales fournissent le matériel idéologique aux jeunes musulmans pour justifier le djihad offensif, ainsi que l’enquête Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM) le prouve.

« Des djihadistes français partout » à Mossoul selon un dentiste exfiltré

Page 1 sur 41234»