Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

État Islamique

Un communiquant de Etat Islamique acculé: « Quel est notre crime? On veut juste appliquer la Charia »

13 mars 2019 (NOVOpress)
L’étau semble se resserrer autour de Baghouz, cette poche encore tenue par le groupe Etat islamique. Les combattants des Forces démocratiques syriennes ont engagé dimanche un assaut contre cette ville dans l’est de la Syrie. Et ce mardi, près de 2000 personnes se seraient rendues.

Des images présentées comme ayant été filmées à Baghouz, ont été publiées ce lundi sur les réseaux sociaux. On y entend un homme, Abu Abd al-Azeem, militant du groupe Etat islamique déclarer ceci :

Quel est notre crime ? Qu’est-ce qu’on a fait de mal ? Pourquoi est-ce qu’on nous bombarde ? Pourquoi le monde entier est contre nous ? Qu’est-ce qu’on a fait de mal ? Pourquoi sommes-nous assiégés ? Pourquoi le monde entier reste-t-il silencieux ? Quel est notre crime ? Ce qu’on veut, c’est appliquer la Charia, la loi de Dieu. Si Dieu le veut, demain, nous serons au paradis. Et eux, nos ennemis iront brûler en enfer.

Dans sa débâcle l’Etat islamique décapite 50 esclaves sexuelles yézidis de plus

Lu dans Le DailyMail du 23 février, traduction par Fdesouche.com :

Les troupes d’élite du SAS ont trouvé les têtes coupées de 50 esclaves sexuelles assassinées sans pitié par des combattants de l’État islamique alors qu’elles menaient l’assaut contre le dernier bastion du groupe terroriste

Les djihadistes ont décapité des dizaines de femmes yézidis et ont jeté les têtes dans des poubelles.

Les forces spéciales britanniques ont fait cette horrible découverte lorsqu’elles sont entrées dans Baghouz, la ville assiégée sur les rives de l’Euphrate, dans l’est de la Syrie.

Cette découverte fait suite à une bataille acharnée au début du mois, au cours de laquelle les soldats du SAS ont tiré 600 obus de mortier, forçant l’ennemi à s’engager dans un réseau de tunnels sous la ville en ruines.

Plus de 100 djihadistes ont été tués pendant la bataille. Deux soldats britanniques ont été blessés, mais ni l’un ni l’autre n’ont subi de blessures mortelles.

Une source a déclaré au Mail on Sunday : « À l’heure de la défaite, la cruauté des djihadistes n’a pas de limites. Ils ont lâchement massacré ces femmes désespérées comme dernier acte de perversité et ont laissé leurs têtes coupées derrière eux pour que nous les trouvions. La motivation d’un tel acte écœurant dépasse l’entendement pour tout être humain normal. »

[…]

Turquie: arrestation de deux françaises soupçonnées d’être en lien avec l’EI

Le père de Chérif Chekatt (fiché S) s’exprime : son fils adhérait aux thèses de l’EI

Sorti libre de garde à vue, Abdelkrim Chekatt, le père du terroriste de Strasbourg (Bas-Rhin), s’exprime pour la première fois. […] Le père du terroriste décrit son fils comme quelqu’un qui défendait les thèses du groupe Etat islamique.

Arrestation d’une famille syrienne au Mans pour diffusion de vidéos de l’Etat Islamique

Lu sur France Info :

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris et confiée à la DGSI. 

Sept membres d’une famille d’« origine syrienne » ont été interpellés, mardi 30 octobre, au Mans (Sarthe) dans le cadre d’une enquête antiterroriste après la mise en ligne de vidéos d’allégeance au groupe Etat islamique, a appris franceinfo de source proche du dossier, confirmant une information du Maine Libre. Ils ont été placés en garde à vue, indique une source judiciaire. 

Cette enquête préliminaire a été ouverte du chef d' »association de malfaiteurs terroristes formée en vue de commettre des crimes d’atteintes aux personnes », par le parquet de Paris. Elle a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieur (DGSI). Elle concerne la mise en ligne de vidéos mettant en scène un individu prêtant allégeance à l’État islamique

« Il ne s’agit pas à ce stade d’un projet d’attaque, a indiqué une source proche du dossier à l’AFP. L’enquête doit déterminer qui est l’individu qui prête allégeance à l’EI sur ces vidéos. »

Youtubeur aux 103K abonnés, Mamadou Segpa, en lien avec l’Etat Islamique

Sa chaîne Youtube est toujours en ligne.

Extrait du Figaro de ce mardi 30 octobre 2018:

« Le youtubeur Omar C. se retrouvera une nouvelle fois ce mardi devant les juges pour son procès qui s’ouvre devant la cour d’appel de Paris. Le 1er décembre 2017, il avait été condamné à 5 ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste, mais le parquet avait fait appel de cette décision. Habitant de Mantes-la-Ville, dans les Yvelines, il était poursuivi pour avoir caché à la police une vidéo annonçant l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray le 26 juillet 2017, après avoir échangé avec des membres de l’Etat islamique (EI). Lire la suite

Prise d’otage à la gare de Cologne : l’auteur se revendique de l’EI

[Extraits de la conférence de presse de la police de Francfort]

Miriam Brauns, responsable adjointe de la police, n’exclut pas un attentat terroriste […]

Une jeune fille de 14 ans a été blessée par un cocktail Molotov.

[…] l’auteur présumé est allé ensuite dans une pharmacie, il s’y est retranché avec une otage ainsi qu’avec des accélérateurs de feu et des cartouches bleues de camping-gaz […] Selon les informations données par un porte-parole, l’homme aurait déclaré qu’il appartenait à la milice terroriste Daesh.

