Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

Salafisme

Valérie Boyer gênée par une mosquée salafiste créée indirectement par sa mairie (Marseille)

Un décalage abyssal entre le discours de fermeté de François Fillon et l’action de ses élus locaux, analysée dans l’enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme.

Maire du 12ème arrondissement de Marseille, tenante d’une ligne de droite dure chez les Républicains, Valérie Boyer est accusée par les habitants de son secteur d’avoir permis la permanence d’une mosquée salafiste par l’entérinement d’une « convention de mutualisation » entre celle-ci et l’association Jeunesse qui l’abrite dans ses locaux.

Cette association Jeunesse a été allègrement subventionnée par la mairie et le conseil général (tous deux Républicains), du temps du prédécesseur de Valérie Boyer, Roland Blum, dorénavant 3ème adjoint au maire de Jean-Claude Gaudin, en charge des finances, ça ne s’invente pas .

Cette mosquée -dite des Caillols- est gérée par l’association Les jardins de la paix, située donc dans le local de l’association Jeunesse d’un dénommé Karim Rebouh, proche des animateurs de la mosquée, on l’a compris. D’obédience salafiste assumée, la mosquée suscite l’inquiétude des riverains, qui se souviennent que Valérie Boyer a en personne annoncé cette mutualisation de local en septembre 2014, alors invitée par les islamistes pour fêter cela, en compagnie des élus de sa majorité. 

Les ravages de la propagande islamique diffusée par cette mosquée sont déjà mesurables au sein du collège du quartier des Caillols, où la direction se plaint de l’opposition grandissante des enseignements. Victime directe de la politique de la « droite », une des filles d’un des responsables de la mosquée refuse se voir son père, qu’elle estime trop radical.

Seul le FN, par la voix d’Elisabeth Philippe (aujourd’hui en rupture avec ce parti), s’est opposé politiquement à ce contournement de la loi de 1905 au profit des radicaux, lors du conseil d’arrondissement du jeudi 12 février 2015, en lui réclamant la fermeture de ce local fréquenté par des salafistes et qui doit de fait son existence à l’argent du contribuable.

Observatoire de l’islamisation, mars 2017.

Une mosquée « quiétiste » fermée pour « menace contre la sécurité » à Aix-en-Provence

mosquee-aix-en-provence-salafisteLu dans Le Monde du 2 février (extrait) :

Haut lieu du salafisme dans les Bouches-du-Rhône, la mosquée Dar-es-Salam, dite du Calendal, à Aix-en-Provence, a été fermée, mardi 31 janvier, à la demande de Bruno Le Roux. Le ministère de l’intérieur a annoncé cette décision mercredi 1er février. Affiché sur la porte métallique de cette salle de prière installée au pied d’une barre d’immeubles HLM, dans le quartier périphérique d’Encagnane, l’arrêté de fermeture, signé du préfet de police des Bouches-du-Rhône, invoque « une menace grave pour la sécurité et l’ordre public ».

Cette mosquée est dans le collimateur des autorités en raison des prêches de son imam, Charef M’Rabet. Chaque vendredi, ce religieux originaire de Vitrolles attire quelque 300 fidèles, dont une partie occupe l’espace public devant le bâtiment. Dans ses interventions qualifiées dans l’arrêté préfectoral de « radicales, appelant à la discrimination et à la haine et axées sur son animosité à l’égard des autres cultes », tout comme sur sa page Facebook « Da’wah Salafiyah Aix-en-Provence », ce « porte-voix » du salafisme prône un islam radical « hostile aux chrétiens, aux juifs, au soufisme et au chiisme »Un prêche prononcé le 17 juillet aurait aussi incité à la haine des chrétiens et justifié le recours au djihad armé, selon le préfet de police Laurent Nuñez.

« Un salafisme quiétiste, littéral, radical, très démarqué de la société française, explique un ancien habitué de Dar-es-Salam. Lire l’article intégral dans Le Monde 

Le maire UDI et le député LR veulent la réouverture de la mosquée pro djihad de Lagny-Sur-Marne !

Capture d’écran 2017-01-23 à 20.18.23

Lu dans Le Parisien du 23 janvier (extrait):

« Jean-Paul Michel (UDI) a été entendu. A sa demande, le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux le recevra le 15 février prochain en présence du député de la circonscription, Yves Albarello (LR), afin d’évoquer la situation de la mosquée de Lagny-sur-Marne. Début décembre 2015, celle-ci avait été fermée alors que certains fidèles étaient soupçonnés de prôner le djihad armé et de participer au départ de jeunes Français vers la zone irako-syrienne. Neuf personnes avaient été assignées à résidence et vingt-deux autres interdites de sortie du territoire.

