Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Archives

UOIF – Frères Musulmans

Egypte : l’écrivain Fatma Naout condamnée à trois ans fermes pour « mépris de l’islam » »

1604031559160109Source: Cath.ch

« Cible depuis longtemps des islamistes salafistes et des Frères Musulmans, la jeune écrivain égyptienne Fatma Naout n’a pas été épargnée par la Cour correctionnelle du Caire. Cette dernière a confirmé la condamnation de l’intellectuelle libérale, infligée lors d’un premier jugement, à trois ans de prison ferme pour “mépris de l’islam”.

Fatma Naout avait dénoncé sur sa page Facebook la cruauté représentée par l’égorgement en public d’animaux lors de la fête du sacrifice, l’Aïd al-Adha, qualifiant cette façon de faire de “vraie boucherie”. Elle peut encore faire un dernier appel de cette sentence, mais si cette demande est rejetée, elle pourra alors être arrêtée dès son arrivée à l’aéroport du Caire. L’écrivaine se trouve actuellement au Canada où elle participe à une conférence contre le racisme.

Dans l’Egypte du président Abdel Fattah al-Sissi, les condamnations pour “mépris de l’islam”, en vertu de l’article 98 du code pénal égyptien qui incrimine les atteintes à la religion, se multiplient depuis quelques temps. […]Lire la suite

Un imâm UOIF fait tribune commune avec le salafiste Houdeyfa à la mosquée de Roubaix

154585371_B978251169Z.1_20160330064758_000_GAG6G9HHK.1-0Lu dans La Voix du Nord

« L’affiche a beaucoup circulé la semaine dernière sur le Web, suscitant à Roubaix l’enthousiasme pour certains, la colère pour d’autres. Le prédicateur star de YouTube, Rachid Abou Houdeyfa, était en effet annoncé à la mosquée du quartier des Trois-Ponts !

L’imam salafiste de la mosquée de Brest a ses détracteurs : Rachid Abou Houdeyfa a plusieurs fois dérapé ces dernières années. En 2012, le prédicateur a affirmé tranquillement que ne pas porter le voile, c’était s’exposer au viol : « Si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là. » (…)

Ce qui peut paraître plus étonnant, c’est de le voir partager la tribune avec Ahmed Miktar, le recteur de la mosquée de Villeneuve-d’Ascq, réputé modéré. Membre de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Ahmed Miktar a remplacé au pied levé le président de cette association proche des Frères musulmans, le recteur de la mosquée de Lille-Sud Amar Lasfar. L’UOIF avait déjà fait polémique en février, en invitant à Lille trois prédicateurs sulfureux, qui ont fini par être déprogrammés sous la pression médiatico-politique…

Que penser de cette tribune commune ? « C’est la démonstration d’un rapprochement entre l’UOIF, c’est-à-dire les frères musulmans, et les salafistes », estime Mohamed Louizi, qui accuse Amar Lasfar de double discours dans son récent ouvrage Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans. Lire la suite dans La Voix du Nord

Les Frères Musulmans dans le texte: entrez dans la tête des Guides Suprêmes de la confrérie islamiste

Présentation de l’éditeur:

« Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » 

Muhammed Mahdi Akef, Guide suprême des Frères Musulmans de 2004 à 2010.

Arrivés par les urnes au pouvoir en Tunisie (2011) et en Egypte (2012) l’organisation des Frères Musulmans a investi la scène médiatique. De nombreuses erreurs d’analyses sur sa nature profonde ont conduit les occidentaux à les percevoir comme de simples conservateurs, s’accommodant des règles des démocraties modernes.

Cette étude vise à présenter les textes importants des idéologues de la confrérie islamiste qui structurent sa pensée et donc son action. Les écrits de son fondateur Hassan al-Banna (1906-1949)  dont La Voie du Jihâd, de son dauphin Sayyed Qutb (1906-1966), et des Guides suprêmes qui se sont succédés jusqu’à aujourd’hui, ne laissent aucun doute sur ses projets de domination politique à vocation universelle, et de sujétion à l’endroit des minorités. Des textes inédits sont enfin traduits en français.

Leurs ramifications en Europe, notamment en France à travers l’UOIF dont nous retranscrivons les prêches radicaux de leurs prédicateurs, doivent susciter une prise de conscience urgente, étant les principaux bâtisseurs de grandes mosquées sur notre sol.

L’auteur:

Joachim Véliocas dirige l’Observatoire de l’islamisation (www.islamsiation.fr). Il est analyste pour l’institut Wikistrat.  Son dernier livre, Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015), a pointé les complicités politiques  avec le totalitarisme vert.

