Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Mouvements islamistes

Le migrant menace le personnel du centre d’accueil de Saint-Beauzire (63) : «je suis Daesh, je suis Taliban»

Lu dans La Montagne du 22 novembre :

Après son passage par le centre d’accueil et d’orientation de Saint-Beauzire, en Haute-Loire, un réfugié Afghan a été condamné à cinq mois de prison ferme pour « apologie publique d’un acte de terrorisme ».
Où est le prévenu ? Absent. D’après les magistrats ponots, il serait en Suède. En France, le réfugié Afghan n’est plus le bienvenu. Le tribunal correctionnel du Puy en a décidé ainsi. Dans l’après-midi de mardi, il l’a condamné à une peine de cinq mois de prison ferme pour « apologie publique d’un acte de terrorisme ».

Les faits se sont déroulés le 14 juillet dernier. Le jeune homme de 25 ans était hébergé à l’époque au centre d’accueil et d’orientation de Saint-Beauzire, en Haute-Loire. Ce jour-là, un bus avait été affrété pour permettre aux réfugiés d’assister à un spectacle. Mais le nom du prévenu n’étant pas sur la liste des inscrits, l’animateur du centre lui a refusé l’accès au véhicule. Le jeune Afghan l’a très mal vécu. « Il s’est mis en colère, a pris l’animateur par le bras et l’a poussé en lançant : je suis Daesh, je suis un Taliban », relate le président du tribunal. La victime a été choquée plus qu’elle n’a été blessée.

La mosquée de Sartrouville à nouveau fermée par le préfet

Lu sur France Bleu du 20 novembre :

La mosquée du quartier des Indes à Sartrouville (Yvelines) venait de rouvrir après la fin de l’état d’urgence. Elle a de nouveau été fermée samedi par les autorités pour propagation d’idéologie radicale, a annoncé lundi la préfecture des Yvelines. La durée de la fermeture est de six mois.Lire sur France Bleu

Après l’EI, l’espérance contagieuse de l’archevêque de Kirkouk en Irak

Conférence de Monseigneur Yousif Thomas Mirkis du 16 novembre 2017 à Paris. Ce dominicain maitrisant parfaitement le français évoque ses projets mobilisateurs pour les irakiens de toutes confessions, dont l’institut universitaire créé de toute pièce qui se hisse déjà à la première place dans cette grande ville pétrolifère du nord de l’Irak. Les élèves yézidis et musulmans lui sont reconnaissants, et des élèves chrétiens ne veulent pas suivre leurs parents ayant pourtant obtenus le statut de réfugié en Europe ! Un formidable message d’espoir, relayé par l’association Fraternité en Irak qui réhabilite actuellement deux-cent logements , et peut être bientôt plus grâce à votre aide ! Mobilisons nous sur http://fraternite-en-irak.org

Bernard Godard (ex-RG) prétend que Tariq Ramadan trompe sa femme

Bernard Godard, jusque là bienveillant avec Tariq Ramadan, confirme connaitre sa vie sexuelle cachée aux antipodes de l’ « éthique islamique »  enseignée par l’islamiste. Fonctionnaire des Renseignements généraux en charge de l’islam de 1977 à 1997 puis en charge du dossier islam au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur jusqu’en 2014.

Tariq Ramadan s’est marié en 1986. 

Faute de quatre témoins, la charia couvre Tariq Ramadan rappelle son frère Hani

La mosquée des djihadistes de Sartrouville a réouvert hier suite à la fin de l’état d’urgence

La mosquée salafiste de la cité des Indes à Sartrouville (78), fermée le 3 octobre 2017 par la Préfecture, a pu rouvrir hier, grâce à la fin de l’état d’urgence. Sa fermeture avait suscité des réactions violentes avec de nombreuses nuits d’émeutes rapportées par Le Parisien.

France 3 donnait les raisons de cette brève fermeture :

« Les termes de l’arrêté qualifiant et justifiant la fermeture sont sans équivoque et très sévères :   » la mosquée salle des Indes constitue un lieu de référence influent de la mouvance salafiste, représentant, par les propos qui y sont tenus, par sa fréquentation et par son influence au sein de la communauté musulmane locale, une menace grave pour la sécurité et l’ordre publics« .

Un soutien aux grandes figures du jihadisme

L’ensemble de l’arrêté est de même teneur. Les griefs qui y sont faits à l’égard de la mosquée sont nombreux et graves. La mosquée, dit le texte, est un « foyer ancien de l’islam radical au sein duquel s’est développé un soutien pérenne aux grandes figures du jihadisme comme Oussama Ben Laden. » La préfecture ajoute que « certains fidèles y ont été signalés en 2013 en partance vers la Syrie et que d’autres, y exerçant un prosélytisme exacerbé, ont été mis en examen et incarcérés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes« .

« Actuellement« , poursuit encore l’arrêté, « la salle de prière demeure le théâtre d’un prosélytisme intense » par « la diffusion par son imam ou par des imams extérieurs, de prêches radicaux, marquant » notamment « leur hostilité aux principes républicains« . Source France 3

Gérard Collomb a confirmé sur RTL le 31 octobre la réouverture progressive de toutes les mosquées fermées ces derniers mois. Les mosquées ne sont fermées que temporairement, le temps de nettoyer les bureaux des associations les gérant de membres trop radicaux. Elles rouvrent dès qu’un nouveau bureau a été présenté au préfet, mais sans évidemment que la tendance salafiste n’en soit remise en cause. Les fidèles sont bien les mêmes.