Depuis, des musulmans qui fréquentaient la mosquée ont organisé des prières de rue et elles perdurent, notamment place Marcel-Rivière au cœur du quartier Orly Parc. « Ils sont là cinq fois par jour. Ils sont une quinzaine en semaine. Le vendredi, quand ils sont plus nombreux, ils débordent sur des espaces publics. Il est important que cette situation ne perdure pas », avance le maire Jean-Paul Michel. « Ma position est que la commune doit être facilitatrice. Il y a des musulmans en France, ils prient et il est normal et cohérent qu’on accompagne ce processus, disait-il début janvier. Moi je veux bien rouvrir la mosquée, je n’ai pas de problème avec ça mais l’Etat dit non aujourd’hui. »

Cette position islamophile d’un député Républicain n’est pas isolée, le député-maire LR de Villiers-sur-Marne souhaite également la réouverture de la mosquée fermée pour cause de présence de plusieurs djihadistes (filière de Champigny, lire notre article). Pire : Jacques-Alain Bénisti a mis à disposition un terrain municipal pour les islamistes. Il est membre de l’équipe de campagne de François Fillon. Une équipe constituée de nombreux collaborateurs de l’islamisme : lire notre article avec toutes les preuves

La mairie PS de Sarcelles donne 150k€ pour la mosquée et le terrain pour l’euro symbolique

Le Parisien du 12 septembre 2016 présentait le projet ambitieux de grande mosquée de Sarcelles piloté par deux associations, celle des musulmans d’inspiration sunnite en France (Amis) et Dar-At-Tawid, notoirement salafiste, regroupées pour la cause de l’édifice dans la Fédération des Musulmans de Sarcelles :

« La municipalité a déjà donné 150 000 €, a souligné Mamadou Gassama, le président de l’Amis. C’est un geste considérable. » Cette subvention concerne la partie culturelle du centre, qui doit accueillir bibliothèque et salles de cours. Difficile de savoir combien coûtera réellement la construction. « On est en train d’évaluer tout ça », indique Sabar Ladj, en ajoutant que la collecte de fonds n’en est qu’à ses débuts. » Lire l’article

Capture d’écran 2016-12-14 à 11.00.28

Un autre article du Parisien du 14 décembre 2016 rappelle que le terrain « a été cédé pour un euro symbolique à la fédération des musulmans de Sarcelles »

L’association Dar At Tawid, intégrée à la fédération des musulmans de Sarcelles, a vu sa salle de prière fermée administrativement en janvier 2016. Son trésorier, Issam.N, est également le trésorier de l’association salafiste « Al-Islah-La Réforme ». Un des imâms occasionnels de Dar At Tawid est le syrien Abou Layth Al Armany, dirigeant l’institut salafiste Sounnah, qui assume parfaitement son orientation salafiste. Lire la suite

Mosquée d’Ecquevilly: un homme arrêté après des menaces contre un gendarme

Capture d’écran 2016-12-05 à 11.13.32Lu dans L’Express du 12 décembre (extrait)

« Interpellation ce lundi matin à Ecquevilly, dans les Yvelines. Un homme soupçonné de menaces à l’encontre d’un gendarme des renseignements territoriaux a été arrêté, rapportent à L’Express des sources concordantes, confirmant une information du Parisien. Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés samedi en fin de matinée, nous précise une source policière. 

Le gendarme, alors en civil, est reconnu par trois hommes à la sortie d’une mosquée. Toujours selon la même source, les individus âgés d’une trentaine d’années et connus notamment pour des faits de violences et d’outrages l’auraient alors abordé et menacé au sujet de la fermeture de la mosquée d’Ecquevilly le 2 novembre dernier. »  Lire l’article intégral

Une mosquée marseillaise -illégale depuis 10 ans- de « tendance djihadiste » selon le CRCM

Reportage Europe 1 du 5 décembre (extrait) :


Une salle de prières s’est installée depuis plus de dix ans, en toute illégalité, dans des locaux vides d’un centre commercial à Marseille. La justice est saisie.