En librairie le 20 mars. Déjà en vente en ligne sur http://editionstatamis.com ou Amazon

Une grande mosquée UOIF à Courbevoie sur un terrain loué par le maire Républicain

Capture d’écran 2016-02-15 à 17.55.52Nous apprenons dans Le Parisien du 14 février 2016 que l’association cultuelle des musulmans de Courbevoie (ACMC) « attend le feu vert de la mairie pour signer le bail emphytéotique officialisant la location du terrain« . C’est déjà bien parti car samedi dernier l’adjointe au maire LR est venue à la présentation du projet grandiloquent : une mosquée sur trois niveaux pouvant accueillir 1800 fidèles, d’un coût de 6 millions d’euros, avec salles de classe pour apprendre l’arabe aux enfants dès 4 ans.

 Floriane Deniau, Conseillère Municipale FN, informait en juin 2015 :

« Lors du Conseil Municipal de Courbevoie du 29 juin 2015, tous les élus «Républicains», PS et Divers Droite ont voté le bail emphytéotique de 80 ans pour un terrain communal, en vue d’une future mosquée sur une surface au sol de 680m2, à l’Association Cultuelle des Musulmans de Courbevoie (ACMC). Seuls les deux élus FN s’y sont opposés. Un vote accordé les yeux fermés sans connaître le montant des loyers qui seront communiqués plus tard par le député Maire, Monsieur Jacques KOSSOWSKI. »

Le site officiel de la mosquée annonce la visite du co-fondateur de l’UOIF Abdallah Ben Mansour. « Quand les musulmans auront mis en place la charia partout dans le monde, tout le monde sera heureux », affirma Ben Mansour  au Bourget en 2013.

et la visite du prédicateur UOIF Hassan Iquioussen, connu pour nier le « pseudo génocide arménien » :

Le responsable de l’enseignement de l’UOIF: « On doit travailler secrètement jusqu’à la mise en place du projet entier »

– Makhlouf Mameche, directeur adjoint du Lycée Averroès (financé par l’état), vice-président de l’Union des organisations islamiques de France en charge de l’enseignement privé, donne souvent des conférences à la mosquée de Lille. Extraits :

Voilà comment le Prophète a planifié, dans un secret total, son plan d’action, son projet, son programme. On doit travailler secrètement, jusqu’à ce qu’on mette en place le projet entier.

Quand on est en état de faiblesse, il faut attendre un peu. Il faut acquérir la force pour pouvoir réagir. En tant que communauté musulmane de France, nous devrons travailler en douceur, sans crier au loup. Nous devons multiplier nos actions sans faire trop de bruit.

Sermons complets:
23 novembre 2012: https://www.youtube.com/watch?v=skJGd0kQbq8
30 novembre 2012: https://www.youtube.com/watch?v=N3AEvsc4EmA

La Grande Mosquée de Paris renforce son partenariat avec les radicaux de l’UOIF

ramadan-lasfar-boubakeur

Encore un coup de canif dans la distinction artificielle entre islam et islamisme. Le rapprochement entre les Frères Musulmans de l’UOIF (300 mosquées) et la fédération algérienne de Dalil Boubakeur (700 mosquées) va encore se poursuivre lors d’un « congrès national des musulmans » qui aura lieu en mars, après un colloque parisien en février. Le président de la Grande Mosquée de Paris est un habitué des congrès de l’UOIF où sont invités des « savants » qui prescrivent le meurtre des apostats, homosexuels, juifs. et qui veulent conquérir l’Europe (Qaradawi, Suwaidan). Voir notre reportage au congrès 2014 où de nombreux livres ordonnant le jihâd offensif étaient en tête de gondole. 

Nous observons de près les convergences entre ces deux organisations depuis le milieu des années 2000.

Dans un entretien avec le site Oumma.com en juillet 2012, Dalil Boubakeur  prit la défense de l’UOIF quand six de ses conférenciers, des cheikhs saoudiens et égyptiens, furent interdits de séjour pour de nombreux appels au meurtre :

« Oumma.com: Faut-il comprendre que vous allez vous rapprocher de l’UOIF ?

D. Boubakeur: Je me rapproche de ceux qui travaillent. Le fait que l’UOIF a été la première composante à quitter le CFCM, à exprimer son désaccord, pour d’autres raisons que les nôtres, nous rapproche indéniablement. L’UOIF compte des cheikhs internationaux en son sein, je ne jette pas la pierre comme cela a été fait durant le congrès du Bourget, même si cela fait peur à une certaine presse ou à la classe politique, je n’ai rien vu d’illégal à cela.(…) L’UOIF est composé de musulmans très rigoureux pour lesquels j’éprouve respect et fraternité »

Pour ceux qui ont lu notre ouvrage L’islamisation de la France paru en 2006, ils ne seront pas surpris, car Boubakeur avait déjà exprimé son amitié pour l’UOIF. Le 26 mars 2005 au Bourget, il était aux côtés du président de l’UOIF Lhaj Thami Breze et fit cause commune avec les radicaux:

