Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

UOIF – Frères Musulmans

Villeurbanne : la mosquée des Frères Musulmans va s’agrandir

Lu dans Le Progrès du 13 juin

La première pierre de l’extension de la mosquée Othmane ( membre de l’UOIF-MF) sera en effet posée ce vendredi 14 juin, marquant le démarrage d’un chantier qui devrait s’achever à la fin de l’année 2021. Trois millions d’euros sont nécessaires pour mener le chantier à son terme. Deux millions d’euros ont déjà été collectés, somme qui permet de démarrer les travaux. Lire la suite

Analyse de l’Obs-i

Le président de la mosquée est Azzedine Gaci, responsable de l’UOIF  (rebaptisé Musulmans de France) dans le Rhône. Lors des dernières conférences du ramadan, furent invités à prêcher :

  • Mohamed Minta, diplômé de l’Université islamique de Medine, imâm de la mosquée de Décines, soutient les projets de l’IESH, l’école d’imâms des Frères Musulmans en France. Il a surtout fondé le centre islamique Shâtibi où il enseigne aux côtés de Hani Ramadan, sans être dérangé par le soutien au jihâd pour rétablir le califat par ce dernier. Malien, il est incompréhensible qu’il soit toléré sur le sol français. 
  • Lokman Citak, imâm de la mosquée Eyup Sultan de Villerubanne des islamistes turcs du Millî Görüs, alliés mondialement aux Frères Musulmans.
  • Kamel Oueslati de nationalité tunisienne, trésorier de l’école « Nouvel Horizon » connue pour être membre de la mouvance salafiste. Cette école ouvrit en 2011 en tant qu’école coranique…puis se transforma en école primaire à la rentrée 2011/2012. Elle a essuyé d’un refus de reconnaissance par l’état (mais reste ouverte) à cause du bilinguisme arabe-français trop poussé. L’école est membre de la Fédération Nationale de l’Enseignement privé Musulman (FNEM), branche scolaire des Frères Musulmans de l’UOIF.

Les Frères Musulmans se renforcent en France en 2019, avec la bénédiction de la République.

Les Frères Musulmans de « Musulmans de France », nouveau nom de l’UOIF, ont inauguré leur mosquée géante de Mulhouse, nommée En Nour, samedi 25 mai dernier. Selon le quotidien local L’Alsace, 2900 musulmans étaient présents pour leur première prière dans ce lieu qui a nécessité dix ans de travaux et des financements conséquents du Qatar, plus de 2,5millions d’euros, et 230 000 euros de la ville. Le projet était soutenu par Youssef Al Qaradawi en personne qui s’était fendu d’une vidéo d’appel aux dons, et Safwat Hijazi, actuellement emprisonné en Egypte pour terrorisme, était venu en personne visiter l’association AMAL qui gère la mosquée en juin 2010. 

Un nouveau bastion pour les Frères Musulmans dans l’est de la France, car la grande mosquée de Reims, en service depuis trois ans, a aussi été inaugurée en grande pompe cette année 2019, en mars, avec le sous-préfet, la député LREM Aina Kuric, et des dignitaires du Qatar et du Koweit, pays donateurs . La présence d’Amar Lasfar, président de Musulmans de France, marquait l’importance stratégique de cette mosquée de 3700m2 avec minaret et coupole pouvant recevoir 2000 personnes. De la littérature de Abu Bakr Al Jazari (mort en août 2018) a été repérée dans la librairie de la mosquée, notamment son ouvrage phare La voie du musulman où il interdit d’édifier des églises en terre d’islam et insiste longuement sur le jihâd afin « d’éradiquer toute autre adoration que celle du Seigneur ». Cette base de la confrérie leur permet d’inviter ses cadres internationaux comme Zied Daoulatli en février 2016, membre dirigeant d’Ennahda.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a encore récemment rassuré « Musulmans de France » cette semaine en choisissant Strasbourg pour participer à la rupture du jeûne (iftar) le 29 mai dernier. Car c’est Abdelhaq Nabaoui de MF (photo ci-dessus avec Castaner) qui préside le Conseil Régional du Culte Musulman en Alsace. Et le ministre n’a pas manqué de le féliciter : 