Soupçons de radicalisation. Au départ le bailleur social et la mairie ont plutôt fermé les yeux. Mais désormais, il y a urgence. Ses dirigeants sont soupçonnés de radicalisation. Dans ce lieu, dans le collimateur de la police, les prêches échappent aussi au conseil régional du culte musulman (CRCM) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « On a un grand problème. Il n’y a pas de dialogue. La cité est difficile, c’est un quartier chaud là-bas. C’est une mosquée soupçonnée de discours radical tendance salafiste djihadiste. Et de bien d’autres fléaux« , explique Abderrahman Ghoul, vice-président du CRCM-PACA. « C’est grave, on est arrivé au tribunal. Les choses traînent. Mais si elle ferme, où vont aller les 200 fidèles ? Ils vont prier dans la rue. Le problème n’est pas réglé », pointe-t-il.

Décision le 11 janvier. La décision d’expulsion est entre les mains de la justice. Jugement le 11 janvier. Si la Ville gagne, et obtient sa fermeture, une aire de jeux et un parking viendront remplacer la mosquée des Oliviers. » Lire la suite

Le musulman doit « montrer son animosité vis-à-vis des non musulmans, montrer la haine qu’il a en eux » (imâm Ecquevilly)

Capture d’écran 2016-12-05 à 11.13.32

EXCLUSIF

Alors que la fermeture administrative de la mosquée Malik Ibn Anas d’Ecquevilly est contestée par l’association la gérant (voir Figaro) , nous retranscrivons une partie du chapitre de notre enquête parue en librairie consacrée à ce foyer salafiste , intitulée :  Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit, éditions DMM, novembre 2016, pages 153 et suivantes :

« Les conférences de Youssef Abou Anass, imâm de la mosquée d’Ecquevilly, sont relayées[1] par le très populaire site saoudien Islam House, dont la page Facebook francophone rassemble 120 000 « j’aime ».

Une conférence mise en ligne sur Youtube[2], traitant de la « hijra » signifiant l’émigration vers les terres musulmanes où l’islam est religion d’état, est éclairante pour comprendre la pensée profonde de l’imâm d’Ecquevilly. Il faut s’infliger une heure et quarante minute de sa logorrhée pour saisir toute sa répulsion à l’encontre des sociétés non musulmanes :

« Quand le prophète a dit « la hijra ne s’interrompt pas » il a voulu dire la hijra de celui qui s’est converti dans une terre mécréante, il se doit de quitter cette terre, et se rendre dans une terre d’islam (…). Parmi les savants qui interdisent aux musulmans de vivre dans un pays non musulman, disent qu’à la base il est obligatoire pour celui qui s’est converti, qui n’était pas musulman, qui vivait dans son pays d’origine, son pays natal qui était un pays de mécréance, il se converti et est alors obligatoire pour lui de quitter ce pays. On peut dire pour un musulman qui n’est pas sur sa terre natale que cette obligation est encore plus prononcée[3] »

« Les fatwas des savants sont nombreuses à ce sujet, le cheikh [nom incompréhensible] a été questionné sur le fait de voyager en pays non musulman. Il dit « mon conseil à tout musulman est de ne pas voyager en pays non musulman ni pour l’apprentissage, ni pour le tourisme, car il y a dans cela un immense danger dans leur religion et dans leur comportement. (…) Le prophète a dit de façon authentique « je me désavoue de qui vit au sein des non musulmans » et Allah a informé que celui qui n’émigre pas d’un pays de mécréance vers un pays d’islam aura fait du tort à soi même ». Le fait de vivre dans un pays non musulman est donc un immense danger ». Cela dit, deux exceptions sont citées, lorsqu’il s’agit de se soigner, Abou Anass s’appuie sur le savant d’état saoudien Saleh Fawzan[4] pour le confirmer. Ouf, il est possible de venir profiter du généreux système social français. Autre exception qui permet à l’imâm d’Ecquevilly de rester dans les Yvelines, lorsque la présence du musulman a pour but de diffuser l’islam.

