Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

UOIF – Frères Musulmans

L’Egypte confisque les biens des Frères Musulmans en plus de les embastiller

Frères Musulmans emprisonnés

Lu sur Orient XXI  du 5 mars 2019 (extrait)

« Ahmed ajoute pour sa part que « de nouvelles mesures ont été adoptées cette fois-ci qui ne se sont pas arrêtées à la rhétorique de la communication : des intérêts économiques détenus par des frères musulmans ont été placés sous surveillance étroite, des demeures privées ont été saccagées, des biens et des capitaux ont même été confisqués au profit de l’État. Ainsi l’ancienne maison de Mourad Ali, ancien porte-parole des Frères a été mise aux enchères après sa confiscation ». Sissi a fini par faire adopter le 21 avril 2018 une loi autorisant la confiscation des biens mobiliers et immobiliers de toute personne reconnue par la justice comme étant « terroriste ». Il n’existe pas de données officielles de l’État ni du mouvement islamiste quant au montant des avoirs en liquide ainsi détournés, mais des médias proches du régime évoquent la somme de 250 milliards de livres égyptiennes (12,56 milliards d’euros). Depuis le coup d’État, le gouvernement a saisi des milliers d’entreprises, ainsi que des biens personnels de centaines de « terroristes » sans qu’une évaluation fine des montants concernés ait pu être faite. (…) « Sur le plan économique, ajoute Fahmy, le gouvernement issu du coup d’État a pris la décision en septembre 2018, selon ses propres médias, de déposséder 1 598 membres de la confrérie de leurs avoirs bancaires, de réquisitionner 118 entreprises travaillant dans divers secteurs, 1133 associations civiles, 104 écoles, 69 hôpitaux, et 33 sites électroniques et chaînes satellitaires. » Lire l’article intégral

Pendant ce temps là, la France tolère sur son sol de nombreux Frères Musulmans et envoie ses préfets inaugurer ses grandes mosquées comme à Reims la semaine dernière ou Toulouse en 2018 :

Mulhouse : La Grande Mosquée inaugurée en mai, un collège intégré malgré la tendance frériste

Jean-Michel Blanquer doit s’opposer fermement à ce collège musulman intégré dans une mosquée acquise à l’idéologie de Hani Ramadan apparaissant dès les premières secondes du clip de présentation.

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Youssef Al-Qaradawi, autre grand soutien de ce projet pharaonique à Mulhouse, est un des idéologues les plus influents des Frères Musulmans. Il prescrit de tuer les homosexuels, les apostats et souhaite conquérir l’Europe. Il souhaite que les musulmans à la suite d’Hitler châtient les Juifs (biographie). Dans son livre La Science des priorités (éditions Maison d’Ennour) il écrit :  » La formation du croyant vise l’édification d’une génération de vrais croyants, habilités à porter le flambeau de la réforme et de la rénovation, est préalable à toute action d’exhortation au combat sur la voie de Dieu; lequel combat fait du recours aux armes le moyen de procéder au changement de la société et à l’instauration de l’état« . (page 222).

Lu sur France 3 du 28 mars 2019 (extrait) :

« En plus de l’espace réservé au culte, qui ne représente que 13% de la surface totale, l’édifice comprend aussi une école, un centre culturel, un espace bien-être, un espace mortuaire et même un coiffeur. Les deux étages supérieurs sont réservés à la partie culturelle avec 11 classes de collège et une médiathèque. 150 collégiens y seront accueillis dans les années qui viennent, les premiers à arriver étant les élèves de 6e à la rentrée prochaine. » Lire l’article intégral

Un nouveau minaret pour les Frères Musulmans de Rouen

L’agrandissement de la mosquée Al-Kaouthar de l’Union des Musulmans de Rouen, rue du nouveau monde, est en voie d’achèvement. Sa première pierre fut posée par le maire socialiste Yvon Robert en octobre 2017. La mosquée diffuse la pensée des Frères Musulmans, comme cet extrait d’un texte de Hassan Al Banna le fondateur de la confrérie totalitaire :

Le président de la mosquée, Bachar El Sayadi, invite le ban et l’arrière ban de la mouvance frériste à venir prêcher dans sa mosquée en conférence, comme Hassan Iquioussen, Ahmed Jaballah , Ounis Guergah (bio) Hani Ramadan quand il n’était pas interdit de séjour et qui prêche dans un de ses sermons :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

L’activiste musulmane Feïza Ben Mohamed embauchée par Radio France Maghreb

Les radios arabes en France prennent de plus en plus une coloration islamique militante. On se souvient de Tariq Ramadan « grande signature du ramadan » sur Beur FM qui louait ses services de prédicateur il y a quelques années. Radio France Maghreb vient elle d’embaucher Feïza Ben Mohamed, militante de la plateforme frero-salafiste L.E.S Musulmans et du CCIF dont elle relaie chaque semaine les activités sur son compte Twitter, en plus de « retweeter » les comptes salafistes Islam et Infos ou Al Kanz. Celle qui serait journaliste dans l’agence turque Anadolu a pour cible favorite Zineb El Rhazoui dont elle vient de se moquer de l’attaque de son stand au salon du livre de Bruxelles. En décembre dernier elle a pris la défense de lécole primaire irrégulière salafiste fermée à Marseille par le ministère de l’Education Nationale. Il est urgent que le CSA revoit sa politique d’attribution de fréquence à cette radio.