« Notre vieille amitié, c’est une amitié d’une décennie[…] nous voulons taire nos différences ou nos divergences de points de vue pour voir l’essentiel, l’essentiel. L’essentiel nous l’avons dit c’est la réussite de la communauté musulmane dans son insertion harmonieuse, sereine, dans la société française »

– Un journaliste pose la question : « mais il en reste des divergences ? »

– Boubakeur : « heu écoutez, des divergences non, nous avons été très francs, vous savez on a jamais caché nos divergences quand il y en a eu nous l’avons dit à un moment donné pour la constitution du CFCM, nous n’avons pas été tout à fait d’accord, et pendant le parcours de la consultation forcément il y a eut des moments mais là récemment avec la fondation nous avons vu que nos convergences sont vraiment trop fortes , sont vraiment importantes, donc nous allons inch’Allah aujourd’hui poser la pierre à partir de laquelle nous allons construire la confiance et le dialogue qui nous manquait vraiment […]  Nos différences de visions ne doivent pas nous diviser, car nos objectifs sont tous convergents, seules nos méthodes peuvent différer. »

Dans son Guide de l’étudiant pour apprentis imâms, la Grande Mosquée de Paris cite en référence bibliographique le cheikh Yusuf al Qaradawi proche du Hamas et pro hitlérien (« la Shoa est un châtiment divin« ) et un manuel de charia  (Risâla de Qaraywani) appelant à tuer ceux qui insultent le « prophète » et les homosexuels. Voilà l’islam « modéré » que nous vendent les responsables politiques et les éditorialistes.

Il est temps de fermer administrativement les mosquées de ces deux fédérations et de raccompagner poliment dans leurs pays leurs imâms étrangers.

Observatoire de l’islamisation, février 2016.

L’UOIF invite encore des conférenciers extrémistes dans un congrès toléré par Cazeneuve

Un ancien de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), Mohamed Louizi, qui vient de faire paraitre un essai passionnant dont nous recommandons la lecture « Pourquoi j’ai quitté les Frères Musulmans » (Michalon, 2016) a dressé le portrait des « savants de l’islam » invités pour le congrès lillois de l’organisation.

6-nabulsi-et-mohamed-laarifi-png

« Le 7 février 2016, l’UOIF invite des personnalités sulfureuses, issues de la frérosphère internationale pour parler du thème des : « Jeunes Musulmans ». Des personnalités invitées se distinguent par des propos et fatwas sectaires, takfiristes, jihadistes, homophobes et antisémites. Certains invités, en tête d’affiche, avaient appelé au jihad armé en Syrie. Décryptage et alerte citoyenne …Lire l’article de Mohamed Louizi sur Mediapart

Des auteurs djihadistes disponibles à la bibliothèque de la mosquée UOIF d’Hérouville-St-Clair (Caen)

capture d'écran du 4 janvier 2016.

Capture d’écran du 4 janvier 2016.

La Grande Mosquée d’Hérouville Saint-Clair, du réseau UOIF, a été inaugurée en 2012 par la député socialiste Laurence Dumont et le maire Modem Rodolphe Thomas (video) de la ville, qui a cédé le terrain. Elle est la plus grande de Normandie. Depuis, les vocations djihadistes se multiplient dans la ville.  

Ouest-France informait le 29 décembre 2015: « Le djihadiste bas-normand proche d’Al-Quaïda tué en Syrie a été identifié : il s’agit de Reda Layachi, qui a grandi à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. »

Dans la seule ville d’Hérouville-Saint-Clair, début décembre, deux jeunes adultes ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste. Un mineur a également été condamné pour menace de mort et apologie publique d’un acte de terrorisme sur Twitter.

« Hérouville Saint-Clair, c’est comme Lunel, il y a phénomène de contagion que l’on n’arrive pas à cerner », estime Nathalie Goulet présidente de la commission d’enquête de la lutte contre les réseaux djihadistes.

C’est l’Association Islamique et Culturelle du Calvados qui gère le lieu, et son site internet rend compte de ses nombreuses activités. Une école maternelle est intégrée au projet, ainsi qu’une école islamique pour enfants (fillettes voilées dès 6 ans). Pour les plus grands, une « formation en sciences islamiques » permet à l’issu d’un cursus de 2 ans d’obtenir un « certificat d’étude islamique ».

Tout cela ne relèverait que du communautarisme si en plus, la bibliothèque telle que présentée par l’association sur son site officiel (copie d’écran) ne proposait pas les principaux théoriciens de l’islam politique et djihadiste contemporains comme Abu Bakr al Jazairi dont nous avons retranscrit de large extraits de son livre belliqueux La Voie du Musulman, les livres de Yussuf Al-Qaradawî pour qui la Shoa fut un châtiment divin et qui recommande de tuer les apostats. Aussi, le fondateur du parti islamiste pakistanais Jamaat islamiya, Abu Ala Mawdûdi, décédé en 1979, figure à leurs côtés dans la présentation des livres de la bibliothèque.