Puis Abou Anas se lamente que les musulmans ne baissent pas le regard à la vue des femmes non voilées, « cela choque dans les pays musulmans ». Celui qui reste dans un pays non musulman « doit montrer son animosité vis-à-vis des non musulmans, doit montrer la haine qu’il a en eux, et ne pas montrer d’alliance vis-à-vis d’eux, car le fait de les aimer contredit la foi », telles sont les recommandations d’Abou Anass s’appuyant sur les dires d’un autre savant saoudien, Al-Otheymine[5]. La haine du mécréant est certifiée par les cheikhs officiels de l’Arabie Saoudite, Abou Anas poursuit : « Tu ne trouveras pas un peuple qui croit en Allah et au jour dernier qui a de l’affection envers celui qui contredit Allah et son prophète, même si celui-ci fait partie de sa proche famille. » Le prophète n’a-t-il pas dit « celui qui aime un peuple en fait partie » aime à rappeler l’imâm ?

« Ainsi aimer les ennemis d’Allah est un immense danger envers le musulman. Car les aimer amène à être d’accord et à les suivre. » La deuxième condition pour pouvoir rester selon Al-Otheymine que cite Abou Anas, est « qu’il ait la possibilité de montrer sa religion et les emblèmes de sa religion sans opposition. Il ne doit pas être privé d’accomplir la prière en groupe ».

Vient ensuite une longue charge contre la France, qu’il finira par définir comme un territoire ennemi :

« Est-ce qu’on vie convenablement en France ? La réponse est unanime : la France est un des pays les plus hostiles envers l’islam, et cela est connu de tous. Il n’est aucun sujet concernant notre religion sans qu’ils n’aient attaqué dessus. Ils ont attaqué les musulmans sur le halal, ils attaquent le musulman sur le hijab [voile islamique] dans les écoles, ils ont attaqué la femme encore plus sur le port du niqab. Et ne pensez pas que c’est innocent de leur part de mettre la pression sur les femmes. Car ils savent que les femmes ce sont elles qui éduquent les enfants. Mettre la pression sur la femme en sachant que c’est un être faible est calculé de leur part. En France, il y a quelques années il y avait des cours d’arabe dans les écoles primaire [référence au programme ELCO qui permettait à des professeurs algériens et marocains de venir enseigner l’arabe dans les écoles], tout ceci est quasiment inexistant, car ils savent que si ils éloignent les musulmans de la langue arabe, c’est l’une des premières étapes qui permettra qu’au fur et à mesure que les enfants s’éloigneront de leur religion ». Abou Anas se plaint que les nouvelles générations de musulmans ne maitrisent plus l’arabe dialectal algérien ou marocain. Puis le qualificatif d’ « ennemis » à l’encontre des Français est lâché :

« Les ennemis de l’islam ont une vision lointaine, ils ne visent pas une génération particulière, ils visent les générations. Lorsqu’ils parlent de l’islam de France , pour avoir un islam propre à la France, bien sûr cela nous choque, l’islam est universel en tout temps en tout lieux. Cela nous choque nous, mais est-ce que cela va choquer les générations qui vont nous suivre ? »

La conclusion est la même : « le fait de vivre dans un pays non musulman est un immense danger . (…)Celui qui dit qu’il peut vivre sa religion en France, il ment à soit même ».

Ainsi malgré le droit pour les musulmans d’édifier des mosquées, de prier librement, de jouir du droit d’association, de pouvoir pour les femmes arborer le voile dans la rue, de s’exprimer librement, de faire du prosélytisme, droits incommensurablement plus étendus que ceux des chrétiens de Turquie ou d’Egypte et même du Maroc, cela ne contente pas les salafistes. Ils ne seront jamais satisfaits jusqu’à l’application totale de la loi islamique.

A l’écoute de toutes les conférences de Youssef Abou Anas, on comprend mieux les ressorts de la fabrique de la haine chez les islamistes. Les passerelles entre ce discours salafiste classique issu du wahhabisme saoudien et l’engagement djihadiste n’étonnera que les naïfs, les mêmes qui se rassurent en évoquant l’existence d’un « salafisme quiétiste », soit-disant paisible. » 

Capture d’écran 2016-10-28 à 18.09.33Lire la suite dans Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit, éditions DMM, novembre 2016

[1] https://islamhouse.com/fr/audios/50890/

[2] https://www.youtube.com/watch?v=HJBvpEAoMOY retirée par Youssef Bounouader, puis remise en ligne par l’auteur : https://youtu.be/VqNqe94BRFs?t=1h7m33s

[3] La Hijrah ses mérites et son jugement – Youssef abou Anas, mis en ligne le 21 mai 2013, YouTube.

[4] Voir sa biographie en Annexe 2.

[5] Voir sa biographie en Annexe 2.