« J’ai souhaité aller à la rencontre du CRCM Alsace qui est exemplaire et qui souhaite faire bouger les choses. Je déplore la frilosité du CFCM. Il y a là un enjeu pour la République comme pour l’islam. J’en appelle à tous ceux qui veulent faire entendre leur voix : nous les écouterons au plus près du terrain. (…) L’islam se construit partout et pas seulement à Paris. Les dynamiques peuvent se construire localement. Les préfectures sont à votre écoute. À Strasbourg, le CRCM Alsace est un exemple, un laboratoire d’idées pour le futur de l’islam en France de par sa relation de confiance avec les collectivités, la prévention de la radicalisation, le dialogue entre les acteurs avec le conseil des imams… Chaque démarche constructive, vous la continuez, avec une méthode faite de pragmatisme et d’un dialogue large. Je souhaite que cette méthode se diffuse dans d’autres régions. » 

Lutter contre la radicalisation avec les Frères Musulmans, on se pince. D’autant que Abdelhaq Nabaoui a aussi rejoint l’AMIF d’Hakim el Karoui noyauté par la mouvance frériste. En Alsace, beaucoup de mosquées sont sous influence d’imâms passés par MF (ex UOIF) : la mosquée Al Imane avec son imâm Mohsen Ayachi, la mosquée du quartier du Port du Rhin dont un des fondateurs, Abobacar, a été formé à l’IESH, ou encore celle du quartier de la gare qui a pour imâm l’égyptien Ahmed Sami.

Aucune restriction n’est envisagée par l’état et c’est ainsi qu’un centre médical musulman est en préparation avenue François Mitterrand toujours dans la capitale alsacienne, à l’initiative de l’association Passerelle abondée par Qatar Charity. 

Pour être complet, une école dénommée Iqraa basée à Lingolshem à côté de Strasbourg est aussi financée par le Qatar à hauteur de 101000 euros.

L’année 2019 est excellente pour les Frères Musulmans en France. Le préfet de l’Essonne a assisté à l’inauguration de la mosquée de Massy en avril 2019, dont la chaine Youtube diffuse les conférences organisées en son sein. Les invités sont par exemple Hassan Iquioussen ou Hani Ramadan. Ce dernier prépare les esprits au jihâd en vue d’instaurer un Etat islamique :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi, rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Autre grande mosquée avec coupole et minaret terminée cette année, celle de Bussy-Saint-Georges, où un reportage photo du site Dômes et Minarets montre le référencement de livres à la gloire de Sayyed Qutb, les livres d’Abu Bakr Al Jazairi et le Fiqh al Sunna du Frère Musulman cheikh Sayyid Sabiq (mort en 2000) surnommé le « Mufti du sang » en Egypte. A Grenoble, le député LREM Olivier Véran s’est rendu chez les frères musulmans locaux pour partager un iftar et soutenir leur projet de grande mosquée  Pour finir, une autre mosquée avec minaret est en fin de construction à Rouen, nommée Al Kaouthar, dirigée par l’Union des Musulmans de Rouen, qui diffuse les textes de Hassan Al Banna sur son site internet.

Les mosquées fréristes avoisinent le nombre de deux cent en France, et ont une dynamique ascendante. Le fait que Musulmans de France contrôle deux des principaux instituts de formations d’imâms et prédicateurs (IESH), à Saint-Léger du Fougeret dans la Nièvre, et à Aubervilliers, prépare l’avenir. D’autant que la Fédération Nationale de l’Enseignement Musulman (FNEM) regroupe 27 écoles primaires et une dizaine de collège-lycée, avec des nouveaux projets, est aussi un organe de MF mis sur pieds en 2015.

Pour les nombreux faux spécialistes réfutant l’appartenance de MF aux Frères Musulmans, rappelons cet aveu de son ancien dirigeant Lahj Thami Breze au journal algérien L’Expression le 16 mai 2002 : « Nous sommes des Frères Musulmans mais nous ne sommes pas les Frères Musulmans. Tout le monde, à mon avis, doit être fier des Frères Musulmans. » 

La confrérie totalitaire a de beaux jours devant elle en France malgré la fermeté de façade du président lors de son dernier discours aux Français le 25 avril dernier sur l’islam politique. Emmanuel Macron n’avait-il pas dit sur BFMTV en mai 2017 « Je ne vais pas interdire l’UOIF » ?  Quant au premier ministre Edouard Philippe, il a laissé le Qatar financer la mosquée UOIF du Havre, avant de venir l’inaugurer :