Gérard Collomb laisse les prédicateurs wahhabites étrangers entrer en France

Lu sur Algérie 1 du 24 septembre 2017 :

La mouvance salafo-wahabbite, qui travaille en profondeur la société algérienne dans les mosquées et dans les quartiers, grâce aux moyens financiers dont elle dispose et les supports de propagande, se concentre désormais sur nos ressortissants en France.

En effet, l’une des têtes pensantes de ce mouvement intégriste, qui reçoit les aides et les programmes de prosélytisme d’Arabie Saoudite, a «opéré» dès mercredi dernier à Roubaix, au nord de la France.

Pendant trois jours, ce théoricien et pratiquant du salafisme, version orthodoxe, a tenté d’attirer les jeunes fidèles parmi la communauté algérienne résidente au nord de la France. Cheikh Abdou Al Khalik Madhi, il s’agit de lui, originaire de Blida, a ainsi animé une longue harangue entre la prière de l’Asr et d’Al Icha.

Ce Cheikh, d’obédience wahabbite, a même prononcé le sermon du vendredi à la mosquée Abou Bakr Essedik de Roubaix. ,

Une large publicité a été faite sur les réseaux sociaux sur l’arrivée d’Algérie de ce «Cheikh» qui s’est entre autres épanché sur le texte «Fadhlou al Islam», du fondateur de ce mouvement rigoriste en Arabie Saoudite,  Mohamed Ben Abdelouahab.

Il faut tout de même noter, pour la petite histoire, que sur les flyers distribués (photo), en langue française, le nom du concepteur du wahabisme, Mohamed Ben Abdelouahab, est écrit en langue arabe, certainement pour ne pas attirer l’attention des autorités françaises.

  Du coup, les salafistes ne se limitent plus à diffuser leur dangereuse idéologie dans les mosquées algériennes dont ils contrôlent une bonne partie, mais vont aussi à l’assaut de nos compatriotes en France dans l’espoir de les «retourner».

Le Qatar condamnera-t-il Tariq Ramadan au fouet pour adultère ?

Comme le rappelle l’imâm marocain Amine Nedji président du Conseil Régional du Culte Musulman en Lorraine (CFCM) et membre du Conseil des oulémas marocains, les relations sexuelles hors mariage sont condamnés à des coups de fouet par le Coran et à la peine de mort par la Sunna :

Se procurer le livre-enquête de 320 pages « Mosquées Radicales: ce qu’on y dit, ce qu’on y lit » sur Amazon.

Un rennais de l’EI en pleine taqîya lors d’une interview avec France 2


Il assure ne pas avoir pris les armes pour l’organisation Etat islamique. Une équipe de France 2 a rencontré un jihadiste français, originaire de Rennes (Ille-et-Vilaine), détenu par les forces kurdes en Syrie. Soupçonné d’avoir combattu pour le groupe terroriste, l’homme de 38 ans a été arrêté au nord de Raqqa en juillet dernier. Lui nie, dans un reportage diffusé jeudi 26 octobre. « Je n’ai commis aucune exaction, aucun combat, aucun entraînement », affirme-t-il. Source: France 2

Mentir aux infidèles pour sauver les intérêts de la communauté est permis. Outre la dissimulation légale (taqîya), d’autres outils sont possibles :

  • Le principe de tawriya, qui peut être défini comme l’ « inventivité dans l’art du mensonge », stipule qu’il est licite de rompre l’intention d’un serment alors que n’est pas rompue la lettre du serment[1].
  • La notion de kitman: un croyant peut ne dire qu’une partie de la vérité, ce qui revient à tromper en déformant licitement le réel.
  • La notion de muruna, ou le fait de « faire usage de flexibilité » pour se fondre dans le camp ennemi et dans son entourage afin de l’infiltrer et de le tromper.

[1] CF. Naqib al-Misri, Ahmad Ibn, The Reliance of the Traveler: A Classic Manual of Islamic Sacred Law, trans. Nuh Ha Mim Keller (Beltsville, MD: Amana, 1997), sec. 8.2, p. 1232. Ce manuel de jurisprudence Sunnite recommandé par Al-Azhar dans son edition anglaise comporte une partie destinée aux ruses et tromperies en contexte guerrier.

Un quart des djihadistes français touchaient encore des allocations alors que l’état les savait en Syrie

Georges Brenier (Service Police TF1) : «Salim Benghalem, qui est l’un des bourreaux de DAESHet qui est aussi l’un des cerveaux présumés des attentats de l’Hypercasher et de Charlie Hebdo, a touché des mois entiers, après son départ en Syrie, des allocations familiales pour 12 485€/an. Ismaël Mostefaï, l’un des tueurs du Bataclan, recevait 290€/mois pendant qu’il décapitait des otages devant une caméra. Dernier exemple sidérant, Jean-Michel Clain touchait 11 095€/an d’aides sociales quand il est arrivé en Syrie pour y commanditer les attentats du 13 novembre. On estime qu’environ un quart des Djihadistes français ont ainsi bénéficié des largesses de l’Etat. Il a fallu chaque fois que les services anti-terroristes alertent l’administration pour que le robinet des allocations soit définitivement coupé une bonne fois pour toutes.»
– TF1, 26 octobre 2017, 20h00