La député LREM Sonia Krimi veut intégrer les Frères Musulmans au jeu politique

Rappel de l’idéologie islamo-terroriste de la confrérie des Frères Musulmans:

Hakim El Karoui s’entoure d’islamistes pour fonder son association de musulmans (preuves)

Une conférence de presse présentant l’Association musulmane pour l’islam de France (AMIF) s’est tenue le 21 janvier à l’Unesco (Paris). Hakim El Karoui qui veut monter cette association concurrençant le CFCM a présenté son équipe, dont les membres du « conseil théologique » composé d’imâms et de prédicateurs présents à la conférence de presse. Passons en revue ces personnes bien connues du paysage islamique français, dont plusieurs sont issus des Frères Musulmans de l’UOIF (Tarek Oubrou, Farid Abdelkrim) ou du malékisme traditionnel. Leur profil confirme une radicalisation de la pratique de l’islam en France, car leur présence a été jugée incontournable pour assurer une représentativité.Lire la suite

Les fidèles de l’imâm de Villeneuve-d’Ascq souhaitent la mort de Zineb El Rhazoui

Ahmed Miktar, marocain se revendiquant Frère Musulman, étrangement toléré en France comme imâm de Villeneuve d’Ascq, laisse les commentaires de ses fidèles souhaitant la mort de Zineb El Rhazoui. « Qu’elle crève avec sa rage de haine » ou encore  » Qu’Allah anéantisse ceux qui salisse notre si belle religion » sont écrits en réponse à la simple critique intellectuelle de l’islam par l’ancienne salariée de Charlie Hebdo.

« Les Musulmans » : une plateforme de consultation lancée par la mouvance fréro-salafiste

Fondée en 2018 à l’initiative de Marwan Muhammad, ex dirigeant du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), l’organisation Les Musulmans a pour vocation de faire émerger une parole représentative des musulmans en France, par le biais d’une grande consultation, via un questionnaire diffusé dans de nombreuses mosquées et sur Internet. Une tournée des mosquées a été réalisée au premier semestre 2018, et 27 000 fidèles ont répondu à un questionnaire aux questions multiples, sur ce qu’ils pensent du CFCM, de la Fondation pour l’islam, s’ils souhaitent que l’Etat s’immisce dans leur organisation interne, sur la réforme de la certification halal, etc.

Pour se donner une crédibilité, l’organisation se dote d’un conseil scientifique, où figure le sociologue Saïd Bouamama, auteur sur le site du « Parti des Indigènes de la république », parti connu pour son soutien au Hamas. On ne s’étonne donc pas que Bouamama demande la libération du terroriste libanais Georges Ibrahim Abdallah emprisonné en France pour complicité d’assassinat fomenté par son groupe Fraction armée révolutionnaire libanaise. Bouamama s’est illustré en co-écrivant les paroles de la chanson « Nique la France- devoir d’insolence », tout un programme. Autre sociologue membre du conseil scientifique, Fatiha Ajbli, promotrice du « Muslim Women’s Day », pour qui la rétention de sûreté des terroristes à l’issue de leur peine est un « risque totalitaire ». La déchéance de la nationalité pour les islamo terroristes est aussi une menace pour les libertés individuelles selon cette « intellectuelle » dans la même tribune[1].Lire la suite

Les Frères Musulmans recrutent les migrants en Scandinavie

Lu dans La Référence du 9 janvier (extrait) :

« Un rapport publié par le site américain Clarion project souligne les activités expansionnistes des Frères musulmans dans les pays européens, notamment la Suède, la Norvège et le Danemark, en recueillant des fonds auprès des communautés musulmanes de ces pays. Le rapport affirme que les membres de la Confrérie cherchent à gagner la sympathie des gouvernements européens.

Le rapport, publié il y a deux jours, indique que les membres des Frères Musulmans tentent de recruter des migrants et des réfugiés arrivés dans ces pays afin d’y renforcer leur présence. De plus, les Frères jouent sur la corde des droits de l’homme.

Le site évoque le rôle de l’union des musulmans qui se trouve en Suède, fondée en 1980 à Stockholm, et regroupant 40 groupes. Il révèle que 132 citoyens suédois ayant adhéré à l’organisation terroriste Daech ont suivi un enseignement au sein de cette union. » Lire l’article intégral

La méconnue collaboration des Frères Musulmans avec l’Etat Islamique

Extrait d’une étude du Centre des études du Moyen-Orient dans son webzine La Référence :

Recrutement des éléments des Frères chez Daesh : la période récente a vu de nombreux éléments du groupe des Frères rejoindre les rangs de Daech, et exécuter des opérations à son profit, ou au moins coopérer avec elle. Le plus connu est Mahmoud Chafiq, qui a attaqué l’église Saint-Pierre du Caire, en septembre 2016, et était membre du groupe des Frères avant de rejoindre Daech ou ce qui est connu sous le nom de « Wilaya Sina ». C’est également le cas de Omru ad-Dib qui est apparu dans une séquence vidéo de l’organisation avec un groupe de ses éléments, en train d’exécuter des opérations terroristes contre les forces de l’armée et de la police, ou encore de Mohammad Magdi ad-Dalei qui a occupé le poste d’émir de la « Hisba » dans la Wilaya Sina et est l’auteur de la fatwa autorisant à tuer les musulmans en prière dans la mosquée d’ar-Rawda.Lire la suite

Page 2 sur 9«12345»...Dernière »