Le député LREM Olivier Véran chez les islamistes grenoblois pour soutenir leur grande mosquée en projet


Le député La République en Marche de l’Isère Olivier Véran a répondu positivement à l’association des musulmans unis (AMU) de Grenoble pour un repas de rupture de jeûne le 20 mai dernier. Cette association est membre de l’UOIF, branche française informelle des Frères Musulmans, rebaptisée récemment « Musulmans de France » afin de gommer le premier nom trop connu pour son extrémisme. Monsieur le député pourra contacter le renseignement territorial de l’Isère pour avoir confirmation. Non seulement le député macronien s’est rendu dans cette association, mais il s’est réjoui du projet de grande mosquée (dite de Teisseire) avec minaret porté par les islamistes. Ainsi on l’entend dans la vidéo rendu publique par l’AMU : « J’espère que votre projet de mosquée va avancer vite, j’ai vu le compteur, il en manque un peu mais il y a déjà la moitié ». Olivier Véran, qui fait partie de l’aile gauche de LREM, s’est fait remarquer pour avoir fait voter un amendement[1]annulant le délit d’aide au séjour des immigrés clandestins dans la loi asile-immigration.

L’imâm, Allal Jamad, né en 1959 au Maroc, a bénéficié d’une naturalisation française. Étonnant alors que ses liens avec des prédicateurs radicaux est connue, en plus de l’appartenance de l’AMU à l’UOIF. Ainsi l’association a invité récemment Hassan Iquioussen (février 2019), prédicateur vedette de la mouvance frériste en France auquel nous avons consacré un chapitre de notre essai Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM). Iquioussen qui nie le génocide arménien, est un fervent défenseur des Frères Musulmans et du retour du califat politique. Dans une conférence de janvier 2013 consacrée à l’Empire Ottoman il expose sa stratégie pour un retour du califat, où les lettrés et les savants de l’islam auront pour rôle de  « ramener les musulmans dans le giron de l’islam pour recréer cette entité politique qui a pour objectif de permettre aux musulmans de vivre leur foi dans tous les domaines : économiques, politiques, et tout ce que vous voulez. Donc le califat est en train de revenir, ça va prendre du temps mais il y a un début à toute chose, regardez : révolutions, on renverse les tyrans despotes, d’accord, qui étaient tous laïcs, islamophobes. »

Dans une conférence à la Grande mosquée de Dunkerque (qui fut inaugurée par le sénateur-maire PS de la ville en 2013, Michel Delebarre)  le prédicateur de l’UOIF aborde le génocide arménien :

« Cinq cent mille arméniens ont fait pression sur l’ex président de la France Sarko pour qu’il vote une loi pour condamner les turcs, pour un péché qu’ils n’ont pas commis. On est bien d’accord, le pseudo génocide arménien. La loi n’est pas passée hein, donc je peux dire que ça existait pas. Si la loi était passé, alors là je ferme ma bouche. Vrai ou faux ?  Si la loi était passée je ne pourrais pas dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne. Donc là je peux m’éclater ! Regarde je parle, iln’y a pas eu de génocide, et j’ai les preuves historiques qu’il n’y a pas de génocide »

Ismaïl Abou Ibrahim, dit l’imâm Ismail.

Autre prédicateur invité par l’AMU, salafiste cette fois, Ismaïl Abou Ibrahim, imam de la mosquée des Bleuets à Marseille. Il vint le 6 mai 2018 pour donner une conférence à Grenoble. Son orientation salafiste est très facile à démontrer. L’imâm Ismaïl comme il aime à se faire appeler, évoque dans ses conférences[1]la notion phare des salafistes saoudiens, « l’Alliance et le désaveu » (al-Walaa wal-Bara), interdisant de se lier d’amitié avec des mécréants, n’autorisant que les relations commerciales avec eux[2] Il partage sur son compte Facebook des citations de Al-Utheymine, membre du Comité de hauts savants de l’Arabie Saoudite mort en 2001,  référence pour les salafistes en France. Ses ouvrages sont traduits en français et se vendent bien dans les librairies musulmanes. Dans son Commentaire sur les grands pêchés (éditions AlMadina, 2013) il rappelle que les musulmans qui délaissent la prière s’excluent de l’islam et précise que le fondateur de son école juridique ibn Hanbal, a prévu la peine de mort pour cette négligence dans l’observance. Al-Utheymine prescrit aussi dans le même ouvrage la peine de mort pour les homosexuels. Concernant les couples hétérosexuels qui entretiennent des relations sans être mariés, le tarif est de cent coups de fouets, et peine de « lapidation jusqu’à la mort » s’il s’agit d’une relation adultère.