 Mawdûdi écrivit : « L’islam souhaite détruire tous les Etats et gouvernements de la surface de la terre qui sont opposés au programme et à l’idéologie de l’Islam ». Sa conception de l’Islam a beaucoup influencé les Frères Musulmans, il l’a couché par écrit dans son livre phare Vers une compréhension du Coran : « La vérité est que l’islam n’est pas pareil qu’une ‘religion’, pas plus que les musulmans sont une nation. En réalité l’islam est une idéologie révolutionnaire et un programme qui cherche à changer l’ordre social du monde entier et le reconstruire en conformité avec ses propres principes et idéaux. ’Musulman’ est le nom d’un parti révolutionnaire international organisé par l’islam pour mener à bien son programme révolutionnaire. Et le ‘Jihâd’ se réfère à la lutte révolutionnaire et à un effort extrême pour amener le Parti islamique à réaliser ses objectifs »

Mawdûdi insiste pour proposer aux peuples du monde entier la soumission à l’ordre islamique ou la guerre :

Lire la suite

L’école d’imams de l’UOIF a pris en charge le terroriste Ziyad Abdelali (L’Est-Eclair)

Remise des diplômes à l'école d'imâms des Frères Musulmans de l'IESH, étrangement tolérée par l'Intérieur.

Remise des diplômes à l’école d’imâms des Frères Musulmans de l’IESH, étrangement tolérée par l’Intérieur.

Lu dans L’Est-Eclair du 12 décembre 2015 :

« Il se faisait appeler Rachid dans les années 1990. Lorsqu’il arrive il y a deux ans à la mosquée des Bas-Trévois à Troyes, il se fait appeler l’imam Abdelkrim. Une identité de façade pour un homme qui inspire confiance au président de l’Association du rassemblement des musulmans de l’agglomération troyenne (Armat).

« Il nous a été conseillé par un ami. Ensuite, nous avons su qu’il avait été récemment pris en charge à l’Institut européen des sciences humaines de Château-Chinon (Nièvre, NDLR)  », concède Rachid Zejli, directeur de la mosquée. Un établissement qui se charge de former les imams et les chercheurs spécialisés dans les sciences islamiques. (…)

Derrière Abdelkrim l’imam, se cache Abdelilah Ziyad le terroriste. Un islamiste marocain âgé de 57 ans condamné en 1997 devant le tribunal de Paris à huit ans de prison pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », ainsi qu’à une interdiction du territoire français durant dix ans. À l’époque, il est considéré comme le cerveau de l’attentat contre l’hôtel Atlas Asni de Marrakech en août 1994, qui fera deux morts. (…) Il sort de prison en 2001 pour réapparaître quelques années plus tard à Chartres (Eure-et-Loir) où il croise la route d’Omar Ismaïl Mostefaï, l’un des kamikazes du Bataclan. »

Note de l’Observatoire de l’islamisation:

l’Institut européen des sciences humaines (IESH) n’est autre que la plus grande école d’imâms de France, dirigée par l’UOIF, qui possède également une antenne à Saint-Denis, immatriculée à l’Académie de Créteil !

L’UOIF construit les plus grandes mosquées de France avec l’aide des maires de Nantes, Bordeaux, Lille, Mulhouse, Beauvais, Poitiers. Lire notre enquête Ces maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015) pour avoir une vue d’ensemble.

Le formateur de Merah et Clain, naturalisé français, toujours libre dans l’Ariège !

Mise à jour 24 novembre : il vient d’être perquisitionné et mis en garde à vue. Il possédait un fusil de chasse non déclaré.

Olivier Corel, de son premier nom Abdel Ilat al-Dandachi

Olivier Corel, de son premier nom Abdel Ilat al-Dandachi

Lu dans Libération du 5 juillet 2015 (extrait) :

« Jamais condamné, Olivier Corel, 69 ans, naturalisé français, de son vrai nom Abdel Ilat al-Dandachi, est né le 29 novembre 1946, en Syrie. Proche des Frères musulmans syriens, ex-responsable de l’association des étudiants islamiques de France (ancêtre de l’UOIF), le «cheikh» Corel a fondé en 1987 la communauté islamiste d’Artigat, du nom du petit village ariégeois de la vallée de la Lèze dans lequel il réside (600 habitants). Le clan Merah, dont la sœur de Mohamed, Souad, et le frère, Abelkader, y ont séjourné, officiellement pour suivre des cours de religion et des conférences sur la géopolitique au Moyen-Orient. » Lire la suite

Page 3 sur 4«1234»