En complément de notre livre-enquête , nous avons pu consulter une note du Service Central du Renseignement Territorial du 22 juin  2016, consacrée au salafisme, dont une partie (page 13) analyse le discours de Youssef Abou Anas, corroborant nos impressions :

« L’imâm Youssef BOUNOUADER, alias Abou Anass, qui officie à la salle de prière Malik Ibn Anas à Ecquevilly, dénigre dans ses prêches les femmes, qui ne portent pas le voile, en les comparant à des femmes d’un soir, dénuées de toute pudeur et qui assouvissent les plaisirs des loups. Il formule également des propos hostiles aux non-musulmans. A l’occasion d’une conférence intitulée « O chrétiens, embrassez l’islam », Youssef BOUNOUADER. déclare que « les juifs et les chrétiens ont falsifié les textes sacrés et qu’ils finiront brêlés en enfer dans d’atroces souffrances s’ils ne se convertissent pas à l’islam ». Le 20 novembre 2015, s’exprimant sur les attentats parisiens, il déclare en arabe lors de son prêche que « ces actes (l’explosion des kamikazes) étaient un suicide qui ne respectait pas les règles de la religion, mais qu’en temps de guerre ce n’était pas mauvais en soi ».

Allemagne : 200 perquisitions contre un mouvement salafiste ayant envoyé 140 djihadistes en Syrie

151116-allemagne-salafiste-mLu sur France 24 du 15 novembre (extrait) :

Le vaste coup de filet en Allemagne dans les milieux islamistes radicaux vise exclusivement l’influente organisation salafiste « La vraie religion » et son fondateur, Ibrahim Abou-Nagie.

« Ils glorifient la haine et le terrorisme ». Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, n’avait pas de mots suffisamment durs pour l’organisation salafiste « Die wahre Religion » (“La vraie religion), ciblée par une gigantesque opération policière menée simultanément dans soixante villes de dix Länders [régions allemandes], mardi 15 novembre.

Environ 200 appartements et bureaux ont été perquisitionnés lors de cette démonstration de force policière qui a pour but d’illustrer, d’après le ministre de l’Intérieur, que « l’Allemagne est une démocratie qui sait se défendre » contre la menace terroriste. Cette opération a été rendue possible après la décision prise le 11 novembre par les autorités allemandes d’interdire « La vraie religion » pour trouble à l’ordre public. Berlin l’accuse de recruter des jeunes, sous couvert d’enseignement religieux, pour les envoyer ensuite se battre en Syrie et en Irak aux côtés de l’organisation terroriste État islamique (EI). L’organisation salafiste allemande aurait ainsi facilité le départ d’environ 140 Allemands, d’après les données fournies par le ministère de l’Intérieur. Lire la suite sur France 24

Del Valle chez Ardisson dénonce la collaboration de la droite et la gauche avec l’Arabie Séoudite et le Qatar

Alexandre del Valle présente son livre Les Vrais ennemis de l’Occident: du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes (éditions du Toucan), temporairement en rupture de stock chez Amazon mais disponible sur le site de l’éditeur. Dans cette somme de 500 pages abordant la géopolitique occidentale obsédée par le containment de la Russie, avec les détails des révolutions géorgiennes, ukrainiennes, libyennes, est aussi abordé la prolifération des mosquées radicales en Europe, avec l’appui des travaux de l’Observatoire de l’islamisation, notamment nos deux derniers livres : Ces Maires qui courtisent l’islamisme et Mosquées Radicales (qui vient de sortir aux éditions DMM), cités tous deux.

L’imam de la grande mosquée de La Mecque appelle à l’extermination des chrétiens

abdul-rahman-al-sudais-2722Abdul Rahman Ibn Abdul Aziz as-Sudais est l’imam en chef de la grande mosquée, la Masjid al-Harâm, de La Mecque. C’est un psalmodieur célèbre du coran. Le 4 septembre dernier, alors que se déroule le pèlerinage, il a entonné en arabe une prière d’amour, de tolérance et de paix… En voici un extrait :

« Ô Allah, accorde la victoire, la dignité et le pouvoir à nos frères moudjahidines [djihadistes] au Yémen, au Sham [Syrie], en Irak et partout […] Accorde leur la victoire sur les Juifs perfides et les chrétiens malveillants ».

Source : Sputnik, 7 septembre

Page 1 sur 3123»