Ce grand « savant » de l’islam certifie dans ses Fatâwas sur les piliers de l’islam que nombreuses sont les « preuves que le soleil tourne autour de la terre ». Des avis juridiques complètements fous, parmi lesquels l’interdiction de faire une « collection de souvenirs » photographiques, car le prophète a dit que « les anges n’entrent pas dans une maison où se trouve une image ». Il est interdit également d’avoir des tableaux ou des images chez soi. Cet ouvrage est édité par la Librairie Nationale du Roi Fadh à Riyad, et diffusé en France par l’éditeur Daroussalam.

Ismaïl Abou Ibrahim est membre du mouvement L.E.S Musulmans fondé par Marwan Muhammad, dont nous avons démontré la nature frero-salafiste[3]. Dans une de ses conférences de janvier 2019 traitant de l’actualité brûlante, l’imâm marseillais dresse un tableau apocalyptique de la situation des musulmans en France afin de battre le registre victimaire habituel des islamistes :

« Plus on avance, plus la situation s’aggrave. On en a marre de la situation dans laquelle on vit. Cette situation d’humilés, cette situation de rabaissés. (…) depuis 1989 ils ont pris des mètres et des mètres, des kilomètres, on se dit qu’on est au dernier centimètre : nos femmes, interdiction de travailler pour elles. Interdiction d’étudier avec le hijab. A chaque fois elles ne peuvent rien faire. Les enfants, tu veux leur donner une éducation, c’est quasi impossible. Car déjà vous vous préférez les mettre là où c’est gratuit (…) ». L’idée étant d’inciter les fidèles à inscrire les enfants dans les écoles musulmanes de Marseille, justement fondées par des associations de l’UOIF. « Comment je vais au bled après ? Comment je paye ma maison au bled ? C’est ça qui est plus important que mon enfant ? » poursuit l’imâm. « Nos femmes sont la cible, nos enfants sont maintenant la cible. Jusqu’à quand ? Comment on fait ? On revient au Coran ! ». Le prédicateur prend l’exemple des salafs (pieux prédécesseurs), qui ont dû souffrir aussi à leur époque.

Ce n’est donc pas étonnant que Ismaïl Abou Ibrahim ait pris la défense de la mosquée des Oliviers fermée à Marseille dans une vidéo tournée sur place. Europe 1 rapportait en décembre 2016 « Dans ce lieu, dans le collimateur de la police, les prêches échappent aussi au conseil régional du culte musulman (CRCM) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « On a un grand problème. Il n’y a pas de dialogue. La cité est difficile, c’est un quartier chaud là-bas. C’est une mosquée soupçonnée de discours radical tendance salafiste djihadiste. Et de bien d’autres fléaux », explique Abderrahman Ghoul, vice-président du CRCM-PACA. »

Ainsi, avec de tel conférenciers choisis avec précaution par l’Association des Musulmans Unis, sa nature radicale ne fait aucun doute. Plaider pour l’édification de leur future grande mosquée relève de la collaboration avec l’islamisme.

[1]Vidéo mise en ligne le 17 mai 2019 sur sa page Facebook Ismail-Marseille.

[2]Saleh Ibn Fawzan Ibn Abdullah,membre du Comité des grands savants saoudiens explique dans Le Guide de la croyance authentique (éditions Al Bayyina,2014) :

« Ceux qui doivent être totalement et sincèrement détestés par les Musulmans, sans les aimer, ni s’allier à eux. Ils sont les purs mécréants, tels que les polythéistes, les hypocrites, les apostats et les athées. »

[3]http://islamisation.fr/2019/01/23/les-musulmans-une-plateforme-de-consultation-lancee-par-la-mouvance-frero-salafiste/

L’inquiétante rencontre entre prédicateurs islamistes à St Denis tolérée par Castaner

Lu sur Atlantico du 14 mai (extrait) 

Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux

Donald Trump étudie la possibilité de classer les Frères Musulmans comme organisation terroriste étrangère

Lu sur la BBC du 30 avril :

The Trump administration is working to designate the Muslim Brotherhood a foreign terrorist organisation, the White House said on Tuesday.