Dans la partie arrière de la pharmacie, on a retrouvé un titre de séjour de la ville de Cologne indiquant « Tolérance » jusqu’en 2021.
[Les personnes « tolérées » ont été déboutées du droit d’asile , mais sont autorisées, pour divers motifs, à demeurer en Allemagne]. Selon ce document, il s’agit d’un homme de 55 ans venant de Syrie. L’homme aurait déjà commis plusieurs délits et serait à Cologne depuis 2016. […]

Selon les pompiers, l’otage présente des blessures de moyenne gravité.

(Traduction Fdesouche)

Source

Lisieux : un réfugié politique irakien soupçonné d’avoir été un cadre de Daech arrêté en France pour « crimes contre l’Humanité »

Lu sur LCI du 7 juin 2018 :

D’après nos informations, un Irakien qui avait obtenu le statut officiel de réfugié en France été incarcéré pour avoir supposément joué un rôle clef dans l’organigramme de Daech dans son pays natal. Bourreau présumé, il est également poursuivi pour « crimes contre l’Humanité ». Une première pour les services anti-terroristes français. L’Etat vient de lui retirer son statut de réfugié.

C’était depuis de longs mois l’une des craintes des services de renseignement français : des terroristes infiltrés dans les rangs des réfugiés venus d’Irak et de Syrie ces dernières années. Une crainte qui n’était pas infondée à en voir le profil d’Ahmed H. Cet Irakien âgé de 33 ans a été interpellé le 6 mars dernier à l’aube à son domicile de Lisieux dans le Calvados par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure).

Les enquêteurs le soupçonnent d’avoir été dans son pays un cadre local de Daesh, mais aussi d’avoir joué un rôle important dans l’un des pires massacres perpétrés par l’organisation terroriste : la tuerie de la base militaire « Speicher » à Tikrit en juin 2014. 1700 jeunes recrues de l’armée irakienne avaient été exécutées.

Aux yeux des autorités irakiennes, Ahmed H. est tout sauf un inconnu : il aurait été « l’administrateur » de la région de Samara pour le compte de l’EI. Ancien membre supposé d’Al-Qaida, il aurait – toujours d’après les services irakiens – rejoint les rangs de Daesh en 2014, avant d’en devenir un de ses chefs locaux. Le père de famille aurait même activement participé à l’un des pires massacres commis dans le pays : l’exécution de 1.700 jeunes recrues militaires en juin 2014 à Tikrit dans le Camp « Speicher ».

Sur l’implantation croissante du salafisme à Lisieux lire notre article d’archive. Qui explique peut-être le choix de ce point de chute pour Ahmed.H.

Marwan Muhammad a défendu les salafistes de Ana Muslim, dont un prédicateur était Adrien Guihal, la voix de l’Etat Islamique

Lu dans l’essai Le combat vous a été prescrit (éditions Stock,2018) des spécialistes de l’islam Romain Caillet et Pierre Puchot :

Adrien Guihal, est  l’homme qui revendiquait les attentats de l’Etat islamique en français en prêtant sa voix à la radio de l’organisation terroriste. Il donnait des cours de religion sur ce même média, après en avoir donné pour l’association salafiste française Ana Muslim. Il a été arrêté le 17 mai 2018 par les force kurdes en Syrie.

Pourtant, deux ans avant cette défense par le fondateur du CCIF, il était condamné pour association de malfaiteurs à visée terroriste :

Dès 2012, bien avant que Marwan Muhammad prenne la défense de l’ association Ana Muslim (2014), Adrien Guihal était interpellé lors de la perquisition d’un groupe à visée terroriste.

Quel est le lien entre @_MarwanMuhammad (l’ancien directeur @ccif qui propose une « consultation des Français musulmans » et dont @lemondefr a publié la tribune) et Adrien Guihal, le djihadiste de l’État Islamique récemment arrêté par les forces kurdes en #Syrie ?

A dérouler 👇 pic.twitter.com/JHNmdfHR93

— Philippe Vardon (@P_Vardon) 30 mai 2018

Les djihadistes revenants d’Irak et de Syrie seront presque tous libérés avant dix ans

Le Centre d’analyse du terrorisme (site) vient de publier le 25 mai 2018 un rapport intitulé « La justice pénale face au terrorisme, le traitement judiciaires, des filières sirop-irakiennes (2014-2017) » téléchargeable ici. 

« Le Centre d’Analyse du Terrorisme (CAT) estime que depuis janvier 2013, 980 français ou résidents ont manifesté des velléités de départ vers la zone syro-irakienne tandis que 1269 individus dont 538 enfants seraient toujours présents en Syrie et en Irak et que 335 sont revenus en France (dont 258 majeurs et 77 mineurs). »

Extrait du rapport :

« Début janvier 2018, 12 revenants jugés entre 2014 et 2017 ont théoriquement déjà été libérés. Sur l’ensemble des revenants jugés, 45% d’entre eux soit 37 personnes auront purgé leur peine d’ici 2020. 44% des individus, soit 36 personnes, auront purgé leur peine entre 2021 et 2023 ; les 11% restant concernent 9 individus qui auront purgé leur peine après 2023. »

La peine maximum a été infligée aux hommes de la famille Garrido qui s’illustrèrent sur une vidéo de l’Etat Islamique en brûlant leur passeport, et en appelant les musulmans en France à commettre des attaques terroristes : seulement 15 ans de prison, alors qu’il serait plus prudent d’enfermer à vie ces islamistes qui ne renieront sans doute jamais leur foi.

La France, par le laxisme de sa justice, va devoir se préparer à affronter un futur sanglant. 

Observatoire de l’islamisation, mai 2018.

Page 1 sur 512345»