The designation will bring economic and travel sanctions against Egypt’s oldest Islamist movement, with more than a million members across the Middle East.

The decision follows a White House visit by Egyptian President Abdel Fattah al-Sisi in April.

Mr Sisi asked US President Donald Trump to make the move, US media said.

On Tuesday, White House Press Secretary Sarah Sanders confirmed the administration is pushing for the designation.

« The President has consulted with his national security team and leaders in the region who share his concern, and this designation is working its way through the internal process, » Ms Sanders said in a statement.

The Trump administration first directed security and diplomatic officials to find a way to impose sanctions on the Brotherhood after a meeting between Mr Trump and Mr Sisi on 9 April, US media report. Lire la suite

En France les Frères Musulmans de l’UOIF (rebaptisés Musulmans de France) contrôlent 170 mosquées et leurs prédicateurs étrangers sont tolérés :

Al-Qaradawi a reçu le fondateur du groupe terroriste Jamaat al-Tawhid

Cette photo du père spirituel vivant des « Frères musulmans », Youssef Al-Qaradawi a fait le tour du monde. On y voit ce prêcheur islamiste radical égyptien avec  Salman al-Nadawi à gauche (et non Zahran Hashim à droite comme l’affirma à tort Al Arabiya, information que nous avions relayée hier ) . Al Nadawi, de son vrai nom Abderrahman Al-Nadawi Al Hindi, est le fondateur de l’ organisation islamique armée Jamaat al-Tawhid, basée en Inde, que les autorités sri-lankaises accusent aujourd’hui d’être responsable de la série d’attentats suicides ayant fait 359 morts et 500 blessés à Colombo (capitale du Sri Lanka) et dans d’autres villes du pays. Effectivement, celui qui était le leader actuel du groupe, Zahran Hashim, s’est fait explosé à l’hôtel Shangri-La de la capitale Colombo, dimanche dernier (21 avril 2019). 

Al-Nadawi est lui-même le chef de l’organisation extrémiste en Inde, le père spirituel de ses branches en Asie du Sud; il avait déjà prêté serment au groupe terroriste État islamique et a publiquement incité à assassiner des étrangers et à verser leur sang.
« Si vous êtes en mesure de tuer un Américain ou un Européen, que ce soit un Français, un Australien, un Canadien ou un Hindou, ceux qui ont déclaré la guerre à l’État islamique, fais- le « ,  déclara Al-Nadawi lors d’un séminaire islamiste. (Plus d’informations ici)
Al Qaradawi était l’invité d’honneur du salon des Frères musulmans de l’UOIF (Rassemblement annuel des musulmans de France) chaque année jusqu’en 2012, année où une campagne de communication de l’Observatoire de l’islamisation poussa Nicolas Sarkozy à demander à l’émir du Qatar de le dissuader de se rendre au salon. Il a financé la grande mosquée de Mulhouse qui sera inaugurée en mai. 
Pour avoir une idée de son idéologie qu’il propage dans les 170 mosquées de l’UOIF (rebaptisé « Musulmans de France ») en France et à la Fnac où sont vendus ses livres, on lira cet extrait avec intérêt :
« La formation du croyant vise l’édification d’une génération de vrais croyants, habilités à porter le flambeau de la réforme et de la rénovation, est préalable à toute action d’exhortation au combat sur la voie de Dieu; lequel combat fait du recours aux armes le moyen de procéder au changement de la société et à l’instauration de l’état » . ( Youssef Al Qaradawi, La Science des prioritéséditions Maison d’Ennour page 222).

Edouard Philippe cité dans les « Qatar Papers » pour la mosquée frériste du Havre qu’il soutint

La mosquée de Massy inaugurée par le maire et l’aval du préfet malgré son orientation frériste

Tous les principaux représentants des Frères Musulmans en France sont venus prêcher dans cette mosquée :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

« L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » ( Ahmed Jaballah cité par Mohamed Sifaoui in La France Malade de l’islamisme, éditions du Cherche Midi, 2002)

Quant à Nacer Qadiri Hassani venu en 2013, il a été formé à l’école d’imâms des Frères Musulmans, l’IESH, dont le premier directeur, le Cheikh Zakaria, est aussi venu à Massy !

Les préfets et les maires sont les meilleurs alliés des islamistes, comme l’actualité récente nous l’a montré à Reims le mois dernier. Les médias afin de ne pas affoler l’opinion, taisent délibérément l’identité des gestionnaires de ces grandes mosquées…qui pourtant ne cachent pas du tout leurs préférences doctrinales.

Observatoire de l’islamisation, 8 avril 2019.

L’Egypte confisque les biens des Frères Musulmans en plus de les embastiller

Frères Musulmans emprisonnés

Lu sur Orient XXI  du 5 mars 2019 (extrait)

« Ahmed ajoute pour sa part que « de nouvelles mesures ont été adoptées cette fois-ci qui ne se sont pas arrêtées à la rhétorique de la communication : des intérêts économiques détenus par des frères musulmans ont été placés sous surveillance étroite, des demeures privées ont été saccagées, des biens et des capitaux ont même été confisqués au profit de l’État. Ainsi l’ancienne maison de Mourad Ali, ancien porte-parole des Frères a été mise aux enchères après sa confiscation ». Sissi a fini par faire adopter le 21 avril 2018 une loi autorisant la confiscation des biens mobiliers et immobiliers de toute personne reconnue par la justice comme étant « terroriste ». Il n’existe pas de données officielles de l’État ni du mouvement islamiste quant au montant des avoirs en liquide ainsi détournés, mais des médias proches du régime évoquent la somme de 250 milliards de livres égyptiennes (12,56 milliards d’euros). Depuis le coup d’État, le gouvernement a saisi des milliers d’entreprises, ainsi que des biens personnels de centaines de « terroristes » sans qu’une évaluation fine des montants concernés ait pu être faite. (…) « Sur le plan économique, ajoute Fahmy, le gouvernement issu du coup d’État a pris la décision en septembre 2018, selon ses propres médias, de déposséder 1 598 membres de la confrérie de leurs avoirs bancaires, de réquisitionner 118 entreprises travaillant dans divers secteurs, 1133 associations civiles, 104 écoles, 69 hôpitaux, et 33 sites électroniques et chaînes satellitaires. » Lire l’article intégral

Pendant ce temps là, la France tolère sur son sol de nombreux Frères Musulmans et envoie ses préfets inaugurer ses grandes mosquées comme à Reims la semaine dernière ou Toulouse en 2018 :

Mulhouse : La Grande Mosquée inaugurée en mai, un collège intégré malgré la tendance frériste

Jean-Michel Blanquer doit s’opposer fermement à ce collège musulman intégré dans une mosquée acquise à l’idéologie de Hani Ramadan apparaissant dès les premières secondes du clip de présentation.

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Youssef Al-Qaradawi, autre grand soutien de ce projet pharaonique à Mulhouse, est un des idéologues les plus influents des Frères Musulmans. Il prescrit de tuer les homosexuels, les apostats et souhaite conquérir l’Europe. Il souhaite que les musulmans à la suite d’Hitler châtient les Juifs (biographie). Dans son livre La Science des priorités (éditions Maison d’Ennour) il écrit :  » La formation du croyant vise l’édification d’une génération de vrais croyants, habilités à porter le flambeau de la réforme et de la rénovation, est préalable à toute action d’exhortation au combat sur la voie de Dieu; lequel combat fait du recours aux armes le moyen de procéder au changement de la société et à l’instauration de l’état« . (page 222).

Lu sur France 3 du 28 mars 2019 (extrait) :

« En plus de l’espace réservé au culte, qui ne représente que 13% de la surface totale, l’édifice comprend aussi une école, un centre culturel, un espace bien-être, un espace mortuaire et même un coiffeur. Les deux étages supérieurs sont réservés à la partie culturelle avec 11 classes de collège et une médiathèque. 150 collégiens y seront accueillis dans les années qui viennent, les premiers à arriver étant les élèves de 6e à la rentrée prochaine. » Lire l’article intégral

Page 1 sur 912345»...Dernière »